inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

Merci Jeep. J'adore le deuxième. C'est tout à fait ça! :super:

Et un tout autre sujet mais qui me fait me demander si cela n'est pas une nouvelle chasse aux sorcières, voici le genre de mesures prises maintenant par l'ASE quand une femme fait le choix d'accoucher à domicile sans assistance. Personnellement , je trouve cela risqué mais légalement la femme a le droit de faire ce choix. Ce son les personnes qui l'accompagnent et qui ne seraient donc pas professionnels de santé qui peuvent être poursuivies (non assistance à personne en danger ? exercice illégal de la médecine ? un truc dans le genre me semble-t-il). Il faudrait vérifier ce point. Mais qui punit-on actuellement ? Le couple. Là , logiquement ce pourrait être le mari qui pourrait avoir des ennuis mais non c'est le couple.Ca pose plein de questions sur notre société qui a tendance à décider pour tous de ce qui est bon ou mal. Cela pose aussi la question du statut de l'enfant à naître qui aurait des droits qui passeraient au dessus des libertés de la mère. Qu'il y ait une enquête, pourquoi pas mais le retrait des enfants le temps de cette enquête devient visiblement assez systématique et probablement un outil de pression pour les femmes qui songeraient à faire de même...
Voici un lien vers une histoire très récente.
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

J'ai remis le lien qui a l'air d'être valide. :wink:
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
adieu minette
Messages : 3130
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par adieu minette »

Je ne sais pas si cela un rapport avec les accouchements à domicile ou autre, mais le taux de mortalité des bébés en France remontent tranquillement depuis plusieurs années nous sommes nettement au-dessous des pays semblables au notre.
Soutien au peuple afghan et aux ukrainiens.
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

Au je ne pense parce que le nombre d'accouchements à domicile reste vraiment une goutte d'eau et ce ne sont que des grossesses à bas risque et il ne faut pas confondre AADet ANA. AAD cela signifie que l'accouchement s'effectue à domicile avec une sage-femme femme qui a suivi toute la grossesse et préparé la femme à cet accouchement particulier et pour lequel il n'y a aucun risque identifié. La sage-femme sait faire les gestes d'urgence et sait aussi décider avant un problème d'un transfert en maternité. Je n'ai eu connaissance depuis des années que je me tiens informée de ces choses que d'un décès de bébé dans ce type de situation. L' ANA c'est l'accouchement non assisté. C'est donc un refus de passer par un accompagnement médical. C'est rarissime en fait. Ici il s'agit un ANA. Donc je peux comprendre qu'il y ait enquête pour savoir si les parents sont des personnes responsables.
Le taux de mortalité et même de morbidité au moment de l'accouchement n'a jamais été très bon en France alors que le taux de césarienne est au dessus du seuil qui normalement fait baisser la mortalité (l'OMS estime qu'en dessous de 10 %de césarienne des femmes meurent en couches faute de chirurgie, au dessus c'est qu'on césarise à tort) En France on est à un taux de césariennes d'environ 20 %. Donc il y a des césariennes faites à tort qui ne sauvent pas des vies. Et pourtant le taux est moins bon que dans les Pays-Bas où il y a un taux d'accouchement à domicile est bien plus élevé (plus d'une femme sur 10, il me semble) Et à mon avis, si cela se dégrade, il faut plutôt en chercher la cause dans le manque de sages-femmes et le fait que les femmes sont de moins en moins bien accompagnées à l'hôpital et que cela augmente les gestes médicaux. Moins on fait un accompagnement humain et plus on observe une escalade dans les gestes obstétricaux: déclenchement pas toujours justifiés, extractions instrumentales et césariennes.


EDIT
Voici un article de la presse dite "féminine" qui donne un éclairage intéressant sur cette histoire et qui montre que des "bien pensants" veulent passer au dessus des lois pour imposer leur vision du "bien". Moi, même si je trouve que l'ANA est risquée, je ne vois pas au nom de quoi on devrait l'interdire et sanctionner. Faire naitre un enfant de manière physiologique sans assistance, est-ce être un parent maltraitant ? Les sanctions ne sont-elles pas encore une manière de vouloir contrôler absolument tout ce qui se passe dans le corps des femmes ?
https://www.marieclaire.fr/bretagne-un- ... zzA6vhNjks
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
Jeep
Messages : 2988
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Jeep »

J'habite une ville de 16.000 habitants où depuis la fermeture de la maternité en 1975, le registre des naissances à l'état civil de la commune est vierge.
Même si une naissance a lieu sur le territoire de la commune, elle est déclarée dans la ville voisine où se trouve la maternité.
Plusieurs habitants sont allés au tribunal sur ce point pour faire reconnaître le vrai lieu de naissance, en vain.
La sage-femme est obligée de faire les formalités à son hôpital de rattachement.

On a même eu le cas d'une habitante qui a accouché dans l'urgence à domicile, mais idem, naissance dans la ville voisine.
Le tribunal a considéré que le cordon ombilical avait été coupé aux urgences dans l'hôpital voisin où les pompiers ont acheminé le bébé et sa maman.
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

Donc un enfant n'est pas considéré comme né tant que le cordon n'est pas coupé ? 8| Pourtant les pompiers ont bien dû notifié que l'enfant été né vivant non ? C'est un peu n'importe quoi! Et je ne savais pas pour la sage-femme. Mais si elles sont libérales, elles sont réellement "rattachées" à une maternité ? 8/
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
Jeep
Messages : 2988
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Jeep »

J'ai écrit une bêtise, c'est le lieu de l'expulsion du placenta qui avait été pris en compte.
Bien que les textes évoquent le lieu de l'accouchement mais :
La déclaration de naissance doit-elle se faire au lieu d’expulsion de l’enfant ou celui du placenta ?

La déclaration de naissance doit en principe être déclarée à l’officier de l’état civil du lieu où est survenu l’accouchement comme l’indique l’article 55 du code civil.

https://etat-civil.legibase.fr/base-de- ... enta-44763
"En principe"....ça doit signifier qu'il y a des exceptions.
Dans le cas évoqué, la personne à l'état civil de ma ville a refusé d'enregistrer la naissance (le registre doit être aux archives depuis 1975) en prétextant que l'expulsion avait eu lieu à l'hôpital (ce qui était exact).
Pour respecter les obligations de délai (et ne pas se retrouver dans un cauchemar administratif), le mari avait du faire la déclaration à la mairie de la ville voisine. Le seul document qu'il avait en sa possession avait été rédigé par l'hôpital ou les pompiers ont conduit l'épouse et le bébé. Le document mentionnait "naissance", même s'il n'y a pas eu de procédure médicale (l'embrouille vient de là).
C'est ensuite que le couple a fait une procédure contre ma commune et contre l'hôpital, qui a été rejeté par le tribunal administratif.
Il fallait alors aller devant le Conseil d'Etat pour contester mais ils ont laisser tomber.
(ils tenaient pourtant vraiment à ce que leur bébé soit le premier a être enregistré depuis 1975).

Il y a très peu de sage-femmes libérales dans le coin d'où le passage quasi systématique par le service hospitalier.
Toutes les maternités des villes voisines ont fermé, et c'est l'hôpital de Martigues où se font les naissances des parturientes d'une quinzaine de communes. Dans les autres villes il n'y a donc plus eu de naissances enregistrées depuis longtemps.
Tous les enfants du coin sont donc des martégaux depuis plus de 30 ans.
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

Oui en fait, comme ils ne savent plus comment on fait, j'ai le sentiment qu' ils trouvent un prétexte pour ne pas le faire ! Comme un accouchement c'est un processus long qui effectivement s'achève par l'expulsion du placenta, ils ont trouvé cette "parade".

Il y a quelques jours, la présidente du conseil de l'ordre des sage-femme a publié une lettre ouverte , un appel urgent qui montre à quel point notre système de santé va mal et qu'il n'y a aucune volonté politique de le sauver :( :
Les maternités, faute de professionnels de santé en nombre suffisant, sont aujourd’hui à bout de forces. Les professionnels de la périnatalité alertent pourtant depuis de nombreuses années les pouvoirs publics. Ainsi, en juillet 2021, le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes lançait un cri d’alarme sur le sous-effectif dans les maternités. Désormais, ce qui apparaissait comme un événement ponctuel se généralise : si certaines structures ferment temporairement à l’image de la maternité de Nevers, un nombre très important d’établissements, faute de personnel en nombre suffisant, recentrent ces derniers autour de la salle de naissance. Le suivi des femmes enceintes n’est alors plus garanti de même que d’autres activités pourtant essentielles comme les interruptions volontaires de grossesse. La santé et les droits des femmes sont plus que jamais menacés.

Le mal-être dans nos maternités est ancien et profond. Notre modèle périnatal est archaïque et déshumanisant : manque de personnel, manque de temps pour accompagner les patientes, manque de prise en compte des attentes des femmes et des couples, ruptures de parcours, épuisement des professionnels… Les indicateurs de périnatalité, qui se dégradent d’année en année, illustrent les manquements de notre politique périnatale.

Aujourd’hui, nos établissements de santé sont régulièrement sources de violence et de souffrance pour les femmes mais aussi pour les soignants dont l’exercice n’a que peu de sens, faute de pouvoir assurer leurs missions élémentaires d’accompagnement. Ces derniers ne veulent plus travailler dans des maternités où les conditions de travail sont de plus en plus critiques.

Ce constat dramatique, partagé par les usagers et les professionnels, n’a pourtant reçu aucune réponse forte. Nous devons nous contenter de mesures inadaptées. La question centrale de la révision des décrets de périnatalité datant de 1998 – qui définissent notamment le nombre de professionnels de santé dans les salles de naissances – a elle, été reportée malgré l’unanimité des acteurs de ce secteur. Dès lors, quelle peut être la portée d’une politique des 1000 jours, si les questions fondamentales des effectifs dans les maternités et de la construction de parcours centrés sur les besoins des femmes sont ignorées ?

Les conditions d’exercice dégradées poussent les sages-femmes à quitter les maternités et fuir la profession, diminuant les effectifs déjà restreints et créant un cercle vicieux délétère. Or, une maternité ne peut fonctionner sans sages-femmes, une profession encore trop méconnue et malheureusement négligée par les pouvoirs publics.

Leur statut et leur place évoluent en effet à la marge, de crise en crise, sans réelle considération quant aux conséquences sanitaires et sociétales de ces choix. Leurs missions et compétences s’adaptent régulièrement aux urgences de santé publique sans vision globale et sans valorisation. Ainsi, malgré les annonces, le statut inadapté des sages-femmes au sein de la fonction publique hospitalière n’a trouvé aucune réponse.

Pire, malgré la crise d’attractivité actuelle, de nombreux établissements continuent de diminuer les effectifs et de recruter les sages-femmes sous la forme de courts CDD avec des salaires proches de 1700 euros par mois sur la base d’anciennes grilles grâce aux dispositions de la fonction publique.

Dès lors, ne nous trompons pas : les autorités publiques doivent prendre leurs responsabilités. Les professionnels de santé ne peuvent être tenus responsables de la situation actuelle et des probables accidents liés à la pénurie qui surviendront.

Il est donc urgent de repenser le modèle périnatal et le fonctionnement de nos maternités. Des réponses pérennes et structurelles sont nécessaires. Elles doivent être construites avec les professionnels de santé et les usagers, répondre aux attentes des femmes et des couples tout en garantissant la qualité et la sécurité des soins. Il s’agit donc de redonner du sens à nos métiers pour briser ce cercle vicieux. Ces mesures doivent également s’accompagner d’un choc d’attractivité : il est plus que jamais temps de donner aux sages-femmes un statut et un positionnement conformes à leur rôle, quel que soit leur mode d’exercice.

Dans l’immédiat et pour limiter les conséquences de cette situation catastrophique, il est nécessaire d’utiliser l’ensemble des leviers disponibles : recrutement sur contrats longs et grilles récentes, titularisations rapides… Pour cela, nous appelons le gouvernement à mettre l’ensemble des acteurs autour de table pour trouver des réponses rapides et éviter le pire.

Si l’émancipation des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes est réellement une grande cause sociétale, il est plus que temps d’accorder à la périnatalité et à la santé des femmes des moyens suffisants.
https://toute-la.veille-acteurs-sante.f ... ommunique/

https://www.magicmaman.com/les-maternit ... 703220.asp
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
adieu minette
Messages : 3130
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par adieu minette »

Je ne connaissais pas le gentilé de Martigues.
J'imagine le procès.
- Prouvez-nous que l'enfant est né à l'hôpital.
- Monsieur le juge j'ai dans ce bocal le placenta de Léo né l'an passé qui le prouve !

Sympa et bon appétit.
Soutien au peuple afghan et aux ukrainiens.
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »


:mrgreen:
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

Quel est votre ressenti face à la remise en question du droit à l'avortement aux Etats-Unis ? Moi je suis triste et je me dis que quand même les lobbies religieux ont drôlement "re-gagné" du terrain. :( Je ne suis pas inquiète pour le moment pour les femmes françaises à ce niveau mais peut-être suis-je trop optimiste.

Je poste quelques réactions:


J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
Jeep
Messages : 2988
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Jeep »

Ce slogan est décliné dans plusieurs variantes.
Les armes ont dorénavant "plus de droits" que les femmes aux Etats-Unis.

Image
Avatar du membre
adieu minette
Messages : 3130
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par adieu minette »

Mon ressenti, je suis horrifié !! C'est un recul en arrière absolument abominable. Avec des conséquence terribles pour beaucoup de femmes, c'est abominable, les situations de détresse que vont vivre certaines femmes qui pourront plus avorter. Et la montée des fondamentalistes un peu partout dans le monde est préoccupante.
Je ne suis pas non plus inquiet à ce niveau en France. Je n'ai pas le sentiment que les voix anti-avortement gagnent du terrain, au contraire. La proportion de gens en faveur du droit à l'IVG est bien sûr beaucoup plus importante aujourd'hui que dans les années 70 ou 80. (D'ailleurs, ce n'est pas Simon Veil qui devait défendre cette promesse de VGE, mais le garde des sceaux qui a refusé. (Je n'ai plus son nom, faudra que je regarde sur wiki)).
Par contre, même si je ne suis pas inquiet pour la France. Je pense qu'il faut rester toujours très très vigilant, rien n'est jamais définitivement gagné, comme beaucoup de choses.
Modifié en dernier par adieu minette le 29 juin 2022, 11:04, modifié 1 fois.
Soutien au peuple afghan et aux ukrainiens.
Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 5201
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Sophie du moulin »

Mes filles m'ont dit que le droit à la pilule était aussi remis en question depuis. :shock: Je n'ai pas vu d'infos sur le sujet mais si c'est le cas, franchement, les USA ne seront définitivement plus un pays qui fait rêver! Est-ce que les sectes très conservatrices gagnent tant de pouvoir ? Comment se fait-il qu'une majorité de citoyens américains soit favorable au droit à l'avortement et qu'on en arrive là ? C'est difficile de comprendre et c'est ça le plus inquiétant finalement parce que cela veut dire qu'on ne sait pas vraiment comment enrayer cela et que cela pourrait se "propager".
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image
Avatar du membre
Jeep
Messages : 2988
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: inégalités liées au genre, charge mentale etc..

Message par Jeep »

Elles ne font pas la confusion avec la pilule abortive ?
Car dans les états ultraconservateurs où l'IVG clinique sera interdite, les autorités essayent de bloquer maintenant la livraison par courrier des pilules abortives qui peuvent être expédiées depuis des états pro-IVG.

https://www.rtbf.be/article/apres-labol ... e-11020619
Répondre