Julien

Laure, 18 ans

"J'écoute Renaud depuis que je suis née, il faisait partie de mes berceuses avec ses copains de son bistrot préféré Brel, Ferré et Brassens. Comme le disait son copain Desproges "il écrit du Verlaine avec des mots de bistrot", il sait parler simplement mais avec poésie.

Je l'ai vu en concert il y a 2 ans, c'était super, attendrissant et émouvant.

Pour commencer, il faut savoir que mon copain est aussi un fan de Renaud, alors c'est notre chanteur qui nous sert de vecteur de communication, politiquement j'ai baigné dans le milieu politique, mais par contre il m'a beaucoup appris sur l'être humain et l'amour.

Je n'ai pas eu cette chance de le rencontrer, j'aimerais lui parler de l'enfance, de la vie, du monde, des politiques.

Dans les chansons, j'aime Mistral gagnant parce qu'elle m'émeut, Hexagone, elle est tellement vraie ou La Médaille" pour cracher ma haine de la guerre, Miss Maggie.

Ce qui est drôle c'est d'écouter ses premières chansons, on peut voir que sa voix a changé mais pas ses idées, donc non la voix n'est pas importante.

Textes et musique : c'est un ensemble.

Je n'ai pas de période préférée, chacune a une part touchante et révolutionnaire à sa façon.

J'écoute dans les classiques Brel, Brassens, Ferré, Barbara, dans les récents Zebda, Noir Désir, Miossec. Pour beaucoup d'entre elles oui je trouve qu'il y a un lien avec Renaud.

Je ne pense pas l'oublier, il sera toujours dans mes oreilles.

J'ai écouté le nouveau CD, et je trouve qu'il varie sur ses conceptions de l'amour mais ça paraît logique après ce qu'il a vécu, mais toujours autant d'humour et de tendresse. Il s'est peut-être un peu calmé mais il ne pourra pas faire taire son âme révolutionnaire. Il a changé dans sa vison de l'amour, il a vécu une expérience amoureuse difficile, l'espoir manque à ses textes mais je le comprends. Je pense qu'à cinquante ans je serais aussi déçue par le monde et les gens.

Pour Renaud : j'ai dit à mon copain que s'il me faisait te rencontrer je l'épousais".

 

 

retour