Dans mon HLM

Description

Fiche pédagogique avec consignes aux élèves, mise en évidences des difficultés linguistiques, questions de compréhension, questions de réflexions, vocabulaire et paroles de la chanson.

Consultation (reproduction de la fiche)

Avertissement!

Pour écrire cette chanson, Renaud s’est inspiré d’un français très populaire. On trouve donc dans cette chanson un grand nombre de mots ou d’expressions argotiques. Ne vous inquiétez donc pas si vous ne comprenez pas tout. Aidez-vous des mots connus pour dégager le sens général.  Si vous souhaitez vous éclairer sur le sens de certains mots, vous pourrez consulter la liste que je vous ai dressée à la fin du dossier.

Lisez soigneusement le texte original de la chanson que vous trouverez à la fin du dossier. Lors de votre lecture, vous porterez une attention particulière à tous les phénomènes graphiques qui révèlent les modifications phonétiques propres à la langue parlée.

ü Simplication de la tournure « il y a », prononcée [ilija] en « y’a »,     prononcée [ja]. 

Ex: « Y’a une espèce de barbouze » au lieu de « il y a…. »

ü  Disparition de la particule « ne » dans la tournure négative « ne … pas ».

Ex : « Sa femme sort pas de la cuisine » au lieu de « sa femme ne

          sort pas de la cuisine… »

ü  Transformation de « il », prononcé [il] en « y », prononcé [i].

                 Ex : « Maintenant, il est content mais y parle de s’casser »

ü  Chute du [«] caduc dans un bon nombre de mots.

                 Ex : « Y a tout l’temps d’la musique. »

Dans cette chanson, Renaud marque la chute des [«] à l’aide d’une apostrophe.

Mais outre le choix lexical et toutes les marques que nous venons de voir, il existe un autre phénomène, plus spectaculaire, qui indique également que nous avons affaire dans cette chanson à un français parlé. C’est le phénomène de la troncation qui consiste essentiellement à abréger un mot polysyllabique par suppression d’une ou plusieurs syllabes.

Ex :   « prof » est la forme tronquée de professeur.

« ciné » est la forme tronquée de cinéma.

« aprem », prononcé [aprεm] est le mot tronqué pour après-midi.

Avez-vous bien compris ?

 

w D’après vous, qui est-ce qui décrit les différentes personnes qui apparaissent au fil de la chanson ? Justifiez votre réponse.

w  Que raconte cette chanson ?

w  Quel regard le narrateur porte-t-il sur toutes ces personnes avec lesquelles il partage l’immeuble ?

w Dans quelle mesure peut-on dire que cette chanson est un portrait en miniature de la société actuelle ? Quelles sont les différentes classes sociales représentées dans cette chanson ? Quels rapports entretiennent-elles ?

 

Quelques pistes de réflexion:

 

w  Quels faits de société sont abordés dans cette chanson ? Relevez dans le texte tous les mots ou phrases qui dévoilent le visage actuel de la société française.

w  Dans la première partie de la chanson, Renaud a choisi de nous décrire l’ancien légionnaire qui a participé à la guerre d’Indochine comme une espèce de brute sans cervelle. Comment interprétez-vous ce choix ?

w  Mai 68, mouvement de protestation orquestré à l’origine par les étudiants, a marqué un tournant décisif dans la vie sociale des français : des millions de gens ont fait la grève pour manifester pour une société plus juste. D’une envergure sans précédent, cet événement est un symbole à part entière et reste à jamais gravé dans la mémoire des français.  Comment sont décrits ceux qui ont participé à cet événement ? Pourquoi ? En vous documentant sur la vie de Renaud, essayez de justifier la sympathie qu’éprouve notre chanteur pour ces « anciens de soixante-huit ».  Pourriez-vous trouver dans l’histoire de votre pays un événement de la même ampleur sociale que celui de Mai 68 ? Pour quelle(s) raison(s)?

w  Relisez la description du personnage de la quatrième partie :

A votre avis, à quel aspect de la société actuelle renvoie l’attitude de cette femme ? Comment qualifieriez-vous le regard que porte le chanteur sur cette femme ? D’après vous, quelle critique le chanteur fait-il de la société actuelle à travers l’attitude de cette femme ?

w Observez-vous le même phénomène dans votre pays : quelle est l’influence des magazines de mode sur le comportement des femmes et des gens en général ? Sous quelles formes se manifeste-t-elle ?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

Liste de vocabulaire

 

1. VERBES

Chouraver :                     Terme populaire qui signifie voler, dérober.

Cogner :                           Terme populaire qui signifie frapper, donner des coups à quelqu’un.

En chier :                         Expression populaire qui signifie ici que le jeune cadre s’est donné beaucoup de mal, a travaillé très dur pour pouvoir s’acheter son appartement.

Se casser :                       Terme populaire qui signifie ici partir.

Débouler :                       Terme populaire qui signifie ici arriver précipitamment, sans prévenir.

Bosser :                           Terme populaire qui signifie ici travailler.

Allumer :                          Une femme qui allume ou plus simplement une allumeuse est une femme qui par son comportement (équivoque) donnent l’impression aux hommes d’être sexuellement disponible. On reconnaît souvent une allumeuse à sa tenue provoquante.

Piger :                              Terme populaire qui signifie comprendre.

2.NOMS

H.L.M.                             Habitation à Loyer Modéré  

Immeuble construit par une collectivité et affecté aux foyers qui ont de faibles revenus; par ext. Immeuble moderne à appartements bon marché. Les H. L. M. de la banlieue.

Barbouze :                       n.masc. Terme argotique qui sert à désigner un policier qui passe son temps à surveiller et à espionner les gens.

Môme :                            n.masc et fém. Terme populaire qui prend différente significations selon le contexte ; il sert à désigner à l’origine un enfant et par extension une jeune fille.

Pinard :                            n.masc. Terme populaire qui sert à désigner le vin.

Costard :                          n.masc. Terme populaire qui sert à désigner un élégant costume d’homme.

Brique :                            n.fém. Terme populaire synonyme de « million ».

Boucan :                          n.masc.Terme populaire employé très fréquemment à la place de « bruit ».

Décolorée :                      n.fém. Terme péjoratif servant à désigner une fausse blonde ; on emploie également très fréquemment le terme de « blondasse ».

Gonzesse :                       n.fém. Terme argotique qui sert à désigner une femme, une fille. On emploie également très fréquemment les termes de « nana » et de « meuf » qui est la forme verlanisée de femme.

Plombes :                         n.fém. Terme argotique utilisé pour dire « heure ».

Loubard :                         n.masc. Terme argotique qui sert à désigner un voyou qui traîne avec une bande et qui manifeste un comportement associal.

Flic :                                 n.masc. Terme populaire très fréquemment utilisé pour désigner un homme de la police.

3. ADJECTIFS

Givré :                «Etre givré » signifie dans le langage populaire « être complètement fou ». On emploie également très fréquemment les mots « timbré », « toqué », « cinglé ».

Furax :                             Terme populaire signifiant « furieux », mot dont il est dérivé.

4. ADVERBES

Vachement :                    Terme populaire couramment employé à la place de « très », « beaucoup », « vraiment ».

Paroles "Dans mon HLM"

 

Paroles et Musique: Renaud Séchan   1980  "Marche à l'ombre"

 

     Au rez-d'-chaussée, dans mon HLM
      
      Y a une espèce de barbouze
            Qui surveille les entrées

            Qui tire sur tout c' qui bouge

            Surtout si c'est bronzé

            Passe ses nuits dans les caves,

            Avec son Beretta,

            Traque les mômes qui chouravent

            Le pinard aux bourgeois

            Y s' recrée l'Indochine

            Dans sa p'tite vie d' peigne cul.

            Sa femme sort pas d' la cuisine,

            Sinon y cogne dessus.

            Il est tellement givré

            Que même dans la Légion

            Z'ont fini par le j'ter,

            C'est vous dire s'il est con!

     Putain c' qu'il est blême, mon HLM!
            Et la môme du huitième, le hasch, elle aime!

     Au premier, dans mon HLM,
            Y a l' jeune cadre dynamique,
            Costard en alpaga,
            C'ui qu'a payé vingt briques
            Son deux pièces plus loggia.

            Il en a chié vingt ans

            Pour en arriver là,

            Maintenant il est content

            Mais y parle de s' casser.

            Toute façon, y peut pas,

            Y lui reste à payer

            Le lave vaisselle, la télé,

            Et la sciure pour ses chats,

            Parc' que naturellement

            C' bon contribuable centriste,

            Il aime pas les enfants,

            C'est vous dire s'il est triste!

     Putain c' qu'il est blême, mon HLM!
            Et la môme du huitième, le hasch, elle aime!

     Au deuxième, dans mon HLM,
            Y a une bande d'allumés

            Qui vivent à six ou huit

            Dans soixante mètres carrés,

            Y a tout l' temps d' la musique.

            Des anciens d' soixante-huit,

            Y'en a un qu'est chômeur

            Y'en a un qu'est instit',

            Y'en a une, c'est ma sœur.

            Y vivent comme ça, relax

            Y a des mat'lats par terre,

            Les voisins sont furax;

            Y font un boucan d'enfer,

            Y payent jamais leur loyer,

            Quand les huissiers déboulent

            Y écrivent à Libé,

            C'est vous dire s'ils sont cools!

     Putain, c' qu'il est blême, mon HLM!
            Et la môme du huitième, le hasch, elle aime!

     Au troisième, dans mon HLM,
            Y a l'espèce de connasse,

            Celle qui bosse dans la pub',

            L'hiver à Avoriaz,

            Le mois d' juillet au Club.

            Comme toutes les décolorées,

            Elle a sa Mini-Cooper,

            Elle allume tout l' quartier

            Quand elle sort son cocker.

            Aux manifs de gonzesses,

            Elle est au premier rang,

            Mais elle veut pas d'enfants

            Parc' que ça fait vieillir,

            Ça ramollit les fesses

            Et pi ça fout des rides,

            Elle l'a lu dans l'Express,

            C'est vous dire si elle lit!

     Putain c' qu'il est blême, mon HLM!
            Et la môme du huitième, le hasch, elle aime!

     Au quatrième, dans mon HLM,
            Y a celui qu' les voisins

            Appellent " le communiste ",

            Même qu'ça lui plaît pas bien,

            Y dit qu'il est trotskiste!

            J'ai jamais bien pigé

            La différence profonde,

            Y pourrait m'expliquer

            Mais ça prendrait des plombes.

            Depuis sa pétition,

            Y a trois ans pour l' Chili,

            Tout l'immeuble le soupçonne

            A chaque nouveau graffiti,

            N'empêche que " Mort aux cons "

            Dans la cage d'escalier,

            C'est moi qui l'ai marqué,

            C'est vous dire si j'ai raison!

     Putain c' qu'il est blême, mon HLM!
            Et la môme du huitième, le hasch, elle aime!

     Pi y a aussi, dans mon HLM,
            Un nouveau romantique,

            Un ancien combattant,

            Un loubard, et un flic

            Qui s' balade en survêtement

            Y fait chaque jour son jogging

            Avec son berger all'mand,

            De la cave au parking,

            C'est vachement enrichissant.

            Quand j'en ai marre d' ces braves gens

            J' fais un saut au huitième

            Pour construire un moment

            'vec ma copine Germaine,

            Un monde rempli d'enfants.

            Et quand l' jour se lève

            On s' quitte en y croyant,

            C'est vous dire si on rêve!

     Putain c' qu'il est blême, mon HLM!
            Et la môme du huitième, le hasch, elle aime!

Source

Source de cette page avec compléments - lien valide le 19/07/2006.


Enseignant - poil aux dents