Tout in haut de ch'terril

(Arthur Wry/Charlys)
 
Dins chés corons queu r'mue-ménache
Chés mineurs vienn't' d'avoir leu congés
Prenn't' leu valisses et partent voyager
A la campagne ou vir leu parinté
Mi comme el'z'autes j'prinds mes bagaches
Ej' m'in vas mais j'quitte pont min pattlin
l'vos du pays v'là l'manière que j'm'y prinds
Sans débourser un sou d'train
 
Ej' passe mes vacances tout in haut de ch'terril
J'a toudis d'la chance ch' terrain i'est jamais pris
J'monte eum'toile ed'tente, j'vis tout seul, ej'm'arrinche
Ej'siffe, ej'ris, ej'cante, ej'sus heureux d~faire du campinche
Je m'fais la popotte, j'vis bien miux qu'à l'hôtel
J'mets comme les cocottes du rouche à mes ortels
Du haut dé m'couplette jé m'cros à Chambéry
Mais jé n'sus qu'au fazte tout in haut de ch 'terril
 
Comme point d'vue faut vir ch'que j'dégotte
Les bos, les prairies des invirons
Chés villaches, chés villes, nou corons
Et je m'rinche l'oeul cha n'me coûte pas un rond
Sus min fu d'bos j'fais tout m'gargotte
Viandox, peumes tierre frites, morcieau d'lard
Et j'a monté trint'chinq lites ed'pinard
Pour mi chucher in père peinard...
 
Ej' passe mes vacances tout in haut de ch 'terril
J'a toudis d'la chance d'vir ch'que j 'vos ch'est à mi
Quand arrife eul'soir, ej 'vos v'nir d z'amoureux
I z'attindent qu'i feche noir, mais mi je n 'les quitte pos des yeux
I vont s'inlaçant, s'dijant des balivernes
Tout in s'imbrassant dins chés blés, dins ch'luzerne
I s'font des papoules in s'app'lant "mon chéri"
Et mi j'vos tout cha d'tout in haut de ch 'terril
 
Mais avant hier j'n'a pont eu d'chance
D'un seul cop vlà qu'i s'met à pluvoir
'ltrinte à l'abri d'zous min perchoir
Em'tente all'pichot, ch'tot pire qu'un arrousoir
Alors j'a poussé la romance
J'a sorti pour m'éviter l'cafard
Et j'a fluté chinq six lites eud' pinard
In berloquant comme un pochard...
 
J'a dégringolé tout in bas de ch 'terril
Arrivé aupied jé m'sus rèl'vé tout meurtri
J'sais pus quo qu j'a fait j'avos tell'mint eun'cuite
A l'plache de m'barette j'avos sus m'tiête euch'codron à frites
Aforche ed'bourler m'panche sus des caillaux
Y'a eun' certain'plache i m'in manquot un morcieau
J'y'a mis un bout d'loque j'sus pos prêt d'ête guéri
Et j'sus armonté tout in haut de ch 'terril
 
Alors' pindant trente ans l'mineur-campeur
il n'quitte pos sin cher terril, minme pinsionné
il y va comme au passé.
Seul'mint aujourd'hui i'est malate,
el'fosse all'l'a usé.
I'est dins sin lit et les larmes aux yux
in ravisant à travers ech'carreau, i dit tout bas:
 
Comme cha va vite comme eul'temps passe
Au terril j'a campé bin d'z'années
A ch't'heure i faut l'abandonner
']é n'sus pus qu'un viux mineur pinsionné
Et j'n'a pus qu'des oches dins m'eareasse
J'sus vieilli mes gampes sont ramollies
Et de l'ferniète in étant dins min lit
In l'ravisant j'dis ch'est fini
 
l'mon'tra pus jamais tout in haut de ch 'terril
Fini désormais l'méd'cin j'l'ai bin compris
Par quarante ans d'fond mes poumons i'ont quite cosse
L'poussière eud'carbon in appelle cha la silicosse
Ch 'est bétot min tour ed 'partir comme tant d'viux
D:faire un long séjour là auprès du Bon Dieu
l'espère qu'i m'laich'ra quand j's'rai au Paradis
Cor'v'nir in vacances tout in haut d'min terril