Fanny de la Sorgue

(Renaud Séchan)

Dans l'eau de la Sorgue Fanny
Ne se baignera plus jamais
La rivière pleure dans son lit
Sa Fanny toute rhabillée

La belle n'ira plus dans l'eau
Depuis cent ans elle se cache
A l'ombre d'un joli tableau
Qu'un amant fit d'elle à la gouache

Et c'est au bistrot désormais
Qu'on peut voir dans l'angle d'un mur
Le cul de Fanny dévoilé
Promettant la bonne aventure

Au bord de la Sorgue où Fanny
S'en allait se baigner jadis
Sous les platanes du midi
Les boules de pétanque glissent

Que je pointe ou bien que je tire
Les miennes finissent dans l'herbe
Je pourrais mieux faire mais faut dire
Je triche un petit peu pour perdre

Pour pouvoir un jour dans ma vie
Honorer ces divines fesses
Un genou en terre pardi
Ainsi qu'on célèbre une messe

Quel est le crétin misogyne
Qui décréta, punition
Honteuse ridicule indigne
Cette noble communion

Cette intimité que je souhaite
De mes lèvres avec ce cul
Qui récompense la défaite
Qui ne brille que pour les vaincus

M'est avis que ce pauvre naze
Dut passer sa vie à prier
A genoux pour que sa bourgeoise
Lui offre pareil bienfait

Au Pays des Sorgues Fanny
Peut se vanter d'avoir fait mettre
Un genou à terre à celui
Qui pour aucun dieu ou maître

Nulle loi nulle discipline
Qui devant nulle autorité
N'aurait jamais courbé l'échine
Jamais n'aurait capitulé

Je me prosternerai encore
Bien plus et sans honte jamais
Pour un autre bout de ton corps
J'irai Fanny jusqu'à ramper...