[Article presse divers] Album Molly Malone

Votre avis, vos critiques, vos réflexions... (sortie de l'album le 23 novembre 2009)

Modérateur : modérateurs

Avatar du membre
OlivierWeb
Messages : 84
Enregistré le : 23 nov. 2002, 19:51
Localisation : France

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par OlivierWeb » 21 nov. 2009, 17:21

Ancien artisan du forum et des sections kiosque à journaux et les fans créent

"Qu'est-ce qui faut pas chanter comme connerie édifiante
pour espérer un jour entrer au TOP 50"

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4275
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par SVPat » 21 nov. 2009, 21:02

Image
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon site !

Avatar du membre
La_prisonnière
Messages : 450
Enregistré le : 21 déc. 2008, 19:54

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par La_prisonnière » 21 nov. 2009, 21:15

4 pages dans le supplément du Monde du samedi 21 novembre 2009, avec deux photos de Claude Gassian, Renaud trés sélect !

Avatar du membre
OlivierWeb
Messages : 84
Enregistré le : 23 nov. 2002, 19:51
Localisation : France

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par OlivierWeb » 22 nov. 2009, 23:13

La_prisonnière a écrit :4 pages dans le supplément du Monde du samedi 21 novembre 2009, avec deux photos de Claude Gassian, Renaud trés sélect !
Voilà : http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud ... -11-09.xml
Ancien artisan du forum et des sections kiosque à journaux et les fans créent

"Qu'est-ce qui faut pas chanter comme connerie édifiante
pour espérer un jour entrer au TOP 50"

Avatar du membre
La_prisonnière
Messages : 450
Enregistré le : 21 déc. 2008, 19:54

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par La_prisonnière » 04 déc. 2009, 00:56

Qu'il a paru long le temps sans Renaud ! Trois ans se sont écoulés depuis la sortie de son dernier album ” Rouge sang”. Autant cet album sonnait le retour du Renaud aux allures révolutionnaires, autant le tout nouveau paru le 23 novembre sonne comme une sorte de capitulation. Plus de Renaud vindicatif, plus de Renaud tranchant, abandonné le Renaud de ” Ou c'est qu'j'ai mis mon flingue” ... Pour mon plus grand désespoir.


Qui mieux que Renaud peut entretenir votre Renaud ? A tous les admirateurs de ce chanteur à la patte gouailleuse et engagée, qui marquait enfin l'avènement de la chanson révolutionnairement engagée. Ce gavroche à la voix nasillarde, portant le mégaphone et les revendications contre ceux qui ont du bois à la place de la langue, a soudainement perdu de son écorce activiste. Plus vraiment enclin à parler des problèmes politiques ou moraux de nos années ( pourtant Dieu sait combien il y aurait à dire ), Renaud a substitué à son élan utopique sa sagesse de quinquagénaire dépassé. Renaud n'a pas cent ans pour autant , mais ca y ressemble tristement.

En témoigne ce nouvel album, sympathique au demeurant, mais bien inoffensif. En somme, très loin de ce que tout fanatique de Renaud étant en droit d'attendre. Loin de cette fameuse balade nord-irlandaise, reprise d'ailleurs de façon bien innocente dans ce nouvel album, Renaud a choisi, plutôt que de planter un oranger sur cette Terre en friche, de verser une goutte d'eau dans la mer... de s'évader, le temps de treize chansons,de l'habituelle actualité alarmiste.

Le problème, c'est qu'on attend Renaud là ou il est le mieux. On attend Renaud du côté des mots. Lui seul à le pouvoir de faire vivre les mots contre les maux, alors si l'on perd le Renaud qu'on a connu, que nous reste-t-il de ce Renaud?

Eh bien, il nous reste ce Molly-Malone symbole de sa capitulation. Des textes écrits, certes, avec talent, mais sans cette flamme qui résisterait à toutes les tempêtes. Ainsi les chansons se succèdent sans qu'on y prête trop d'attention , et alors qu'on ne l'avait certainement pas remarqué, l'album se termine, après treize chansons... sans qu'il ne reste rien.

Pour sûr, cet album est parfait en tant que fond sonore, pendant que vous discutez avec votre ami devant un café, mais quand on s'y penche un peu plus, il n'y a rien de bien intéressant à se mettre sous la dent.

En somme, Renaud vieillit et ses chansons avec. Les textes, ni pauvres ni riches de sens, les musiques, sympathiques mais pas transcendantes, seul sa voix, inimitable, reste la preuve enfouie que cet homme a un passé, des plus resplendissants.


D'aucuns retiendront surement l'incroyable contribution que cet artiste a laissé à la chanson engagée. Véritable pilier, self-made man, ne reposant que sur ses textes et ses musiques, Renaud a marqué une génération. Il semble pourtant que son talent inimitable pour dépeindre les injustices de la société se soit éteint entre 2006 et 2009. Renaud a vieillit, c'est indéniable, et l'envie de se faire porte-parole s'est peut-être estompée.

Quoiqu'il en soit, ce nouvel album n'en reste pas moins agréable et savoureux, mais à des milliers d'années lumières de ce que toute personne connaissant Renaud pouvait espérer. Renaud s'est assagi,certes, mais il a laissé dans cet apaisement momentané tout ce qu'il a construit derrière lui. Y'a pas de doute, le temps est un chien...


08/20

Thomas Choukroun le 30/11/2009
http://www.rocknfrance.com/chronique-al ... f11611.php


et

Renaud. «Molly Malone»
3 décembre 2009

Si l'initiative pouvait laisser sceptique, force est de reconnaître que Renaud ne s'est pas fourvoyé en adaptant en français treize chansons et traditionnels irlandais. Sa voix élimée, brisée, souffre souvent pour trouver la note, mais jamais l'émotion juste. Remarquablement traduites - on dirait souvent du Renaud - les protest-songs et ballades sélectionnées abordent des thèmes universels et contemporains : amour, exil économique, mal du pays, nostalgie, colère, révolte, affection pour les petites gens... Un vrai album de blues d'Europe, déchirant et capable d'être joyeux, bien vivant, tellement humain ! De solides musiciens traditionnels irlandais accompagnent le papa du petit Malone (trois ans) dans son hommage sincère à la verte Erin. «Molly Malone - Balade irlandaise» de Renaud (Virgin)

Frédéric Jambon
http://letelegramme.com/ig/loisirs/musi ... 682044.php


et
Renaud
Molly Malone
par Francois Branchon le 02/12/2009

Note: 5.0




La sortie de "Molly Malone", le premier album de Renaud chroniqué dans Sefronia est l'occasion de dire tout le bien, tout l'amour même, que Renaud nous a toujours inspiré. Avant tout auteur, de textes aussi grinçants que tendres, d'opinions aussi justes qu'engagés, et, posés sur des mélodies toujours bien troussées, ses "Hexagone", "Banlieue rouge", "Chanson pour Pierrot" ou "P'tit voleur", "Morgane de toi", "Miss Maggie" ou "Manu", l'ont érigé à ce statut de frangin de gauche, de pote naturellement complice à qui on est reconnaissant d'avoir existé dans le paysage musical français. Réconfortant. C'est le Renaud qu'on aime.

Se ramener (se réduire ?) au statut de simple interprète est une option qui n'a pour cette raison guère de sens, et "Renaud cante el' Nord", l'album de chansons traditionnelles du Nord chantées en ch'ti, fut une entreprise "ethnologiquement" intéressante, mais juste anecdotique, et elle n'apportait strictement rien à son aura, pas plus que ses versions de Brassens.

Le problème de "Molly Malone" est que Renaud y est simplement doublement absent.
D'abord, les chansons sont une nouvelle fois des reprises, et même si leur choix est celui d'un amoureux de l'Irlande (airs traditionnels popularisés autrefois par les Chieftains ou les Dubliners pour les plus connus), et même si leurs paroles sont adaptées en français, permettant de les actualiser et d'aborder thèmes politiques et sociaux (famine, guerre, chômage, IRA), elles restent des reprises. Mais encore faudrait-il - deuxième problème - que "Renaud l'interprète" puisse les chanter. Or il n'en est - et c'est très triste - plus du tout capable.

L'album est bien produit et arrangé, par des "authentiques" (Pete Briquette et Thomas Davidson Noton, sur place
source : http://www.sefronia.com/album/renaud/molly_malone.htm

guigui
Messages : 1347
Enregistré le : 13 août 2005, 11:49
Localisation : Limoges

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par guigui » 04 déc. 2009, 07:50

Alors le premiers article est je trouve d'une connerie sans nom. Le coup de "Renaud ne sait plus chanter nos colères.... Etc..." c'est un truc qui m'agace, comme si le souci sur cet album était là. Surtout que si Rouge sang était si mauvais c'est surtout parce que Renaud voulait jouer les rebelles "contestataires" et que ça prenait pas.....

Avatar du membre
La_prisonnière
Messages : 450
Enregistré le : 21 déc. 2008, 19:54

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par La_prisonnière » 08 déc. 2009, 13:07

Voir ici un article "presse people" de France Dimanche (ils en avaient déjà fait un me semble, ça doit donc etre le deuxième) :

viewtopic.php?f=3&t=23266&start=0

Avatar du membre
OlivierWeb
Messages : 84
Enregistré le : 23 nov. 2002, 19:51
Localisation : France

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par OlivierWeb » 09 déc. 2009, 21:34

C'est tout en ligne, par contre celui de sefronia n'est plus accessible.
Ancien artisan du forum et des sections kiosque à journaux et les fans créent

"Qu'est-ce qui faut pas chanter comme connerie édifiante
pour espérer un jour entrer au TOP 50"

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5351
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par Marie la Belge » 20 déc. 2009, 12:21

Presse people encore.....

http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_q ... nt_193392#


On ne parle que de ça | Renaud: Mistral à nouveau gagnant
Libéré des démons du passé

Image

Renaud, le retour! Le voilà qui cartonne avec son dernier album. Engagé, d'inspiration irlandaise, celui d'un homme revenu de l'enfer. Ou presque.


C’est l’histoire d’un mec, mi-Renaud, mi-renard, un poète, un fracassé de l’existence, un désabusé du quotidien qui revient avec Molly Malone, en tête du top albums depuis sa sortie dans les bacs, le 23 novembre. Une voix abîmée par la nicotine, qu’on aime ou pas. Et des emportements comme on n’a plus l’habitude d’en avoir dans le show-biz depuis… depuis longtemps déjà. Molly Malone, ses ballades irlandaises qui chantent la misère, l’exil, la lande, les ciels d’orage, les cœurs courageux et les usines qui ferment. «Je suis toujours en colère face au monde qui va à vau-l’eau, lâche-t-il dans Le Parisien. Mais je gueule plus facilement ma révolte dans mon fauteuil que dans les médias.» Meudon, c’est là qu’il vit désormais, dans un «petit pavillon tranquille» où il dit avoir passé les deux dernières années aux côtés de son épouse, Romane, et de leur fils, Malone, «dans l’ennui et la vie familiale».

Sans illusions. Mais toujours là. Les chagrins disaient Renaud, terminé, basta, Gavroche s’est rangé des Harley, condamné à aller pointer chez fout-rien. D’autres voyaient déjà dans Renan Luce, son gendre, l’héritier qui avait relégué le Perfecto-Gitane de beau-papa aux oubliettes d’une variét poil-à-gratter. Ils n’avaient rien compris. A cinquante-sept ans, Renaud reste un bosseur – «J’espère finir mon contrat chez Emi, à qui je dois encore deux disques» –, un nostalgique, un insoumis planqué sous un costard-cravate, un type toujours entre deux révoltes.

Car le ciel bleu dans la tête, lui, connaît pas. Dans Le rouge et le noir un documentaire diffusé le 13 décembre sur Virgin 17, le chanteur énervant parle de cette existence qui lui pique les yeux, de l’alcool dans lequel il a longtemps perdu pied – «une forme de drogue dure, j’ai plongé» –, de Coluche, son pote, qui est parti trop tôt, et du soleil qui, depuis, «brille moins fort et moins loin.» Il évoque sa naissance – « Le jour me faisait peur, j’avais pas envie d’affronter cette vie-là.» –, l’enfance «douce comme du miel» qui est comme une blessure qui ne se referme pas, Oscar, son grand-père, «Chtimi jusqu’au bout des nuages », ce frère jumeau qu’il ne voit plus. La manche sur les marchés, dans les cours d’immeuble, la tristesse de son père depuis «Crève, salope», sa toute première chanson, écrite un jour de mai 68.

Et Dominique, sa première femme, sa gonzesse, qui avait fini par claquer la porte à la fin des années quatre-vingt-dix. Depuis, l’inspiration n’est pas encore tout à fait revenue, mais le succès, oui. Hypocondriaque, parano, faux révolutionnaire et vrai désespéré, Renaud a choisi de faire son come-back dans le rôle de l’artiste qui ne cherche plus à changer le monde mais défend sa liberté de chanter les petites gens et les noirceurs de la société. Sans jamais renoncer.


--------------------------------------------------------------------------------

Camille Olivier

Vendredi 18 décembre 2009
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5351
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par Marie la Belge » 21 déc. 2009, 11:38

http://www.rfimusique.com/musiquefr/art ... _17847.asp

Renaud, l’Irlande en VF
Molly Malone
Paris 21/12/2009 -

Treize chansons traditionnelles qui font treize chansons nouvelles : trois ans après Rouge sang, Renaud sort Molly Malone, album d’adaptations de grands classiques irlandais.

Image


"French gipsy political troubadour" : lorsque Renaud a fait une tournée des petites salles irlandaises, un patron de pub avait ainsi résumé, sur une affiche écrite au feutre, l’essence de l’œuvre et de la carrière de l’ancien "chanteur énervant". Aujourd’hui, c’est un troubadour franco-irlandais qui s’exprime dans Molly Malone, nouvel album sous-titré "balade irlandaise" – balade avec un seul L, au sens de promenade.

Presque vingt ans après avoir fait de The Water is Wide un de ses plus grands classiques, La Ballade nord-irlandaise, Renaud a accompli un vieux rêve : transcrire en français quelques-unes des chansons traditionnelles les plus célèbres du patrimoine irlandais. Et, de Je reviendrai à Belfast Mill et de Vagabonds à Dubliners, on a l’impression que le pays que chante Renaud n’est pas seulement l’Irlande des Irlandais, mais tout ce qui lui semble manquer en France : un peuple rebelle et combatif, toujours fidèle à la mentalité et aux solidarités ouvrières, toujours prêt à lutter collectivement contre l’oppresseur et ses valets…

Les luttes et les épreuves de l’Irlande sont pour lui un réservoir de mythologies qui mêle la fierté des soldats de l’IRA et le désespoir des prolétaires frappés par une énième crise, la mélancolie de l’exilé et la fatalité du deuil dans un pays en guerre civile. De la liberté du vagabond au destin effrayant des épouses de combattants, il chante un pays et une histoire en Cinémascope. Usines fermées, drames du déracinement, calamités sociales et économiques, tout dans cet album a des accents d’épopée.

Et cette épopée se chante en chœur, se braille bras dessus-bras dessous dans l’atmosphère conviviale et virile des pubs… Enregistré avec des musiciens français et de là-bas, Molly Malone est un disque traditionnel irlandais en VF : mélodies de haute tradition, uilleann pipe, tin whistle, violon… Et dans les textes, Renaud parle beaucoup d’un autre instrument irlandais, le fusil.


Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4275
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par SVPat » 21 déc. 2009, 11:51

Image
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon site !

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5351
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par Marie la Belge » 21 déc. 2009, 13:12

:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
Ou bien SVPat a besoin de lunettes, ou bien il se paie ma tête.....
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image


Bruno

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par Bruno » 21 déc. 2009, 14:02

Marie la Belge a écrit :
Les luttes et les épreuves de l’Irlande sont pour lui un réservoir de mythologies qui mêle la fierté des soldats de l’IRA et le désespoir des prolétaires frappés par une énième crise, la mélancolie de l’exilé et la fatalité du deuil dans un pays en guerre civile. De la liberté du vagabond au destin effrayant des épouses de combattants, il chante un pays et une histoire en Cinémascope. Usines fermées, drames du déracinement, calamités sociales et économiques, tout dans cet album a des accents d’épopée.

C'est beaucoup ce que je ressens à la rencontre de cet album.

antoine_ernest
Messages : 34
Enregistré le : 03 sept. 2008, 10:23

Re: [Article presse divers] Album Molly Malone

Message par antoine_ernest » 22 déc. 2009, 01:01

on vous souhaite tout le bonheur du monde.....





... en chiraquie !

Répondre