Un chat qui miaule  

Intro:
Gm C7 F
Monsieur le juge,
que l'on me juge,
sans trop d'sév[F7b9]érit[C7
car sur mon âme,
c'qui fit le drame,
c'est la fat[G#7b9]alit[F]é.

J'suis un vaurien,
oui je le sais bien,
mais tout d'm[F7b9]ême, jam[C]ais,
[Dm]je n'aurais f[G]ait
c'q[C]ui m'mène ic[A7]i,
s[Dm7]ans ce c[G7]hat maud[C7/9]it.

[F]Un chat qui miaule,
j'vous jure ça fait drôle,
quand on cambriole sans br[C7]uit,
son cri s'élance,
telle une démence,
troublant le silence des n[F]uits.

Un chat qui miaule,
c'est presque un symbole,
de la mort qui fr[A7b9]ôle la p[Gm]eau
comme un ét[Gm7b5]au
qui vous t[F]ordrait le co[D7]eur,
[Gm]on [C7]a p[F]eur.
[Gm] [C7] [F]

Après l'étude
des habitudes
du richard de Neuilly,
par la fenêtre,
v'la que j'pénètre,
jusque devant son lit.

Dans le halo
de mon blanc falot
j'aperçois le magot.
Sous l'traversin,
j'avance la main,
quand sur le chemin...

Ce chat qui miaule,
j'vous jure ça fait drôle,
quand on cambriole sans bruit,
son cri s'élance,
telle une démence,
dans le grand silence des nuits.

Un chat qui miaule,
c'est comme symbole,
de la mort qui frôle la peau
comme un étau
qui vous tordrait le coeur,
j'ai eu peur.

Le vieux se dresse,
d'un bond d'détresse,
comme dans un cauchemar.
Sa gorge ronfle,
ses veines se gonflent,
il me fixe, hagard.

Son regard fouille,
mes idées qui grouillent
dans ma cervelle en feu,
quand tout à coup,
fermant les yeux,
j'ai serré son cou.

On cabriole,
notre lutte est folle,
et ce chat qui miaule plus fort,
son cri s'élance,
telle une démence,
troublant le silence de mort.

Un chat qui miaule,
c'est comme symbole,
de la mort qui frôle la peau.
Quand c'chat s'est tu
j'étais d'venu
soudain
assassin.

[F]Monsieur le juge,
q[F7M]ue l'on me juge,
sans trop d'sév[F7b9]érit[C7
c[Gm7]ar sur mon âme,
c'[C7]qui fit le drame,
c'est la fat[Gm]al[C7]it[F]é. [Bb7] [F]