Sur les traces du "zoulou blanc"

Autres discussions sur Renaud

Modérateur : modérateurs

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 31 mars 2012, 11:58

http://www.charentelibre.fr/2012/03/31/ ... 087570.php
Christian Mousset sur les traces du «zoulou blanc»

Il y en aurait tant d'histoires à raconter... 25 ans après, l'oeil de Christian Mousset, père fondateur du festival Musiques Métisses, brille encore à la découverte d'une coupure de presse sur son voyage en Afrique du Sud, au pays de l'apartheid, en mars 87.

Sur la photo prise sur un marché de Johannesburg, le chanteur Renaud regarde, ébahi, Johnny Clegg et ses danseurs zoulous. «C'est avec Renaud que j'étais allé là-bas pour tourner un film pour l'émission "Les enfants du rock" d'Antoine de Caunes», se souvient Mousset, encore sous le charme de Johnny Clegg qu'il avait invité l'année précédente pour un premier concert sous chapiteau à Bel Air. Angoulême avait lancé la carrière européenne du «zoulou blanc» qui devait revenir ensuite au Théâtre et l'année suivante, en 1988, au stade Chanzy: 12.000 personnes, record toutes catégories pour un concert en Charente.

A Johannesburg dans les valises des enfants du rock, Mousset a vécu une semaine inoubliable. «Imagine que c'était encore l'apartheid, Botha était président. On n'avait pas le droit de prononcer le nom de Mandela en public. On avait suivi Clegg. C'était un personnage extraordinaire. Il venait du Zoulouland et s'entraînait à danser dans les rues. Il était le seul blanc avec nous. Ça a été une vraie rencontre avec Renaud. On n'avait aucune autorisation. Quand on a mis l'émission en boîte, on s'est débrouillé pour se partager les bobines à l'aéroport. C'est passé mais ça m'a valu cinq ans d'interdiction de visa en Afrique du Sud».

Deux ans plus tard, le gouvernement De Klerk devait enclencher la fin de l'apartheid. «Ah ! si on avait des Mandela en Europe, la face du monde en serait changée», s'enflamme Mousset, inventeur du label «Métisses» et vaguement écoeuré par la drôle d'ambiance qui flotte sur notre campagne hexagonale. «S'il y a repli communautaire, c'est parce qu'on a stigmatisé. Mais je suis optimiste, il y a un anticorps dans notre société et toutes les musiques que nous avons véhiculées, elles sont là...»
Sur la photo prise sur un marché de Johannesburg, le chanteur Renaud regarde, ébahi, Johnny Clegg et ses danseurs zoulous.
Quelqu'un a cette photo ?

J'ai bien trouvé celle-ci qui doit dater de cette époque sur le blog de renaudchti :
http://renaudcthi.skyrock.com/305230627 ... Clegg.html
Image
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 31 mars 2012, 12:03

2 superbes videos de l'émission Les Enfants du Rock, ne les manquez pas :
http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-d ... gg.fr.html
http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-d ... an.fr.html

Et ici sur le site de PatK
http://www.keltia.org/univers1.htm
dans la retranscription de l'Interview :
Johnny Clegg

Quand les gens m'parlaient d'ma réussite... professionnelle et qui m'demandaient... c'que j'en pensais, comment j'analysais ça et c'que ça m'faisait, si ça m'rendait heureux, tout ça, j'avais tendance à répondre c'que répondait Coluche à la même question... genre : "Déjà ça m'arrive... Ca arriv'rait à mon meilleur pote, déjà j's'rai content. Alors imaginez un peu si ça m'arrivait à moi". Et ben moi j'disais pareil. J'disais... : "c'qui m'arrive c'est formidable. Mais déjà ça s'rait arrivé à mon... à ... à un copain à moi, j's'rai vraiment heureux alors en plus ça m'arrive à moi." Et 'vec Johnny Clegg, j'ai l'impression qu' c'est c'qui s'est passé. Moi j'étais... quasiment pas au top mais tu vois, bon, j'avais des bases solides en France, beaucoup d'disques vendus, beaucoup d'monde dans les concerts, popularité et tout ça. Lui débarque, j'lui file un p'tit coup d'pouce, un p'tit coup d'main, j'donne trois coups d'téléphone, j'fais... j'envoie la vidéo d'son... d'son clip à Drucker, j'en parle autour de moi. J'l'ai rencontré en Afrique du Sud, on fait un p'tit film pour les enfants du rock. En un an, il a acquis une popularité que moi j'ai pas acquise en 10 ans, quoi. Enfin au moins... au moins une popularité au niveau des ventes et d'la fréquentation d'ses spectacles, c'était... c'était exceptionnel et tout l'monde a été surpris. Mais... pour... Je n' ressens aucune amertume au fait qu’il nous aie tous niqués, tous pulvérisés au niveau des scores, au niveau des Top 50, Top 30 et tout, au contraire j'suis ravi, j'suis heureux. J'ai l'impression de... d'avoir assisté à un conte de fée qui lui arrive à lui. Quelque part d'avoir été un p'tit peu une des fées en question, quoi, qui a fait en sorte que l'espace d'un an ce type est d'venu une star européenne, bientôt mondiale; je pense, j'espère.

Le top 50

J’pense pas qu’il faille chanter des conneries affligeantes, forcément, pour rentrer au top 50, mais il s’trouve qu’ça doit être le goût des gens qui est… qui est bizarre, qui est capable de… les gens sont p’t être capable d’aimer des choses comme Johnny Clegg, des gens comme Johnny Clegg et en même temps des gens comme David & Jonathan. C’est possible, j’veux dire, moi j’aime autant… j’aime pas autant mais il m’arrive de… prendre du plaisir à écouter des chansons de Julio Eglesias ou de… de Mike Brant, quoi, et en même temps à écouter Sting ou Clegg. Mais j’constate que souvent dans les premières places du top 50, la chanson française est représentée par des gens dont la musique si elle est… bien que parfois… agréable ou dansante, souvent les paroles sont affligeantes et désespérantes de bêtise et de… c’est une insulte à la langue française en plus parfois. Donc j’trouve ça… J’trouve ça affligeant, ouais. J’veux dire… boys boys boys… franch’ment… ouais ben d’accord elle des loches… bon heureusement
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Saint Maïeul
Messages : 3903
Enregistré le : 11 févr. 2011, 19:01

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Saint Maïeul » 03 avr. 2012, 07:19

Marie la Belge a écrit : Et ici sur le site de PatK
http://www.keltia.org/univers1.htm
dans la retranscription de l'Interview :[/color]
Merci Marie :)

La retranscription de L'interview de 1988 est aussi sur le HLM, section Discothéque, puis Plus, puis Traduction. Lien direct : http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud ... ecrite.htm
Banalyse :)

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 03 avr. 2012, 08:08

Ah, je le savais qu'elle était sur le site !
Mais je n'ai jamais pensé à aller voir dans Traductions.....
Merci Saint Maïeul :)
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Cédric
Messages : 980
Enregistré le : 27 mars 2003, 23:05
Localisation : Montréal
Contact :

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Cédric » 14 nov. 2012, 23:07

N'oubliez jamais que la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie...

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 15 nov. 2012, 09:09

Merci Cédric !
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 27 nov. 2012, 12:52

L'émission en un seul morceau :
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Cédric
Messages : 980
Enregistré le : 27 mars 2003, 23:05
Localisation : Montréal
Contact :

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Cédric » 27 nov. 2012, 14:22

Merci !
N'oubliez jamais que la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie...

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 27 août 2013, 18:34

UP !
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 29 août 2013, 17:56

Rare : Johnny Clegg chante en français.
"Faut pas baisser les bras" figure sur l'album "One Life" produit par le Frangin.
Dans les remerciements, Johnny Clegg a écrit : "Special thanks to Renaud for his constant support"
Et moi je remercie la sympathique Twitteuse qui m'a remis ces infos en mémoire ! :D
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 10 nov. 2013, 14:38

Johnny Clegg est en tournée en France ?
http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2 ... e-meilleur
Est-ce qu’il y a des chanteurs français que vous appréciez ?

« Ce sont surtout des gens de ma génération comme Renaud, Bernard Lavilliers, Jacques Higelin… Et bien sûr Serge Gainsbourg. Des chanteurs à textes. »
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3380
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Sophie du moulin » 10 nov. 2013, 15:02

Marie la Belge a écrit :Johnny Clegg est en tournée en France ?
Oui :) J'ai entendu ça sur RTL.....Pour 7 concerts me semble-t-il, si ma mémoire est bonne.
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Avatar du membre
Cédric
Messages : 980
Enregistré le : 27 mars 2003, 23:05
Localisation : Montréal
Contact :

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Cédric » 11 nov. 2013, 15:37

Marie la Belge a écrit :Johnny Clegg est en tournée en France ?
Je vous le conseille si vous avez l'occas' !

Vu l'an passé à MTL, un show grandiose !!!
N'oubliez jamais que la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie...

Avatar du membre
Marie la Belge
Messages : 5509
Enregistré le : 24 juil. 2006, 12:10

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Marie la Belge » 16 nov. 2013, 17:54

Tiré des pages de PatK sur les personnages cités dans les chansons de Renaud
http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud ... nnages.htm

Récit par Renaud de sa rencontre avec Johnny Clegg, à qui il a dédié Jonathan
(cf. le livre Johnny Clegg, la passion zoulou, de Philippe Conrath)

Un jour, mon régisseur sonorisateur débarque chez moi tout excité : il a découvert un chanteur fantastique, un Sud-Africain blanc qui joue avec des Noirs. "Tu vas voir, ça rappelle Dylan, me dit-il. C'est très folk." Il savait que, à part Springsteen, je suis un peu rétif au rock, que je reste très chanson française et passionné de folk. Je me suis rappelé avoir lu un truc dans Actuel sur un Zoulou blanc et j'ai compris qu'il s'agissait de ce type. Mais je n'avais pas un souvenir emballé de cet article. J'avais gardé l'image d'un clodo, d'un zonard. Mon copain m'a amené les cassettes de ce Johnny Clegg et j'ai tout de suite craqué. Dans une chanson, j'aime d'abord les textes. Même si c'est en anglais, j'essaie de traduire, et c'est pas rien ce qu'il raconte, en l'occurrence. La voix du type, ce mélange de rock et de sonorités africaines et surtout le son de sa guitare acoustique accordée à la manière zoulou, tout ça m'a complètement séduit.

Une demi-heure après, j'ai regardé la vidéo et j'ai vu sa dégaine, comment il dansait. Je n'aime pas la danse. Parce que la danse, c'est toujours sexuel et vu mon éducation protestante et puritaine, une femme qui danse, c'est une femme qui se donne. Il y a un côté exhibitionniste qui me gêne. Et j'ai découvert une danse guerrière ! Je n'avais pas réalisé au départ que ce côté guerrier annulait le côté sexuel. J'ai trouvé ça beau au niveau chorégraphique, avec cette violence, cette intensité que je n'avais jamais vues nulle part. Ce mélange visuel et musical m'a totalement emballé et j'ai voulu en savoir plus. C'était juste sa première venue en France au festival d'Angoulême, en mai 1986 et je croyais pouvoir jouer au mécène.

Je suis entré en contact avec son manager en France et je tenais absolument à faire quelque chose pour Johnny Clegg. Je me sers rarement de ma notoriété, mais j'avais l'espoir de jouer au père Noël et de produire son disque. Et j'ai appris qu'il avait déjà un producteur, qu'il avait aussi enregistré plusieurs albums et qu'il était distribué en France ! Je n'avais donc plus rien à apporter. Son manager m'a quand même proposé de faire une émission de télé en Afrique du Sud : ma popularité pourrait sans doute aider à monter l'opération. Moi, l'Afrique du Sud me faisait peur. Je suis très paranoïaque et pas du tout un voyageur. Je n'aime pas sortir des sentiers battus. Mais Les enfants du rock, l'émission d'Antenne 2, a sauté sur le projet et je me suis retrouvé là-bas avec toute une équipe.

J'étais inquiet parce qu'il était mentionné sur nos passeports qu'on ne devait pas filmer. Je me retrouvais dans un pays où la violence peut éclater à tout moment : je n'aime pas la violence, plus loin je m'en trouve, mieux je m'en porte. Je n'étais pas à l'aise non plus, car j'avais l'impression qu'on devait être surveillé : avec les caméras, on déplaçait beaucoup d'air. On n'a jamais eu de problème. Mais rien que de penser qu'il pouvait arriver quelque chose, sans que je sache ce que je risquais, me rendait très parano.

J'étais surtout soucieux parce que je me demandais comment j'allais interviewer ce mec que je ne connaissais pas. C'est un super musicien, moi non. Un type qui représente quelque chose au niveau de toute la nation sud-africaine, une personnalité extraordinaire. Comment allait-il recevoir ce petit saltimbanque parisien ? Comment les gens allaient-ils prendre la nouvelle lubie de Renaud se mettant à interviewer Jonnhy Clegg ? J'ai donc demandé à rester le plus effacé possible dans le reportage.. J'étais gêné. En fait la productrice du film se servait de moi comme tremplin et ça a marché.

Le Jonnhy Clegg que j'ai découvert ne m'a ni déçu ni surpris. C'est un homme qui respire la générosité, la bonté, la chaleur. Son énergie est proprement stupéfiante : il fait son jogging le matin, part en répétition, joue plusieurs galas dans la journée, conduit le minibus, s'occupe des gens, fait la bouffe, passe deux heures au téléphone à dealer des contrats, voyage au bout du monde : il n'arrête pas une seconde, ne se repose jamais. Ca me fascine, parce que je suis un peu cossard.

Il a l'intelligence d'avoir choisi la musique pour lutter contre l'apartheid. Le courage aussi de s'exprimer dans ses chansons et dans les interviews, car il n'est pas à l'abri d'un détraqué blanc extrémiste ou d'une ratonnade. Il m'a beaucoup enrichi au niveau de la connaissance de l'Afrique du sud. Et surtout il m'a expliqué le plus gros problème de ce pays, ces déportations de populations et les pseudo-Etats fantoches, les homelands. Et même si je n'ai pas été dans des endroits insupportables et que l'Afrique du sud est un pays magnifique, j'ai eu quelques visions de l'apartheid qui m'ont bouleversé : des champs, par exemple, où ils ont planté tous les dix mètres une cabane en aluminium avec un trou dans la terre et un seau. C'est le futur chiotte de ces parcelles de terrain de dix mètres dur dix où les autorités vont bientôt transférer le ghetto d'à côté. C'est quelque chose d'hallucinant, le stalag !

Au niveau musical, Johnny Clegg est un type comme il en arrive un tous les quinze ans. Sans faire de comparaison avec les idées qu'il véhicule, c'est un Bob Dylan ou un Bob Marley, deux artistes qui ont apporté beaucoup plus encore que leur musique. C'est la raison pour laquelle j'ai écrit Jonathan, une chanson que je lui dédie, ma façon d'exprimer sur scène pourquoi j'aime Johnny Clegg. Ce type a tout pour réussir : l'énergie, le son, la mélodie, la personnalité, le charisme. Et même s'il ne possède pas un timbre de voix exceptionnel, c'est normal qu'il fasse un tel succès en France. Il défend une cause, celle d'une nation sud-africaine des Blancs et des Noirs.

Je chante aussi Jonathan parce que je suis toujours persuadé que la poésie est plus forte que le kalachnikov. J'ai toujours essayé de chanter ce que je vis et j'ai vécu un truc très fort avec Johnny Clegg. Je me veux chanteur réaliste et contemporain, chantant mon époque et ma société : il en fait totalement partie. Il compte beaucoup pour moi et c'est une façon impudique et plus facile de lui dire : "Je t'adore."

http://inmyafricandream.free.fr/


[dailymotion=xa4n5_renaud-jonathan_music][/dailymotion]
Elle quitte le vilain phenix mais aimera toujours Renaud.
Image

Pierre de Calvingrad
Messages : 959
Enregistré le : 05 mai 2004, 08:23
Localisation : Calvingrad pardi !

Re: [article de presse] Sur les traces du "zoulou blanc"

Message par Pierre de Calvingrad » 26 nov. 2013, 15:14

Marie la Belge a écrit :Johnny Clegg est en tournée en France ?
http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2 ... e-meilleur
Est-ce qu’il y a des chanteurs français que vous appréciez ?

« Ce sont surtout des gens de ma génération comme Renaud, Bernard Lavilliers, Jacques Higelin… Et bien sûr Serge Gainsbourg. Des chanteurs à textes. »

Moi je retiens surtout cela ...

Pierre
"Il faudrait s'efforcer d'être heureux,
ne serait-ce que pour donner l'exemple"

Jacques Prévert

Répondre