Julien

Stéphanie,  25 ans


 « J'ai l'impression d'écouter Renaud depuis toujours !! Vers 7/8 ans, j'ai piqué  à mon père une K7 d'un concert... et je ne la lui rendrais jamais plus ! J'ai tout de suite eu un coup de foudre musical : je ne connaissais pas le type, comprenais à peine la moitié de ses textes (le style, la subtilité des jeux de mots...) mais j'ai immédiatement accroché car il parlait vrai, il disait la vérité en racontant le monde.

Je n'ai vu Renaud en concert qu'une seule fois, lors de la tournée Une guitare, un piano et Renaud. C'est un souvenir magnifique pour moi. J'étais entourée de ma famille : mon papounet (!), Greg, Michèle, Sophie. Quand il a fait son apparition sur scène, j'ai été bouleversée : putain c'qu'il était malheureux, putain c'qu'il cachait comme souffrances... Puis il a commençé à chanter... La magie.

J'ai grandi avec lui, ses textes, ses mélodies, ses coups de cœur et de gueule. Il a forcément eu une influence sur la personne que je suis devenue, mais il n'est pas le seul... Enfant, il a creusé les fondations sur lesquelles j'ai bâti mon univers personnel. Il m'a surtout appris le pouvoir de l'éMOTion et la magie des mots. Il m'a appris l'utopie et les rêves. Il m'a appris l'essentiel : l'humanité.

Je ne l'ai jamais rencontré mais si l'occasion se présentait, je ne la raterais pas !! J'aurais tant à lui dire et si peu de temps ;-)

Quasiment toutes les chansons de Renaud ont atteint leur cible : mon esprit et mon cœur mais j'ai une tendresse toute particulière pour Mon bleu Elle m'émeut aux larmes dès l'intro. Elle est pour moi le plus bel hommage aux prolos et aux ouvriers, à leurs valeurs. Elle rend hommage à... mon père qui le mérite !

C'est une évidence : sa façon de chanter est aussi importante que ses textes ! Il chante comme il écrit : VRAI, sans tricher, sans se cacher.

Impossible de trancher ! Chaque période correspond à une tranche de ma vie, une étape de mon évolution.

Renaud est le seul artiste dont je n'ai jamais douté. Pour les autres, mes goûts varient souvent. Brassens, Manu Chao, Voulzy, Bruel, Brel, Souchon, U2, Bowie, les Beatles, Aznavour, Abba etc... ! Mais y a pas de filles dans ce classement, me direz-vous ! Alors : Soraya, Madonna et la meilleure, Lynda Lemay.

Le lien est à mon avis l'amour des mots, le plaisir des textes et la découverte d'un univers personnel.

J'aime Renaud pour ses textes, ses mélodies et ses cornets de glace à la viande.

Je me suis éloignée de lui à l'époque de Fatigué, de Morts les enfants car je ne comprenais pas ces chansons (et non pas ces chansonnettes !) Leur pessimisme, leur noirceur me mettaient très mal à l'aise, presque physiquement. Je ne supportais absolument pas le défaitisme de Renaud, son manque de courage, ses désillusions. Depuis, j'ai appris, j'ai compris et je suis revenue. Pour toujours.

Boucan d’enfer est différent des autres albums car plus intime, plus intimiste même. Renaud se concentre plus sur lui, sur l'homme qu'il est et moins sur le monde dans lequel il vit.

Je ne pense pas que Renaud ait radicalement changé : ses idées rebelles, ses convictions politiques et humaines sont toujours là. Elles ont justes été un peu noyées sous le Ricard et les larmes... Je suis convaincue que dès que le vent soufflera...

Tout le monde évolue, mûrit, vieillit. Renaud aussi, heureusement! Ce n'est pas une icône immuable. C'est évident qu'on ne peut pas être le même à 20, 40 ou 70 ans ! Ou alors, on n'a rien appris de la vie. Seulement, il me semble important de rester soi-même, fidèle à ses convictions.

J'ai déjà pu constater une certaine évolution : je n'ai plus les idées aussi tranchées qu'à 15 ans, plus autant de certitudes. J'ai appris les nuances, j'ai découvert le gris mais sans faire trop de compromis, sans me trahir. C'est l'essentiel pour moi.

Ça doit bien faire 10 ans que je travaille la p'tite bafouille que je lui enverrai un jour. Mais là, elle n'est pas prête, euh pas tout à fait...

 

retour