Entretien dans Le Nouvelliste du 13/10

Votre avis, vos critiques, vos réflexions... (sortie de l'album le 2 octobre 2006)

Modérateur : modérateurs

Répondre
gene
Messages : 19
Enregistré le : 30 nov. 2002, 23:04

Entretien dans Le Nouvelliste du 13/10

Message par gene »

Voici un article paru ce matin dans la presse de chez moi...

Image

«Le Renard est mort et enterré»

CHANSON – Libéré de son double maléfique, Docteur Renaud est de retour, tendre et en colère, comme on l’aime. Un homme heureux, même si la «presse parisienne bobo» assassine son nouvel album

«Une cravate, c’est un bout de tissu avec lequel on fait un nœud, c’est exactement la même chose qu’un bandana. Les gens qui pensent que la cravate engendre la récupération, l’embourgeoisement se trompent».»r. dumas

PROPOS RECUEILLIS PAR
MANUELA GIROUD

«Plus heureux que ça, tu meurs!» Renaud est en forme, il n’aurait même pas besoin de le dire, ça se voit. L’amour et l’inspiration retrouvés, ses démons alcoolisés domptés, le public fidèle, tout baigne. Les images du journal télévisé qu’il vient de voir et les attaques de certaines publications contre son nouveau disque, «Rouge sang», mais aussi contre sa personnalité, entament seules sa belle humeur. Entretien sans langue de bois avec un homme infiniment touchant.


Trente ans de carrière

J’ai le sentiment d’avoir fait honnêtement mon boulot, toujours plus attaché au désir de plaire que de vendre, d’avoir fait des erreurs comme tous le monde. J’ai connu des immenses bonheurs, j’ai pris des coups dans la gueule, je les ai rendus parfois. J’ai eu à la fois l’amour des gens et le succès commercial, artistique, j’ai connu des excès d’honneur et des excès d’indignité...


Comme à 15 ans

J’ai gardé une âme d’enfant, une âme rebelle, totalement réfractaire à l’injustice, à la misère, à l’oppression. J’ai convenu à 15 ans que ce monde me plaisait par certains côtés et qu’il me déplaisait par d’autres. J’ai convenu de le juger, de l’écrire, de le décrire et de le critiquer dans mes chansonnettes. Je suis resté fidèle à ça, donc je suis resté moi-même. Je suis protestant – celui qui proteste – et je ne m’accommode pas de ce monde barbare, de la torture, de l’homophobie, du racisme, de l’antisémitisme, du trop grand écart entre les plus pauvres et les plus riches...


Des chiens sur un os

La presse bobo de gauche parisienne – «Le Nouvel Observateur», «Les Inrockuptibles», «Libération» – m’assassine. Ils sont comme des chiens sur un os à ronger. Ils voient peut-être dans mon acharnement à crier mes colères la preuve de leur propre renoncement, ils me reprochent d’être encore ce qu’ils ne sont plus... Apparemment, certains journalistes me préféraient malheureux. Ils ont écrit des louanges excessives sur «Boucan d’enfer» et aujourd’hui ils cognent de manière excessive aussi sur «Rouge sang». Mais comme disait je ne sais plus qui, les coupures de presse sont des blessures qui cicatrisent très vite.


Petites chansons colère

Je ne pense pas que ce soient de grandes chansons, parce qu’on est obligé d’utiliser des mots pas jolis comme Bush, Guantanamo, nucléaire, corrida. Les mots d’amour font des chansons qui durent plus longtemps; elles sont plus agréables à écrire et à chanter.

Jusqu’à l’impudeur

J’ai délibérément choisi de me livrer intégralement dans mes chansons, de livrer ma vie familiale, ma vie amoureuse. Si un jour on fait le bilan de mon répertoire, on verra que c’est une chronique de mon parcours sentimental, et parallèlement, d’une vie citoyenne, engagée. J’ai choisi de dire ma vérité jusqu’à une impudeur totale. Dans la dernière chanson de l’album (n.d.l.r.: «Je m’appelle Galilée»), non content de chanter ce qui se passe dans mon cœur, dans ma tête, dans mes tripes, je raconte ce qui se passe dans mon lit! Le protestant puritain qui sommeille en moi a été un peu choqué (rires)... Romane aussi!


Renaud et Renard

Il est mort et enterré, le Renard, sauf que je continue à penser que personne n’est tout noir ou tout blanc. Contrairement à l’image que je peux donner à certains, il m’arrive d’être cruel, en colère, pochtron, minable, bête et méchant. Mais j’espère que c’est l’aspect minoritaire de ma personnalité.


Un homme heureux

Plus heureux que ça, tu meurs, ce serait indécent! Dire que je ne le suis pas, ce serait indécent aussi.


Ils le livrent

C’est l’histoire d’un mec, racontée par sa tribu, sa famille de cœur. Ses copains, ses proches, et même des fans, reviennent sur le parcours du «chanteur énervant», dans un livre cosigné par son frère, Thierry Séchan, et Jean-Louis Crimon, journaliste à France Culture. «Fidèle à lui-même. En dépit de tous les chemins de traverse. Des erreurs et des errances. Un homme, conscient de toutes ses faiblesses. Mais aussi de toute sa force. Un homme, quoi. Fragile et fort à la fois», écrit Crimon. «C’est tout à fait ça», commente le principal intéressé.
«Renaud raconté par sa tribu», Editions de l’Archipel, 2006.

La Fondation Malone

Le projet lui tenait à cœur depuis longtemps, il est en passe de se réaliser. Renaud a créé la Fondation Malone, qui soutiendra financièrement des projets liés à l’enfance, à l’environnement et aux animaux. Elle sera alimentée par Renaud, qui lui versera 20% de ses revenus annuels, et par des dons. «Ça peut paraître mégalo, une fondation, mais à force d’essayer de donner des coups de main et de partager ce que j’ai reçu de la vie avec ceux qui n’ont rien, j’ai eu envie de structurer ça pour que ce soit plus efficace.»

Les causes sont nombreuses, le choix difficile. «Il est forcément affectif, irrationnel: pourquoi aider telle cause et pas telle autre? D’ailleurs, quand je m’occupe d’une cause, il y a toujours quelqu’un pour me le reprocher. Je m’occupe des taureaux, je ferais mieux de m’occuper des humains; je m’occupe des enfants qui souffrent, je ferais mieux de m’occuper des enfants qui meurent; je m’occupe de gens qui souffrent ici, je ferais mieux de m’occuper des gens qui souffrent encore plus en Afrique; je m’occupe des SDF parisiens, je ferais mieux de m’occuper de ceux de Bombay... Ces critiques émanent souvent de gens qui, eux, ne font rien.»
http://www.fondation-malone.fr/

Pas de haine

Poivrot, alcoolo, clodo sont quelques-uns des termes utilisés ces temps dans une certaine presse pour qualifier Renaud. Il est touché (on le serait à moins) par ce manque de compassion – faut-il rappeler que l’alcoolisme, comme la dépression dont il a aussi souffert, est une maladie – mais n’éprouve pas de haine.

«J’ai du mal à comprendre comment des gens peuvent éprouver une telle haine pour moi et comment on peut vivre heureux en ayant le cœur rempli de haine. J’ai de la peine pour eux. Moi, mon cœur est rempli d’amour, parfois il est plein de colère, mais jamais de haine. Je n’ai pas de haine même pour mes ennemis. Que voulez-vous, j’ai reçu une éducation chrétienne...»


Déjà quand je me lève le matin et qu’il fait jour, que l’hiver nucléaire ne s’est pas répandu sur la planète, je suis heureux... Quand je suis trop heureux, je m’inquiète grave. Je suis un être fondamentalement paranoïaque, un perpétuel inquiet, hypocondriaque. Bon, je suis un esprit un peu torturé, mais globalement très heureux.


Malone, 3 mois le 14 octobre

Ses sourires illuminent ma vie plus que tout au monde. Il est du 14 juillet; ben oui, le fils de Renaud est obligé d’être un petit révolutionnaire, ou tout au moins un vrai petit républicain! Il va très bien, la maman aussi, même si les nuits sont courtes. Toutes les deux heures, il faut qu’il aille s’abreuver à la plus belle laiterie du monde, au sein de sa mère. Je suis jaloux: j’aimerais être à la place à lui et à sa place à elle.


«Rouge sang», Virgin / EMI.
En concert le 29 mai 2007 à Genève (Arena); location TicketCorner, Fnac.

Pierre de B.
Messages : 1471
Enregistré le : 05 avr. 2006, 14:56
Localisation : Pas très loin ...

Message par Pierre de B. »

MILLE MERCIS à toi gene.

Je suis rassuré de voir qu'en Suisse aussi,
la Province apprécie plus que les Grandes Villes l'album de Renaud.

Les critique du Matin -orange ou bleu-
et de la Tribune de Genève étaient en effet moins élogieuses.

Et vivement le 29 mai.

Pierre
l'Union europeénne vient de débloquer 2.5 millions, les Etats-Unis 250'000.- seulement;
soit de quoi financer 30 secondes de Guerre en Irak.

Suite au cyclone en Birmanie,
entendu ce 6.05.08 dans le journal de 7 heures sur Couleur 3

Avatar du membre
distantship
Messages : 144
Enregistré le : 12 nov. 2005, 17:05

Message par distantship »

La critique de la Tribune de Genève est ici : http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud ... hp?t=16870

Répondre