Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Tout ce que vous voulez savoir, ou raconter sur la tournée.

Modérateur : modérateurs

Répondre
Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 02 juin 2017, 00:08

Festival de Carcassonne : les concerts de La Fajeolle transférés à la Cité

Le Festival de Carcassonne vient d'officialiser le transfert des deux soirées initialement programmées sur le site de La Fajeolle, pour les reprogrammer au théâtre Jean-Deschamps. Un communiqué vient expliquer les raisons de ce transfert : "Les négociations en cours depuis plusieurs mois maintenant afin de finaliser la venue d’un grand groupe international le 8 juillet sur la Grande Scène La Fajeolle, n’ayant pu aboutir, nous vous annonçons que pour des raisons de logistique et de sécurité, les concerts des Vieilles Canailles et de Renaud programmés les 5 et 7 juillet prochains, suite à l’accord des productions, auront lieu aux mêmes dates sur la scène du théâtre Jean-Deschamps."

Par ailleurs, le Festival communique sur des dispositions pratiques pour les personnes qui avaient déjà acheté des billets pour La Fajeolle, et devront donc les échanger avec des billets où sera reprécisé le lieu : "Pour répondre à toutes les questions concernant la billetterie, les équipes du PAC Billetterie sont à votre disposition au 04 68 115 915 ou sur place, au 10 rue de la République à Carcassonne", s'achève le communiqué.


Source l'Indépendant
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
Jeep
Messages : 2148
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par Jeep » 02 juin 2017, 13:02

SVPat a écrit :
02 juin 2017, 00:08
Le Festival de Carcassonne vient d'officialiser le transfert des deux soirées initialement programmées sur le site de La Fajeolle, pour les reprogrammer au théâtre Jean-Deschamps. Un communiqué vient expliquer les raisons de ce transfert : "Les négociations en cours depuis plusieurs mois maintenant afin de finaliser la venue d’un grand groupe international le 8 juillet sur la Grande Scène La Fajeolle,[/size] n’ayant pu aboutir, nous vous annonçons que pour des raisons de logistique et de sécurité, les concerts des Vieilles Canailles et de Renaud[/size] programmés les 5 et 7 juillet [/size]prochains, suite à l’accord des productions, auront lieu aux mêmes dates sur la scène du théâtre Jean-Deschamps."
On comprend entre les lignes que le nombre de billets vendus est nettement insuffisant pour installer la grande scène de la Fajeolle comme pour les années précédentes.
Cela ne m'étonne pas du tout pour Les Vieilles Canailles, les prix des billets sont prohibitifs sur toute la tournée française.
Même pour voir trois stars de la chanson française, les spectateurs ne vont pas se saigner.

Il doit en être de même pour Renaud, pas pour le prix du billet, mais pour le nombre de places vendues.

Avatar du membre
lucien
Messages : 4095
Enregistré le : 20 déc. 2005, 12:12

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par lucien » 02 juin 2017, 13:49

Petit HS: je me demande vraiment ce que Dutronc vient foutre dans cette galère..? Le fric, sans doute, sinon je vois pas...
s.i.g.n.a.t.u.r.e

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 03 juin 2017, 20:28

Renaud en hologramme ce dimanche 4 juin ?
holo 1.png
Ou nous cache-t-il un don d'ubiquité ?

Image
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 05 juin 2017, 18:58

Festival Papillons de nuit 2017
Image

Festival Papillons de nuit 2017
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 07 juin 2017, 15:28

Dimanche 10 Juin 2017 , c'est Monterau Confluences

En espérant que ce ne doit pas comme l'an passé
Montereau Confluences 2016.png
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
Lilibellule
Messages : 1446
Enregistré le : 08 janv. 2016, 11:17

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par Lilibellule » 08 juin 2017, 10:30

Mais il a l'air super en forme notre Renaud! Au festival Papillon de nuit il chante bien et a vraiment la pêche cheers
La pause lui a fait du bien, je me réjouis de le revoir 8)

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 10 juin 2017, 18:13

CONCOURS DU PROGRES
nuit St Jacques.png

Entre le 21 et le 25 mai, vous avez été nombreux à participer à notre jeu afin de remporter un « pass trois jours » pour les Nuits de Saint-Jacques, au jardin Henri-Vinay.
Cinq de nos lecteurs qui ont répondu aux cinq questions posées ont été tirés au sort et assisteront ainsi gratuitement aux concerts de Renaud + Gauvain Sers (12 juillet), Soprano + Slimane (13 juillet) et Christophe Maé + Arcadian (14 juillet).
Les gagnants sont : Paul Jouffre (Saint-Julien-Chapteuil), Cindy Lebre (Langeac), Sonia Delabre (Le Puy-en-Velay), Christophe Coiffier (Chomelix) et Camille Bousqueynaud (Beauzac).

Pratique Il reste environ 300 places pour le concert d’ouverture avec Renaud et Gauvain Sers.
Interrogatif: Y a-t-il des "Hacheméliens" parmi les gagnants ?

Source: Le Progrès
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 11 juin 2017, 18:06

Seine-et-Marne. 30 000 fans sous le charme de Renaud à Montereau Confluences


Image
Le chanteur a clôturé en beauté le festival Montereau Confluences ce samedi soir. Sur les deux jours, ils étaient 50 000 à venir applaudir un plateau royal. Rendez-vous les 1e et 2 juin 2018.

La carcasse, toute tatouée, est abîmée, mais le cœur est là. Renaud et ses intenses yeux bleus ont bouleversé la foule fervente, entièrement acquise à sa cause, ce samedi soir au festival Montereau Confluences. Jambes tremblantes sous un pantalon de cuir, voix hésitante mais bien debout, il a déroulé ses classiques avec enthousiasme, aidé par un chœur de 30 000 personnes. « En cloque », « Mistral Gagnant », « Laisse béton », « Dès que le vent soufflera » ont enchanté le public, ravi de réciter ces chansons qui ont traversé le temps et les générations. Et pourtant, un brin facétieux il avait assuré à son entrée sur scène « avoir le trac pour la première fois ».

« C’est dur de le voir comme ça, soupire malgré tout un festivalier. Mais il est malade, et il se débrouille bien. Nous sommes sa thérapie. » Plus loin, Julie et Sandrine, fans absolues venues de Melun, dansent et chantent en riant. « Il est vraiment super, répètent-elles. C’est un peu moins bien qu’au Zénith de Paris mais Renaud est unique ! »

En tout, 50 000 spectateurs ont participé au festival,.....


Source Le Parisien 11.6.2017
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
Jeep
Messages : 2148
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par Jeep » 18 juin 2017, 18:00

Image

Avatar du membre
Jeep
Messages : 2148
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par Jeep » 18 juin 2017, 18:32

Une journée à Ruoms :

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 18 juin 2017, 21:08

Jeep a écrit :
18 juin 2017, 18:00
Image
Image

Image

Lecture facilitée !
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
SVPat
Messages : 4462
Enregistré le : 27 nov. 2002, 14:30
Localisation : Marseille
Contact :

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par SVPat » 20 juin 2017, 14:13

Concerts en région : Renaud ; Nîmes, Carcassonne , Argelès

Image
Il y a des concerts qui mettent à l'épreuve le moral des fans. Ils y viennent, mais presque à reculons. Parce qu'ils ne supportent pas cette idée incongrue : une star peut vieillir. Au festival Aluna, en Ardèche, on a vu plusieurs spécimens de la sorte. Des chanteurs qui, bien qu'ils aient l'âge d'être retraités, se sont engagés dans des tournées marathon.

Renaud (65 ans), déjà passé par Montpellier, sera ainsi à Nîmes mercredi 5 juillet, à Carcassonne jeudi 7 et à Argelès vendredi 8 juillet. Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc (74 ans tous les trois), réunis dans le trio des Vieilles canailles, revisiteront leurs succès à Nîmes ce jeudi 22 juin, puis à Carcassonne mercredi 5 juillet.

“Avec ma voix pourrie”

Pour Renaud, le problème est simple et il ne s'en cache pas : “J'ai passé une dizaine d'années à pochtronner”, avoue-t-il au public. Ce fléau lui a, entre autres, bien abîmé la voix. Quand il débute le spectacle par Toujours vivant, le titre le plus vendeur de son dernier album, on s'en rend vite compte. Mais Renaud en prend son parti : “Je vais chanter comme d'hab' avec ma voix pourrie, caverneuse comme disent les journaleux. Ils pourraient rajouter généreuse.”

Le généreux filet de voix, donc, est vite accompagné de milliers d'autres voix. C'est sur En cloque, la troisième chanson, qu'on s'en rend compte. Le public, loin de lui en vouloir, l'encourage, le soutient avec force, les larmes aux yeux. Pour dégonfler la bulle émotionnelle, le plus tendre des chanteurs énervants garde du mordant et un joli sens de l'autodérision.

Il enchaîne volontairement J'ai embrassé un flic, une chanson “révolutionnaire” écrite après les attentats de Paris, et La médaille, titre antimilitariste s'élevant contre les “maréchaux assassins” célébrés par la Patrie. Les grands succès ne sont pas oubliés, de Marche à l'ombre à Mistral gagnant. Au rappel, Germaine et Dès que le vent soufflera finissent de dégager les nuages : Renaud a assuré, l'émotion est passée.

"Le jour où il ne sera plus là, le monde va changer"

Le concert des Vieilles canailles revêt, lui, une dimension encore plus particulière. Car si les trois vieux copains du rock'n'roll ont tous passé les 70 ans, le plus célèbre d'entre eux, Johnny, est malade. Ce qui inquiète l'un de ses sosies suisses, André Chanez : “Le jour où il ne sera plus là, le monde va changer. Mais d'ici là, il assurera.”
La suite lui donne raison. Car si Johnny s'assoit parfois, afin d'économiser ses forces lorsqu'il n'a pas le micro, c'est pour mieux se faire entendre par la suite. Sur Quelque chose en nous de Tenessee ou Les Portes du pénitencier, on ne parle pas de filet, mais d'une voix puissante, au point que celles d'Eddy (pourtant toujours belle) et Jacques (plus cabotin que jamais) semblent effacées.
Les trois compères s'amusent quand il faut compter les conquêtes de Dutronc - “il paraît que t'as toujours aimé les filles, cher Jacquot”, dit Hallyday -, s'embrassent entre les chansons, bref, sont heureux d'être là. Et quand ils ont un coup de mou, ils ont une excuse toute trouvée : ils vont au bar, installé sur scène en guise de décor. Un dernier boogie-woogie pour la route, le concert ne déçoit pas. Pour Renaud comme pour les Canailles, ce n'est pas tant la performance qu'on est venu chercher : c'est bien la communion avec tous ces artistes qui, par leurs chansons, ont traversé les générations.


Midi libre du 20.6.2017
Image

Je préfère manger une pomme de terre debout qu'un steak à genoux !
>>> :arrow: > > > >Mon Boxon !

Avatar du membre
ac2n
Messages : 2796
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par ac2n » 02 juil. 2017, 09:43

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07 ... ombat.html
Sur la route depuis un an, Renaud a encore quelques gros festivals à honorer, notamment à Albi le 6 juillet et à Carcassonne le 7. L'occasion pour le chanteur de revenir sur son amour des textes, ceux qu'il écrit et qui l'ont «sauvé» et ceux qu'il lit avec gourmandise.

Renaud est aussi un homme de lettres. Après la réédition de ses chroniques, on le retrouve «dans le texte» avec la parution de l'intégrale de ses chansons en poche, «Dès que le chant soufflera...», ce qui le comble d'aise.

Vos chroniques sont rééditées. Ne craigniez-vous pas qu'il y ait un décalage par rapport à l'actualité ?

Oui, mais les gens savent resituer dans le contexte d'il y a 20 ans. Mes lecteurs se reconnaîtront dans ces chroniques même si elles sont datées. L'écriture est pour moi un moteur. Le 29 janvier (2015, un an avant la sortie de « Toujours debout », NDLR), je me lève à l'aube, en pleine forme, après 5 nuits de vrai sommeil, contrairement aux dix années passées où je me couchais à minuit, me préparant à des nuits blanches. Je dormais comme un bébé, c'est-à-dire : une heure je pleure, une heure je dors. Je me levais à midi, fracassé, plus fatigué que je m'étais couché, titubant, vomissant. Aujourd'hui, je me réveille en pleine bourre et je travaille. J'écris, j'écris, j'écris.

Aujourd'hui, vous chantez «J'ai embrassé un flic». Ce ne fut pas toujours le cas, particulièrement en mai 1968...

Cela n'a peut-être servi à rien mais cela a changé la société, les droits des femmes, le droit à l'avortement, la conscience du travail, la jeunesse qui s'est libérée du carcan des années gaullistes. Cela a été un grand moment, dans le monde entier, un bouleversement sociétal d'une immense importance. J'en garde des souvenirs émus et attendris. J'ai fêté mes 16 ans sur les barricades, rue Gay-Lussac, en toute insouciance. C'était le 11 mai et je faisais partie des barricadiers les plus sauvages qui s'interposaient entre manifestants et les cordons de CRS, qui, à un moment ou à un autre, allaient charger. Je restais à bonne distance d'eux mais quand même, avec un lance-pierre, un pavé que je balançais péniblement à deux mètres devant moi pour cause de musculature déficiente. Je n'ai jamais blessé personne. Mes frères et sœurs étaient de toutes les manifs, particulièrement David.

C'était lié à votre éducation ?

A notre éducation. A dix ans, on militait contre l'OAS, pour l'Algérie indépendante. On criait : «A bas Massu, à bas de Gaulle»…» ou «Vive de Gaulle !» quand il a signé les Accords d'Evian. Le mari de ma sœur aînée était bidasse en Algérie. Il nous écrivait des lettres terribles, sur la guerre, sur les conditions de vie. On craignait pour sa peau. Toutes les discussions à table tournaient autour de ça. Ensuite, le lycée, les rencontres avec les filles… A 11 ans, j'ai découvert les boums du samedi soir en même temps que les comités Vietnam, les comités Action lycéens, le mouvement contre l'armement atomique d'Edmond Rostand. Mes premières manifs étaient contre la bombe atomique ; j'étais déjà un militant écolo à l'époque. Ma seconde vraie manif a été en 1967 pour protester contre la Guerre des six jours ; cette infamie que livraient les peuples arabes contre cette belle et petite démocratie israélienne, à l'époque. C'était avant les colonisations massives, avant que Tsahal devienne une armée d'occupation particulièrement oppressive. Ma troisième manifestation a donc été contre la Guerre du Vietnam. J'avais une pancarte sur laquelle j'avais écrit ce bon mot : «Pour Nixon… le glas». Cela a beaucoup fait rire mes amis manifestants.

Quelle est votre chanson préférée sur le nouveau disque ?

«Les mots». Elle exprime mon amour des mots et rend hommage aux gens qui savent s'en servir comme seule arme. Quand d'autres ont une Kalashnikov, ils ont les mots pour se défendre, pour dire leurs amours, leurs combats. De Léautaud à Nougaro. Comme la musique est assez jolie, je suis pour une fois, c'est assez rare que je dise ça, je suis plus que satisfait, presque fier de cette chanson.

Votre goût pour les mots vient-il de la littérature ?

Je n'ai jamais lu beaucoup. Et même ceux qui lisent beaucoup, c'est-à-dire un livre par semaine, auront lu 3 500 livres dans leur vie, ce qui est dérisoire.

Quels sont vos écrivains préférés ?

Maupassant, Vian, Prévert, Bruant ; un peu Zola, un peu Balzac. Hugo, bien sûr : «Les Misérables». Dumas : «Le comte de Monte Cristo», «Les 3 mousquetaires», que j'ai lu enfant et que j'ai relu il y a une dizaine d'années. Quelle écriture flamboyante ! Mais cela qui m'a le plus inspiré, qui m'a aiguisé, qui m'a forgé, c'est Maupassant. C'est le plus grand, loin devant Céline, dont je n'ai jamais pu terminer «Voyage au bout de la nuit». Maupassant, c'est le style.

Est-ce que ces écrivains se retrouvent dans vos textes ?

Inconsciemment peut-être. Mais je n'ai jamais voulu copier Maupassant, Vian ou Prévert. Pas plus que James Hadley Chase, Raymond Chandler, Carter Brown, ces maîtres du thriller. Mais, passionné que je suis, j'ai réuni les 2 000 premiers numéros, à l'état neuf, de la «Série noire». J'en ai lu 500 ou 600. Aujourd'hui, j'aime les polars de Michael Connelly, ceux de John Grisham.

Vous êtes donc un lecteur régulier ?

Je le suis redevenu. Pendant dix ans, je me suis couché ivre mort, incapable de lire la moindre ligne. Je n'avais pas la tête à ça. Maintenant, j'essaye de rattraper le temps perdu : je dévore.

Renaud en concert à Albi jeudi 6 juillet à partir de 19 heures, dans le cadre de Pause guitare. Egalement à l'affiche Féfé et ZZ Top. Tarifs : de 32 € à 46 €. Et aussi vendredi 7 juillet, à partir de 19 heures, au théâtre Jean-Deschamps de Carcassonne. Egalement à l'affiche : Vianney et Matmatah. Tarif : 51 €.

« Chroniques de Renaud parues dans Charlie hebdo » (Hélium, 352 pages, 14,90 €). « Dès que le chant soufflera...» (506 pages, 8,30 €).

«Mes gonzesses »
Les femmes ont une grande place dans les chansons de Renaud. «Surtout Dominique avec laquelle j'ai vécu vingt ans, précise l'intéressé. Une femme, c'est une compagne, une muse. Elle m'a inspiré quelques chansons d'amour : Ma gonzesse, J'ai la vie qui m'pique les yeux, Manu. A l'époque où elle était encore mariée, j'étais son amant. Elle vivait un jour chez moi, un jour chez lui. Elle a été une béquille pour moi, un soutien, qui continue encore, douze ans après notre séparation. Elle est toujours présente à mes côtés, toujours fidèle. Amoureuse même si nous ne vivons plus ensemble.»

Propos recueillis par Jean-Marc Le Scouarnec
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !

Image

https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5621
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: Les Festivals d'après Tournée: dans la Presse !

Message par Marie la Belge » 02 juil. 2017, 10:05

la Guerre des six jours ; cette infamie que livraient les peuples arabes contre cette belle et petite démocratie israélienne, à l'époque.
C'est curieux, je ne voyais pas ça comme ça. Ni à l'époque ni aujourd'hui.
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Répondre