Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Jeep
Messages : 2076
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Jeep » 10 mai 2019, 14:28

Sophie du moulin a écrit :
10 mai 2019, 10:55
j'entends parler d'enseignement des mathématiques, va savoir pourquoi je pense à une certaine chanson de Renaud qui n'a rien à voir avec les maths ou alors c'est encore que j'ai très mal compris les paroles! :hehe:
Un truc assez obscur, une série animée des années 60 avec des chansons de Gainsbourg.
Le rire de Marie Mathématique est celui de France Gall.

La vidéo ne veut pas s'afficher sur la page, cliquer sur le lien dessous pour l'ouvrir.


Avatar du membre
Jeep
Messages : 2076
Enregistré le : 15 janv. 2011, 11:28

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Jeep » 10 mai 2019, 16:10

Les pubs pour la bidoche en général et pas pour une marque en particulier ça remonte à loin.

De très loin la plus drôle est celle-ci (je ne pensais pas qu'elle passait il y a déjà 40 ans à la télé) :

https://www.ina.fr/video/PUB3254149074

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3718
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Sophie du moulin » 14 mai 2019, 16:31

:hehe:
Ca n'a pas pris une ride! :mrgreen:
Moi ça m'énerve leur slogan "plaisir racé!", ça ne veut rien dire, en tout pas pas plus que cette vieille pub sur le veau! Mais si je comprends bien certains mangent de la viande "batarde" ... 8/ Les omni n'ont plus qu'à bouffer leurs chiens de race! :langue:
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

dd
Messages : 4733
Enregistré le : 07 mai 2006, 14:06

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par dd » 14 mai 2019, 16:45

le cocker c'est bon mais ça donne des gaz
Image

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3718
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Sophie du moulin » 14 mai 2019, 19:26

De toute manière toutes les viandes se digèrent mal! :P12 N'empêche que même si on n'est pas dans le topic vegan, je me permets cette question: qu'est-ce qui fait que beaucoup de gens vont être dégoûtés à l'idée de manger du chat ou du chien et pas à l'idée de manger du cochon alors que si tu élèves un cochon comme un chien tu obtiens le même type d’interactions et de comportements ?
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Avatar du membre
adieu minette
Messages : 2034
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par adieu minette » 14 mai 2019, 19:46

Je serais tenté de dire que c'est purement culturel. Comme l'aversion de manger du cheval ou non. Si on avait été élevés à Bangkok, on n'aurait peut-être aucun problème pour manger des insectes.
En temps de famine, est-ce qu'on aurait pas tendance à manger chats, chiens, ragondins par réflexe de survie ? Petit mon papa attrapait des petits oiseaux pour les manger, car il avait faim, il fallait vivre. En 2019, ça dégouterait la quasi totalité des petits français.
My make-up may be flaking
But my smile still stays on.

Avatar du membre
adieu minette
Messages : 2034
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par adieu minette » 14 mai 2019, 19:53

Sophie du moulin a écrit :
14 mai 2019, 16:31

Moi ça m'énerve leur slogan "plaisir racé!".... Mais si je comprends bien certains mangent de la viande "batarde" ...
Moi aussi je trouve ça complétement con. Si je mange de la Prim'holstein, c'est quoi ??!!
My make-up may be flaking
But my smile still stays on.

dd
Messages : 4733
Enregistré le : 07 mai 2006, 14:06

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par dd » 14 mai 2019, 20:49

adieu minette a écrit :
14 mai 2019, 19:46
Je serais tenté de dire que c'est purement culturel. Comme l'aversion de manger du cheval ou non. Si on avait été élevés à Bangkok, on n'aurait peut-être aucun problème pour manger des insectes.
En temps de famine, est-ce qu'on aurait pas tendance à manger chats, chiens, ragondins par réflexe de survie ? Petit mon papa attrapait des petits oiseaux pour les manger, car il avait faim, il fallait vivre. En 2019, ça dégouterait la quasi totalité des petits français.

Complètement d’accord, j’ai été élevé au cheval et
Qu’est que c’est bon, j’adore l’araignée, sûrement
Le morceau que je préfère dans le cheval 😋 et voilà Niveau culturelle c’est comme ça, et je suis sûr que si
Si j’allais dans un pays où on bouffe du chien j’en mangerais. Mais bon je j’assume d’être un viandard et encore plus depuis la mode Vegan.
Image

Avatar du membre
adieu minette
Messages : 2034
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par adieu minette » 15 mai 2019, 07:09

Par contre, fais gaffe dd, une espèce sur 8 menacée d'extinction. J'espère que ça ne concerne pas le bœuf et ni le cochon... Sinon fini les grillades. :mrgreen:
My make-up may be flaking
But my smile still stays on.

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3718
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Sophie du moulin » 15 mai 2019, 10:28

Oui les chevaux de trait notamment et alors c'est là que des fois je ne comprends pas la logique de certains mais ça fera plaisir à dd, certains ont sauvé des races de chevaux justement en les élevant pour leur viande. Vous savez que j'adore les équidés et justement depuis un mois nous avons 2 ânes à la maison et l'ânesse vient d'un tout petit élevage français d'âne andalous (je crois que c'es le seul en France d'ailleurs). Bref, j'en viens au sujet. Avant d'élever des andalous, ils élevaient des percherons et ils ont galéré pour trouver de beaux étalons car comme les éleveurs ne les élevaient plus que pour la viande ils étaient devenus "difformes" et plus du tout une forme "d'athlète" si je puis dire avec des défauts non négligeables qui faisaient qu'ils avaient bien du mal à marcher longtemps et que cela occasionnait des boiteries et autres problèmes :( Il en est ainsi d'ailleurs pour les poulets, les cochons, etc...Et plus il y aura de gros consommateurs de viande et plus ce sera cela l'élevage. Est-ce ta vision des choses dd ? 8|
adieu minette a écrit :
14 mai 2019, 19:46
Je serais tenté de dire que c'est purement culturel. Comme l'aversion de manger du cheval ou non. Si on avait été élevés à Bangkok, on n'aurait peut-être aucun problème pour manger des insectes.
En temps de famine, est-ce qu'on aurait pas tendance à manger chats, chiens, ragondins par réflexe de survie ? Petit mon papa attrapait des petits oiseaux pour les manger, car il avait faim, il fallait vivre. En 2019, ça dégouterait la quasi totalité des petits français.

Je suis d'accord mais on peut aller plus loin, ce qui est véhiculé par notre culture et notre éducation (car c'est aussi une histoire d’éducation) ce n'est pas uniquement que tel ou tel animal peut être mangé ou non c'est aussi l'idée que pour être fort il faut manger de la viande. Il semblerait que si les hommes soient de plus gros consommateurs de viande que les femmes, c'est parce que culturellement on les y incite! On dit aux petits garçons dès leur plus jeune âge que pour être des garçons costaux, il leur est indispensable de consommer de la viande, ce qui est faux en réalité. Il faut des protéïnes pour faire du muscles mais elles peuvent indifféremment d'origine végétale ou animale...Et oui dd, tu es victime de notre société sexiste! :mrgreen: Je savais bien qu'un jour je te rallierais à ma cause! :mrgreen:
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Pierre de B.
Messages : 1404
Enregistré le : 05 avr. 2006, 14:56
Localisation : Pas très loin ...

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Pierre de B. » 16 mai 2019, 10:30

https://www.20min.ch/ro/news/suisse/sto ... e-30048614

<< Le végétarisme loué par Berne: pro-viande outrés par Sigrid Schatton/ofu -
Selon des recommandations de la Confédération, les buffets devraient être composés aux deux tiers de produits végétariens. De quoi irriter le lobby de la viande. >>
l'Union europeénne vient de débloquer 2.5 millions, les Etats-Unis 250'000.- seulement;
soit de quoi financer 30 secondes de Guerre en Irak.

Suite au cyclone en Birmanie,
entendu ce 6.05.08 dans le journal de 7 heures sur Couleur 3

Avatar du membre
Sophie du moulin
Messages : 3718
Enregistré le : 22 sept. 2013, 13:26
Localisation : oise

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par Sophie du moulin » 01 juin 2019, 10:57

Quand le bio devient un business et que l'écologie passe au second plan...
https://www.actu-environnement.com/ae/n ... RKqnNWXd6E
J'ai parfois la vie qui me pique les yeux mais je n'envie pas ceux qui gardent les yeux secs....
Image

Avatar du membre
adieu minette
Messages : 2034
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par adieu minette » 01 juin 2019, 14:44

Sur le même thème, on peut lire en ce moment le supplément du coincoin, "Tout n'est pas vert dans le bio", avril 2019 :

https://www.lecanardenchaine.fr/category/dossiers/
My make-up may be flaking
But my smile still stays on.

Avatar du membre
adieu minette
Messages : 2034
Enregistré le : 02 févr. 2016, 06:30
Localisation : Au coeur de la Bretagne.

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par adieu minette » 01 juil. 2019, 09:56

L'accord Mercosur qui vient d'être signé. On va importer les produits agricoles d'Amérique du Sud à bas coût... Et notre connard de premier ministre qui se pavane sur les plateaux de tv pour dire qu'il va se convertir à l'écologie...

Des vaches gavées de céréales et de soja, (la vache est un herbivore, rappelons une fois de plus, ça fonctionne très bien en bouffant essentiellement de l'herbe...), pour produire ces céréales, on va raser encore et toujours plus de forêts là bas, et il faudra importer toujours plus, avec des milliers de kilomètres à parcourir....
Quel beau bilan CO2 !!!

C'est juste catastrophique, je pleins les citoyens de là bas, ils vont avoir tous les inconvénients de la production intensive, pollution, déchets, effluents, pesticides, destruction de son environnement, pour même pas en bouffer, ou très cher, car l'européen a les moyens. Ça fera gonfler les cours artificiellement pour les locaux.
C'est juste ignoble.
My make-up may be flaking
But my smile still stays on.

Avatar du membre
ac2n
Messages : 2747
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Renaud, l'écologie et moi et moi et moi...

Message par ac2n » 01 juil. 2019, 11:34

Si jamais tu l'as pas vu passer...
Catherine Bernard a écrit :Le coup de chalumeau dans les vignes du Midi n’est pas une calamité agricole

Je suis vigneronne.
Je n’écris pas en qualité de vigneronne.
Je n’écris pas non plus en qualité de vigneronne victime d’une calamité agricole, d’une catastrophe naturelle ou d’un accident climatique. Ce qui s’est produit dans les vignes du Gard et de l’Hérault vendredi 29 juin, est d’une tout autre nature, d’un tout ordre, ou plus exactement d’un tout autre désordre.
J’écris en qualité de témoin du changement climatique à l’œuvre, qui est en fait un bouleversement, qui ne concerne pas ici des vignerons, là des arboriculteurs, hier des pêcheurs, demain des Parisiens asphyxiés, mais bien tous, citadins ou ruraux, habitants du Sud comme du Nord, de l’Ouest, ou de l’Est.
J’écris en qualité d’hôte de la terre. Nous sommes chacun, individuellement, interdépendants les uns des autres.
J’étais vendredi matin dans les vignes pour faire un tour d’inspection des troupes et ramasser des abricots dans la haie de fruitiers que j’ai plantée en 2010 entre les terret et les cinsault. Il faisait déjà très chaud. Je ne sais pas combien, je ne veux pas ouvrir le livre des records. Je suis rentrée au frais, et je me suis plongée dans la lecture d’un livre passionnant, La vigne et ses plantes compagnes de Léa et Yves Darricau. J’ai repoussé la plantation de 30 ares de vignes à l’origine programmée pour cette année, à plus tard, à quand je saurai comment et quoi planter. Je cherche. A 18 heures, Laurent, mon voisin de vignes avec qui je fais de l’entraide, m’appelle :
Là-haut à Pioch Long, les syrah sont brûlées.
Comment ça brûlées ?
Oui, brûlées, les feuilles, les raisins, comme si on les avait passé au chalumeau.
J’ai pris ma voiture, et je suis allée dans les vignes. Quand j’ai vu à La Carbonelle, les grenaches, feuilles et grappes brûlées, grillées, par zones, sur la pente du coteau exposée sud-ouest, je n’ai pas pensé à la perte de la récolte. J’ai vu que certaines étaient mortes, que d’autres ne survivraient pas. Il faisait encore très très chaud et j’ai été parcourue de frissons. La pensée m’a traversée que c’était là l’annonce de la fin de l’ère climatique que nous connaissons, la manifestation de la limite de l’hospitalité de la terre. Puis je suis passée sur le plateau de Saint-Christol, là où depuis le XIIème siècle l’homme a planté des vignes pour qu’elles bénéficient pleinement des bienfaits du soleil et du vent. Et là, à droite, à gauche, j’ai vu des parcelles de vignes brûlées, grillées dans leur quasi totalité.
Il y aura des voix, celles des porte-parole des vignerons, chambre d’agriculture, représentants des AOC, et c’est leur rôle, pour évaluer les pertes de récolte, la mortalité des ceps, et demander des indemnisations.
Il y aura les voix invalidantes de la culpabilité, celle des gestes que l’on a faits dans la vigne les jours précédents et que l’on n’aurait peut-être pas dû faire, ou ceux que l’on n’a pas fait et que l’on aurait dû faire. Et si j’aurais su…. A ceux-là, je réponds, les si n’aiment pas les rais.
Il y aura des voix pour dire qu’à cela ne tienne, on va généraliser l’irrigation, et si cela ne suffit pas, eh bien on plantera des vignes, plus haut dans le Nord, ailleurs. Peut-être même y en aura-t-il pour s’en réjouir. A ceux-là, je réponds qu’ils sont, au mieux des autruches, au pire des cyniques absolus et immoraux, dans les deux cas des abrutis aveugles.
Ce qui s’est produit ce vendredi 29 juin dans les vignes du Midi, est un avertissement, un carton rouge. Ce n’est pas seulement les conséquences d’un phénomène caniculaire isolé doublé d’un vent brûlant, mais la résultante de trois années successives de stress hydrique causé par des chaleurs intenses et de longues périodes de sécheresse qui, année après année, comme nous prenons chaque année des rides, ont affaibli les vignes, touchant ce vendredi 29 juin, celles qui étaient plantées dans ce qui était jusqu’alors considéré comme les meilleurs terroirs. C’est aussi la résultante d’un demi-siècle de pratiques anagronomiques.
La Carbonelle est plantée de vignes depuis 1578. C’est un mamelon en forme de parallélogramme bien exposé au vent et soleil. Ce qui s’est passé le 29 juin, dit que l’ordre des choses s’est littéralement inversé. Le vent et soleil ne sont plus des alliés de l’homme. La solution de l’irrigation est la prolongation d’un défi prométhéen. On se souviendra qu’il lui arrive quelques bricoles à Prométhée. Cela dit aussi que le changement va plus vite que la science agronomique et ses recherches appliquées, cela nous précipite dans un inconnu. Il nous faut radicalement changer notre rapport à la terre, ne plus nous en considérer comme des maîtres, mais des hôtes, que l’on soit paysan ou citadin.
Ceux qui voudraient circonscrire à la viticulture du Midi ce qui s’est produit le 29 juin s’illusionnent. Le phylloxéra a été identifié en 1868 à Pujaud dans le Gard. Les vignerons des autres régions ont cru ou feint de croire qu’ils seraient épargnés. En 1880, le puceron avait éradiqué la totalité du vignoble français, et gagné toute l’Europe. Le phylloxéra était lui-même la « récompense » de notre quête du mieux, du plus. Il a été à l’origine de la seule grande émigration française et d’une reconstruction du vignoble qui a profondément changé l’équilibre même de la vigne. Nous en sommes les héritiers directs.
Ceux qui voudraient circonscrire le phénomène à la viticulture se dupent aussi. La vigne nous accompagne, sur notre territoire, depuis plus de deux millénaires, et l’homme depuis plus de 6 000 ans. Sa culture est tout à la fois un pilier et un symbole de notre civilisation. Si la vigne n’a plus sa place dans le Midi, l’homme ne l’aura pas davantage car le soleil et le vent seront brûlure sur sa peau.
Nous, vignerons, devons en tout premier lieu renouer avec la dimension métaphysique de notre lien à la terre et alors, nous pourrons changer radicalement nos pratiques. Mais il faudra autant de temps pour retricoter ce que nous avons détricoté. L’œuvre elle-même est vaine si par ailleurs, nous, vous, moi continuons à prendre l’avion comme nous allons promener le chien, goûtons aux fruits exotiques comme si on les cueillait sur l’arbre, mettons la capsule dans la machine à café comme un timbre sur une lettre, ainsi de suite. Ce que les vignes disent, c’est que notre civilisation elle-même est menacée.
Les abeilles l’ont aussi dit, avant la vigne. Mais nous ne les avons pas entendues.
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !
Image
https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Répondre