Julien
 

Marie-Ève, 25 ans


Marie-Ève écoute Renaud "depuis que j'ai 15 ou 16 ans, je l'ai découvert par ma meilleure amie. Je faisais de la radio-étudiante et je cherchais des chansons, elle m'a passé Mistral gagnant".

 Elle a vu Renaud en concert "le plus récent, en 2001". Ce qu'elle a aimé : "le fait que Renaud nous parle en direct. Sur disque, nous pouvons seulement l'apprécier à travers ses chansons".

Si Marie-Ève le rencontrait : "je ne sais trop si je serais intimidée ou à l'aise. Je suis de nature gênée, mais j'aimerais beaucoup le rencontrer pour lui dire que ses chansons sont magnifiques".

"Sa façon de s'habiller m'importe peu. Ce que j'apprécie en lui se situe à un autre niveau !", quant à elle, elle s'habille "normalement".

"Bien souvent il dit des choses que nous pensons tous à un moment donné, il a une façon bien particulière de décrire les choses qu'il voit. On dirait que cette façon de voir les choses et les gens colle un peu à la mienne".

Les chansons préférées : "comme par exemple Marchand de cailloux  ou encore C'est quand qu'on va où ? qui me touchent particulièrement parce que je suis enseignante au secondaire (l'équivalent de votre lycée : je suis québécoise). Il mentionne ce qui est le plus important, c'est d'essayer de s'ouvrir au monde et c'est toujours ce que j'essaie de faire avec mes élèves à travers la matière".

"C'est évident qu'il n'a pas une voix de ténor, mais je m'en fous complètement. Ce qui est important, c'est ce qu'il dit (et quand il chante moins bien) je m'en fiche."

"Au Québec, Renaud est très connu, mais pas au point de passer dans le matériel scolaire. Ce sont plutôt Vigneault et Leclerc qui nous sont enseignés. Par contre, moi j'aimerais bien en faire écouter à mes élèves !"

Ecoute des disques : "Assez souvent. Quelquefois, j'ai des moments Renaud, des semaines où je n'écoute que ses disques. Je les aime tous. Chaque disque a son charme et ses moments forts".

Je suis adulte et je l'aime toujours autant. Je crois même qu'avec l'âge on comprend mieux ce qu'il raconte. S'il est sûr que nous changeons de l'adolescence à l'âge adulte, je n'ai pas changé au point de virer de bord !".

 

retour