La goberge
(Renaud Séchan)


Si j'suis venu chanter ce soir,
Pendant que vous vous gobergez,
Si j'suis venu chanter trop tard
Peut-être pour que vous m'écoutiez,
C'est que j'veux pas que vous dormiez,
Votre conscience sous l'oreiller,
Quand mes amis sont torturés.

Mes amis, je n'les connais pas,
Mes amis sont ici où là.
Mes amis sont les exploités,
Tous ceux sur lesquels vous crachez,
Mes amis sont les ouvriers

Si j'suis venu chanter ce soir,
Pendant que vous vous gobergez,
Si j'suis venu chanter trop tard
Peut-être pour que vous m'écoutiez,
C'est que j'veux pas que vous dormiez,
Et que vos rêves soient dorés,
Quand mon pays est enchaîné.

Mon pays, je n'le connais pas,
Mon pays est ici où là.
Mon pays c'est un champ de blé
Où vous n'mettrez jamais les pieds,
Mon pays, c'est la liberté.

Si j'suis venu chanter ce soir,
Pendant que vous vous gobergez,
Si j'suis venu chanter trop tard
Peut-être pour que vous m'écoutiez,
C'est que j'veux pas que vous dormiez,
Et que vos nuits soient sans danger
Quand mon amour se fait violer.

Mon amour, je n'le connais pas,
Mon amour est ici où là.
Mon amour est emprisonnés,
Toujours trahi, souvent bafoué,
Mon amour s'est la vérité.

Si j'suis venu chanter ce soir,
Pendant que vous gobergez,
Si j'suis venu chanter trop tard
Peut-être pour que vous m'écoutiez,
C'est que j'veux pas que vous dormiez,
C'est que j'voudrais vous voir crever
Quand le pouvoir sera jugé.

Le pouvoir, je le connais bien,
Le pouvoir est entre vos mains,
C'est c'lui des flics et des curés
Sur qui je suis venu cracher,
Pour qui je suis venu chanter.