Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Avatar du membre
Silence noir
Messages : 728
Enregistré le : 29 juil. 2011, 16:15
Contact :

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par Silence noir » 27 sept. 2013, 09:11

Un petit lien pour voir à l'intérieur du théâtre où notre Renaud a joué.... Et puis c'est devenu notre cinéma, voir des films là-bas, c'était magique, c'était un vrai spectacle, pour 5€, l'écran était gigantesque...

http://www.flickr.com/photos/103240448@ ... 928061374/

Moi aussi, j'ai pleuré en voyant le film de Camille... Je lui transmettrai vos compliments.... je pleure aussi en écoutant certaines chansons de Renaud...

_PM_
Messages : 501
Enregistré le : 27 déc. 2012, 22:52

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par _PM_ » 28 sept. 2013, 14:27

Ici, c'était pas un théatre, c'était le Balthazar...

[dailymotion=x4qxhu_watcha-clan-au-balthazar_music][/dailymotion]



... qui ferma un soir où MAP devait se produire

http://slamarseille.blogspot.fr/2008/07 ... hazar.html



mais fort heureusement, 3 ans plus tard::

http://www.marsactu.fr/culture-2013/mol ... 28599.html


Avatar du membre
Silence noir
Messages : 728
Enregistré le : 29 juil. 2011, 16:15
Contact :

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par Silence noir » 29 nov. 2013, 10:44

Pour ceux qui ne sont pas abonnés à Médiapart... (mais, c'est cette presse qu'il faut soutenir...)


Poitiers : le maire, le théâtre et le promoteur
28 NOVEMBRE 2013 | PAR MARTINE ORANGE
Le maire socialiste de la ville, Alain Claeys, a accepté la cession de l’ancien théâtre municipal au prix de 510 000 euros, soit moins de 200 euros le mètre carré. La vente réalisée de gré à gré se fait au bénéfice d’un promoteur local, avec de confortables plus-values à la clé. Une association demande l’annulation de la vente.

Ce devait être une opération immobilière sans problème. Mais rien ne s’est passé comme prévu. En lançant la vente du théâtre municipal, le maire socialiste de Poitiers, Alain Claeys, espérait bien expédier le dossier de façon habile et rapide, afin de dégager le terrain avant les élections. Il a juste sous-estimé l’effet que produiraient l’annonce et surtout le prix de la vente du théâtre municipal auprès de ses électeurs.
Depuis des mois, des associations, des représentants de la culture, des étudiants, des jeunes, des vieux se mobilisent pour sauver leur théâtre municipal. Une pétition a déjà recueilli plus de 6 000 signatures. Une lettre a été adressée à la ministre de la culture, restée jusqu'ici sans réponse. La presse locale se fait écho régulièrement de la contestation sans trouver de relais.
Le 20 novembre, une association pour la défense de l’ancien théâtre de Poitiers, animée par Jacques Arfeuillère, professeur de lettres, a déposé deux recours, l’un auprès de la mairie, l’autre auprès de la préfecture pour faire annuler le projet de vente. « Des écologistes, des gens du Front de gauche, des membres du NPA », tente de relativiser avec un brin de condescendance Alain Claeys, maire mais aussi député, élu à la tête d’une majorité plurielle.
Mais l’opposition au projet de vente de l’édifice public déborde désormais largement ceux que le maire désigne comme ses adversaires depuis que les habitants ont découvert le prix de la cession. Le 23 septembre, le conseil municipal annonçait qu’il allait vendre l’ancien théâtre municipal de gré à gré à un promoteur privé pour 510 000 euros. Les habitants de la ville se sont frotté les yeux : 2 500 mètres carrés en plein centre-ville pour moins de 200 euros le mètre carré ! Beaucoup s’interrogent sur le bien-fondé de l’opération. Où est l’intérêt de la ville dans cette cession d’un bien public à un promoteur privé sans aucun rapport avec le prix du marché ?
« Tout est clair. Tout s’est fait dans la légalité et la transparence. Une estimation a été demandée aux domaines. La loi a été respectée. Si les opposants ont des doutes, qu'ils portent plainte », soutient Alain Claeys, visiblement agacé des questions sur ses choix et sa gestion. Député depuis 1997, maire depuis 2008 (il a succédé au socialiste Jacques Santrot, maire durant trente et un ans !), habitué à un mandat sans trop d’anicroches, il n’avait pas vu venir la contestation. D'autant que celle-ci s'élargit maintenant à d'autres projets immobiliers du maire, dont le futur palais de justice. Aujourd’hui, l’affaire du théâtre municipal risque de se retrouver au cœur de la campagne municipale, censée jusqu’alors se dérouler sans grand problème.
Au début était un théâtre. Situé en plein centre-ville entre la préfecture et la mairie, sur la place principale que les Poitevins s’entêtent à continuer d’appeler place d’Armes, des décennies après avoir été renommée, ce théâtre municipal, inauguré en 1954, a été des années durant le lieu de culture de la ville. Dans une ville qui vit au rythme de la vie universitaire, bouillonnante de vie pendant l’hiver, vide et déserte l’été – la ville de 90 000 habitants accueille 25 000 étudiants –, c’est un endroit de rencontres, de souvenirs, d’émotion, de découvertes qui a marqué des générations.

Il y a quelques années, la ville de Poitiers, qui mène une ambitieuse politique culturelle, s’est dotée d’une nouvelle scène, le théâtre auditorium de Poitiers (TAP). Une scène nationale placée sous l’égide du ministère de la culture, qui accueille théâtres, concerts, spectacles vivants. Le maire de l’époque, Jacques Santrot, avait promis alors que l’ancien théâtre continuerait à fonctionner, en liaison avec le TAP : il était devenu depuis longtemps un cinéma d’art et essai. Un cinéma à l’ancienne avec orchestre et balcons. Un endroit rare, représentatif de l’architecture du milieu du XXe siècle avec son immense miroir en verre églomisé, ses lustres et ses ferronneries. Bizarrement, l’immeuble n’a jamais été classé, ce qui aurait sans doute permis de le mettre à l’abri de toute spéculation immobilière.
Mais brusquement, le maire de Poitiers, Alain Claeys, ne se sent plus du tout tenu par les engagements pris par son prédécesseur. En 2012, il confirme que la ville n’a plus besoin du théâtre, au nom du nouveau développement du centre-ville.
Après avoir multiplié les centres commerciaux à chaque sortie de la ville – comme presque partout en France –, la municipalité se rend compte que le centre-ville est en train de dépérir. Les magasins ferment, à l’instar du Printemps, sacrifié par la direction de la chaîne de grands magasins sans que la municipalité ne s’en émeuve beaucoup. D’autres menacent de le faire, notamment la chaîne de cinéma CGR – aussi importante dans le sud-ouest de la France qu’UGC – qui pense supprimer ses salles de cinéma en centre-ville. « CGR a construit un complexe cinématographique à Fontaine-le-Comte (dans la banlieue de Poitiers). Il ne voyait plus l’intérêt de se maintenir en centre-ville. Mais une ville comme Poitiers sans cinéma au centre, ce n’est pas possible », explique Bernard Cornu, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, au cœur du projet de reconversion du théâtre.
Qu’à cela ne tienne ! Au terme d’une année de négociations, un compromis étonnant est trouvé : pour maintenir les salles privées, la mairie accepte de sacrifier son cinéma municipal. Pour justifier son choix, l’équipe municipale explique qu’elle n’a plus les moyens d’entretenir le bâtiment et son exploitation. « Le TAP nous a coûté 55 millions d’euros. Il faut financer son exploitation. La ville n’a pas les moyens de payer deux théâtres », explique le maire.
Cependant, en contrepartie de la fermeture du théâtre, la municipalité propose de louer trois salles chez l’exploitant privé pour faire du cinéma d’art et d’essai en centre-ville pour 180 000 euros par an. Quels étaient les coûts de fonctionnement du théâtre ? La ville n’avait-elle pas plutôt intérêt à moderniser son théâtre plutôt que de subventionner un exploitant privé ? Autant de questions que le maire n’a guère envie de discuter. « Je ne vais pas rentrer dans les détails », balaie-t-il de la main avant de se féliciter de l’augmentation de la fréquentation depuis l’ouverture des trois salles payées par la municipalité.

Fin décembre 2012, le théâtre devient un grand vaisseau échoué. Du jour au lendemain, les poignées de porte ont été enlevées, les portes et les vitres obscurcies. Plus rien ne filtre vers l’extérieur.
Dans le cadre de l’enquête publique sur la sauvegarde du centre-ville, les habitants ont multiplié les remarques sur le sort réservé au théâtre. Beaucoup plaident pour sa sauvegarde, pour son maintien dans le giron public, et en tout cas pour que soit procédé au classement du théâtre avant toute opération, afin de préserver l’architecture de l’ensemble. Des remarques considérées comme en partie justifiées par le commissaire enquêteur, qui recommandait que « les décisions soient prises en concertation avec les intéressés ».
Malgré cela, le classement complet de l’édifice n’aura jamais lieu. Alain Claeys assure que la préservation du patrimoine a été au cœur de la réflexion de la ville. « C’est la ville qui a demandé le classement d’un certain nombre d’éléments comme la façade, le miroir, les ferronneries », insiste-t-il. Dans ce type de dossier, l’architecte des bâtiments de France, chargé notamment de la préservation des patrimoines, a normalement une voix prépondérante. A-t-il fait des recommandations ? Ont-elles été suivies par la mairie ?« L’architecte des bâtiments de France n’a pas obtenu l’autorisation de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) pour communiquer », nous a-t-il été indiqué dans un courriel en réponse à une demande d’entretien. Mais que craint donc la Drac pour interdire à l’architecte de parler ?
Pour rassurer les associations et les habitants de plus en plus inquiets sur le sort futur de l’édifice, Alain Claeys promet une grande concertation. Fin avril, ils découvrent que tout est déjà bouclé. La ville lance un appel à projets pour le théâtre. Cette procédure publique, souvent utilisée pour des associations ou des sujets sociaux ou culturels, est normalement destinée à aider les collectivités à trouver des solutions pour des problèmes complexes. Une sorte de concours d’idées.
Mais là, la mairie de Poitiers a déjà tout arrêté. Un comité de pilotage a été constitué avec six adjoints et le maire pour élaborer le cahier des charges dès le début de l’année. « Le cahier des charges n’a pas été soumis au conseil », assure Maryse Desbourdes, élue NPA au conseil municipal et opposée à la vente.
Dans son appel à projets (consultable ici), la ville précise que le théâtre va être découpé, sans toucher à la façade principale. Elle se réserve l’orchestre de la salle, au sous-sol, pour faire une nouvelle salle qui devrait être consacrée aux arts visuels, ainsi que l’entrée. Pour le reste, l’intérieur peut être redécoupé pour accueillir des commerces, des bureaux, et des logements aux derniers étages. « L’association de la culture et du commerce est désormais une tendance lourde. Cela permet de faire un lieu vivant en préservant l’essentiel », dit Alain Claeys.
De façon un peu inattendue, cet appel à projets est lié à une vente de gré à gré. Les candidats doivent se presser : ils ont à peine un mois pour imaginer le futur du théâtre et remettre leur dossier. Tout doit être bouclé le 31 mai 2013.
Chargé par l’association de défense de rédiger les recours, l’avocat Nicolas Duflos s’interroge sur la procédure retenue qui semble relever de la commande publique sans en être officiellement une, en liant un projet à une vente de gré à gré.
Avant même que le conseil municipal ne se soit prononcé, toute la ville paraît connaître le nom de l’équipe gagnante : il s’agit des promoteurs Thierry Minsé et Thierry Février, et de l’architecte François Pin. En quelques années, ces promoteurs sont devenus des gloires locales. Ils ont réalisé plusieurs centres commerciaux dans la périphérie de la ville, et dans la région, ils ont construit des bureaux, des logements, des hôtels. Une opération a particulièrement frappé les Poitevins : Thierry Minsé a racheté l’ancien hôtel des archivesdépartementales – un ancien couvent – pour y réaliser un hôtel de luxe en 2011, dessiné par l’architecte François Pin.
Découvrant ce qui semble être acté, un adjoint chargé du bâtiment, Robert Rochaud (EELV), s’étonne alors de ne pas avoir été convié avec une autre adjointe chargée du patrimoine à la réunion du comité de pilotage devant dépouiller les offres. « Le maire m’a répondu : "Tu ne peux pas manifester à l’extérieur contre le projet et siéger en même temps au comité de pilotage" », explique aujourd’hui l’élu. Ainsi va la démocratie locale...
A main levée
Sans surprise, le conseil municipal du 23 septembre vote la vente du théâtre et le nom du repreneur. « Beaucoup d’élus, y compris dans la majorité, étaient opposés au projet de cession. Nous avons demandé un vote à bulletin secret. Mais le maire a refusé. Il a obligé les élus à voter à main levée. Il savait ce qu’il faisait : personne de son équipe n’allait oser le contester publiquement. Ils ont tous voté pour », se souvient Maryse Desbourdes. Le principe de la cession est adopté ce jour-là par 34 voix pour, 9 contre et 5 abstentions.
Mais la vraie surprise pour les habitants de la ville, c’est le prix. Jamais jusqu’alors, il n’y avait été fait référence, même dans l’appel à projets. Les textes régissant les collectivités locales précisent que, si les municipalités ont toute liberté de choisir une vente de gré à gré, cela ne les dispense pas « après avoir décidé de la vente, de fixer un prix de base ou de retrait ainsi que les conditions de vente sous forme d’un cahier des charges comme en matière d’adjudication ». Or, dans ce dossier, rien de tel. Ce n’est qu’à l’issue du conseil municipal, alors que l’équipe gagnante a déjà été retenue, que tous découvrent le prix : 510 000 euros !
« Si nous avions connu le prix, nous aurions organisé une souscription pour racheter le théâtre. Je suis sûr que nous aurions réussi à réunir la somme », assure Jacques Arfeuillère, président de l’association de défense. Dans son recours pour obtenir l’annulation, celle-ci insiste sur ce prix dérisoire, sans aucun rapport avec le marché immobilier de la région.« C’est un prix qui n'a aucun sens. Il est interdit de brader un bien public », renchérit Arnaud Clairand, membre d’EELV très actif dans le collectif de défense.
« Nous avons tout fait dans la légalité. Nous avons demandé l’avis aux Domaines. Et le prix que nous avons retenu est même 20 % au-dessus de leur estimation », se défend Alain Claeys. De fait, une estimation a bien été demandée aux services des Domaines. Leur étude a été rendue le 6 septembre 2013. D’un côté, ils ont estimé les deux commerces attenants au théâtre. Alors que ceux-ci rapportent à la ville un loyer de 35 000 euros par an, leur valeur a été estimée à 210 000 euros, soit six années de loyer. Mais le plus étonnant est l’estimation de l’ancien théâtre. Après avoir sous-estimé de 1 000 mètres carrés l’espace intérieur, comme l’a relevé l’avocat de l’association, les Domaines ont chiffré la valeur du bâtiment à 225 000 euros.
Image

Pierre de Calvingrad
Messages : 959
Enregistré le : 05 mai 2004, 08:23
Localisation : Calvingrad pardi !

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par Pierre de Calvingrad » 29 nov. 2013, 15:39

Silence noir a écrit :Pour ceux qui ne sont pas abonnés à Médiapart... (mais, c'est cette presse qu'il faut soutenir...)


Poitiers : le maire, le théâtre et le promoteur
28 NOVEMBRE 2013 | PAR MARTINE ORANGE
Le maire socialiste de la ville, Alain Claeys, a accepté la cession de l’ancien théâtre municipal au prix de 510 000 euros, soit moins de 200 euros le mètre carré. La vente réalisée de gré à gré se fait au bénéfice d’un promoteur local, avec de confortables plus-values à la clé. Une association demande l’annulation de la vente.

(...)

Merveilleux ...

Pierre
"Il faudrait s'efforcer d'être heureux,
ne serait-ce que pour donner l'exemple"

Jacques Prévert

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5619
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par Marie la Belge » 30 nov. 2013, 12:54

Mediapart, c'est un soutien de poids, Silence !
Et c'est vrai, faut vous y abonner, c'est franchement intéressant comme media.
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

_PM_
Messages : 501
Enregistré le : 27 déc. 2012, 22:52

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par _PM_ » 30 nov. 2013, 21:43

Quand même, 510 000 euros !!
PUtain d'opération immobilière !
c'est combien le prix du metre carré dans le centre de poitier ??

Avatar du membre
Born X
Messages : 10109
Enregistré le : 05 oct. 2006, 11:41

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par Born X » 01 déc. 2013, 00:19

_PM_ a écrit : c'est combien le prix du metre carré dans le centre de poitier ??
Grosso modo entre 2000 et 2500 euros
Soit au minimum 10 fois plus que le prix auquel le théâtre a été vendu...
(et désolé pour le HS mais tant qu'à parler de vendus, médiapart c'est tout SAUF un média à soutenir... à moins bien sur d'aimer les girouettes qui retournent leur veste en fonction du sens du vent.)
La première décision vient du coeur et l'intelligence, dont nous sommes tous dépositaire, doit faire ce que notre coeur décide.
La normalité n'est pas le summum de ce qui peut s'atteindre.
Anne-Claire Damaggio

Avatar du membre
Silence noir
Messages : 728
Enregistré le : 29 juil. 2011, 16:15
Contact :

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par Silence noir » 05 déc. 2013, 13:31

Médiapart, ça reste un des seul média d'investigation !!!!
Image

Avatar du membre
daminus
Messages : 169
Enregistré le : 12 juin 2007, 13:16

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par daminus » 29 sept. 2016, 13:42

Vers une annulation de la vente de l'ancien théâtre ?

à lire ici, http://www.lanouvellerepublique.fr/Vien ... re-2853927
--
snuᴉɯɐp

Avatar du membre
daminus
Messages : 169
Enregistré le : 12 juin 2007, 13:16

Re: Pétition pour sauver un théâtre à Poitiers

Message par daminus » 30 sept. 2016, 13:57

Ancien théâtre: la mairie de Poitiers réagit

à lire ici, http://www.lanouvellerepublique.fr/Vien ... it-2855041
--
snuᴉɯɐp

Répondre