Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Discuter de tout et de rien

Modérateur : modérateurs

Répondre
Charlie Brown
Messages : 2306
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Tha_moumou a écrit :
16 oct. 2017, 17:50
"Une vie" c'est vraiment très très bien.


Merde, si ça se trouve, je vais être d’accord avec Aïdos et Moumou ! Je sais pas si je dois le voir, du coup... Je suis mal, je suis mal...
:? :-D

Tha_moumou a écrit :
16 oct. 2017, 17:50
Et Blade Runner, vous êtes pas allés voir Blade Runner ?
Pas encore, mais c’est prévu !

En revanche, hier, je suis allé voir Kingsman : Le Cercle d’Or.


Image

J’avais adoré le premier. J’y allais donc confiant. Et en fait, c’est naze !
Dès la scène d’ouverture toute pourrie, j’ai compris que je ne retrouverai pas mon Kingsman. Une scène d’action d’une laideur absolue, qui semble complètement faite en images de synthèse, entre dessin animé raté et jeu vidéo d’action à la mords-moi. Et toutes les scènes d’action et de bagarre du film seront à l’avenant. Elles sont laides, parfois bêtement gore, elles durent des plombes, on n'y ressent rien, on s’y marre même pas (ou si peu), on attend patiemment qu’elles passent. Bref, on se fait chier ! Grosse fatigue. En plus, la direction d'acteurs laisse à désirer et y’a trop de scènes d’une mièvrerie factice (même pas parodique) saupoudrées de morale à deux balles. Quant au scénario, il est d’une fainéantise crasse. Un quasi décalque du premier volet, en plus vulgaire, en plus gore et en beaucoup moins drôle. Une foirade, quoi.

J’aurais dû me méfier, vu que Matthew Vaughn avait déjà fait le coup avec Kick-Ass. Le premier était plutôt chouette et fonctionnait bien. Le second, dont il avait délégué la réalisation à un tâcheron, tombait déjà dans les mêmes travers que ce Kingsman 2. Putain, Matthew, contente-toi de créer des univers à moitié parodiques et arrête d’essayer d’imaginer des suites ! On voit très bien que ça te fait chier et que tu bâcles le boulot !
Modifié en dernier par Charlie Brown le 28 oct. 2017, 19:57, modifié 1 fois.
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Tha_moumou
Messages : 934
Enregistré le : 13 oct. 2005, 13:17

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tha_moumou »

Evidemment, que tu vas être d'accord, et en plus tu vas tomber amoureux.

Avatar du membre
ac2n
Messages : 3189
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par ac2n »

Pour les amateurs du genre, je me suis maté "Gérald Game" hier, adapté du roman "Jessie" de Stephen King, ben ça f'sait longtemps que j'avais pas vu un King, j'ai bien aimé...
Gerald se livre à un jeu pervers, menotter sa femme dans le lit d'une maison perdue au fin fond du Maine. Manque de bol, il décède d'une crise cardiaque alors qu'elle lui demande de la détacher. L'horreur va commencer pour Jessie.
Source : FilmsActu http://cinema.jeuxactu.com/video-bande- ... -15568.htm
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !

Image

https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Avatar du membre
Tord
Messages : 2187
Enregistré le : 25 oct. 2005, 14:14
Localisation : Prout

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tord »

Et "ça" ? T'es pas allé le voir ? J'hésite encore parce que le déguisement du clown et son côté sombre m'ont refroidi (alors qu'il se doit d'être coloré et attirant au contraire) et j'ai peur d'être déçu.

Avatar du membre
ac2n
Messages : 3189
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par ac2n »

Tord a écrit :
18 oct. 2017, 18:54
Et "ça" ? T'es pas allé le voir ? J'hésite encore parce que le déguisement du clown et son côté sombre m'ont refroidi (alors qu'il se doit d'être coloré et attirant au contraire) et j'ai peur d'être déçu.
Non je ne l'ai pas encore vu, mais je le verrais (quand on est fan...) mais ouai je sais pas trop quoi en penser, et niveau look c'est vrai que je préfère le premier modèle de Pennywise... Le prochain et que je crains beacoup aussi vu les déformations par rapport au bouquin, ça sera "La Tour Sombre" toujours d'aprés papa King !
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !

Image

https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Charlie Brown
Messages : 2306
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Tha_moumou a écrit :
17 oct. 2017, 17:48
Evidemment, que tu vas être d'accord, et en plus tu vas tomber amoureux.
Ah ben forcément, si tu me prends par les sentiments...
Y'a pas, tu sais comment me parler cinéma ! :-D


Sinon, Aïdos, à propos de ça :

Aïdos a écrit :
16 oct. 2017, 08:56
Notre petite soeur, qui m'a fait un bien indescriptible, je parlais de gourmandise plus haut, ça c'en est une vraie et une bonne.
Voluptueux.
Remboursable par la sécu.
J'avais oublié de te dire que je suis en train de lire Kamakura Diary, le manga signé Yoshida Akimi (7 volumes chez Kana), duquel est tiré ce film d'Hirokazu Kore-eda, Notre petite soeur. J'en suis au tome 3 et ce que je peux t'en dire pour l'instant, c'est que Hirokazu m'a l'air d'avoir fait un beau travail d'adaptation, en respectant les personnages de la mangaka, mais en resserrant intelligemment le propos pour donner plus de densité à son film. Il sublime carrément le manga, en fait, déjà très chouette au départ.
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Avatar du membre
ac2n
Messages : 3189
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par ac2n »

Bon, donc "La Tour Sombre" vu hier soir...
Le dernier Pistolero, Roland Deschain, est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir, qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir…
source: http://www.allocine.fr/film/fichefilm_g ... 46417.html
A mon avis

Je ne le conseillerais pas aux puristes qui rèvent de voir un film coller mos à mots, actions à actions a un bouquin, qui plus est pour les vrais de vrais "Kingophiles" qui auraient lu (comme moi) les 8 volumes de cette saga qui n'en compte que 7 auxquels il ne faut pas oublier de rajouter le tôme 4 1/2 sorti quelques années aprés le 7, bref, si tu es dans ce cas précis, ne le regarde pas !

Sinon si on arrive a se sortir des bouquins, ça reste un bon petit film d'action avec quelques bizareries logiques pour un King !

En espérant (il paraitrait que, mais c'est pas si simple...) il pourrait y avoir une suite (ce qui parait logique vu la longueur de la saga en bouquins) mais sous quelle forme, je n'en sais pas plus, à suivre ?
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !

Image

https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Avatar du membre
Tord
Messages : 2187
Enregistré le : 25 oct. 2005, 14:14
Localisation : Prout

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Tord »

Jamais lu la tour sombre, du coup ça me tente moyen.

Tu me tiendras au courant pour ça ! :-D

Aïdos
Messages : 903
Enregistré le : 15 janv. 2015, 11:28

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Aïdos »

Charlie Brown a écrit :
19 oct. 2017, 11:29


J'avais oublié de te dire que je suis en train de lire Kamakura Diary, le manga signé Yoshida Akimi (7 volumes chez Kana), duquel est tiré ce film d'Hirokazu Kore-eda, Notre petite soeur. J'en suis au tome 3 et ce que je peux t'en dire pour l'instant, c'est que Hirokazu m'a l'air d'avoir fait un beau travail d'adaptation, en respectant les personnages de la mangaka, mais en resserrant intelligemment le propos pour donner plus de densité à son film. Il sublime carrément le manga, en fait, déjà très chouette au départ.
Je ne suis pas trop "manga", j'avoue, mais je n'y connais pas grand chose.

Et puis dans le cas d'une adaptation, j'essaie de vraiment dissocier, dans ma critique, ce sont deux œuvres distinctes.

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3875
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

Charlie Brown a écrit :
17 oct. 2017, 10:34
Tha_moumou a écrit :
16 oct. 2017, 17:50
"Une vie" c'est vraiment très très bien.


Merde, si ça se trouve, je vais être d’accord avec Aïdos et Moumou ! Je sais pas si je dois le voir, du coup... Je suis mal, je suis mal...
:? :-D
Je me souviens bien de Judith Chemla dans "Camille redouble". J' ai vu que ça avec elle mais étrangement je me souviens encore d' elle... Oh, elle fait rien d' extraordinaire et elle y a pas un rôle hyper marquant mais elle est chouette et on la prend facilement en affection. (Donc vas-y Charlie, fonce !!! )
J' ai pas vu "Une vie" mais du coup ça me tente bien.

Charlie Brown
Messages : 2306
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Tha_moumou a écrit :
16 oct. 2017, 17:50
Et Blade Runner, vous êtes pas allés voir Blade Runner ?
Ayé !
Et je suis emballé ! :-D


Image

Quelle réussite ! Sur tous les plans ! C'est à la fois un vrai film de Denis Villeneuve (ceux qui ont vus Premier contact me comprendront) et une véritable suite au Blade Runner de Ridley Scott, qui n'en trahit ni le fond ni la forme. Esthétiquement, c'est du Denis Villeneuve dans ses œuvres, d'une grande beauté plastique, une claque visuelle un peu comme l’avait été en son temps le film de Scott, tout en respectant le rythme et l'univers de film noir post-apocalyptique de ce dernier sans jamais le copier (et même si Villeneuve fait l’impasse sur la population urbaine de 2049). C'est souvent d'une inventivité fascinante : (je spoile sans spoiler mais je cache quand même le contenu, au cas où...)
► Afficher le texte
Sur le fond aussi, la réussite est totale. Sans compter les interrogations purement science-fictionnelles sur les anticipations technologiques, c'est la continuité avec le film original que je trouve remarquable, et même avec les différentes versions successives. Beau travail des scénaristes. Par ailleurs, le scénario ne tranche pas la question de la nature de Rick Deckard, ce qui est finement joué.
► Afficher le texte
Bref, pour une suite, c'est une véritable réussite, du niveau de l’original en termes de qualité, ce qui est assez rare pour être noté.

Aïdos a écrit :
19 oct. 2017, 18:43
Et puis dans le cas d'une adaptation, j'essaie de vraiment dissocier, dans ma critique, ce sont deux œuvres distinctes.
Moi aussi, en général. Par exemple, puisque je cause de Blade Runner juste au-dessus, ça ne me gêne absolument pas que le film de Ridley Scott n’ait pas grand-chose à voir avec le bouquin de Philip K. Dick dont il est tiré. Bon, c’est peut-être parce que j’ai vu le film avant de lire le livre. Si j’avais lu le livre avant, j’aurais peut-être crié à la haute trahison, comme l’ont fait plusieurs fans de l’œuvre de Philip K. Dick à l’époque. Qui sait ?... Dans ce cas précis, je parlerais plus d’inspiration que d’adaptation, d’ailleurs. Je dissocie les deux œuvres, comme tu dis, que j’apprécie autant l’une que l’autre.

Blaise Poulossière a écrit :
19 oct. 2017, 18:46
Je me souviens bien de Judith Chemla dans "Camille redouble". J' ai vu que ça avec elle mais étrangement je me souviens encore d' elle... Oh, elle fait rien d' extraordinaire et elle y a pas un rôle hyper marquant mais elle est chouette et on la prend facilement en affection. (Donc vas-y Charlie, fonce !!! )
J' ai pas vu "Une vie" mais du coup ça me tente bien.
Je me rapelle aussi de Judith Chemla dans Camille redouble...
Et sinon, je voulais le voir, Une vie ! C’est juste que mon cinéma en a saboté la programmation (comme il a d’ailleurs saboté celle du dernier Noémie Lvovsky, Demain et tous les autres jours, soit dit en passant, que j'ai donc loupé aussi. J'avais beaucoup aimé Camille redouble et, surtout, Les Sentiments, par cette même réalisatrice). Et comme j’aime voir les films au cinéma parce que c’est là que je les ressens le mieux, y’a peu de chances que je le voie un jour… Mais bon, à l’occasion, je foncerai ! :wink:
Modifié en dernier par Charlie Brown le 28 oct. 2017, 19:59, modifié 1 fois.
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Avatar du membre
ac2n
Messages : 3189
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par ac2n »

La Planète des Singes "Suprémacie"
Dans ce volet final de la trilogie, César, à la tête des Singes, doit défendre les siens contre une armée humaine prônant leur destruction. L’issue du combat déterminera non seulement le destin de chaque espèce, mais aussi l’avenir de la planète.
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_g ... 26244.html

Mon avis: C'est un peu comme pour Renaud, un des multiples fils conducteurs qui m'ont vu grandir, ces films et séries la, oui il existe une série "La planète des Singes" à laquelles d'ailleurs les spécialistes ou connaisseurs du sujet qui ont vus ou qui verront ce troisième volet de cette trilogie là, pourront y relever beaucoup de rappels, visuels ou nominatifs... Bref personnellement j'ai trouvé donc ce troisième volet excellent mais bon, je suis fan depuis tout petit...

Quand on sait que tout ça ça part d'un roman d'anticipation de Pierre Boulle (1912-1994) sorti en 1963, pour les ceux qui ne le connatraient pas, il a aussi écrit "Le Pont de la rivière Kwai"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Boulle

Liste de tous les films de 1968 à nos jours qui traitent le sujet ici:

http://www.vodkaster.com/listes-de-film ... ga/1300917 (il ne manque que le dernier ci dessus)

ça c'est pour le cinéma, mais...

Il existe aussi une série (un feuilleton de l'époque...) télé "La planète des singes" :
La Planète des singes est une série télévisée américaine en 14 épisodes de 47 minutes, créée d'après le roman de même nom de Pierre Boulle et diffusée entre le 13 septembre et le 6 décembre 1974 sur le réseau CBS.
http://www.allocine.fr/series/ficheseri ... =7249.html

Et pour les curieux ben y a tout un tas de sources qui nous parlent de ces livres, séries ou films !
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !

Image

https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Avatar du membre
ac2n
Messages : 3189
Enregistré le : 22 avr. 2005, 18:01
Localisation : Le bistrot des copains au

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par ac2n »





En résumé...
Je s'appelle Groot
..........................(°±°)..........................

Le "coint coint" sauvera l'humanité !

Image

https://www.facebook.com/Xavisions-399600453546061/

Charlie Brown
Messages : 2306
Enregistré le : 06 sept. 2005, 21:19

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Charlie Brown »

Je vous avais dit que je vous assommerai avec mes descentes estivales au cinéma (une vingtaine de films, disons de juin à septembre). Dont acte. Vous allez en chier ! :-)

Et donc, enfin, l'année cinématographique a commencé à devenir intéressante. Il était temps ! Je commençais à m'impatienter…


2 très bons films :


Image

Barbara de Mathieu Amalric

Un film brillant, dans la forme comme dans le fond. L'angle d'attaque, de biais, pour éviter l'écueil du biopic, est en soi une riche idée. On y voit une actrice en plein travail. Travail d'apprentissage du texte, de répétition, de tournage, afin d'incarner une célèbre figure de la chanson française. Le film, du coup, n'est pas un biopic, mais une évocation. Une évocation et une déclaration d'amour. A Barbara, à Jeanne Balibar, au cinéma. C'est un film passionnant sur le cinéma, sur le travail de l'acteur, et c'est une évocation de Barbara par petites touches impressionnistes. On ne saura presque rien de la vie de Barbara en sortant de la salle, mais on aura ressenti Barbara. Expérience autrement intéressante. Amalric multiplie les mises en abîme et brouille les pistes de la "réalité" (des "réalités") et de la fiction (des "fictions"). La reconstitution des années 70 dans les images du film dans le film est absolument saisissante. Jeanne Balibar est bluffante et impressionnante (et elle chante vachement bien). Une expérience cinématographique dans tous les sens du terme.


Image

Les Proies de Sofia Coppola

Ce qui frappe d'abord, c'est la beauté formelle des plans de Sofia Coppola et la fluidité de sa mise en scène, qui créent une ambiance particulière, une atmosphère à nulle autre pareille. La "Sofia's touch", quoi. Ça a toujours été une de ses grandes forces, mais on touche ici à une sorte de perfection.
Il y a quelques années, j'avais vu l'adaptation du roman de Thomas Cullinan par Don Siegel (1971) avec Clint Eastwood dans le rôle masculin du film, ce soldat de l'Union blessé et perdu en plein Sud en pleine Guerre de Sécession, recueilli dans un pensionnat de jeunes filles paumé au milieu des champs de batailles. C'était un très bon film et je pense que c'est parce que je l'avais déjà vu que j'ai adoré celui ce Sofia Coppola (mais j'ai l'air d'être le seul dans ce cas, ceux qui ont vu les deux versions ne pouvant s'empêcher de critiquer négativement celui de Sofia Coppola, hélas).
Intelligemment, Coppola ne fait pas un remake. Je dirais presque qu'elle instaure un dialogue, tant ces deux films, ces deux visions, se répondent, se complètent. La meilleure idée du film, c'est d'avoir complètement changé le caractère du protagoniste masculin. Là où Clint Eastwood incarnait à la perfection le mâle dans toute sa "spendeur", viril, séduisant/séducteur, ambiguë, manipulateur voire pervers, pouvant se montrer aussi sympathique que brutal, Colin Farrell incarne ici un homme plutôt bon, doux, gentil, presque "insipide". Ce renversement permet à Sofia Coppola de ne pas se focaliser sur l'élément mâle et de travailler sur la matière féminine de l'histoire. Elle le fait à sa manière habituelle, subtile, à petites touches d'ironie et d'humour très personnel (si on n'y est pas sensible, on passe irrémédiablement à côté de son cinéma).
L'autre bonne idée du film, c'est d'avoir désamorcé tout ce qui faisait la force du film de Don Siegel, la tension sexuelle, sensuelle, érotique, parfois violente, l'atmosphère lourde voire étouffante. Sofia Coppola inscrit son film dans une légèreté, une délicatesse, une luminosité qui font, par contraste, ressortir toute la noirceur de l'histoire. Du beau travail encore une fois, miss Coppola.


6 bons films :


Image

Baby Driver de Edgar Wright

Edgar Wright (Shaun of the Dead, Le Dernier pub avant la fin du monde…) passe de l'autre côté de l'Atlantique et emmène avec lui une partie de son bagage britannique à base d'humour et de rapport particulier à la musique. Il construit son film autour de la musique, autour de sa bande-son (excellente au demeurant), et c'est ce qui en fait toute l'originalité et la jouissance. C'est parfois bien gratuitement violent (à la Tarantino) mais le rythme et la mise en scène emportent le morceau. Du bon film d'action pas con pour deux sous.


Image

Que Dios nos perdone de Rodrigo Sorogoyen

Encore un bon polar espagnol, prenant, bien joué, bien rythmé, même s'il s'effondre un peu dans son dernier tiers en cédant à une facilité scénaristique qu'il avait évitée jusque là. Mais ça ne gâche rien à la qualité de l'ensemble.


Image

Le Redoutable de Michel Hazanavicius

Anne Wiazemsky est morte d’un cancer il y a presque un mois.

Je l’avais aimée dans Au hasard Balthazar de Robert Bresson, La Chinoise de Jean-Luc Godard et Théorème de Pier Paolo Pasolini. Je n’ai jamais vu le reste de sa filmographie.

Une semaine avant, j’étais allé voir cette adaptation de son bouquin, Un an après, par Michel Hazanavicius sous le titre Le Redoutable. J’avais lu le précédent, Une année studieuse, dans lequel elle narrait sa rencontre puis sa relation avec Jean-Luc Godard, durant l’été 1966, jusqu’à leur mariage à l’été 1967. J’avais beaucoup aimé. J’aime son écriture et sa manière de raconter les choses. Dans Un an après, elle racontait donc la suite, l’année 1968 et la déliquescence de son couple suite aux bouleversements des événements du mois de mai qui ont radicalement changé le gars Jean-Luc. En bien, pour lui, peut-être (quoique…). En moins bien, pour la grande majorité de son public, et pour Anne, évidemment. Je ne voulais pas lire le livre avant d’avoir vu le film. Je vais maintenant pouvoir m’y atteler.

J’ai beaucoup aimé le film, à la fois très amusant et d’une certaine justesse, il me semble, à moi qui aime bien Godard, son cinéma et Anne Wiazemsky. Une justesse générale en décalage avec le traitement esthétique du film, pas réaliste pour deux sous, mélange de plans pseudo-godardiens pré-68 et de ligne claire cinématographique pas vraiment documentaire, même si le travail sur les costumes, les coiffures, les décors et les objets est un vrai plaisir pour les yeux. Louis Garrel s’en donne à cœur joie sans être grotesque et Stacy Martin rend palpable le désarroi progressif d’Anne Wiazemsky (en plus, elle est belle à croquer et magnifiée par le regard du cinéaste).
Après, on peut toujours se demander à quoi ça sert d’ironiser sur Godard et sur mai 68… Je dirais qu'il est toujours nécessaire d'ironiser sur les icônes et les moments iconiques, et que si ça me permet des voir de bons films, c'est toujours ça de pris. En plus, sous l'ironie, on sent quand même pas mal d'amour et de respect.


Image

The Square de Ruben Östlund

Palme d'or à Cannes cette année. Ça vient de sortir mais je l'ai vu en avant-première en août. C'est du bon, mais je ne saurais le conseiller à tout le monde. C'est souvent dérangeant, parfois très dérangeant et ça peut mettre très mal à l'aise, même si le réalisateur ne franchit jamais certaines limites. Il va parfois à la limite du supportable (la scène de l'affiche, par exemple) mais s'arrête toujours avant qu'on ait totalement envie de quitter la salle. Sa critique de la bourgeoisie, des sociétés occidentales et du monde de l'art contemporain est intelligente, même si elle semble parfois un peu facile, et formellement impeccable, avec une indispensable dose d'humour scandinave en prime. Le genre de film que je suis content d'avoir vu mais que je ne reverrais sans doute jamais. Je suis pas totalement masochiste.


Image

Aurore de Blandine Lenoir

Un film qui fait du bien. Vraiment. Je n'ai jamais vu Agnès Jaoui aussi lumineuse que dans ce film, et ça lui va bien au teint. Elle joue une fraîche quinquagénaire en proie aux premières bouffées de chaleur de la ménopause, vit seule avec une de ses filles, en fin d'adolescence, apprend qu'elle va être grand-mère "grâce à" (à cause de ?) son autre fille, son aînée, vient de perdre son boulot et comprend qu'à son âge, ça va pas être facile d'en retrouver. Blandine Lenoir fait de tout ça un film à la fois positif, drôle, tendre, émouvant, touchant (les larmes sont montées toutes seules lors de la scène où Aurore danse seule en écoutant Ain't Got No / I Got Life, chanson issue de la comédie musicale Hair, ici interprétée dans la version de Nina Simone), d'une grande justesse de ton et débordant d'humanité. Une réussite que ce second long-métrage.


Image

Retour à Montauk de Volker Schlöndorff

Un beau film, assez littéraire, à la fois amusant et mélancolique, à l'esthétique élégante et au regard subtil. Un écrivain scandinave revient à New York pour promouvoir son dernier roman tout en espérant revoir cet ancien amour (l'amour de sa vie ?) qui lui inspira ce même roman. Stellan Skarsgaard incarne cet écrivain talentueux mais égoïste, égocentrique, qui n'apprend jamais rien et comprend encore moins, face à la toujours magnifique Nina Hoss, personnage a priori plus terre à terre, Est-Allemande devenue avocate d'affaires dans la Grosse Pomme, et dont la douce mais sèche mélancolie irrigue tout le film. A réserver aux amateurs (j'en suis), les autres risquant de se faire grave chier.


2 films très corrects :


Image

Hitman & Bodyguard de Patrick Hugues

La pub sur l'affiche dit : "Le nouvel héritier de l'Arme fatale". C'est à peu près ça. C'est bien l'esprit du truc. Un film d'action bien amusant, avec un grand Samuel Jackson. Bon, comme Baby Driver, ça use et abuse de violence gratuite (mais c'est devenu la norme du film d'action actuellement, hélas… J'y reviendrai avec Seven Sisters). Mais contrairement à Baby Driver, et c'est le gros bémol du film, les scènes d'action ne sont pas de très bonne facture. Lors des multiples effets spéciaux durant les courses poursuites, l'image est saccadée et de mauvaise qualité (même problème que dans Agents très spéciaux ou Jason Bourne, par exemple, ou encore dans le Kingsman 2 dont je causais l'autre jour). Ça passera peut-être sur petit écran, mais sur grand écran, c'est pénible. A part ça, c'est du bon divertissement et on passe un bon moment, très souvent avec le sourire. L'objectif est atteint.


Image

Le Jour d'après de Hong Sang-soo

Je vous l'ai sûrement déjà dit, mais je suis amoureux de Kim Min-hee. Du coup, je saute sur chaque (rare) occasion de la voir au cinéma. Depuis qu'elle est la muse (et maîtresse !) de (ce salaud de) Hong Sang-soo (il a bon goût, merde, je le hais !) et qu'il me l'a fait découvrir l'année dernière dans l'excellent Un Jour avec, un jour sans, je peux enfin la voir de temps en temps sur nos grands écrans hexagonaux, vu qu'ils ont déjà fait 5 films ensemble (je n'en ai vu que deux, hélas, et on a pu heureusement la voir dans Mademoiselle de Park Chan-wook, l'année dernière). Elle est encore une fois parfaite et impeccable dans ce film "nouvelle-vaguien", rohmerien même, allez (il y a indéniablement un petit côté Rohmer coréen, chez Hong Sang-soo), au noir et blanc sobre et au propos ressassant à l'envi les obsessions cinématographiques du réalisateur sud-coréen (les relations hommes/femmes, amoureuses, sentimentales, conflictuelles, déchirantes, intellectuelles, culturelles… toujours noyées dans un peu trop d'alcool, problème majeur de la Corée du Sud). Un film à la construction éclatée, au filmage minimaliste, et qui fonctionne encore une fois.


8 films pas mal :


Image

Lumières d'été de Jean-Gabriel Périot

Un film japonais réalisé par un Français. Un film bancal en trois temps, qui laisse un temps perplexe mais dont le charme finit par agir et par emporter le morceau. La première partie consiste en l'interview en plan fixe d'une vieille dame ayant survécu à Hiroshima. La seconde emmène le réalisateur de l'interview dans une déambulation caméra à l'épaule dans Hiroshima, aux côtés d'une jeune femme rencontrée dans le parc de la Paix (caméra à l'épaule d'autant plus fatigante qu'elle est focalisée sur les deux protagonistes, laissant le décor urbain dans un flou très frustrant). Ils finissent leur journée dans une petite ville côtière du Japon, non loin d'Hiroshima, une séquence semi-fantastique qui touche enfin à la grâce et donne son sens à l'ensemble. Pas inintéressant.


Image

My cousin Rachel de Roger Michell

Une adaptation de Daphné du Maurier étrangement peu hitchcokienne et presque jane-austenienne, qui laissera sûrement sur leur fin les amateurs mais qui m'a bien plu. La photo et les cadrages sont splendides, Rachel Weisz est égale à elle-même dans ce rôle plein d'ambiguïté qui laisse le spectateur dans le doute du début à la fin, et je suis tombé sous le charme d'une actrice dans un second et petit rôle, Holliday Grainger, que j'espère revoir plus longuement dans un rôle plus central. Le premier réalisateur qui aura le bon goût de donner sa pleine mesure aux dimensions plastiques et artistiques de cette actrice aura ma reconnaissance éternelle.


Image

Wind River de Taylor Sheridan

L'année dernière, j'avais énormément aimé Comancheria, scénarisé par Taylor Sheridan (il a aussi scénarisé le Siccario de Denis Villeneuve, que je n'ai toujours pas vu). Cette fois il passe en plus derrière la caméra et il ne s'en tire pas trop mal, même si le film est beaucoup moins bon que le sus cité. Ce garçon semble avoir quelques obsessions, voire un cheval de bataille : mettre le doigt sur quelques laissés pour compte de l'Amérique. Ici, l'action se déroule dans une réserve indienne, cadet du souci des autorités. Lorsqu'une jeune fille est retrouvée assassinée en plein désert de neige, l'Etat n'envoie qu'une jeune recrue inexpérimentée du FBI (Elisabeth Olsen, très bien) pour traiter l'affaire vite fait, mal fait. Heureusement, elle pourra compter sur l'aide d'un impassible chasseur (Jeremy Renner, très bon aussi), pétri de blessures mal refermées. Malgré un beau travail formel, quelques facilités de réalisation et une légère complaisance pour la violence gâchent un peu ce western moderne désespéré (Comancheria était déjà un western moderne désespéré mais plus lumineux et jouissivement Coennien), par moment un peu trop éprouvant.


Image

Dans un recoin de ce monde de Sunao Katabuchi

Encore Hiroshima (cf. Lumières d'été plus haut), abordé en faisant un pas de côté, l'action ne se passant pas à Hiroshima même, mais dans un petit village à quelques encablures, durant la Seconde Guerre mondiale. Intéressant, mais un peu longuet et pas assez touchant à mon goût. Ça manque un peu d'âme et l'animation ne m'a pas transporté. Dommage. Ça reste intéressant quand même.


Image

Le Grand méchant Renard de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Adapté de la bande dessinée par l'auteur lui-même, Benjamin Renner, ce recueil d'histoires pour le jeune public fait le job gentiment mais laisse un peu sur sa faim, malgré de chouettes dessins. C'est parfois amusant, mais trop de situations potentiellement explosives ne sont pas assez exploitées. Dommage, là aussi. Et la morale de l'ensemble m'a laissé perplexe. M'enfin les gamins ont l'air de marcher, c'est déjà ça.


Image

Nothingwood de Sonia Kronlund

Sonia Kronlund part à la rencontre d'un prolifique réalisateur afghan, Salim Shaheen, qui tourne comme il respire. S'il arrête un jour de tourner, c'est qu'il sera mort. Il tourne des fictions foutraques de série Z pourries avec trois francs six sous, en faisant jouer sa famille, ses potes, des inconnus abordés dans la rue et part les diffuser au petit bonheur la chance dans son pays ravagé. Une certaine idée du cinéma.
On rit souvent, mais on est aussi mal à l'aise. Où sont les femmes, dans ce petit monde ? Nulle part. A la maison. Cachées. Une jeune fille apparaît, une fois, une danseuse, pour le besoin d'un rôle, sous l'œil vigilant de son père. Et c'est tout. Tout le reste, l'équipe, les acteurs, sont des hommes. Les spectateurs des films sont des hommes aussi. La relation de franche camaraderie que Sonia Kronlund entretient avec le cinéaste et ses acolytes pourrait laisser penser que l'ouverture d'esprit est totale, mais on comprend vite que c'est parce qu'elle n'est pas afghane, pas musulmane et est elle-même réalisatrice qu'elle a droit à ce statut d'homme à homme, d'égale. Elle semble niée en tant que femme et considérée en tant qu'homme. Troublant. Reste que Salim Shaheen fait du bien au petit peuple, lui apportant une source de joie salvatrice, et c'est déjà pas si mal.


Image

Seven Sisters de Tommy Wirkola

Quel dommage. Le point de départ est très intéressant. Dans un futur proche, vu l'état de la planète, la politique de l'enfant unique est décrétée. Un homme, dont la femme est morte en accouchant de septuplées, ne veut se "débarrasser" d'aucune et décide de les élever de manière à ce que ces sept personnalités ne fassent qu'une personne sociale. Elles sont baptisées du nom des 7 jours de la semaine, chacune ne pouvant sortir de l'appartement que le jour de son prénom. Noomi Rapace est impeccable dans le rôle des septuplées et les effets spéciaux qui permettent ce tour de force sont à la hauteur de l'entreprise. Hélas, le scénario finit par gâcher le potentiel de la chose, la fin est assez mauvaise et le besoin du réalisateur de multiplier les scènes d'action et de violence finissent pas bousiller une intrigue qu'ont suit pourtant sans se faire chier une minute. Bref, beaucoup de bon, mais beaucoup trop de moins bon pour totalement apprécier le film in fine.


Image

Drôles d'oiseaux de Elise Girard

Tout petit film sans prétention, au charme indéfinissable mais prégnant. Un peu à la Rohmer mais en moins profond. Dans une librairie d'un autre temps, un vieux libraire au passé politique un peu opaque, et qui se fout que sa petite librairie parisienne en foutoir ne soit fréquentée par personne, embauche une jeune étudiante (incarnée par Lolita Chammah, la fille d'Isabelle Huppert) pour s'occuper de la chose. Un amour platonique autant qu'impossible va naître de leur rencontre sur fond de retour de fantômes du passé. Pas très abouti mais charmant et parfois amusant.


1 film très moyen :


Image

Grand froid de Gérard Pautonnier

J'aurais aimé aimer vraiment. Ça partait bien, pourtant. Une ambiance. Une petite ville française. Une petite entreprise de pompes funèbres de 3 personnes qui menace de mettre la clé sous la porte faute de clients. Jean-Pierre Bacri. Un certain humour. Une manière de filmer proche du cinéma indépendant américain… Et puis ça finit par merder. Un Olivier Gourmet qui joue vraiment comme un cochon (je ne l'ai jamais vu aussi mauvais que dans ce film !). Un problème de rythme, de timing. Un scénario mal maîtrisé. Un intérêt qui s'émousse lentement mais sûrement. Une capacité à faire foirer les bonnes idées successives. Une fin assez naze… Bon, c'est un premier long métrage, mais quand même… Y'a du potentiel, mais va falloir corriger et améliorer tout ça, monsieur Pautonnier.
C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !

Avatar du membre
Blaise Poulossière
Messages : 3875
Enregistré le : 12 juin 2006, 14:01
Localisation : Meyzin-Peutard (Jura)

Re: Il est où ce putain de topic ciné ? saison 2

Message par Blaise Poulossière »

Ben moi j' ai découverts une sitcom ricaine à la con, très formaté "prime-time", et qui m' emballe presque autant que "Friends". Ça s' appelle "The big band theory" et ça me plait beaucoup. :)
(Bon, je vois ça d' ici, vous allez me dire que tout le monde connait ça déjà et que je débarque... ! :langue: )

Répondre