Les tomates

(Roland St-Yves)
 
Ch'est un pauv' garchon
Qui s'app'lot Edmond
I étot des corons
Du côté d'Fouquières
I in avot assez
Après ses journées
D'aller travailler
Dins l'gardin d'sin père
 
Pour s'in échapper
I s'dit : " J'vas m'marier "
Ch'a été vit' fait
I étot pas vilain
All' étot bellotte
Un p'tit peu lolotte
Mais pour la popotte
All' n'y connaîchot rien
 
I mingeot des tomates
Des tomates, des tomates
Et ch'pauv' garchon
I savot bien
Qu'i étot marqué par le destin
Mais i s'disot
Pour se fair' eun' raison
Ch'aurot pu êt' la saison des melons
 
Cha d'vot arriver
Il a tout plaqué
I s'in est allé
Pou' trouver l'bonheur
Ch'est à Carpentras
Qu'un jour i trouva
Quéqu'quoss' qui étot pas
Sin métier d'mineur
 
Dins ces pays là
In réclam' des bras
Faut dir' que ch'est pas
L'boulot qui les tue
Du matin au soir
Comme un vrai bagnard
I étot sus l'trimard
I n'in pouvot plus
 
Des tomates, des tomates
Et ch'pauv' garchon
I savot bien
Qu'i étot marqué
par le destin
Mais i s'disot
Pour se fair' eun' raison
Ch'aurot pu êt' la saison des melons
 
Il avot, ma foi
Un biau filet d'voix
Alors ch'est pour cha
Qu'i voulut canter
I apprit des canchons
Sos s'n'accordéon
Les microsillons
Cha l'faisot rÍver
 
I veyot déjà
Paris, l'Olympia
Rimplachant sus l'tas
Johnny Hallyday
Mais l'jour qu'i canta
Dns l'vieux cinéma
Alors i arriva
Ch'qu'i devot arriver
 
I pleuvot des tomates
Des tomates, des tomates
Et ch'pauv' garchon
I savot bien
Qu'i étot marqué
par le destin
Mais i s'disot
Pour se fair' eun' raison
Ch'aurot pu êt' la saison des melons
 
A tout's les misères
Qu'il a eu sur terre
I a pas pu s'y faire
I a pas résisté
Et ch'est à Fouquières
Tout près d'sin grand-père
Dins le vieux cim'tière
Qu'il étot enterré
 
Ch'est par amitié
Qu'l'aut' jour in a s'mé
Des bell's tchiot's pinsées
I les aimot tant
Quind in est r'tourné
Deux, tros mos après
In est tous restés
Comme deux ronds d'flan
 
I poussot des tomates
Des tomates, des tomates
Et ch'pauv' garchon
I savot bien
Qu'i étot marqué
par le destin
Mais in s'disot
Pour se fair' eun' raison
Ch'aurot pu êt' la saison des melons