Historique

En 1971, au moment de sa création, l’agence de presse A.P.L. (agence de presse Libération) est très liée aux mouvements de gauche révélés par les événements de Mai 68, et en particulier à La Cause du peuple dirigée par Jean Paul Sartre.

L’hebdomadaire voit donc le jour en 1972 et est dirigé par Serge July, Jena Paul Sartre, Jean Claude Vernier et Jean Roger Huleu. C’est effectivement avec l’appui financier de ces quatre personnes ainsi que celui des militants qu’est créé le capital financier du journal dont l’originalité vient du fait que tout le monde a le droit à la parole concernant la gestion et les décision prise par et pour l’entreprise. Même les techniciens et les ouvriers votent  et tout le monde reçoit le même salaire. C’est seulement en 1979 qu’il commence à y avoir des distinctions entre les différentes fonctions occupées au siège du journal. L’année suivante, Libération diffuse 35 000 exemplaires et commence à se professionnaliser : la formule d’information est plus moderne et inclus des enquêtes et des reportages. Cette évolution pousse les fondateurs du journal à mettre le militantisme de côté au profit de la publicité qui permet d’augmenter le capital financier du journal : 110 000 exemplaires diffusés en 1983.

En 1986, libération effectue plusieurs changements : instauration d’une grille salariale par catégories de personnels et implantations de nouvelles rubriques ; le journal s’ouvre désormais à toute information.

En 1994, Serge July lance une nouvelle formule augmentant le nombre de pages du journal, revoyant les rubriques et proposant un hebdomadaire supplémentaire à l’édition du samedi. Mais cette tentative de diversification ne fonctionne pas et c’est très rapidement que le journal revient à une pagination et une diffusion identique à celle qu’il proposait auparavant.

Aujourd’hui, Libération est toujours considéré comme un journal de gauche (ou plutôt de centre – gauche vu que la presse d’opinion a presque complètement disparu) et est réputé pour ses pages culturelles d’une effroyable médiocrité.

  Présentation de "Renaud, ami de Charlie, ennemi de Libé" par Cédric Adam