2311 articles, 404 journaux et 12 genres
dernier ajout le 9 mai 2018

Suivez Le kiosque à journaux

Partager

  • Ajouter ce flux à Yahoo! RSS
  • Ajouter ce flux à Netvibes RSS
  • séparateur
  • Digg
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Technorati
  • Friend Feed
  • Sphinn
  • Mixx
  • StumbleUpon
  • Klaku - via demokratia amaskomunikilo
  • LinkedIn
  • Reddit
  • Yoolink

69 articles publiés dans le kiosque pendant l'année 2004.

19 décembre 2004

Dans le même style que les précédents articles : du nouveau sur l'homme, pas sur l'artiste.

La Presse

18 décembre 2004

La Presse
  • 12 décembre 2004, Docteur Renaud, madame Romane Montréal Elle n'était pas née, il chantait déjà. Elle aime Rickie Lee Jones, lui Georges Brassens. Il est un monument de la chanson française, elle vient tout juste de sortir son premier disque. Vingt ans les séparent, et pourtant Renaud Séchan et Romane Serda sont aussi soudés que des jumeaux à la naissance. Portrait d'un couple inséparable.
    • Romane Serda
    • Télévision Thierry Ardisson
Radio Suisse Romande
  • 12 décembre 2004, Livre Docteur Renaud Renaud nous est revenu en 2002 avec Boucan d'Enfer, un album tout droit sorti de la longue traversée du désert qu'il a connue. Aujourd'hui, trente ans après ses débuts, il s'engage dans une nouvelle phase de sa carrière. Alain Wodrascka (qui a déjà à son actif de remarquables ouvrages sur Barbara, Claude Nougaro et Léo Ferré) publie aux éditions Carpentier la biographie la plus complète qu'on puisse imaginer sur le "chanteur énervant" (sic), appelée Docteur Renaud. Elle est agrémentée de près de mille documents, rares ou inédits. article original
    • Album Boucan d'Enfer

5 décembre 2004

Le Télégramme
  • 5 décembre 2004, Livre Docteur Renaud Par Alain Wodrascka, éditions Didier Carpentier, 240 pages, 38 €. La mèche sur le front, le foulard rouge noué autour du cou, un sourire à la fois timide et goguenard... Renaud, de son vrai nom Renaud Séchan, fait partie de ces rebelles que l'on remarque tout de suite. Dans le droit fil des ouvrages qu'il avait réalisés sur Léo Ferré, Barbara et Nougaro, Alain Wodrascka a consacré un beau livre au chanteur, reprenant sa vie depuis sa naissance à Paris, en 1952. On y retrouve sa famille (notamment ses frères, Thierry Séchan, qui a « écrit quatre livres et trente articles sur lui », et David Séchan), les artistes qu'il aime (Brassens et Coluche), ses engagements politiques à gauche, son passage à vide à la fin des années 90, l'histoire de ses chansons fétiches : « Laisse béton », « Manu », « Marche à l'ombre », « Viens chez moi, j'habite chez une copine », « Tant que le vent soufflera »... Une biographie très riche, illustrée de plus de 800 documents souvent inédits. Article original ou sur Bretagne.com

27 octobre 2004

L'Express(MU)
  • 23 octobre 2004, Renaud le rouge et le noir «C'est l'histoire d'un mec de 50 balais qui a eu des engagements, qui en est revenu, un peu désabusé par la vie et en cela il y a beaucoup de gens qui se reconnaissent dans mes chansonnettes. » Ainsi débute l'autoportrait Renaud, le rouge et le noir, consacré au chanteur. Après sept ans d'absence, Renaud revenait, en 2002, avec un tout nouvel album, Boucan d'enfer, sans doute le disque le plus intimiste de sa carrière et son plus grand succès. Le duo avec Axelle Red, Manhattan Kaboul, s'inscrit dans la lignée de ses meilleures chansons, comme Marche à l'ombre, Morgane de toi ou encore Mistral gagnant. Dans ce document, réalisé en 2002 par Eric Guéret et Didier Varrod, Renaud a accepté de se raconter lui-même. Il propose de nombreux documents personnels inédits relatant sa carrière depuis ses débuts militants de l'après mai 68, qui illustrent parfaitement le lien qui unit ses chansons au peuple de France. Après une période noire de sa vie où il a sombré dans l'alcoolisme, le chanteur raconte dans ce film, son « enfance douce comme le miel » dans une famille unie de six enfants ; son jumeau qu'il a poussé hors du ventre maternel pour rester seul dans le cocon ; son adolescence tumultueuse... Il évoque son admiration pour un père cultivé, un grand-père helléniste et des parents politiquement engagés. Arrive Mai 68, où il devient un « gavroche révolutionnaire ». Il écrit ses premières chansons pour draguer les filles. En 1971, sa rencontre avec Patrick Dewaere au Café de la Gare est déterminante. En 1975 vient le succès colossal de Laisse béton. Sa confession devient alors très émouvante lorsqu'il parle de son amour pour sa femme et sa fille Lolita ; vibrante lorsqu'il est question de son engagement politique. Début 90, Renaud fait l'acteur, notamment dans Germinal et rend hommage à Brassens, avec Renaud Chante Brassens, en 1995. Il participe régulièrement aux combats caritatifs. Renaud revient dans les bacs en 2002 avec l'album Boucan d'Enfer. L'année suivante, il rapporte de sa tournée le live Tournée d'Enfer. article original
    • Émission Le Rouge et le Noir

26 septembre 2004

Journal Inconnu
  • ?-?-88, entre spleen et idéal Mistral gagnant, son précédent album, s'achevait sur Fatigué, une chansons testimoniale dans laquelle Renaud exprimait tout à la fois sa colère et sa lassitude, voire sa résignation devant l'acharnement imbécile que met l'humanité à s'autodétruire. Partout du sang et des larmes... Un terrible mais ô combien réaliste constat. Mais terrible déchirure et terrible désillusion aussi pour un idéaliste que de se sentir soudain impuissant face à tant d'horreurs... Et trois ans après, ce Putain de camion (1) nous ramène un Renaud toujours à la limite du K.-O. debout. Il est vrai que depuis 1985, il a encore encaissé pas mal de coups au moral, aux espoirs ou à la tendresse. Pas mal de gnons, dont un dévastateur uppercut au coeur : la mort de son pote Coluche, le parrain de Lolita, sa petite fille, sa dernière bouée de sauvetage... Animal blessé Alors, de sauvagement offensive et expansive qu'elle était il y a quelques années, la révolte de Renaud s'est faite, petit à petit, plus rentrée, plus intime, plus sourde. Tel un animal blessé, ivre de tous les maux que s'inflige le monde, il s'est réfugié dans sa tanière, dans son fort intérieur, pour y lécher doucement ses plaies en attendant on ne sait plus quelle délivrance. Mais attention, pas touche ! Ni à lui, ni à son petit, ni à sa famille ! Écorché, sonné, écoeuré, peut-être, mais sûrement pas coulé ou suicidaire le Renaud ! Il n'a pas perdu ni ses griffes, ni ses crocs. Acide il était, acide il est resté. Il lui est ... Acide oui, toujours, comme à l'époque où il crachait cette ribambelle de chansons au vitriol dont il a le secret : Hexagone , Camarade bourgeois, Société tu ne m'auras pas, Les charognards, Où c'est que j'ai mis mon flingue ?, Peau aime, Dans mon HLM, Mon beauf, Étudiant, Déserteur ou Miss Maggie. Aujourd'hui, elles ont noms Allongés sous les vagues, Socialiste, voire Jonathan (superbe hommage à Johnny Clegg). Et si elles se font un peu plus rares, elles n'en restent pas moins le fil conducteur de la carrière du chanteur, le fil rouge entre des idées et sa vie, le fil à découper sas contradictions et le filament de ses derniers rêves... Coup de blues Fatalisme désabusé, hélas oui ! Mais c'est qu'on l'y a forcé ! Ras-le-bol des grands combats collectifs torpillés par des arrivistes ! Plein le dos de porter la misère humaine sur ses épaules et d'être, en plus, chargé de mille et un procès d'intentions ! Marre de vingt ans de lutte des crasses ! Découragé, déçu, dégoûté, Renaud plonge maintenant de plus en plus sa plume dans la bile noire, alors qu'il n'y a pas si longtemps encore, il l'abreuvait d'encre rouge. Dans Triviale poursuite, un des merveilles de Putain de camion, il va même jusqu'à donner sa langue au chagrin... D'épisodique à ses débuts (La bande à Lucien, Mimi l'ennui, J'ai la vie qui m'pique les yeux), cette tendance à narrer le gris du quotidien ... (Banlieue rouge, La blanche, P'tite conne, Morts les enfants) jusqu'à devenir une sorte de blues obsessionnel dans le dernier album (La mère à Titi, Triviale poursuite, Petite, Putain de camion ...) Mais comme il faut bien rigoler... Car il faut bien rigoler, NON ? Ou alors c'est à se flinguer avant (ou après...) d'avoir kalachnikover la moitié de la planète à la moindre lecture d'une colonne de faits divers. Donc, comme il FAUT bien rigoler, Renaud ouvre encore de temps en temps les vannes de sa gouaille naturelle et de son humour décapant. Dans le passé, cela nous a valu Germaine, Marche à l'ombre, Dès que le vent soufflera, Gérard Lambert ou Le Retour de la Pépette. Aujourd'hui, voici l'hilarante Chanson dégueulasse, sans doute le tube le plus évident de Putain de camion. Encore qu'il n'y ait, comme d'habitude, que l'embarras du choix parmi les douze magnifiques titres d'un album se hissant sans peine à la hauteur des légendaires Laisse Béton, Marche à l'ombre, Le retour de Gérard Lambert et Mistral gagnant. La roue tourne. Le Renaud de 1988 n'est pas le même que celui de 1978 ou 1985? Ce qui ne veut pas dire qu'il ne l'est plus. Nuance. Car, comme les coquelicots qui ornent la pochette de Putain de camion, il refleurit chaque année différent, mais en appartenant toujours à la même espèce, la même famille, ma même race : celle des rebelles debout.
    • Album Putain de camion
    • Chanson Fatigué
    • Chanson Hexagone
    • Coluche

21 septembre 2004

Du nouveau sur Renaud l'homme, pas l'artiste.

L'Union de Reims
  • 21 septembre 2004, Les artistes se mobilisent pour l'homéopathie L'actrice Isabelle Adjani et les chanteurs Renaud, Laurent Voulzy et Louis Bertignac participeront, avec d'autres artistes, à un concert de soutien en faveur de l'homéopathie le 19 octobre au Zénith de Paris. Cette soirée sera l'occasion de fêter les vingt ans de l'antenne française de l'association « Homéopathes sans Frontières » (HSF), parrainée par le chanteur Alain Souchon. L'association HSF envoie des équipes médicales spécialisées en homéopathie dans une trentaine de pays, en Afrique, en Asie, en Amérique Latine et au Moyen-Orient. Des actions sont également menées en France pour des populations en difficultés. « Un dé-remboursement de l'homéopathie serait une mesure socialement injuste parce qu'elle va rendre l'accès à l'homéopathie plus difficile aux personnes de condition modeste », a indiqué le Dr Francine Woitier, présidente d'HSF-France. L'Académie nationale de médecine avait demandé le 7 septembre le dé-remboursement total des produits homéopathiques, se livrant à une charge contre cette « méthode imaginée il y a deux siècles à partir d'a priori conceptuels dénués de fondements scientifiques ». Trois jours plus tard, le ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy s'était prononcé pour un maintien du remboursement de l'homéopathie, sans trancher cependant le débat sur l'efficacité de cette pratique médicale. article original
    • Alain Souchon
    • Zénith
Radio CKOI-FM
Canal Stars
  • 17 septembre 2004, Renaud a épousé Romane Renaud est "morgane" de sa Romane depuis un an et demi. Grâce à elle, le chanteur, âgé de 52 ans, s'est remis de sa douloureuse rupture d'avec Dominique, mère de sa fille Lolita, âgée de 19 ans. Amaigri, les cheveux courts (et plus décolorés), libéré de ses démons alcoolisés, Renaud est désormais un autre homme. Depuis une quinzaine de jours, ils sont même mari et femme puisque les deux tourtereaux ont profité d'une récente escapade à Las Vegas, capitale des unions express, pour s'unir ! Mieux encore, le 15 octobre prochain, ils accueilleront leur premier-né... un album que l'artiste a composé pour sa belle et où ils interpréteront un duo. article original
    • Romane Serda
Le Matin

10 septembre 2004

AFP
  • 9 septembre 2004, Régine fait sa rentrée PARIS (AP) - L'ancienne reine de la nuit Régine reprendra le chemin des planches pour 26 représentations exceptionnelles à l'Espace Pierre Cardin du 14 au septembre au 25 octobre. Près d'un an après avoir pris sa retraite du monde de la nuit, Régine se consacre ainsi qu'elle l'avait très officiellement annoncé à la musique et à la scène. Son spectacle, qui couronne 40 ans de music-hall, revisite un répertoire jalonné de grands noms tels Charles Aznavour, Serge Gainsbourg ou Paolo Conte. Y seront aussi présentés le chansons de son dernier album «Made in Paname» (Warner) pour lequel ont oeuvré Renaud, Marc Lavoine ou Claude Posterniak. Régine annonce aussi des surprises comme celle qu'elle a offerte en mai dernier aux Folies-Bergère dans un duo inattendu sur «Le Quotidien» avec Bénabar, établissant un pont entre les générations. A paraître le 27 septembre, le DVD «Régine aux Folies-Bergère» (Sony), spectacle filmé en vingt chansons, enrichi de scènes de répétitions, de photos et d'une interview décapante de Régine par Pierre Palmade, metteur en scène du spectacle et auteur des textes en forme de clin d'oeil entre les chansons. AP article original

10 juin 2004

AFP
  • 9 juin 2004, Plus de 120 personnalités contre le limogeage du directeur de France Inter 09/06 12:07 Plus de 120 personnalités du monde culturel, écrivains, réalisateurs, chanteurs, comédiens, signent dans l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur à publier jeudi un "appel pour France Inter" où ils expriment leur "inquiétude" face à "l'éviction" de Jean-Luc Hees, directeur de France Inter, et de Pierre Bouteiller, directeur de France Musiques. Selon les signataires, "la prise de Radio France" (qui coiffe France Inter et France Musiques) est "un épisode supplémentaire" de la "guerre de la marge bénéficiaire contre la marge de liberté". Selon eux, Radio France est "désormais gérée comme une multinationale". "La musique serait-elle subversive", s'interrogent les signataires, à propos du limogeage de Pierre Bouteiller. Selon eux, Jean-Luc Hees "avait le souci de garantir l'indépendance des collaborateurs des programmes et de l'information". "Nous voulons manifester notre inquiétude devant une décision que nous ressentons comme une provocation. IL n'y a pas de démocratie vivante sans l'accès de tous les citoyens à la culture et à l'information", concluent les signataires, parmi lesquels se trouvent le comédien Pierre Arditi, l'écrivain François Cavanna, le chanteur Renaud, l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, ou l'ancienne ministre de l'Environnement Dominique Voynet. Le nouveau PDG de Radio France, Jean-Paul Cluzel, a annoncé le 7 juin le remplacement de Jean-Luc Hees par Gilles Schneider et celui de Pierre Bouteiller par Thierry Beauvert. © AFP.
    • Politique
    • Radios

14 mai 2004

NRJ
  • --03, Concert 2003 Renaud, chanteur engagé, témoigne de la vivacité de la langue française et chante comme il pense : haut et fort ...
    • Tournée d'enfer 2002-2003

26 avril 2004

Reuters
  • 19 janvier 2004, Johnny, Goldman, Renaud, trio en or de la chanson française PARIS (Reuters) - Johnny Hallyday est le chanteur français le mieux payé de l'année 2003, avec des revenus de 5,1 millions d'euros, déclare Le Figaro Entreprises dans son classement annuel publié lundi. Hallyday, qui vient de rompre avec sa maison de disque Universal Music, devance Jean-Jacques Goldman (3,9 millions d'euros) et Renaud (2,5 millions). En quatrième position, Florent Pagny a gagné 2,3 millions d'euros. Cinquième, Pascal Obispo a engrangé 1,4 million. Deux femmes se classent derrière ce "top 5", Carla Bruni avec 1,1 million d'euros dûs au succès de son premier album "Quelqu'un m'a dit" en 2002, et Nolwenn Leroy, gagnante de la Star Academy, qui a cumulé 1,05 million d'euros. Les trois suivants sont Laurent Voulzy (900.000 euros), Calogero (800.000) et Yannick Noah (700.000). Le classement est établi en fonction des royalties, pourcentage touché sur les ventes de disques, et des droits d'auteur. Même si l'industrie du disque est en crise, ce qui touche de plein fouet les musiciens moins connus avec la baisse du nombre de contrats d'artistes, ces stars de la chanson française restent épargnées, note Le Figaro Entreprises. article original publié aussi dans Libération Kompass ou sous une autre forme dans  AP : Nouvel Obs canoe yahoo Dernière Heure Edicom Europe1 LCI Tageblatt
    • Album Boucan d'Enfer
    • Tournée d'enfer 2002-2003

25 avril 2004

Abcdrduson.com
  • 25 octobre 2003, Renaud Rappeur malgré lui Mars 2001, sur la scène de l'Olympia : Renaud reçoit une victoire d'honneur pour l'ensemble de sa carrière lors de la seizième cérémonie des Victoires de la musique. Visiblement mal en point, il vient chanter "Mistral Gagnant". Deux ans plus tard, le consensus a encore pris du poids lorsqu'il assure à lui seul le spectacle lors d'une nouvelle édition de ces fameuses victoires en repartant chargé de trois prix. Entre temps, un nouvel album sera sorti, Boucan d'Enfer, et surtout une promotion sans précédent lui assurera une énorme présence médiatique plus qu'étonnante pour celui qui vient d'écrire "Je vis caché" où il ne manque pas d'égratigner le petit monde de la télé. Les chiffres de ventes ne pouvaient que suivre derrière cette mécanique impressionnante...
    • Album Boucan d'Enfer
    • Album Hexagone 2001
    • Chanson Je vis caché
    • Doc Gynéco
    • Relations avec les médias
    • Victoires de la Musique

19 avril 2004

Merci à zeteigne, Franck, Diablotine

Paris-Normandie
  • 16 octobre 2003, Valse humaine pour Renaud Troisième carton plein hier soir au Zénith pour Renaud. Il y a deux ans, personne n'aurait parié une tournée sur le chanteur rebelle. Pour la troisième fois à Rouen en huit mois, Renaud a prouvé que mister renard était définitivement au rancart. L'homme se bonifie même avec le temps. La voix était moins chevrotante qu'en juin, et Renaud avait plus le tempo dans la peau. Le chanteur et ses musiciens se sont retrouvés sur la place du village, pour le bal du 14 juillet. Et quand il entonne les premières notes de Germaine, la vague humaine des spectateurs s'est transformée en valse humaine.
    • Tournée d'enfer 2002-2003
    • Zénith
SguardoMobile
  • 18 novembre 2003, Renaud - L'anarco mitterandista Dal 1988 quasi fino ad oggi La terza parte della panoramica di Alessio Lega sullo straordinario percorso artistico di Renaud Séchan, ci porta alle soglie del suo ultimissimo, trionfale album, quel Boucan d'enfer del quale si tornerà a parlare.
    • Album A la Belle de Mai
    • Album Mistral Gagnant
    • Album Putain de camion
    • Album Renaud cante el' norte
    • Album Renaud chante Brassens
Tant pis pour vous
  • 1er mars 2004, QUELQUES PAVES DANS LA GUEULE DE RENAUD Les Ulis. 1980. J'ai 18 ans. Philippe Millet, fils de flic, me fait écouter "Marche À l'Ombre". Coup de foudre. Depuis j'essaie de pardonner à Renaud ce qu'il est devenu. Son dernier album est venu à bout de ma compassion.
    • Vie Vieillir

22 mars 2004

Merci à Babas

Nice-Matin
  • 19 mai 2002, Renaud : « Il fallait que j'arrête d'être pochetron » Son grand retour avec un superbe album de quatorze chansons, Boucan d'enfer, qui sort le 27 mai, chez Virgin. Il explique comment il a retrouvé le chemin de la création, après l'enfer de la déprime et de l'alcool. Il parle, pour la première fois, de sa chanson pour Santoni et la Corse. Notre interview du dimanche.
    • Album Boucan d'Enfer
TV5
  • --02, Boucan d'enfer Nom de scène : Renaud Nom de naissance : Renaud Séchan Date de naissance : 11 mai 1952 Lieu de naissance : Paris XIVème Qualité : Auteur- Interprète Genre musical : Variétés Renaud Séchan et son frère jumeau David naissent le 11 mai 1952 à Paris. Petits derniers d’une fratrie de six enfants, Renaud et David grandissent dans un environnement familial équilibré. S’il est le fils d’un professeur d’Allemand, Renaud ne brille pas sur les bancs de l’école. Sa scolarité est médiocre et les années de collège laborieuses. En 1967, Renaud redouble sa 3ème au Lycée Montaigne de Paris. Adolescent engagé, Renaud se passionne, très tôt, pour la politique. En 1968, il prend activement partie dans les mouvements révolutionnaires étudiants et ouvriers du mois de mai. Tandis qu’il occupe la Sorbonne avec ses copains étudiants révoltés, Renaud compose sa toute première chanson. Après la révolution, la vie reprend son cours, mais Renaud souhaite découvrir de nouveaux horizons. Il quitte définitivement le système scolaire et rêve de devenir comédien. Ses parents, réalistes, l’incitent à trouver un emploi. Renaud débute alors la valse des petits boulots. Un été, il fait la rencontre fortuite de Patrick Dewaere qui lui propose d’intégrer la troupe de Romain Bouteille au café de la gare. Ses partenaires de scène sont Miou-miou et Coluche. Cette expérience de courte durée une fois achevée, Renaud reprend bon gré, mal gré le chemin de la librairie qui l’employait avant son départ. Mais Renaud poursuit de plus hautes ambitions et se fait renvoyer. Sans emploi, il passe le plus clair de son temps dans les bars de la capitale entouré de ses " potes ". Avec un ami accordéoniste, il écrit quelques chansons et débute la tournée des stations de métro. Les passants s’attroupent souvent au détour d’un couloir pour écouter ces poètes des rues. Paul Lederman, producteur de Coluche, leur propose d’animer les soirées du Caf’conc’, un nouveau bar musical des Champs-Elysées, dont il est le propriétaire. Tandis que son compère Michel est appelé à faire son service militaire, Renaud se retrouve seul en lice pour défendre, chaque soir, ses compositions. Repéré par la productrice d’une maison de disques, Renaud signe son premier contrat et enregistre un album " Amoureux de Paname ". Cette carrière naissante ne détourne pas Renaud de son désir de jouer la comédie. En 1977, il foule pour la première fois les planches d’un théâtre ; il joue " Le secret de Zonga " aux côtés de Martin Lamotte. Parallèlement, paraît son second album " Ma gonzesse ". Mais c’est l’album " Marche à l’ombre " qui lui offre, dans les années 80, une réelle notoriété. Cet opus fourmille de succès : " Dans mon HLM ", " Les aventures de Gérard Lambert " sont des morceaux d’anthologie. Renaud entame une série de concerts à Bobino et affiche salle comble pendant un mois. En 1981, Renaud enregistre son troisième album " Le retour de Gérard Lambert ". Il aborde des thèmes de société, la drogue dans " La blanche ", et rend un émouvant hommage à son grand-père " Oscar ", un ancien mineur. Marié avec Dominique, l’unique amour de sa vie , Renaud découvre l’apaisement et s’épanouit dans cette nouvelle vie de famille. La naissance de leur fille Lolita inspire l’artiste qui écrit des textes sensibles et poétiques " Morgane de toi ", " En cloque ". La popularité de Renaud ne cesse de croître. Son quatrième album s’écoulera à plus de 1 million d’exemplaires. En 1985, Renaud publie " Mistral gagnant " dont sera extrait le titre " Miss Maggie ". En 1986, Renaud succombe à la douleur de perdre son ami Coluche. Effondré par sa disparition, il écrit plusieurs chansons réunies dans un album hommage " Putain de camion ". En 1991, Renaud renoue avec ses premières amours pour la comédie. Il incarne Etienne Lantier, personnage principal de l’œuvre d’Emile Zola Germinal, mis en scène par Claude Berri. Le public découvre en masse le talent d’acteur de Renaud. Après cette incartade cinématographique, Renaud enregistre deux albums " Cante el’nord ", en 1993, pour lequel il reçoit la victoire de la musique de chant traditionnel, et " A la belle de mai " en 1994. En 1997, Renaud vit très douloureusement le départ de sa femme Dominique. Seul face à ses angoisses, Renaud s’enferme dans la solitude et sombre dans une profonde dépression. En 1999, Renaud renaît de ses cendres et entame une longue tournée en France. Accompagné d’un pianiste et d’un guitariste, il offre un récital sincère et bouleversant. Extrait de ce spectacle, paraît une compilation Live " Une guitare, un piano et Renaud " qui rencontre un grand succès commercial. Lors des dernières victoires de la musique, Renaud fut récompensé d’un trophée spécial pour l’ensemble de ses oeuvres. Ému et encouragé par cette marque d’affection, Renaud entame, en 2001, l’écriture d’un nouvel album " Boucan d’enfer ". Sorti en mai 2002, cet album est d’ores et déjà l’objet de mille louanges. Le premier extrait " Docteur Renaud, mister Renard " est un témoignage sincère et l’autobiographie de ses dernières années de galère. Découvrez " Docteur Renaud, mister Renard " toute la semaine sur les antennes TV5. DISCOGRAPHIE : 1975 : 1er album " Amoureux de Paname " 1977 : " Laisse béton " 1979 : " Ma gonzesse " 1980 : " Marche à l’ombre "/ extraits " Dans mon HLM ", " Les aventures de Gérard Lambert " 1981 " Le retour de Gérard Lambert " 1983 " Morgane de toi ", " En cloque ", Dès que le vent soufflera " 1985 : " Mistral gagnant "/ extrait " Miss Maggie " 1988 : " Putain de camion " 1991 : " Marchand de cailloux "/extrait " La ballade Nord-Irlandaise " 1993 : " Cante el’nord " 1994 : " A la belle de mai " 2002 : " Boucan d’enfer " /extrait " Docteur Renaud, Mister Renard "
    • Album Boucan d'Enfer

18 février 2004

Moto-Net
  • 18 février 2004, Pour le perfecto de Renaud, tapez 3 L'ancien chanteur Renaud, invité d'Evelyne Thomas dans une émission contre la violence routière, s'est complaisamment prêté à l'ignoble jeu du charity business. Paix à son âme...
    • Relations avec les médias

6 février 2004

Merci à Lola, Florent, Liz, VinVin, Thomas, Kémar

MusicActu
MCM
ActuStar.com
  • 20 mars 2003, Renaud honoré par ses pairs sur France 2 Le chanteur à textes, sa nostalgie, ses engagements seront mis à l'honneur par de nombreux artistes lors d'une émission spéciale.
    • Télévision Ariane Massenet
    • Télévision Pascal Sevran
    • Émission Docteur Renaud, Mister Renard
Nord Éclair
  • 29 avril 2003, Toujours morganes de lui Certes, Renaud l'a dit à longueur d'interviews et, sur scène, y revient encore. S'il chantait Pochtron dans les années 80, il avait bel et bien fini par le devenir, et à force de clamer Mon amour est parti, est parti pour toujours, sa femme, Dominique avait vraiment fini par le quitter. D'où l'enfer, avant le "boucan d'enfer", album-thérapie de la renaissance. Alors, bien sûr, il serait tentant de juger Renaud par rapport à ce qu'il a vécu et de se dire que, pour un type qui a passé un bout de temps au régime cigarettes-anisette et qui sort d'une sévère dépression, il s'en tire, quand même, quand on y pense drôlement bien. Tentant mais injuste car Renaud n'a pas besoin de cette bienveillance puisqu'il est un grand homme de scène, de toute évidence. On l'avait quitté traqueur, pas causant, l'air pas franchement sûr de lui. On le retrouve bavard, drôle et vachard, émouvant, parfaitement à l'aise sur cette place de village basque aux perspectives improbables, entre un bar, un hôtel, une école, à l'ombre d'un arbre et sous les lampions, décor (extraordinaire) intime pour des retrouvailles à grande échelle avec un public toujours aussi morgane de lui. Entouré d'un groupe genre copains (Jean-Pierre -Titi- Bucolo, Alain Lanty), qui assure l'accompagnement sans faire de zèle, il enchaîne vieux tubes et nouveaux titres, parfaitement conscient qu'on préferera toujours La mère à titi à Baltique et offre même aux vieux de la vieille, ceux qui ont le bandana rouge autour du cou et le poulbot tatoué sur l'avant-bras, quelques beaux cadeaux comme It isn’t because you are ou des retrouvailles avec leur vieille copine Germaine. Il y a aussi les vieilles bagarres, toujours d'actualité, coups de gueule contre l'armée (Déserteur dont chaque couplet est applaudi comme il se doit), Miss Maggie (Thatcher), le Paris-Dakar (500 connards sur la ligne de départ), et de très beaux moments : les valses lentes de Morts les enfants ou de la Ballade Nord Irlandaise, En cloque et La pêche à la ligne. De quoi, finalement, se sentir tout requinqué, tant c'est plein de douceur, d'humour, d'humanité et de générosité. Garçon, remettez-nous en une tournée.
    • Tournée d'enfer 2002-2003
AFP
  • 27 mars 2003, Vincent Lindon président du jury du Festival du film policier de Cognac PARIS (AFP) - Vincent Lindon présidera le jury du 21ème Festival du film policier de Cognac, dont les humoristes français Kad et Olivier assureront l'ouverture en agents du FBI dans Mais qui a tué Pamela Rose ? de Eric Lartigau, présenté en avant première le 10 avril. Crime spree (Wanted) de Brad Mirman (Canada) avec Harvey Keitel, Gérard Depardieu, Johnny Hallyday et Renaud sera présenté, le 13 avril, en clôture de cette édition qui rendra hommage à Georges Simenon. Parmi les longs métrages en compétition figurent "La caja 507" de Enrique Urbizu (Espagne), "Corps à corps" de François Hanss et Arthur-Emmanuel Pierre (France), avec Emmanuelle Seigner et Philippe Torreton, "Emmett's mark" de Keith Snyder (USA), "The man in white" de Takashi Miike (Japon), "The recruit" (La recrue) de Roger Donaldson (USA) avec Al Pacino et Colin Farrell, "Sympathy for Mr. Vengeance" de Park Chan-Wook (Corée) et "Un nouveau Russe" de Pavel Longuine (Russie). Un jury de policiers attribuera le prix Spécial Police. Il comprendra notamment le commissaire divisionnaire Claude du Marteray, Chef de l'état-major de la Direction centrale de la Police Judiciaire, Etty Yevnin, attachée de police à l'ambassade d'Israël, et Christian Bordoni, Commandant de police au Service de protection des hautes personnalités Serge Toubiana, critique et auteur d'ouvrages sur le cinéma, présidera le jury Sang Neuf qui a pour mission de distinguer des nouveaux talents. En compétition dans cette section figurent des films danois, brésilien, espagnol belge: "Fear X" de Nicolas Winding Refn (Danemark) avec John Turturro et Deborah Kara Unger, "O homen do ano" de José Henrique Fonseca (Brésil), "El segundo nombre" de Paco Plaza (Espagne) et "Un honnête commerçant" de Philippe Blasband (Belgique). Etienne Chicot, comédien et chanteur, préside le jury des courts métrages et le metteur en scène et réalisateur Xavier Durringer le jury des téléfilms. Le Prix du Roman Policier, destiné à révéler un nouvel auteur, publié dans la collection du Masque, a déjà été décerné à Anne Cecili pour "Bon Baiser du Purgatoire" par un jury composé d'Andréa Ferréol, Françoise Xénakis, Patrick Cauvin, Claude Chabrol et Robert Sabatier.
    • Cinéma Wanted Crim Spree
  • 30 mars 2003, Wanted au festival du film de Paris casting de rêve français pour un casse aux Etats-Unis
    • Cinéma Wanted Crim Spree
TéléPro
  • 7 février 2004, Renaud - Son bonheur au grand jour A l'occasion de la remise de la Légion d'Honneur à Pascal Sevran, Renaud a rendu officielle sa liaison avec Romane. "C'est une petite nana que je fréquentais depuis quatre ans" confie le chanteur. A l'époque, elle n'envisageait pas de cohabiter avec moi, car j'était au fond du trou." La jeune femme de 25 ans refusait de voir Renaud s'il buvait la moindre goutte et cela pouvait durer trois jours. "Si je me suis débarassé de cette drogue infernale, c'est grâce à elle aussi", pousuit "Mister Renard". Romane S. qui est comédienne, danseuse et chanteuse, prépare un ablum pour septembre. "Les textes sont écrits par de grands poètes et la musique par un grand artiste", déclare-t-elle avec un petit sourire vers Renaud. semaine du 7 au 13 Fev 2004
    • Romane Serda
La Dernière Heure
Journal Inconnu
  • ?-12-03, Dernier balloche pour un Renaud au Zénith Renaud a largement été ovationné par les 6000 spectateurs présents, hier soir, au Zénith D'Auvergne, pour ce 150ème (170 s'est trompé) et dernier concert d'une large tournée entamée en Décembre 2002. Un "Boucan d'Enfer" a été mené bon train sur la scène instituée en petite place de village.
    • Tournée d'enfer 2002-2003
    • Zénith

13 janvier 2004

Merci à C'est Comme ça là, Alain, Nataly et Lydwine.

MCM
  • 1er décembre 2003, Tournée d'Enfer Genre : Renaud live Label/Distr. : Ceci-Cela/Virgin Origines : qui eut crû, lorsqu'il se piquait la ruche à l'anisette dans les bars de Montparnasse, que le Renard redeviendrait Renaud pour frapper aussi fort ? Ceux qui parièrent que non doivent aujourd'hui s'en mordre les doigts. En plus du carton de l'album Boucan d'Enfer et d'une razzia aux Victoires de la Musique (meilleur album, meilleure chanson, meilleur artiste masculin !), notre titi préféré s'est fendu d'une tournée marathon. Enregistré à Lille en avril dernier, ce double live est la preuve que Renaud n'a pas laissé béton. Ingrédients : un live de Renaud, c'est autant un concert qu'un spectacle comique, tant l'affreux sait tenir une foule et la faire rire. Mais les années et les pastagas aidant, il faut avouer que la voix et la fougue du chanteur ont perdu de leur superbe. Et c'est peut-être ça qui est le plus touchant, finalement. Entre les titres du nouvel album et les incontournables ritournelles cinglantes du poète, on est jamais sûrs que nos larmes soient de rire ou d'émotion. Article original
    • Album Boucan d'Enfer
    • Tournée d'enfer 2002-2003
    • Victoires de la Musique
MusicActu
  • 10 novembre 2003, Tournée d'Enfer Double live en cd et dvd, une intégrale de vingt disques et des concerts jusqu'en fin d'année ! Planning chargé pour Renaud qui nous offre donc "Tournée d'Enfer".
    • Chanson Elle a vu le loup
    • Tournée d'enfer 2002-2003
Est-Eclair
  • 11 juillet 2003, Nuits de Champagne UN PROGRAMME DE CHOIX AUTOUR DU "REBELLE" DES NUITS Bénabar, La tordu, Souad Massi, Salif Keita, I Muvrini... : Programmation de choix et de poids. Cette année au Nuits de Champagne, dont Renaud est l'invité d'honneur très attendu
    • Festival Nuits de Champagne
    • Thierry Séchan
La Libre Belgique
  • 28 février 2003, Le retour de la chetron sans voix Jeudi et vendredi, Renaud a reçu un triomphe pour ses retrouvailles avec la Belgique. Il a comblé Forest National en lui offrant une soirée sur la place de son petit village.
    • Chanson 500 connards sur la ligne de départ
    • Festival Forest-National
    • Tournée d'enfer 2002-2003
La Dépêche du Midi
  • 4 juin 2003, Renaud sorti d'enfer Après le succès de « Boucan d'enfer », il sillonne l'hexagone avec une tournée d'enfer.
    • Album Boucan d'Enfer
    • Tournée d'enfer 2002-2003
TV8
  • 22 mars 2003, Tournée sans tournées La mine encore un peu bouffie, mais toujours pas la grosse tête, Renaud. Une équipe de 7 à 8 l'a suivi dans sa tournée marathon. Plus je travaille, plus je suis en forme et plus je suis heureux. Jean-Jacques Goldman vient dans sa loge ? Il est ému. Et je le connais, Jean-Jacques, c'est le genre à venir sans invitation et à payer sa place au concert.
    • Jean-Jacques Goldman
    • Tournée d'enfer 2002-2003

11 janvier 2004

Merci à Lydwine, Arnaud, Alba, Mathieu, Franky, Nataly

Est-Eclair
  • 31 octobre 2003, A la médiathèque Thierry Séchan raconte son frère
    • Axelle Red
    • Chanson Manhattan-Kaboul
    • Romane Serda
    • Thierry Séchan
    • Télévision Marc-Olivier Fogiel
    • Télévision Michel Drucker
    • Télévision Pascal Sevran
    • Télévision Thierry Ardisson
Télé-Top Matin
  • 14 décembre 2003, Renaud - Tournée d'enfer (EMI) ** La vraie trouvaille de cd DVD musical ? Un bonus en parfait accord avec la poésie sauvage du visage pâle à la tignasse jaune. Sur des images filmées par sa fille, Lolita, Renaud se fait le conteur décalée, moqueur et pertinent de sa propre vie d'artiste. Touchant. (M.-M. G.) Page 83
    • Album DVD Tournée d'Enfer
    • Lolita
Dernières Nouvelles d'Alsace
  • 14 décembre 2003, Renaud de retour, dans un Boucan d'enfer La tournée Boucan d'enfer a fait halte pour la seconde fois cette année au Rhenus. Plus de trois mille personnes ont réservé un accueil chaleureux à un Renaud un brin fatigué.
    • Romane Serda
    • Tournée d'enfer 2002-2003
    • Victoires de la Musique
L'Express
  • 27 août 2003, Renaud chanteur engagé Le look n'a pas changé: cheveux jaunes, Perfecto, santiags. L'homme, si. Sourire pâle, regard timide, Renaud (Séchan), 50 ans, dur à cuire de la chanson, revient après une longue éclipse discographique (A la Belle de Mai, son dernier disque, remonte à 1994). Il avait le moral à zéro. Boucan d'enfer (Virgin), son nouvel album, écrit par lui, composé par Jean-Pierre Bucolo et Alain Lanty, donne donc sa «langue au chagrin». L'ex-chetron sauvage, réputé pour ses coups de gueule pour ou contre Tonton, Tapie ou Maggie (Thatcher), y consigne toutes ses turbulences existentielles, entre une défense des gays (Petit Pédé) et un bref regard sur l'actualité (Manhattan-Kaboul, en duo avec Axelle Red; Corsic'armes). Il reçoit la presse dans son QG, un bar parisien, entre les deux tours de la présidentielle. Le lendemain, Renaud s'envole vers le Canada pour interpréter un «tueur sympathique» dans Crime Spree (La Spirale du crime), un polar avec Johnny, Gérard Depardieu et Harvey Keitel. Boucan d'enfer marque avant tout une révolution personnelle? Effectivement. Mes albums plus anciens étaient en colère contre le monde. Celui-ci rassemble des chansons d'amour désespérées. C'est un exercice de style un peu impudique, nombriliste, mais tous les artistes le sont! A vos débuts, vous repreniez Fréhel. On n'est pas loin ici de la chanson réaliste ? Je l'ai toujours revendiquée. Lorsque j'évoquais la banlieue, je racontais déjà la misère des petites gens: Manu, Pierrot, Germaine, Mon beauf. Aujourd'hui, je rejoins la mouvance tragique de la chanson d'une façon très intime, quitte à noircir le tableau. A quoi sert une chanson? Depuis quelque temps, je me le demande... Sans être un grand humaniste, j'ai eu l'impression qu'un message de solidarité passait dans mes textes, même si je n'ai pas la prétention d'avoir bouleversé des comportements ni influencé des mentalités. Mais quand je vois le premier tour de la présidentielle, je me demande si je n'ai pas chanté dans le vide. Brassens et Dylan ont orienté ma vision du monde et mon parcours gauchisant et rebelle quand j'avais 16 ans, 20 ans. Alors, oui et non, on a toujours ce bel espoir vain d'avoir un petit impact quand on dénonce le racisme, l'oppression, l'injustice. Pourquoi vous acharnez-vous sur Bernard-Henri Lévy dans L'Entarté ? Le morceau est suffisamment moqueur, vachard et peut-être blessant pour que je n'en rajoute pas une couche. Allez-y... Je ne conteste pas ses engagements divers et nombreux, mais sa présence envahissante dans les médias, sa suffisance, ses leçons de démocratie, sa volonté d'imposer un prêt-à-penser. François Mitterrand apparaît dans deux textes, notamment à travers Baltique, consacré à son labrador. Vous êtes toujours mitterrandiste ? Tonton, je l'ai parfois combattu, mais toujours aimé et soutenu. Cette admiration, cette fidélité sont encore plus vibrantes aujourd'hui où un paquet de charognards se sont acharnés sur sa mémoire. Nous nous sommes vus une quinzaine de fois, ce sont des rencontres qui comptent. Je n'ai pas souvent l'occasion d'être fier d'être français, mais j'ai été fier que la France soit représentée par un mec comme lui. On vous sent fatigué d'être en colère ? Pendant vingt ans, je n'ai pas cessé de m'impliquer dans des causes qui, généralement, divisent plus qu'elles ne rassemblent. Dans le meilleur des cas, je me suis fait chambrer. Dans le pire, insulter. Sans parler de l'éternel procès du petit-bourgeois qui défend la gauche ou les déshérités. Aujourd'hui, j'ai 50 balais et la relève militante est assurée par Noir Désir, Zebda, Akhénaton, les Têtes raides... Vous qui étiez la voix des banlieues... ... à mon corps défendant... ... que pensez-vous du rap ? Claude Duneton, historien de la chanson, a dit que c'était du «Renaud au carré». Ça me flatte... Les rappeurs m'ont rendu un super-hommage dans Hexagone 2001, où ils reprenaient mes chansons en massacrant les mélodies. (Il sourit.) Je n'aime pas le rap mais MC Solaar, par exemple, a véritablement enrichi la chanson française. D'autres rappeurs sont bien trop conformistes dans leurs discours. Mal barrés met en scène des fiancés blottis sur une banquette de café. Sont-ils les petits-enfants des «amoureux des bancs publics» ? C'est la suite pessimiste et noire. Vous y affirmez: Le bonheur reste toujours l'affaire de quelques jours... En tout cas, en amour. Gainsbourg recommandait: Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve... J'aimerais bien avoir écrit quelques paroles aussi flamboyantes que les siennes. Dans Boucan d'enfer, il y a bien: On reconnaît le bonheur, paraît-il/ Au bruit qu'il fait quand il s'en va. Pour être franc, cette phrase était inscrite sur le mur des toilettes de Pierre Desproges.
    • Chansons Françaises
    • Politique F.Mittérand
    • Vie Amour
    • Vie Vieillir
Paroles & Musique
  • 1er avril 1988, Le Bruant du périph' Il avance dans la vie, Renaud, pâle sous la tignasse raide, maigre et tremblant, de fièvre, d'impatience, de peur aussi sans doute, il avance de son pas chaloupé, jeans et santiags, avec dans le regard comme une absence, et le coeur grand comme ça. Il roule un peu sa caisse, bien sûr, mais pas plus qu'il ne faut: légende oblige, c'est tout. Il y a chez ce trouvère des temps modernes un air de gosse perdu et de profond ennui, en tout cas un étrange détachement qui semble aux confins de la mort: ce jeune homme incertain paraît jeter sur le monde un regard clinique, sans indulgence, plus amer que désenchanté; il semble considérer sa propre aventure avec une espèce de sombre indifférence -sauf à lui parler des siens, et surtout de Lolita, sept ans et demi, sa môme, sa merveille. La vie, c'est glauque... Sa vie désormais, loin des projecteurs et des millions de disques vendus, c'est sa gosse donc, cette famille qui lui tient chaud, c'est une maison au soleil, et les copains. Mais la vie, c'est aussi ce poison dans la tête... Renaud ne fait pas, n'a jamais fait dans la dentelle: son univers est à l'image du réel, âpre, noir, tendu. Son nouvel album, magnifique, est bien dans la lignée des précédents: tout de tendresse et de pudeur, d'émotion et de sourde colère. Ni démago (ça, c'est vraiment pas son genre) ni populo, ses chansons sont les chansons "réalistes" de nos temps de métal; à un siècle exactement de distance, Renaud, c'est notre nouveau Bruant. Un Bruant des banlieues tristes dont le Montmartre serait la Porte de Vanves et les boulevards de ceinture, le tourniquet du périph' et les terrains vagues de la "zone". Un univers sans joie, oui: Renaud, c'est un trottoir mouillé sous les réverbères et les zincs de banlieue, les heures grises aux comptoirs de la nuit, les coups de blues au petit jour et le malheur inéluctable - toutes les petites crasses minables du quotidien. Un siècle d'écart et c'est pourtant le même langage, le même regard, surtout: les histoires de Renaud sont des faits divers sans importance, des tranches de pauvres vies traversées de loubards, de zonards et de paumés en tout genre, silhouettes furtives, humbles et sans poids sur la terre. Et vraies, toujours. Enfant du flipper et des "meules" trafiquées, ce casseur fluet au regard traqué va son chemin chaotique sans offenser personne, mais portant sa vérité au bout de ses poings serrés. Il est un peu sonné par la gloire, les bravos, les dollars, Renaud, lui qui, sans transition, sera passé des courants d'air glacés du métro à la brûlure des sunlights. Alors, pour se ressourcer sans doute, pour oublier aussi la frime et le mensonge et les envies d'un métier fait de tant d'artifices, il vient respirer un peu d'amitié dans son quartier du Marais, dans ces vieux bistrots brumeux avec des toiles cirées sur le Formica, des voilages jaunis aux carreaux, et l'empreinte de tant de demis sur les comptoirs de bois. l est ici chez lui, Renaud, copains-frangines, il a son coin de table et son ardoise, comme vous et moi, et puis le sourire de la patronne, et celui de ses 'potes', complice. Il est chez lui, il baigne dans cet univers comme Gérard Lambert navigue à vue sur sa mob'. La cogne, la drague, l'alcool de temps à autre, le flipper fatigué et la rumeur de la ville: tout y est, et jusqu'à cette espèce de désespoir diffus, ce vague écoeurement, cette lassitude poisseuse où l'on n'en finit jamais de patauger. Alors, chanter ? Pourquoi pas chanter ? De faire ça, disons que ça l'occupe, ça l'empêche de flipper sur le reste, sur la vie qui s'en va, ça l'empêche de penser à demain, à dans dix ans, dans vingt ans, pourquoi pas dans un siècle, lorsque des brumes du malaise surgira un nouveau Bruant, qu'on qualifiera peut-être alors de nouveau Renaud, "même langage, même regard surtout..." En attendant, il veut croire en sa chance, Renaud, il veut faire taire cette petite voix en lui, cette peur, insidieuse... Parce que la vie, oui, c'est aussi ce poison dans la tête... Et si tout s'écroulait soudain ? La gloire, l'argent, tout cet amour, cette douceur de la vie, comme une infinie caresse... Pire, si tout ça le dévorait un jour, et détruisait l'essentiel ? Il se tait un instant, le regard perdu; un sourire furtif, un plissement des yeux, et il reprend sa môme sur son épaule, sa guitare et, sans un mot, il s'éloigne, à pas traînants, un rêve incertain dans le bleu de ses yeux. Après tout, qu'a-t-on trouvé de mieux que la réussite pour respirer la liberté, et qu'un enfant pour se donner l'illusion du bonheur ?...
    • Le Paris de Renaud
    • Lolita
Journal de la Haute Marne
  • 16 juillet 2003, Les nuits de Champagne Retour à l’univers poétique. C’est en ces termes que Pierre-Marie Boccard, le délégué général des “Nuits de Champagne” illustre le nouvel événement qui se prépare. C’est à l’occasion d’une conférence de presse, qui a eu lieu jeudi soir au théâtre de la Madeline à Troyes qu’a été dévoilé le contenu de cette seizième édition qui se déroulera du 26 octobre au 1er novembre. Et c’est un artiste, «au talent, au style et au parcours uniques» qui a accepté d’être le parrain de cette nouvelle édition. Renaud, «compositeur d’instinct, parolier-gouailleur de génie», incarnera donc le rebelle de ces futures “Nuits de Champagne”. Absent pour cause de tournée - triomphante -, le chanteur était représenté jeudi soir par son frère Thierry Séchan, écrivain, parolier et biographe de Renaud. Nul doute, ce sont bien deux frères, la ressemblance physique est frappante, la voix, les gestes... tout les rassemble. Comme cette timidité non feinte que n’a pas masquée Thierry Séchan, fortement sollicité mais qui a volontiers cédé la parole aux “experts” lorsqu’il s’est agi de dresser un portrait de son frère. «On s’attendait à un retour fracassant mais pas à ce point-là», a toutefois confié Thierry Séchan, évoquant les cinq années d’errance de Renaud dont le succès, aujourd’hui, «est phénoménal». Bénabar, La Tordue, Mickey 3D etc... “Les Nuits de Champagne” ne pouvaient pas passer à côté de l’événement et ont saisi l’occasion d’accueillir un des artistes français majeurs de ces 30 dernières années. Autour du parrain, s’est aussi concoctée «une très belle programmation autour de la poésie», a fait remarquer Thierry Séchan. La poésie de la vie, celle qui sait descendre dans la rue et qui promet au final une très belle seizième édition. «Ce festival va ouvrir des horizons à de jeunes artistes qui sont quelque part des enfants de Renaud», a noté Jean-Michel Boris, conseiller du festival (directeur artistique pendant 40 ans de l’Olympia), évoquant notamment le nom de “Camille”, «nouvelle jeune talent». Aux côtés de Renaud : Bénabar, la Tordue, Mickey 3D mais aussi Souad Massi, «petite merveille algéroise», selon Jean-Michel Boris, Salif Keita, I Muvrini ou encore le groupe irlandais mythique The Chieftains. «C’est une dimension nationale que nous souhaitons acquérir», n’a pas manqué de rappeler François Baroin, le maire de Troyes et président de la communauté d’agglomération. Souhait visiblement partagé par les autres partenaires financiers - publics et privés - de la manifestation. Et rêve avoué par des organisateurs qui affichent déjà plus de 100 000 spectateurs lors de ces cinq dernières années.
    • Festival Nuits de Champagne
    • Thierry Séchan
AFP
Figaro
  • 25 janvier 2003, Retour d'enfer Depuis la longue tournée-thérapie « Une guitare, un piano et Renaud » (202 concerts d'octobre 1999 à mars 2001), dont l'objet semblait être de montrer l'agonie d'une voix et d'un chanteur, il y a eu l'album Boucan d'enfer, énorme surprise de l'année 2002. Après le choc artistique (de bonnes chansons), humain (santé, sobriété) et commercial (meilleure vente de l'année), il restait à savoir si Renaud reconquerrait la scène. Car même ressuscité, racheté, rédimé par le disque et une « promo » d'une troublante sincérité, il lui restait à effacer le souvenir de quelques années de concerts boiteux, complaisants, mal maîtrisés. Qu'on se rassure : c'est fait, Renaud est tout à fait revenu. Certes, la voix graillonne un peu, les aigus sont rabotés et les graves tout « barbus », mais Renaud a retrouvé la solidité foncière de son chant, une expressivité entière, une gouaille presque neuve. Ainsi en confiance, il peut sans peine assumer le mélange d'intimité et d'opulence du décor : une place de village, un soir de bal populaire, avec café-tabac, mairie-école, fontaine, hôtel, banc public et estrade pour l'orchestre... Ce dernier est bien confortable, avec sept musiciens dont Jean-Pierre Bucolo à la guitare, Alain Lanty au piano et Gwenaël Micault à l'accordéon, très cohérents dans la construction d'un son riche et familier, toujours éloquent mais jamais envahissant. Blondeur éclatante, veste rouge, tee-shirt noir éclairé par la larme d'or de sa croix huguenote, Renaud retrouve une autre efficacité que l'abandon heurté de sa tournée précédente. Bien sûr, il revient entre les chansons sur ses déboires récents (désamour et glouglou) et sur sa renaissance (santé, sobriété, toujours), mais s'attarde aussi à quelques digressions bien venues. Le répertoire est impeccablement équilibré, l'essentiel du nouvel album réparti tout au long du concert, qui s'ouvre évidemment avec Docteur Renaud, Mister Renard, nouvelle oriflamme de l'ancien « chanteur énervant ». Et on constate vite à quel point Boucan d'enfer a touché le public, comme avec le refrain de Mon nain de jardin qui, à peine diffusé à la radio, est déjà connu par c½ur . Les deux heures de concert sont d'ailleurs massivement une communion à un répertoire très connu et très aimé. Ainsi, une bonne partie du public chante en ch½ur refrains et couplets de Marche à l'ombre qui, pour avoir plus de vingt ans, n'en est pas moins une chanson vraiment véloce. Renaud a sélectionné dans ses seize albums une grosse vingtaine de chansons à la fois très personnelles et aisément partageables, tant par la virulence de leur insolence (500 Connards sur la ligne de départ, Déserteur, Miss Maggie) que par leurs qualités de chansons populaires (Germaine, Manu, Dès que le vent soufflera). Cela donne un spectacle d'une fervente efficacité, sans détours ni baisses de régime, réjouissant non seulement pour le plaisir qu'on y prend, mais aussi pour la bonne nouvelle du retour de Renaud. Ce soir à Caen, du 28 janvier au 1er février à Paris (Zénith), le 4 à Charleville-Mézières, le 5 à Strasbourg, le 6 à Mulhouse, le 7 à Metz, le 8 à Nancy, le 11 à Valence, le 12 à Grenoble, le 13 à Bourg-en-Bresse... Egalement à Paris (Zénith) du 25 au 28 mars.
    • Album Boucan d'Enfer
    • Une guitare, un piano et Renaud
L'Illustré
  • 31 juillet 2003, Renaud tremble, mais ne rompt pas L'un des moments les plus forts de cette 28e édition du Paléo Festival de Nyon restera sans conteste le concert de Renaud de samedi soir. Une prestation difficile, mais touchante, devant un public conquis.
    • Festival Paléo
Le Parisien
Fémina
  • 20 juillet 2003, Héros et naufragé Le mois dernier, Renaud a bien failli faire pleurer l'inusable Johnny Hallyday. Ce soir-là, au Parc des Princes, le roi francophone célébrait en grande pompe son soixantième anniversaire et des invités comme Florent Pagny, Patrick Bruel ou Gérald de Palmas se bousculaient pour avoir l'honneur de chanter en duo avec "l'idole des jeunes". Lorsque le tour de Renaud fut venu, le rocker masqua mal son émotion en découvrant son ami bouffi et fatigué. Le fait est là : même s'il s'impose comme l'un des artistes les plus couronnés du moment, Renaud est à la peine. Le héros de l'excellent Boucan d'enfer est aussi un naufragé qui ne cache pas son combat terrible avec une fameuse boisson anisée. Plutôt que de se calfeutrer dans une maison de repos, il soigne courageusement son mal dans une tournée interminable qui rassemble de nombreux fidèles bouleversés. Samedi 26 juillet, sur la grande scène où il donna en 1996 un concert magnifique, on croisera les doigts en souhaitant que Renaud ait la bonne idée de débarquer sans Renard, son double maléfique.
    • Johnny Hallyday
    • Tournée d'enfer 2002-2003
La Dépêche du Midi

9 janvier 2004

Merci à Kermar, Michaël, Zeteigne, DD, Jacquot, Nico et Héléna.

La Montagne
  • 20 décembre 2003, Dernier balloche pour un Renaud au Zénith Renaud a largement été ovationné par les 6000 spectateurs présents, hier soir, au Zénith D'Auvergne, pour ce 150ème (170 s'est trompé) et dernier concert d'une large tournée entamée en Décembre 2002. Un "Boucan d'Enfer" a été mené bon train sur la scène instituée en petite place de village.
    • Tournée d'enfer 2002-2003
    • Zénith
    • Vie Alcool
La Dépêche
Paris-Normandie
20 Minutes
  • 29 avril 2003, Je ne vais pas vous laisser dans les bras de Lorie Journalistes et groupies lui ont couru après toute la journée, mais il les a soigneusement évités. Renaud a débarqué en habitué dans le grand chapiteau du Phénix, jeudi soir, après les concerts de Massives Attack et Zazie. Un peu décalé dans cette programmation branchee le renard n'entonne pas plus ses refrains d'antan comme le Renaud d'il y a dix ans. De son propre aveu, sa voix est "un peu pourrie mais il se moque des critiques qui l'enverraient bien prendre des cours de chant. Entre deux chansons, Renaud a encore assez de voix pour égratigner ses petites camarades du festival : je ne vais pas vous laisser dans les bras de Lorie et autres Jenifer. Vous inquietez pas.
    • Chansons Françaises
Le Parisien
  • 25 avril 2003, Bourges a fêté Renaud EN CONCERT HIER SOIR Bourges a fêté Renaud Bourges (Cher) DE NOTRE ENVOYE SPECIAL
    • Bernard Henry Lévy
    • Fans de Renaud
    • Festival du Printemps de Bourges
La Provence
  • 7 mars 2003, Renaud supporté comme dans un stade ! La première bonne nouvelle, c'est que par la magie d'une rencontre nimbée de gentillesse, un Dôme en configuration archicomplète - en gros 8000 personnes - n'est pas forcément oppressant. Amis agoraphobes, il vous est donc conseillé de fréquenter le prochain concert du ressuscité de la chanson française - en juin prochain à Marseille : le sieur Renaud a totalement la grâce ! La seconde bonne nouvelle, c'est qu'en outre ce compère débonnaire est désormais un homme sobre. Enfin... côté bouteille ! Le mec qui me verra boire un Ricard, il est pas encore né, crânait-il hier soir. Parce que côté tchatche, le titi parisien - "moitié chtimi moitié occitan" - n'a rien à envier aux càcous de par chez nous. Probablement parce qu'avec sa voix pourrie - c'est lui qui le dit - il n'est pas toujours très audible quand il fredonne ? Et qu'importe ! Son public, extraordinaire de mélange et de bonhomie, l'accompagne en très bon camarade. Chantant à tue-tête, allumant briquets, ondulant telle une hola des virages nord. Du coup, l'adéquation entre l'ex-chanteur énervant, et le décor choisi pour cette tournée de la renaissance - une place de village façon balloche du 14 juillet - est idéale. On blague, on bringue, on fait du gringue... Et en deux heures de temps, qui file à une vitesse folle, même debout sur la pointe des pieds, on se contente amoureusement d'entrapercevoir la mèche blonde et le blouson noir de l'ex-Mister Renard : à fond dans son inépuisable répertoire. Ça va nickel chrome depuis les Victoires, mais ma plus belle victoire c'est vous !, clamait-il d'ailleurs. Ultime bonne nouvelle, Renaud est désormais un vainqueur. Un gentil seigneur.
    • Tournée d'enfer 2002-2003
    • Victoires de la Musique
Le Courrier Picard
  • 11 mars 1989, Le dieu Renaud sur un arbre perché Près de 4 000 personnes ont assisté jeudi soir au parc des expos d'Amiens au spectacle champêtre de Renaud. Inclassable, Renaud a préféré se hisser au-dessus des autres chanteurs en se réfugiant dans son arbre !
    • Fans de Renaud

8 janvier 2004

Merci à Héléna et Antoine pour ces articles.

Le Courrier Picard
Ciné-télé revue
Magazine-Hortillon
El Pays
Diario
Journal de Saint-Denis
  • -05-89, RENAUD : La révolution est plus à refaire qu'à fêter Bicentenaire. Le concert de Saint-Denis, ce sera effectivement des retrouvailles avec un public, qui, certes, vient à Paris habituellement mais qui, cette, fois-ci, ne sera pas noyé dans la multitude.
    • Pays Etats-Unis
    • Pays Palestine
    • Pays Portugal
    • Politique
    • Politique Communisme
    • Politique Socialisme
    • Relations avec les médias
La Suisse
  • 2 juillet 1989, SOUS LES SAPINS DE LEYSIN Renaud tendresse LEYSIN - Hôte d'honneur du 3ème Festival rock de Leysin, Renaud s'est prêté au jeu de l'interview. En toute simplicité et surtout en toute décontraction. Mais quelle timidité ! Une première, puisque notre loubard au grand coeur avait décidé, il y a quelques années, de bouder les médias, Français surtout.
    • Festival du Printemps de Bourges
    • Johnny Clegg
    • Lolita
    • Relations avec les médias
    • Télévision Denisot
    • Télévision Michel Drucker
    • Vie La pêche
    • Vie Vacances
Télé-Loisirs

6 janvier 2004

Radio-Canada
  • 22 décembre 2003, Renaud / Tournée d'Enfer J'ai mis le plus récent CD de Renaud sur la platine avec appréhension et espoir. Les craintes venaient des concerts retrouvailles donnés en 2001 au Québec où sa voix enfumée ne tenait plus la route, faussant et déraillant sur ses textes toujours pertinents. Les attentes avaient comme origine l'audition de Boucan d'enfer où Docteur Renaud signait encore des chansons dont il a le secret.
    • Album Boucan d'Enfer
    • Pays Québec
    • Tournée d'enfer 2002-2003
Canoë
  • 18 décembre 2003, Renaud annule sa tournée au Québec (D'après PC) - Les spectacles que le chanteur français Renaud devait donner en janvier au Québec sont reportés en raison d'un conflit d'horaire. Des concerts avaient été programmés les 23 et 24 janvier au Grand Théâtre de Québec et du 28 au 31 janvier au Métropolis à Montréal. Les détenteurs de billets pour ces spectacles pourront être remboursés au point d'achat initial. article original
    • Pays Québec
Info07.com
  • 13 décembre 2003, Annulation du spectacle de Renaud Le spectacle de Renaud le 3 février à la salle Odyssée de la Maison de la culture de Gatineau est annulé. Certains musiciens ne sont pas disponibles pour la deuxième semaine de la tournée que le chanteur effectuera au Québec à l'hiver, ce qui force l'annulation des spectacles qu'il devait présenter à ce moment. Les détenteurs de billets peuvent contacter la billetterie de la salle Odyssée (243-2525) pour obtenir un remboursement. article original
    • Pays Québec
    • Tournée d'enfer 2002-2003
Est-Eclair
  • 23 octobre 2003, Rebelle de Nuits - Le retour de Renaud Les Nuits de Champagne n'ont pas loupé le coche. Celui de Renaud. Qui file à toute allure depuis son étonnant come-back en 2002. Album qui cartonne, hommage du "métier" et tournée-phénomène pour enfoncer un peu plus le clou dans le soulier de ceux qui le cataloguaient déjà has-been : Renaud a survolé la période 2002-2003 en raflant la mise. Un parcours sans faute. Qui, après le Printemps de Bourges et les Vieilles Charrues, se devait d'inclure une étape à Troyes - où on ne l'avait que furtivement remarqué lors de l'édition 1999. C'est fait. Chapeau aux Nuits de Champagne qui font coup double après avoir convaincu l'an dernier un autre chanteur devenu rare, Laurent Voulzy. Et avec Renaud, "c'est la chanson française de qualité qui déboule à Troyes", comme le souligne le délégué général du festival Pierre-Marie Boccard. La "jeune chanson" pour être précis, celle qui redonne toute sa place au texte, au propos réaliste et volontiers engagé, et que personnifient - entre autres - des artistes comme Bénabar, Camille ou encore Mathieu Boogaerts. D'aucuns déploreront peut-être la quasi absence de "têtes d'affiches" au sein de la programmation. C'est un point de vue. Mais n'est-ce pas aussi la vocation d'un festival comme les Nuits de Champagne de permettre la découverte d'auteurs-compositeurs-interprètes dont certains seront sans doute les "grands" de demain ?
    • Festival Nuits de Champagne
    • Tournée d'enfer 2002-2003
Le Courrier Picard

Voir les archives des articles publiés dans le kiosque les années précédentes :