Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Jeep
Messages : 2489
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Jeep »

On en a parlé il y a quelques semaines.
Sortie du film " Gaston" demain dans plusieurs centaines de salles.
Une des plus grosses productions françaises qui sortira en 2018.

Réaction de la fille d'André Franquin :
Ça fait mal, très mal même, car j'assiste impuissante au désastre, en espérant de tout cœur que le public saura distinguer le bon grain de l'ivraie, si je puis dire.

La suite ici :http://www.lefigaro.fr/cinema/2018/04/0 ... 6--gaston-…


Quelques mots sur "Les Aventures de Spirou et Fantasio" sorti le 21 février dernier et qui a fini carrière après un naufrage avec seulement 232.000 spectateurs dans les salles françaises.

Tha_moumou
Messages : 934
Enregistré le : 13 oct. 2005, 13:17

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tha_moumou »

Charlie Brown a écrit :
02 avr. 2018, 23:24
Oh putain ! Je sors du cinoche. Je viens d'aller voir Ready Player One avec une copine. Qu'est-ce qu'on s'est fait chier ! :?

C'est pas inintéressant, en soi, cette anticipation sur les jeux et les mondes virtuels, mais c'est d'un chiant ! Même si l'action ne s'arrête jamais (ou plutôt parce que l'action ne s'arrête jamais - oui, je me fais souvent chier dans les films d'action pure, c'est pour ça que j'y vais peu), je me suis surpris plusieurs fois à penser à autre chose pendant la projection. Puis j'essayai de revenir au film, avec son esthétique de jeu vidéo insupportable, avant de re-décrocher. 2h20 comme ça, quand même ! Bon, peut-être que c'est juste parce que je ne suis pas un geek...

En plus, si j'ai bien tout compris, Halliday (si, si, je vous jure !), le concepteur du jeu de réalité virtuelle en ligne Oasis dans le lequel évoluent les protagonistes, à dû naître autour de 1970. Il a donc mon âge (peut-être même un peu plus) ! Toutes les références dont il truffe son monde virtuel (et donc Spielberg son film) datent des années 80 ! Des consoles Atari à Space Invaders, de la DeLorean à la moto d'Akira, du Jump de Van Halen qui ouvre le film à Take On Me de A-Ha... etc... etc... Bref, en plus de rendre le truc moyennement crédible (un gars de ma génération qui créerait ce genre de monde virtuel dans les années 2020, si j'ai bien tout compris, donc dans sa cinquantaine, c'est possible ? Et qui maîtriserait encore tout ça à sa mort en 2040, c'est possible aussi ? Bon je veux bien que Halliday soit pensé comme une sorte double de Spielberg, capable de faire ce genre de film à plus de 70 ans, mais quand même...), c'est marrant deux secondes mais ça finit vite par fatiguer, toutes ces références jetées gratuitement ça et là pour le seul plaisir du réalisateur et celui, plus ou moins "nostalgique", du "vieux" qui ira voir le film...
J'ai adoré !

Malgré les faiblesses scénaristiques habituelles, évidemment, je n'avais de toute façon aucune attente de ce côté là (mais ça reste nettement moins débile qu'un Nolan) Mais je l'ai trouvé super beau. Ambiance : salut, je suis Steven, j'ai 70 balais, et je vais vous montrer pourquoi le boss c'est moi,bande de trous du cul.

Et puis alors la plongée dans Shining...

Charlie Brown
Messages : 2290
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Tha_moumou a écrit :
04 avr. 2018, 22:01
J'ai adoré !

Ça ne m'étonne absolument pas ! :-)
'spèce de geek, va !

Tha_moumou a écrit :
04 avr. 2018, 22:01
Malgré les faiblesses scénaristiques habituelles, évidemment, je n'avais de toute façon aucune attente de ce côté là (mais ça reste nettement moins débile qu'un Nolan)

C'est clair. Nolan, c'est le summum. Inception est une des pires purges que j'aie vues de toute ma vie ! (Bon, cela dit, j'avais bien aimé Memento, à l'époque... Je sais pas si je suis crédible, là, du coup...)

Tha_moumou a écrit :
04 avr. 2018, 22:01
Mais je l'ai trouvé super beau. Ambiance : salut, je suis Steven, j'ai 70 balais, et je vais vous montrer pourquoi le boss c'est moi,bande de trous du cul.

Je l'ai trouvé très moche (mais bon, comme je le disais, les esthétiques jeux vidéo et moi, ça fait douze !).
Après, oui, c'est sûr qu'à 70 balais, il impressionne, l'ami Steven. Mais cette année, il m'a plus impressionné par la classe de l'archi-classique (plan-plan ?) Pentagon Papers, qu'il a dû réaliser en parallèle de Ready Player One, parce qu'il devait quand même se faire un peu chier, par moments, sur son tournage tout numérisé-virtuel, non ?

Tha_moumou a écrit :
04 avr. 2018, 22:01
Et puis alors la plongée dans Shining...

Figure-toi que je n'ai toujours pas vu Shining... :?
Ça fait parti des films que j'ai toujours eu peur de voir. (Si, si, je suis une vraie chochotte quand je m'y mets... :-D De toute façon, moi, les films d'horreur ou d'épouvante, ça n'a jamais été trop mon truc... :? Et puis tu connais mon problème avec Kubrick... :-) )
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3870
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

Charlie Brown a écrit :
04 avr. 2018, 23:22
Tha_moumou a écrit :
04 avr. 2018, 22:01
Malgré les faiblesses scénaristiques habituelles, évidemment, je n'avais de toute façon aucune attente de ce côté là (mais ça reste nettement moins débile qu'un Nolan)

C'est clair. Nolan, c'est le summum. Inception est une des pires purges que j'aie vues de toute ma vie ! (Bon, cela dit, j'avais bien aimé Memento, à l'époque... Je sais pas si je suis crédible, là, du coup...)
Bon, avec votre permission, je vais faire une aparté et ça me ferait plaisir d' avoir votre ressenti. J' ai vu Inception, j' ai vu Memento (je crois ?) et mon avis n' a que peu d' importance ici. Mais je savais même pas que c' était du même mec !
Moi je me sens complétement largué avec le cinéma d' aujourd'hui. Et surtout avec la personnalité, la patte, l' oeil d' un réalisateur. Je suis peut-être pas (ou plus ?) assez attentif à ça j' avoue, mais je crois aussi que ça vient pas que de moi.
Déjà les réalisateurs on ne les mets plus autant en avant. On met juste sur l' affiche: "Par le réalisateur de... !" et son nom n' apparait qu' en tout petit en bas avec plein d' autres noms. Et ça ça m' énerve un peu. Ça ne peut plus être un gage de qualité vu que là où je veux en venir c' est qu' il sont tous (ou presque !) fondu dans moule unique.
J' ai rien contre les blockbusters hein, c est distrayant, ça captive, on est sur le cul tous ça tout ça... ! Par exemple j' ai kiffé "2012" que j' ai revu y a pas longtemps et c' est pour ça que je le cite. Mais je trouve ça complétement dépersonnalisé comme mise en scène. D' ailleurs je sais même pas qui l' a réalisé et presque je m' en fout, et ça c' est inquiétant nan ? J' étais pas comme ça avant !
Je trouve juste bizarre que je sache voir la différence entre un Chabrol et un Rohmer, un John Ford et un Howard Hawks, que je sache identifier un Scorsese, un De Palma... Hitchcock n' en parlons pas ! etc etc... mais je me contrefous de savoir qui réalisera le prochain Iron-Man puisque que qui que ce soit j' aurais (ou pas, ça dépendra de mon humeur) la curiosité de le voir. Après que je veuille le voir ou non, que j' aime ou j' aime pas, c' est une autre affaire, mais quoi qu' il en soit mon choix ou mon goût, j' en suis quasi sûr, ne dépendra pas du réalisateur.
Et pour qu' un réalisateur se démarque aujourd' hui, faut en faire des caisses, c' est à dire être loin de toute subtilité. Tarantino quoi !... (Que je déteste pas hein, je veux pas dire ça. On le reconnait dès le premier tour de manivelle... si je puis dire, au temps du numérique ! Mais de devoir en faire autant pour se personnaliser, ça me gène un peu.
Enfin là où je veux en venir c' est que (pour le spectateur lambda en tout cas et je ne me définis pas autrement, en tout cas depuis quelques temps), les réalisateurs sont tellement tenus d' obéir à des contraintes qui n' ont rien à voir avec leur langage personnel qu' on ne peut plus (ou presque plus) les distinguer. C' est ce que je déplore et j' aimerai savoir si vous pensez pareil ? (Et visiblement oui, vu le quote du début de ce (trop !) long message. :-) )

...Ou bien si en vieillissant j' ai de la merde dans les yeux, ce qui est possible aussi ? :-D

Tha_moumou
Messages : 934
Enregistré le : 13 oct. 2005, 13:17

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tha_moumou »

Charlie Brown a écrit :
04 avr. 2018, 23:22


Je l'ai trouvé très moche (mais bon, comme je le disais, les esthétiques jeux vidéo et moi, ça fait douze !).
Je connais pas l'esthétique jeux video (enfin pas depuis 1996 ou quelque chose dans le genre). Enfin si, il m'arrive encore de jouer à Gemcraft, mais ça doit pas être de ça que tu parles.

Mais justement j'ai trouvé dans ce film quelque chose qui le rapprochait visuellement de Theorem Zero de Terry Gilliam (que je suis allé voir 2 fois). Y en a littéralement partout tout le temps (du moins dans la réalité virtuelle, mais aussi dans la toute première scène du film).

Charlie Brown a écrit :
04 avr. 2018, 23:22
Figure-toi que je n'ai toujours pas vu Shining... :?

Toi tu vas te faire piquer le cul en enfer, quand tu vas y passer. On te passera les Visiteurs 2 en boucle.

Et pour répondre à Blaise, c'est marrant, j'ai vu un De Palma hier, et ouais, De Palma c'est De Palma. Et Carpenter c'est Carpenter, aussi.

Question contraintes, c'est clair que la débilité des dialogues semble en être une, et Ready player one en est un bien bel exemple.


J'ai l'impression que tu parles juste de la différence entre cinéma d'auteur et cinéma de studios, ceci dit.

Tha_moumou
Messages : 934
Enregistré le : 13 oct. 2005, 13:17

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tha_moumou »

Blaise Poulossière a écrit :
05 avr. 2018, 22:46
Je trouve juste bizarre que je sache voir la différence entre un Chabrol et un Rohmer, un John Ford et un Howard Hawks, que je sache identifier un Scorsese, un De Palma... Hitchcock n' en parlons pas ! etc etc... mais je me contrefous de savoir qui réalisera le prochain Iron-Man puisque que qui que ce soit j' aurais (ou pas, ça dépendra de mon humeur) la curiosité de le voir. Après que je veuille le voir ou non, que j' aime ou j' aime pas, c' est une autre affaire, mais quoi qu' il en soit mon choix ou mon goût, j' en suis quasi sûr, ne dépendra pas du réalisateur.
Je vois pas les choses comme ça. Ça ne me viendrait pas à l'esprit d'aller voir Iron Man, à moins qu'on annonce par exemple Bong Joon-ho à la réalisation. J'ai pu constater que j'aimais bien ce qu'il faisait à chaque fois, alors même que ses films sont assez différents les uns des autres. A l'inverse, j'ai pu constater aussi que j'aimais pas les films de Nolan. Alors je sais pas quelle est leur réelle marge de manoeuvre, il n'empêche que j'ai l'impression que mes goûts sont pas indépendants du réalisateur. Et ça vaut même pour Luc Besson, dont j'aime plutôt bien la production (je suis loin d'avoir tout vu ceci dit).

Charlie Brown
Messages : 2290
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Blaise Poulossière a écrit :
05 avr. 2018, 22:46
Moi je me sens complétement largué avec le cinéma d' aujourd'hui. Et surtout avec la personnalité, la patte, l' oeil d' un réalisateur. Je suis peut-être pas (ou plus ?) assez attentif à ça j' avoue, mais je crois aussi que ça vient pas que de moi.
Déjà les réalisateurs on ne les mets plus autant en avant. On met juste sur l' affiche: "Par le réalisateur de... !" et son nom n' apparait qu' en tout petit en bas avec plein d' autres noms. Et ça ça m' énerve un peu. Ça ne peut plus être un gage de qualité vu que là où je veux en venir c' est qu' il sont tous (ou presque !) fondu dans moule unique.
J' ai rien contre les blockbusters hein, c est distrayant, ça captive, on est sur le cul tous ça tout ça... ! Par exemple j' ai kiffé "2012" que j' ai revu y a pas longtemps et c' est pour ça que je le cite. Mais je trouve ça complétement dépersonnalisé comme mise en scène. D' ailleurs je sais même pas qui l' a réalisé et presque je m' en fout, et ça c' est inquiétant nan ? J' étais pas comme ça avant !
Je trouve juste bizarre que je sache voir la différence entre un Chabrol et un Rohmer, un John Ford et un Howard Hawks, que je sache identifier un Scorsese, un De Palma... Hitchcock n' en parlons pas ! etc etc... mais je me contrefous de savoir qui réalisera le prochain Iron-Man puisque que qui que ce soit j' aurais (ou pas, ça dépendra de mon humeur) la curiosité de le voir. Après que je veuille le voir ou non, que j' aime ou j' aime pas, c' est une autre affaire, mais quoi qu' il en soit mon choix ou mon goût, j' en suis quasi sûr, ne dépendra pas du réalisateur.
Et pour qu' un réalisateur se démarque aujourd' hui, faut en faire des caisses, c' est à dire être loin de toute subtilité. Tarantino quoi !... (Que je déteste pas hein, je veux pas dire ça. On le reconnait dès le premier tour de manivelle... si je puis dire, au temps du numérique ! Mais de devoir en faire autant pour se personnaliser, ça me gène un peu.
Enfin là où je veux en venir c' est que (pour le spectateur lambda en tout cas et je ne me définis pas autrement, en tout cas depuis quelques temps), les réalisateurs sont tellement tenus d' obéir à des contraintes qui n' ont rien à voir avec leur langage personnel qu' on ne peut plus (ou presque plus) les distinguer. C' est ce que je déplore et j' aimerai savoir si vous pensez pareil ? (Et visiblement oui, vu le quote du début de ce (trop !) long message. :-) )

...Ou bien si en vieillissant j' ai de la merde dans les yeux, ce qui est possible aussi ? :-D

C'est sûr que le cinéma a beaucoup changé, évolué, depuis les réalisateurs que tu cites, mais, personnellement, le nom du réalisateur est toujours mon premier critère pour choisir un film. Peut-être parce que je vais beaucoup au cinéma, et que je continue donc de fréquenter les nouveaux réalisateurs, que je découvre régulièrement grâce à mes autres critères de choix de films.

En gros, si je devais classer les critères qui font que je vais voir un film ou non, je dirais, dans l'ordre :

1. Le/La cinéaste
2. Les actrices
3. Le genre ("Cinéma d'auteur" (c'est pas pas un genre, mais bon...), SF, Polar, Fantastique, Comédie, Comédie romantique... etc...)
4. Le sujet (oui, le sujet n'a pas souvent grande importance, pour moi...)

Et dans une moindre mesure :

5. La bande-annonce (seulement au cinéma, lors de la séance avant un film, sinon, je ne les regarde pas)
6. Les critiques (très rare, et souvent par hasard… d'autant plus que lorsqu'il m'arrive de lire/écouter les critiques, c'est quasiment toujours après avoir vu un film)
7. Le bouche à oreille (lors de discussions avec les gens qui ont des goûts proches des miens, ou sur le forum, parfois...)


Et, comme Moumou, je dirais que :
Tha_moumou a écrit :
07 avr. 2018, 13:03
J'ai l'impression que tu parles juste de la différence entre cinéma d'auteur et cinéma de studios, ceci dit.

Même si je trouve que, même parmi les faiseurs de blockbusters, il y a des réalisateurs qui impriment très fortement leur empreinte sur ceux-ci, même quand ce sont des films "de commande" voire de "franchises" (l'excellent Denis Villeneuve, par exemple, ou Alejandro Gonzalez Inarritu, voire Matthew Vaughn, Christopher McQuarrie ou Guillermo Del Toro...)

Les réalisateurs anglo-saxons avec une véritable patte, reconnaissable, avec un univers très personnel, tu les trouveras surtout du côté du cinéma dit "indépendant". Parmi ceux ayant émergé au 21ème siècle (ou presque) et que je trouve très talentueux (même si je n'aime pas tous leurs films), je citerais volontiers Sofia Coppola, Wes Anderson, Richard Ayoade, Spike Jonze, Michel Gondry (il est français, mais bon, ses meilleurs films sont ses films américains), Miranda July, Jonathan Dayton & Valerie Faris, Alexander Payne, Jason Reitman, Jeff Nichols, John Carney, Sarah Polley...

Ou encore, parmi les cinéastes Français ou francophone : François Ozon, Albert Dupontel, Noémie Lvovsky, Agnès Jaoui, Bruno Podalydès, Quentin Dupieux, Arnaud Desplechin, Emmanuel Mouret, Michel Hazanavicius, Stéphane Brizé, Dominique Abel & Fiona Gordon, Arnaud & Jean-Marie Larrieu, Mia Hansen-Love, Solveig Anspach (hélas décédée récemment et bien trop jeune)...

Sans compter les cinéastes d'autres horizons, si on s'intéresse à d'autres filmographies. Par exemple, pour moi, le Japon (Hirokazu Kore-eda, Naomi Kawase, Kiyoshi Kurosawa...), la Corée du Sud (Park Chan-wook, Bong Joon-ho, Hong Sang-soo...), la Scandinavie (Aki Kaurismäki, Roy Andersson...), l'Iran (Jafar Panahi...)... etc...

Et puis il reste encore de vieilles valeurs sures toujours en activité et toujours reconnaissables, dont j'essaye de ne louper aucun film : Woody Allen, Steven Spielberg, Jim Jarmush, Roman Polanski, les frères Coen...

Tha_moumou a écrit :
07 avr. 2018, 13:03
Charlie Brown a écrit :
04 avr. 2018, 23:22
Figure-toi que je n'ai toujours pas vu Shining... :?
Toi tu vas te faire piquer le cul en enfer, quand tu vas y passer. On te passera les Visiteurs 2 en boucle.

:-D

(J'ai jamais vu Les Visiteurs 2... En revanche, j'avais bien aimé le 1... :-) )

Tha_moumou a écrit :
07 avr. 2018, 13:03
Mais justement j'ai trouvé dans ce film quelque chose qui le rapprochait visuellement de Theorem Zero de Terry Gilliam (que je suis allé voir 2 fois). Y en a littéralement partout tout le temps (du moins dans la réalité virtuelle, mais aussi dans la toute première scène du film).

Pas vu non plus, mais celui-là, je voulais le voir (Terry Gilliam oblige). Je l'ai loupé, il est pas resté assez longtemps à l'affiche... :?

Tha_moumou a écrit :
08 avr. 2018, 10:22
Alors je sais pas quelle est leur réelle marge de manoeuvre, il n'empêche que j'ai l'impression que mes goûts sont pas indépendants du réalisateur. Et ça vaut même pour Luc Besson, dont j'aime plutôt bien la production (je suis loin d'avoir tout vu ceci dit).

Y'a plein de choses que je comprends mieux, du coup... :? :-D
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3870
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

Y aurait tant à répondre, mais faudrait déjà que j' arrive à démêler l' écheveau qu' il y a dans ma tête ! :-)
Je sais pas trop ce que c' est que des films d' auteurs si ce n' est des films dont l'auteur impose son empreinte (et pour ça je suis loin de les apprécier tous !) Et je disais justement qu' on en voit de moins en moins, même si je me doute bien qu' il en reste. (et là j' en profite pour dire un big merci à Lucien pour m' avoir donner l' envie de voir "Paterson" de Jarmusch qui est un vrai beau film et qui pourrait bien me rendre fan d' Adam Driver qui crève l' écran avec rien et qui m' avait déjà fait une bonne impression dans "Silence" de Scosese.) mais malheureusement c' est l' exemple qui ne confirme pas la règle. Sauf exception, je suis de moins en moins en moins enclin aujourd'hui à m' envoyer dans la rétine autre chose que du pure divertissement où tu t' en prends plein la face et où on te fait prendre des vessies pour des lanternes !
Heureusement que je ne vais jamais en salle et que je télécharge tout ! En plus de faire des économies je ne me sens pas trop la bonne vache à lait de l' industrie cinématographique, même si je tends un peu vers ça !

Mais là ce soir je vais continuer mes "Buffy contre les vampires", j' en suis à la saison 2 ! :-)

Avatar du membre
Tord
Messages : 2187
Enregistré le : 25 oct. 2005, 14:14
Localisation : Prout

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tord »

Charlie Brown a écrit :
28 oct. 2017, 19:54



Image

The Square de Ruben Östlund

Palme d'or à Cannes cette année. Ça vient de sortir mais je l'ai vu en avant-première en août. C'est du bon, mais je ne saurais le conseiller à tout le monde. C'est souvent dérangeant, parfois très dérangeant et ça peut mettre très mal à l'aise, même si le réalisateur ne franchit jamais certaines limites. Il va parfois à la limite du supportable (la scène de l'affiche, par exemple) mais s'arrête toujours avant qu'on ait totalement envie de quitter la salle. Sa critique de la bourgeoisie, des sociétés occidentales et du monde de l'art contemporain est intelligente, même si elle semble parfois un peu facile, et formellement impeccable, avec une indispensable dose d'humour scandinave en prime. Le genre de film que je suis content d'avoir vu mais que je ne reverrais sans doute jamais. Je suis pas totalement masochiste.
Je l'ai vu y a quelques jours. Il est un peu long et chiant aussi. C'est d'ailleurs souvent ça quand les bobos veulent critiquer les bobos : ils ont du mal à se défaire du côté prétentieux qu'ils veulent dénoncer.


Sinon Blaise, j'espère que tu enchaineras ensuite sur Angel après ! Cette série dérivée n'a pas eu le succès qu'elle mérite alors qu'elle est géniale. Rien que le générique est super !

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3870
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

Je connais pas "Angel" mais y a pas Sarah Michelle Gellar :-(, ce qui est déjà un gros point négatif ! Je comprends que ça a moins marché. Mais je te remercie pour cette suggestion ! :wink:

Sinon j' ai vu "Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc" de Bruno Dumont. :shock:
J' ai je crois presque tout vu de lui, ("P'tit Quinquin" compris, et deux fois même ! :-D ). Mais j' arrive toujours pas à décider si j' adore ce mec ou pas ?... Si c' est un fou génial ou un fou à enfermer ?... Si faut le laisser faire à sa guise ou au contraire le freiner un peu... (Enfin, j' ai quand même ma petite idée...)

Et j' ai re-re-re-re...vu aussi "Un fauteuil pour deux" de John Landis avec Dan Aykroyd, Eddy Murphy et la délicieuse Jamie Lee Curtis. No comment ! 8)
Et du coup "48 heures" va pas tarder à suivre ces jours-ci, je sens ça ! :-)

Charlie Brown
Messages : 2290
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Moisson d'avril :


Image

La Forme de l'eau de Guillermo Del Toro

Je devais aller le voir à sa sortie avec une copine, mais on n'a pas réussi à trouver de date. J'avais beaucoup aimé la bande annonce au cinéma, et, malgré le fait qu'il soit signé Guillermo Del Toro (dont j'avais détesté L'Echine du Diable, un des ses premiers films il y a plus de 15 ans, et que si j'avais aimé la première heure de Crimson Peak, j'avais trouvé la seconde heure grotesque, grand-guignolesque et décevante), j'avais très envie de le voir. Hélas, plus le temps passait, plus les échos et les retours que j'avais de La Forme de l'eau étaient négatifs. Des gens aux goûts cinématographiques différents me disaient tous leur déception. Point commun : ils avaient tous aimés Le Labyrinthe de Pan, que je n'ai jamais vu.

Refroidi par mes expériences précédentes avec Del Toro et par ces avis négatifs, j'ai laissé couler. Et puis, au dernier moment, avant que le film ne quitte l'affiche, j'y suis allé quand même. J'ai bien fait ! Sinon, j'aurais raté un des plus beaux films de l'année ! J'ai tout aimé dans ce film ! La photo (sublime), la réalisation (impeccable), les acteurs (excellents), le scénario (fantastique et d'un classicisme assumé)…
C'est d'abord un film très beau, formellement, esthétiquement. Mes rétines ont pris un plaisir fou. Sally Hawkins est une actrice protéiforme que je suis un peu et qui ne me déçoit jamais. Michael Shannon incarne impeccablement un parfait salopard (et qui le reste jusqu'à la fin, malgré deux ou trois moments de doutes et de flottements, ce qui est rare dans le cinéma actuel). Les autres acteurs sont au diapason. Le film complet m'a semblé être un très bel hommage, très réussi, au cinéma classique de l'âge d'or hollywoodien, ce qui m'a énormément plu. Et Guillermo Del Toro tient son film du début à la fin, avec une retenue et une sobriété que je ne lui connaissais pas, sans jamais verser dans ses travers grand-guignolesques, extrêmes ou emphatiques, ce qui m'a fait bien plaisir. Bref, cette histoire d'amour improbable sur fond de Guerre Froide a fait mon bonheur.



Image


L'île aux chiens de Wes Anderson

Après l'excellent Fantastic Mr. Fox, Wes Anderson revient faire un tour dans la zone du cinéma d'animation, en stop-motion, et c'est toujours aussi bien ! Plus politique, voire militant, que jamais auparavant (ça le change mais ça ne lui va étrangement pas si mal, au final), il développe un scénario toujours aussi bien ficelé, un film toujours aussi impeccablement réalisé, et laisse ses flegmatiques interprètes (la V.O. est un délice) ponctuer l'ensemble d'un humour légèrement poince-sans-rire de bon aloi. Encore du beau travail.



Image


The Third Murder de Hirokazu Kore-eda

Hirokazu s'aventure sur de nouvelles terres, celles du polar métaphysique, et il s'en tire plutôt très bien. Sa critique en filigrane du système judiciaire japonais et de la société japonaise dans son ensemble, d'ailleurs, est assez subtile, même quand on n'y connaît pas grand-chose à l'un comme à l'autre. Les interprètes, plus masculins et plus adultes que d'habitude, sont très chouettes.



Image


Don't Worry, He Won't Get Far on Foot de Gus Van Sant

Du Gus Van Sant dans sa veine biographique "classique" plus que dans sa veine expérimentale (c'est plus Will Hunting que Elephant, quoi), même s'il construit son film à coup d'incessants aller-retour temporels bien torchés. C'est l'histoire d'un alcoolique qui devient paraplégique suite à un accident de voiture, conséquence d'une de ses multiples soirées bien trop arrosées, et qui deviendra un des cartoonists les plus réputés de l'Oregon, et même de son pays (même s'il ne réussira jamais à travailler pour le New Yorker). Pas exeptionnel, mais bien fichu et assez touchant.



Image


My Wonder Women de Angela Robinson

L'histoire de l'homme et des deux femmes derrière Wonder Woman (il paraît que la réalisatrice a pris quelques libertés avec les faits, mais bon… Toujours est-il qu'on comprend mieux le personnage atypique qu'est Wonder Woman dans le paysage et l'histoire du comics…). C'est pas toujours d'une grande subtilité, mais ça se laisse bien regarder. Le film n'est étrangement pas interdit aux moins de 12 ans, ce qui me semble bizarre. Le ménage à trois et le sado-masochisme, même tournés sans trop d'excès, seraient-ils à mettre sous tous les yeux ? A part ça, j'aime toujours beaucoup Rebecca Hall et Bella Heathcote.



Image


Red Sparrow de Francis Lawrence

J'y suis allé pour Jennifer Lawrence. Sur ce plan-là, je suis pas déçu. :-D
Pour le reste, c'est pas très bon. Outre le fait qu'on ne croie pas une seconde que la divine Jennifer ait pu être un jour petit rat de l'opéra de Moscou, il y a tellement de choses qui ne collent pas ensemble qu'on ne comprend jamais dans quelle époque se déroule le film (des laptops et des disquettes, des vieux Nokia et des smartphones, des BMW flambant neuves et des bagnoles d'un autre temps... What the fuck ! Où est passé le script ?). On se croirait en pleine Guerre Froide sans y croire vraiment non plus. Tout est glauque : l'image, le scénario, l'action… C'est ultra violent et bourré de scènes de torture. Sinon, le scénario est un scénario classique de film d'espionnage à l'ancienne, avec des gens qui peuvent jouer double ou triple jeu, mais en plus glauque, en plus violent, en plus n'importe-quoi-esque. On peut s'en dispenser sans problème, sauf si on aime Jennifer Lawrence... :-)



Image


Sonate pour Roos de Boudewijn Koole

Un film hollandais tourné en Norvège et en partie dialogué en anglais qui confine à la neurasthénie. Bien joué, bien filmé, mais souvent chiant et un peu étouffant. Bon, en même temps, le sujet ne prête pas à la gaudriole… Quelques moments de poésie et d'humanité à sauver tout de même…
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Avatar du membre
Jeep
Messages : 2489
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Jeep »

Only Lovers Left Alive de Jarmusch a été diffusé sur Arte lundi soir et est disponible en replay jusqu'au 6 mai.
(c'est très rare que les films soient en replay sur Arte)

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3870
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

J' ai vu Julieta de Almodovar. (on fait comment avec nos clavier pour mettre un accent aiguë sur le 2ème "o" d' Almodovar ?)

Ça faisait bien dix ans que j' avais pas vu un Almodovar, faut que je rattrape ça, et j' ai adoré (même si y a une ou deux petites choses... mais ne pinaillons pas, j' avoue que j' ai plusieurs fois eu la larme à l' oeil quand même, !)

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3870
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

Jeep a écrit :
02 mai 2018, 21:23
Only Lovers Left Alive de Jarmusch a été diffusé sur Arte lundi soir et est disponible en replay jusqu'au 6 mai.
(c'est très rare que les films soient en replay sur Arte)
Pas encore vu, mais j' ai revu "Mystery Train" du même Jarmusch il y a peu. C 'est vraiment un régal, du travail d' orfèvre, un de mes préférés !

Avatar du membre
lucien
Messages : 4388
Enregistré le : 20 déc. 2005, 12:12

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par lucien »

Blaise Poulossière a écrit :
01 juin 2018, 19:59
(on fait comment avec nos clavier pour mettre un accent aiguë sur le 2ème "o" d' Almodovar ?)
Tierns, je t'en offre plein: ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó ó.... (alt + 162) :wink:
"Le patronat nous pisse dessus et les journaux nous disent qu'il pleut" :mrgreen:
Jacques.

Répondre