C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Répondre
Avatar du membre
lucien
Messages : 4030
Enregistré le : 20 déc. 2005, 12:12

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par lucien » 26 mai 2018, 22:43

Ouais, je trouve certains de tes posts abjects, comme le modèle de société que tu défends (sans jamais répondre, d'ailleurs, quand tu as le nez dans le caca...ou alors "toute façon ça vaut pas la peine de discuter avec vous", l'argument des jeunes vieux...). Mais va, je ne te hais point.

Et sinon, le reste?
s.i.g.n.a.t.u.r.e

Avatar du membre
Ecoman
Messages : 344
Enregistré le : 26 janv. 2016, 21:40
Localisation : où habite la pluie

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Ecoman » 26 mai 2018, 23:24

lucien a écrit :
26 mai 2018, 22:43
Ouais, je trouve certains de tes posts abjects, comme le modèle de société que tu défends (sans jamais répondre, d'ailleurs, quand tu as le nez dans le caca...ou alors "toute façon ça vaut pas la peine de discuter avec vous", l'argument des jeunes vieux...). Mais va, je ne te hais point.

Et sinon, le reste?
Je ne défends aucun modèle de société, c est n importe quoi. Je vois le monde tel qu'il est et je n ai pas prétention à penser ce qu il devrait être. Tu sembles détenir la parole véritable donc je te laisse écrire ce que tu veux, ça ne m empêchera pas de dormir et c est la première fois de la vie qu on me dit que j écris des choses abjectes.

Concernant parcoursupp, j ai déjà dit que ça ne changeait pas grand chose avec APB. Si vous pensez que c est très différent, c est votre droit et ce n est pas parce que vous pensez le contraire que j ai le nez dans le caca.
Je n enseigne pas à Henry 4, j ai des élèves en terminale qui ont des difficultés à lire un texte... mais il faudrait les encourager et les laisser postuler à la fac... Bah voyons. Je n ai pas envie de les amener à l abattoir. J'ai des élèves en terminale qui ne savent pas commencer une phrase par une majuscule ! J ai des copies avec des dizaines de lignes sans ponctuation. Des erreurs de syntaxe, des fautes...
J ai conseillé ces élèves sur des BTS ou des duts. Ils se sont couverts avec des choix de licence mais je leur souhaite d obtenir leur vœux de BTS.
Il y a certaines filières qui ont été dévalorisées à tord... Et on pousse certains jeunes à continuer dans des voies générales alors que c est voué à l échec. Est ce dévalorisant de gagner ( bien) sa vie en étant soudeur ???
Le niveau général baisse, quoi qu on en dise.

Avatar du membre
adieu minette
Messages : 2000
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par adieu minette » 27 mai 2018, 06:20

Ecoman a écrit :
26 mai 2018, 23:24


Concernant parcoursupp, j ai déjà dit que ça ne changeait pas grand chose avec APB. Si vous pensez que c est très différent, c est votre droit et ce
Un peu quand même, 400 000 lycéens sans affectation à la première moulinette, contre quelques dizaines (?) pour APB aux premiers résultats. Il va y avoir une première grosse phase de décantation les premiers jours, mais ensuite, ça va être long très long. Il y a un effet dominos au fil des abandons, mais pour affecter les derniers candidats ça va être interminable.
Ecoman a écrit :
26 mai 2018, 23:24
Je n enseigne pas à Henry 4,
A Trézeguet Le Grand, peut-être alors ? :mrgreen:
My make-up may be flaking
But my smile still stays on.

Avatar du membre
lucien
Messages : 4030
Enregistré le : 20 déc. 2005, 12:12

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par lucien » 27 mai 2018, 09:44

Ecoman a écrit :
26 mai 2018, 23:24


Je ne défends aucun modèle de société, c est n importe quoi. Je vois le monde tel qu'il est et je n ai pas prétention à penser ce qu il devrait être. Tu sembles détenir la parole véritable donc je te laisse écrire ce que tu veux, ça ne m empêchera pas de dormir et c est la première fois de la vie qu on me dit que j écris des choses abjectes.
J'ai plein d'exemples qui prouvent le contraire, mais t'es un grand garçon, hein, si tu veux les trouver... Tu défends tellement peu le modéle de société actuelle, qu'au bout de 5 posts, on avait compris à qui on avait à faire, et certains te prenaient même pour un facho (et si tu t'en rappelles, c'est moi qui avais pris ta défense...). D'autre part c'est assez contradictoire de se dire humble tout en prétendant "voir le monde tel qu'il est"...Je ne détiens aucune parole véritable, j'expose et je défends mon point de vue, à partir de ma propre analyse du monde (qui ne prétend pas être la vérité, malgré tout ce que tu sembles croire des "marxistes" -je le suis de moins en moins- en général (Marx, lui, le croyait, à une période de sa vie...à la fin, en revanche, lui même ne se définissait plus comme marxiste)).

Quant à "abject", c'est personnel, ne t'en fais pas, et je suis sur qu'il y a plein de membres sur ce forum qui ne sont pas de mon avis...et j'avoue que le mot est mal choisi, je suis assez con, desfois, et je te présente mes excuses si vraiment ça a pu te blesser (je parlais de tes posts, pas de toi).

Ecoman a écrit :
26 mai 2018, 23:24
Concernant parcoursupp, j ai déjà dit que ça ne changeait pas grand chose avec APB. Si vous pensez que c est très différent, c est votre droit et ce n est pas parce que vous pensez le contraire que j ai le nez dans le caca.
Je n enseigne pas à Henry 4, j ai des élèves en terminale qui ont des difficultés à lire un texte... mais il faudrait les encourager et les laisser postuler à la fac... Bah voyons. Je n ai pas envie de les amener à l abattoir. J'ai des élèves en terminale qui ne savent pas commencer une phrase par une majuscule ! J ai des copies avec des dizaines de lignes sans ponctuation. Des erreurs de syntaxe, des fautes...
J ai conseillé ces élèves sur des BTS ou des duts. Ils se sont couverts avec des choix de licence mais je leur souhaite d obtenir leur vœux de BTS.
Il y a certaines filières qui ont été dévalorisées à tord... Et on pousse certains jeunes à continuer dans des voies générales alors que c est voué à l échec. Est ce dévalorisant de gagner ( bien) sa vie en étant soudeur ???
Le niveau général baisse, quoi qu on en dise.
Pour Parcoursup (décidément, t'as du mal à l'écrire, hein!), je ne suis sans doute pas le mieux placé pour te répondre... Mais simplement sur ce que tu dis: juger de la qualité intellectuelle de ses élèves en parlant de ponctuation, sutt à l'épok du sms, c nimp koi, ça ne juge vraiment que toi, hein, très pertinent pour juger de la capacité ou non à continuer des études (j'imagine bien que c'est pas ton seul critère, m'enfin, c'est celui qui te vient en premier, c'est jamais neutre...). Et la Fac n'est pas une fin en soi, on y rentre aussi pour apprendre. Je suis d'accord qu'il y a des élèves qu'il est inutile de pousser vers l'université (mais est ce qu'on ne disait pas la même chose d'eux, à la fin de la 3ème, pour le choix de la seconde?), mais les liens que j'ai postés portaient davantage sur l’algorithme de Parcoursup...on ne savait pas, par exemple, que le lycée d'origine était pris en compte, son lieu géographique, le taux de réussite au bac,etc...Où si l'élève a redoublé...En ce moment, ce sont les écoles de Prépa qui se gavent, ceux qui vont préparer notre élite!! Ça s'appelle même plus de la reproduction sociale, c'est pire, c'est de la cooptation. Il y a plein d'autres exemples, et on peut imaginer des trucs bien plus sordides encore. C'est parfaitement dégueulasse. D'autre part, et c'est ce qu'explique très bien le 2ème lien (celui que t'as du lire au retour de la manif, hier, ça va, les crs étaient cools, c'est joli, hum, les petites fleurs sur les casques?), le principe même de Parcoursup est le reflet parfait du monde voulu par ceux qui l'ont créé: maintien dans l'incertitude, l'angoisse d'être "en attente" sur les vœux qui te tiennent à cœur, à 15 jours du bac... choix des"plus forts" qui détermine celui de ceux qui sont en dessous...Bref, tout est mieux dit par le mec. On place déjà les jeunes dans la situation idéale, rêvée par le pouvoir...chacun à (a?) sa place.

Pour finir, concernant le métier de soudeur, c'est marrant que tu en parles, car mon fils aîné, après un bac, va, je l'espère pour lui, démarrer un contrat de professionnalisation en chaudronnerie, avant de se spécialiser dans la soudure...
s.i.g.n.a.t.u.r.e

Avatar du membre
Ecoman
Messages : 344
Enregistré le : 26 janv. 2016, 21:40
Localisation : où habite la pluie

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Ecoman » 27 mai 2018, 12:21

Pour mes élèves en Terminal ES, je ne juge pas de leur qualité intellectuelle par l'orthographe ou la ponctuation ou la syntaxe mais j'estime que pour des voeux d'orientation en licence d'Histoire/Sociologie/Psychologie/ économie (normal en ES) ça peut poser problème car ils vont devoir rédiger des compositions, construire des argumentations.... Et à ce que je sache, le langage sms ou les phrases sans ponctuation/sans verbe/sans sens n'est pas encore admis pour pouvoir valider des diplômes du supérieur. Je fais des fautes. Mais il y a des limites à tout.

Dans une petite fac: nous étions 300/350 le premier jour, 200 la semaine suivante, entre 50 et 100 lors de la première année finalement. Peut être que ceux qui manquaient à l'appel ont rêvassé ou lu des livres qui ne figuraient pas au programme mais toujours est-il qu'ils n'ont pas validé leur première année. Ce n'est peut être pas grave pour toi car l'important est ailleurs, mais je souhaite que mes élèves qui veulent obtenir une licence ou un master réussissent. Et je ne veux pas revoir des élèves au mois de novembre, qui me diront qu'ils arrêtent la fac "parce que c'est trop difficile, parce que je n'arrive pas à suivre..."
l'angoisse d'être "en attente" sur les vœux qui te tiennent à cœur,
Il y a des élèves qui savent ce qu'ils veulent faire et qui ont des vœux véritablement réfléchis. Effectivement, ils ont à cœur ces vœux là. Mais il y a énormément d'élèves qui ont mis des vœux par défaut car ils ne savent pas ce qu'ils veulent faire à 18 ans.
Donc je ne sais pas ce qu'il faudrait faire. La sélection existe de fait de toute manière, "par défaut" beaucoup d'élèves choisissent STAPS (sport), c'est donc une filière sous-tension. On ne peut pas accepter tous les élèves qui émettent des voeux STAPS, chaque fac peut accueillir un certain nombre d'élèves. Il n'est tout simplement pas possible d'augmenter le nombre de places.
Exemple à Lille: 550 places maximum pour le STAPS et il y a une contrainte physique, pour garantir la sécurité de tous les étudiants et étudier dans de bonnes conditions, ils ne peuvent pas augmenter le nombre de places. Or, en STAPS, ils reçoivent bien plus que 550 voeux...Sachant en plus qu'il y a des places qui sont réservées aux redoublants, aux sportifs de haut niveau...C'est un exemple parmi d'autres.
Comment ne pas sélectionner ?

Avatar du membre
lucien
Messages : 4030
Enregistré le : 20 déc. 2005, 12:12

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par lucien » 27 mai 2018, 12:31

Bref.. ce n'est pas de cette sélection la dont je parle. Mais pour ne pas répondre, c'est mieux de faire, comme d'hab, semblant de ne pas avoir saisi l'essentiel et d'amener la discussion ailleurs.

Allez tchaw.
s.i.g.n.a.t.u.r.e

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3696
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Sophie du moulin » 28 mai 2018, 11:01

Des paroles pleines de bon sens de Daniel Pennac. J'ai une de mes filles qui souffre de phobie scolaire et je peux vous dire que maintenant que je connais pieux ce trouble et surtout les enfants qui en souffrent, ces paroles sonnent d'autant plus juste. J'aurais même pu mettre ça au sujet de la société de consommation parce qu'il en question aussi.
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Avatar du membre
Jeep
Messages : 2061
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Jeep » 28 mai 2018, 12:05

Ecoman a écrit :
27 mai 2018, 12:21
Pour mes élèves en Terminal ES, je ne juge pas de leur qualité intellectuelle par l'orthographe ou la ponctuation ou la syntaxe mais j'estime que pour des voeux d'orientation en licence d'Histoire/Sociologie/Psychologie/ économie (normal en ES) ça peut poser problème car ils vont devoir rédiger des compositions, construire des argumentations.... Et à ce que je sache, le langage sms ou les phrases sans ponctuation/sans verbe/sans sens n'est pas encore admis pour pouvoir valider des diplômes du supérieur. Je fais des fautes. Mais il y a des limites à tout.
Ouais mais bon...si le mec devant le tableau pense qu' Henry 4 a été le nom d'un roi de France, pour ses lycéens ça va être compliqué.
(et pour les monarques, il est d'usage d'employer les chiffres romains. Il est certain qu'en SMS c'est plus rapide de taper 4).

C'est probablement le mariage du prince Harri qui a du te troubler. Lui qui devra se contenter d'être le roi du pain de my.

Avatar du membre
Lilibellule
Messages : 1446
Enregistré le : 08 janv. 2016, 11:17

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Lilibellule » 28 mai 2018, 12:45

Je vous suis de loin car le système scolaire chez moi est différent, donc je comprends pas tout, mais Henri IV à été roi de France non? Ou alors je suis vraiment larguée :P

Myr
Messages : 2483
Enregistré le : 11 janv. 2016, 15:14

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Myr » 28 mai 2018, 13:00

Les points et majuscules, c'est pas en primaire qu'on a appris ça nous ?
Y a pas que les élèves d'Ecoman qui ne savent pas écrire ! Mais à mon avis les sms sont un détail dans cetet histoire… je ne sais pas et j'avoue ne pas du tout comprendre comment on a pu en arriver là, y a quelque-chose qui nous dépasse, et qui dépasse l'école. On est au point où des adultes ne savant pas communiquer par écrit, alors qu'ils le font toute la journée sur leur téléphone. Des fois je me dis que, peut-être, entre eux ils se comprennent, mais nous par contre on est largués.
C'est un changement à mon avis plus global de société.

Avatar du membre
Lilibellule
Messages : 1446
Enregistré le : 08 janv. 2016, 11:17

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Lilibellule » 28 mai 2018, 13:40

Peut être qu'il est devenu trop facile d'obtenir le bac, que les exigences ont baissé ? En Suisse seuls 19 pour cent des jeunes obtiennent le bac. Les autres suivent d'autres filières.

Avatar du membre
Jeep
Messages : 2061
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Jeep » 28 mai 2018, 14:03

Lilibellule a écrit :
28 mai 2018, 12:45
Je vous suis de loin car le système scolaire chez moi est différent, donc je comprends pas tout, mais Henri IV à été roi de France non? Ou alors je suis vraiment larguée :P
Oui, mais le Henry du message initial a vu son "i" aller se faire voir chez les grecs. :mrgreen:

Avatar du membre
lucien
Messages : 4030
Enregistré le : 20 déc. 2005, 12:12

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par lucien » 28 mai 2018, 14:21

Chaque génération pense la même chose de celle qui la suit...Et je ne pense pas que les grandes avancées technologiques de ces 20 dernières années aient grand chose à voir, sur le fond, avec ce phénomène.
Rimbaud (c'est un exemple, ses condisciples avaient les mêmes matières, les mêmes exigences des profs), en 1870, écrivait à 16 ans les plus beaux poèmes de la langue française. Il maîtrisait le latin, sans doute le grec...c'était pas un bourgeois, mais les exigences de l'école étaient bien supérieures. Et la génération suivante s'est plainte qu'on ne savait plus écrire comme avant... et celle d'après, idem...pareil pour l'autre...jusqu'à aujourd'hui, où on souhaite revenir à la dictée (quotidienne, je crois?)...Et pourtant, pourtant...les adultes de demain sont certainement moins cons qu'on ne l'était à leur âge... moins "politisés" (hélas, à mon sens...) mais bien plus lucides.
Côté musical, le schéma est identique. "De la musique de nègres!", début 1960... Comme nous on peut réagir par rapport à la techno, ça nous est incompréhensible (je parle de manière générale).

Pour moi, il n'y a pas grand chose d'étonnant...

(par contre, seulement 19% de bacheliers en Suisse??? Chez nous, c'est l'inverse, même plus...et c'est évident que le niveau demandé a baissé- ça se reporte simplement plus tard dans les études; le bac sert uniquement à ouvrir des portes, il n'a plus de sens en soi).
Modifié en dernier par lucien le 28 mai 2018, 14:56, modifié 1 fois.
s.i.g.n.a.t.u.r.e

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3696
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Sophie du moulin » 28 mai 2018, 14:30

Lilibellule a écrit :
28 mai 2018, 13:40
Peut être qu'il est devenu trop facile d'obtenir le bac, que les exigences ont baissé ? En Suisse seuls 19 pour cent des jeunes obtiennent le bac. Les autres suivent d'autres filières.
Je ne connais pas non plus le système Suisse mais le souci avec le système français c'est qu'il est difficile de revenir vers du général une fois qu'on a pris une filière dite professionnelle. Nous avons d'ailleurs un bac général et un bac professionnel (donc n'oublions pas que nos chiffres correspondent à l'ensemble des filières y compris les pro), ce qui n'est peut-être pas votre cas et donc sans bac, il est très difficile de continuer des études même professionnelles (exemple BTS). On peut toutefois aller à la fac après un bac pro (c'est ce qu'a fait mon fils) mais c'est rare et le taux de réussite est faible car certains enseignements disparaissent dans les filières pro (par exemple, moins de langues, pas de philo) alors qu'on peut les retrouver à la fac.
Moi personnellement je trouve de toute manière que c'est l'ensemble du système qui est à repenser mais que comme le dit Pennac dans la vidéo que j'ai mise plus haut, l'éducation a suivi une évolution de la société et l'enfant se retrouve "client" de la société de consommation dès son plus jeune âge et au sein de l'école , pas grand chose ne lui permet d'avoir un regard critique là-dessus. Donc il doit apprendre pour avoir un métier qui lui rapportera suffisamment d'argent pour consommer et acheter ce qu'il pense lui être nécessaire, "fondamental" comme dit Pennac. On comprend quand même que ceux qui se fondent le moins à ce moule scolaire, ce sont les enfants "différents", ultrasensibles, à haut potentiel, etc... Et le pire c'est que la société les culpabilise de ne pas se fondre dans ce moule. :faché:
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Myr
Messages : 2483
Enregistré le : 11 janv. 2016, 15:14

Re: C'est quand qu'on va où ? (L'école)

Message par Myr » 28 mai 2018, 15:07

Je suis d'accord avec le lien ente la société de consommation et l'école. On pourrait aussi y ajouter la santé.
Par contre, je pense que nous sommes tous un maillon de la chaine, et que si on attends que le systeme soit repensé, les êtres humains auront disparu de la surface de la terre avant que quoi que se soit se passe. Tout simplement. Ça fonctionne trop bien comme ça, tout est entremêlé et ça arrange trop de monde ce petit confort qui t'enferme au fur et à mesure de ta vie, à tel point qu'il parait au bout d'un moment plus compliqué d'en sortir que d'y rester même si on en crève de l'intérieur.
Je pense que le changement commence entre nous et nous-même. Meme si c'est pas facile. Mais c'est faisable. L''époque nous amène à ça, de toute façon, et en plus, ça n'a pas été drôle pour ceux qui ont vécu avant nous non plus. On a des choses à inventer aujourd'hui. Mais ça tombe bien, ça bouge !

Répondre