2310 articles, 404 journaux et 12 genres
dernier ajout le 29 décembre 2017

Suivez Le kiosque à journaux

Partager

  • Ajouter ce flux à Yahoo! RSS
  • Ajouter ce flux à Netvibes RSS
  • séparateur
  • Digg
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Technorati
  • Friend Feed
  • Sphinn
  • Mixx
  • StumbleUpon
  • Klaku - via demokratia amaskomunikilo
  • LinkedIn
  • Reddit
  • Yoolink

101 articles publiés dans le kiosque pendant l'année 2006.

18 décembre 2006

Les coulisses de la Télévision
  • 17 décembre 2006, Nouvelle édition des « Disques d'Or » avec Flavie Flament sur TF1 Pour la quatrième fois consécutive, Flavie Flament, présentera « Les disques d'or » et revisitera l'année 2006 en musique. L'émission sera diffusée sur TF1 le samedi 30 décembre à 20h50. Tous ceux que vous avez plébiscités, ceux qui ont reçu un disque d'or, de platine ou de diamant seront présents sur le plateau pour une soirée de fête et de surprises. Seront sur le plateau : Diam's, Olivia Ruiz, Renaud, Joey Starr, Laurent Voulzy, Johnny Hallyday, Chimène Badi, Jean-Louis Aubert, Bénabar, Hélène Ségara, Yannick Noah, Natasha St-Pier, Faudel, Raphaël, David Guetta, Tina Arena, Roch Voisine, Fatal Bazooka, Tribal King et Scissors Sisters. A la fin de l'émission, Flavie Flament dévoilera le nom du chanteur ayant vendu le plus d'albums en 2006. A noter qu'en raison de la chute des ventes de disques, le SNEP (Syndicat national de l'édition phonographique) a fixé à la baisse les différents seuils pour l'obtention d'une distinction. Disque d'or : 75 000 exemplaires vendus, Platine : 200 000, Double platine : 400 000, Triple platine : 600 000 et Diamant : 750 000. article original
    • Album Rouge Sang

8 décembre 2006

Merci à Laetitia pour la quarantaine de logos qu'elle a envoyés

France-Jeunes.net
  • 8 décembre 2006, Renaud : Rouge sang Quatre ans après le boucan d'enfer de son retour sur le devant de la scène, Renaud nous offre un nouvel album, "Rouge sang". Plus amoureux et engagé, c'est un véritable retour aux sources que nous propose l'artiste, avec et album digne de "la grande époque".
    • Album Rouge Sang

27 novembre 2006

Merci à Bertrand pour m'avoir donner cet article

FHM
  • 2 novembre 2006, Face Cachée - Renaud Jurassic Non, ce type n'est pas qu'un alcoolo repenti maqué à une blonde ! Retour sur l'ancien modèle Renaud.
    • Album Rouge Sang
    • Relations avec les médias
    • Virgin
    • Vie Alcool
    • Chanson Crève salope
    • Chanson Hexagone
    • Radio France Inter
    • Cinéma
    • Romane Serda
    • Cinéma Wanted Crim Spree

15 novembre 2006

De nouveaux articles grâce à Lola !

Nostalgie
  • 2 novembre 2006, Des livres de, sur et avec Renaud Alors que son dernier album file en tête des ventes de CD, Renaud se voit l'objet de toutes les intentions (louables ou non) du monde éditorial. Depuis septembre, déjà huit livres sont sortis de presse sur Renaud, un fait rarissime dont je me devais de parler avec lui. Renaud sera présent sur l'antenne de Nostalgie, lundi 13 novembre de 10 à 19 heures. Il répondra aux questions de Philippe Cantamessa. Entretien à article original
    • Album Rouge Sang
Fluctuat
  • 7 novembre 2006, Renaud et Delerm sont sur un bateau - Société ! Tu m'auras pas eu tout de suite ! Renaud est le maître à penser de la nouvelle scène française, avec son passif de révolté et sa dégaine de vieil épagneul, il garde tout le charisme nécessaire à une reconnaissance de supermarché. Il nous revient avec un Rouge Sang molasson, en jumelant sa promo à celle de Vincent Delerm. Renaud a vieilli, c'est normal. Bien vieilli ? Pas sûr.
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Arrêter la clope !
    • Chanson Elle est facho
    • Chanson J'ai retrouvé mon flingue
    • Chanson Les Bobos
    • Vincent Delerm
RFI Musique
  • 6 octobre 2006, Renaud - Biographie Il ne rappe pas, et pourtant Renaud a été le premier porte-parole d'une jeunesse dont le verlan est la langue principale. Discrètement engagé, tendrement raleur, le chanteur "énervant" atteint, en 2002, des sommets de popularité exceptionnels lors de son retour discographique après les années sombres et alcoolisées.
IZDI
  • 26 octobre 2006, Renaud : meilleure vente d'albums en France Pour la deuxième semaine consécutive, Renaud est en tête du classement des meilleures ventes d'albums en France. Il devance avec son album Rouge Sang Evanescence, Johnny Hallyday, la comédie musicale Le Roi Soleil et Tété. Dans un entretien réalisé par le quotidien L'Humanité, Renaud explique la signification du titre de son album: "Rouge Sang, c'est aussi RS & RS, le titre d'une autre chanson qui sont les initiales communes à ma femme et à moi. C'était amusant comme coïncidence. Avec « rouge sang », je voulais évoquer le sang animal et humain, comme je l'exprime dans la chanson éponyme. C'est le rouge des révolutions, du drapeau, de la colère. Pour moi, le rouge est le symbole de la gauche, associé aujourd'hui au rose, au vert, et parfois au noir. Et il y a le sang qui coule, versé par les barbares de tout poil, le sang humain ou animal". Renaud sera en tournée à partir de février 2007 et jusqu'en juin 2007. Autant dire qu'il aura le temps de visiter toute la France. Il sera notamment à Bercy (Paris) les 27, 28 et 29 mars 2007... article original
    • Album Rouge Sang
On a tout essayé
  • 20 octobre 2006, Renaud / Timsit : Le clash qui a été coupé On n'est pas couché Samedi à 22h30 sur Paris Première, vous verrez un dîner de Thierry Ardisson autour du film Dîner de cons avec Francis Veber, Richard Berry, Daniel Prévost, Danyboon ou Patrick Timsit. Au cours de cette émission, Patrick Timsit raconte comment un passage de l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couchée" a été coupée au montage. Dans cette séquence, Patrick Timsit et Renaud, tous les deux présents en plateau, s'affrontaient de façon violente à propos du génocide pendant la deuxième guerre mondiale et celui des Indiens d'Amérique. Renaud aurait affirmé en s'adressant à Timsit : "Le plus grand génocide est celui des Indiens, ne vous en déplaise !" Cette expression "ne vous en déplaise" aurait mis le feu aux poudres, Timsit estimant qu'il ne s'agissait pas de "classer" les génocides. "Je n'ai jamais parlé du génocide des Juifs" a répondu Timsit, "alors pourquoi me faire cette réfléxion. je n'ai rien dit ! Pourquoi me dire "ne te déplaise ?" Après cet incident, et toujours selon nos informations, Renaud aurait, fait téléphoner à la chaîne pour que la séquence ne soit pas diffusée. Ce matin sur Europe 1, Laurent Ruquier a indiqué que la séquence avait été coupée à la demande de Renaud, car il s'agissait simplement "d'une maladresse du chanteur qui n'est, bien sûr, pas du tout antisémite. De son côté Patrick Timist n'a pas demandé que la séquence soit gardée" a précisé Laurent Ruquier Laurent Ruquier s'en est également pris à Paris Première, qui, selon lui "multiplie les attaques contre lui depuis qu'il a quitté la chaîne, alors que tout s'était passé dans de bonnes conditions. "Si cela se poursuit" a dit Ruquier" moi aussi je vais raconter des choses sur les coupes que fait Paris Première, par exemple, dans "Ca balance à Paris" ! article original
    • Album Rouge Sang
    • Patrick Timsit
Le Petit Journal
  • 17 octobre 2006, Renaud irritant synthétiseur Dans Rouge sang, son dernier album, Renaud résume son point de vue sur la société actuelle. L?artiste observe les transformations du monde et les traduit en chansons engagées peut-être, polémiques aussi, tendres souvent. Nécessaires surtout. Et agaçantes !
    • Album Rouge Sang
RTL
  • 11 octobre 2006, ''Rouge sang'' de Renaud cartonne Le nouvel album de Renaud, "Rouge sang", qui est sorti le deux octobre, s'est écoulé à plus de 170.000 exemplaires (168.000 sous forme physique, 2.000 sous forme digitale) en une semaine et occupe la première place des ventes de disques. Selon EMI, il s'agit du meilleur score de l'année en première semaine dans la catégorie "album". Le précédent album de Renaud, "Boucan d'enfer", lui avait valu un gros succès public avec deux millions d'exemplaires vendus. Retrouvez l'interview de Renaud en podcast (MP3) article original
    • Album Rouge Sang
ZicaZic
  • 6 octobre 2006, Renaud Rouge sang (Ceci-Cela - Virgin – 2006) Durée 58'24 – 17 Titres http://www.rougesang.fr/ http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud/ http://www.fondation-malone.fr/ Quatre ans après une renaissance programmée et consécutive à un sevrage éthylique aussi volontaire qu'obligatoire, Renaud revient avec sous le bras un album tout beau tout neuf, fraîchement sorti des presses mais aussi de son cerveau torturé. Nouvel exutoire, Rouge sang est un de ces albums dans lequel le chanteur énervant met ses joies et ses peines du moment, ses amours retrouvés, sa joie d'être en vie et une nouvelle fois père, ses chagrins aussi et ses coups de gueule... Un retour à ICP, la recette marche tellement bien, une confiance renouvelée à Phil Delire pour l'enregistrement et à Jean-Pierre Bucolo pour la réalisation et les guitares, une équipe stable où l'on retrouve Dominique Grimaldi à la basse, Claude Salmieri à la batterie, Alain Lanty au piano, Jean-François Berger aux claviers et où Michaël Ohayon, Renan Lebars, Mick Larie ou Romane Serda posent qui une sèche, qui des uillean pipes, qui une mandoline, qui des choeurs... Il est loin le Renaud de Marche à l'ombre, celui de Laisse béton, loin le Renaud qui s'offrait un Olympia pour lui tout seul ou qui envahissait pour la première fois le tout nouveau Zénith de Paris en 1984 et qui se produira en 2007 à Bercy. Et pourtant... Pourtant, Renaud n'a rien perdu de sa verve légendaire, il en a juste changé la présentation ! Si le ton qu'il emploie s'est quelque peu assagi avec l'âge, les idées restent là, le bougre ayant même au passage « Retrouvé son flingue », et même si le geste accompagne de moins en moins la parole, l'idée générale de base est restée la même : sus aux fachos, aux bourgeois et aux curés ! Partagé entre tendresse et colère, « Rouge sang » alterne les chansons engagées et les chansons d'amour, fustigeant gentiment « Les bobos », dénigrant les multinationales du tabac avec « Arrêter la clope ! », évoquant sa douce avec passion sur « RS & RS », avec humour sur « Ma blonde », sur un ton grivois avec « Je m'appelle Galilée » ou même en anagrammes avec « Danser à Rome », appelant à réfléchir sur les thèmes du racisme et de la connerie avec « Elle est facho » ou « Sentimentale mon cul ! », jouant la carte de l'affection avec « Nos vieux » ou « Malone » et de la douleur avec « Elsa »... Derrière, ça joue, cool ou grave mais toujours juste, c'est selon l'air du temps. Engagé sur tous les terrains, des orphelins à Ingrid Bétancourt en passant par la lutte contre la corrida ou la cause agricole, Renaud se disperse un peu pour mieux ressembler à ce qu'il est, un individu qui pense par lui-même, à tort ou à raison (et même parfois à travers...), un philosophe imparfait qui refuse de se taire dès lors que ce qu'il voit ou subodore le choque ou simplement l'interpelle... Adepte du partage, il nous sert un nouveau volume de ses états d'âmes en forme d'état des lieux et nous le donne comme il tombe, l'accompagnant comme il se doit d'une communion avec les aficionados qui s'étendra, pour commencer, jusqu'à l'été 2007. On n'a pas fini d'en manger et c'est tant mieux ! article original
    • Album Rouge Sang

13 novembre 2006

Une longue entrevue où Renaud parle notamment du HLM.

Ramdam
  • 19 octobre 2006, Entretien avec Renaud A ma naissance, à peine le cordon ombilical coupé, ma mère me demanda si je tenais à m'appeler Renaud. Je trouvais ça sympa pour un premier rendez-vous mais j'eus toutes les peines du monde à lui expliquer que de Renaud, il n'y en avait qu'un, surtout que j'avais longuement eu le temps de potasser la question en l'écoutant au chaud pendant 9 mois. Non, j'allais pas lui piquer son blaze, déjà que j'étais parti pour lui piquer son flingue. Une trentaine d'années plus tard, le bien nommé Séchan a retrouvé son "gun" avec un album tout en nuance qui s'intitule Rouge sang et moi, j'ai rencontré une sorte de demi-frère... d'armes. Renaud: Tu fais déjà tourner ton bidule ? (mon dictaphone) RamDam: Oui, car je tenais tout de suite à rentrer dans le vif du sujet et te dire que si je suis là, au titre de journaliste musical, c'est en partie grâce à toi... En effet, quand j'étais encore un minot, et suite à tes articles dans Charlie-Hebdo, je t'avais envoyé quelques textes et tu m'avais répondu fort gentiment: "Y a encore du boulot mais accroche toi". Tu sais, je répondais à tous les courriers. C'était pas dur de toute manière: je recevais soit des insultes du style "enfoiré pourquoi t'écris pas ce que j'ai envie que tu écrives... On s'en fout de ta femme et de ton chien, parle-nous de la Bosnie", soit des lettres tellement émouvantes que je répondais aussi. En ce qui te concerne: si j'ai servi qu'à ça, c'est déjà pas mal ! Je voudrais commencer par te dire que pour moi ce "Rouge sang" a toutes les formes des romans de René Fallet ! Ho là ! C'est le plus beau compliment de toute ma carrière ! Celui-là et celui de Brassens quand je l'ai rencontré il y a 20 ans et qu'il m'a dit que mes chansons étaient merveilleusement bien construites. Je radote, je sais, j'ai déjà du le dire dans 1000 interviews mais c'est ma légion d'honneur à moi, c'est ma vraie victoire de la musique, mon vrai disque de diamant... Cette petite phrase de Brassens. Maintenant si tu me dis que mon album ressemble à un roman de René Fallet, je suis aux anges ! Tu sais pourquoi ? Non, mais vas-y, dis ? Parce que tout comme lui dans ses livres, chez toi il y a cette veine whisky et cette veine beaujolais... La veine whisky, c'est quoi, c'est la colère ? Et la veine beaujolais, c'est la veine bistrot comptoir, café du commerce, propos politiquo-sociaux, méchants et agressifs, désespérés et anarchistes ? Je suis pas tout à fait d'accord... Propos primaires alors ? C'est ce que je lis dans certaines critiques, qui sont parfois même intelligentes. Comme redondant ou convenu. J'ai une très belle critique d'un mec de RFI qui me qualifiait de sincère mais convenu. Et je ne peux que souligner que mes colères sont des engagements convenus. J'ai convenu à l'âge de 15 ans avec ma conscience d'être réfractaire à l'injustice, à la misère et à l'oppression et je continue depuis, je les dénonce toujours. Mais en même temps tu n'hésites pas à avouer tes paradoxes ? Je les assume en tout cas. J'essaye de les expliquer. En essayant de les justifier, je me les explique à moi même. Le plus grand des paradoxes, de la part de mes adversaires actuellement en ce qui me concerne, c'est d'être soi disant écolo et de rouler en 4x4. Je peux leur citer mille exemples de contradictions chez les écolos ! J'ai au moins cet honneur dans ma vie de dire que je suis écolo: je suis hyper sensible aux menaces et aux massacres de l'environnement, aux pollutions des forêts et des rivières. Alors oui, je roule en 4x4 non pas parce que j'aime les grosses voitures mais parce que j'ai un gros chien, un bébé, une poussette avec des roulettes d'un côté et des nacelles de l'autre, plus une poussette canne, plus 2 guitares et 3 bagages. De toi à moi, si tu savais ce que les blondes emportent pour un week-end, tu ne peux pas imaginer ce qu'elles peuvent prendre pour deux mois. J'ai besoin d'être en sécurité quand je fais 30.000 bornes par an. De toute manière, mon 4x4 doit moins polluer que les vieilles R5 pas révisées depuis 10 ans. Tes contradictions sont celles de tout un chacun ? Cela fait partie des conflits internes que j'assume. Celui qui n'est pas plein de contradictions dans sa gestion de vie quotidienne, celui-là et lui seul peut me jeter la première pierre. Il n'y a pas de règles: on peut être anti-américain et boire du coca ! Quand tu sais les ravages occasionnés par Coca en Inde sur les nappes phréatiques au détriment des petits agriculteurs qui n'ont plus d'eau parce que Coca se sert de cette eau pour faire sa merde. L'écolo qui m'interpelle parce que j'ai cette voiture et qui boit cette pisse est ridicule. Tu vois, on peut chipoter et enc**** les mouches longtemps eux et moi. Les USA, ils sont ultra libéraux mais ils ont... (il me coupe) L'Amérique, c'est un pays de merde mais ils ont inventé Bruce Springsteen, Woddy Allen, etc. Tu prends n'importe quel anonyme dans une foule américaine et c'est un acteur né. Tous les rôles secondaires aux USA sont aussi bons que nos stars d'ici ! Toute médaille à son revers. Il y a la grandeur de ce pays: tout ce qu'il a appris au monde en matière de développement économique, culturel, de liberté mais parallèlement, c'est une terre de puritains, où les armes sont en vente libre, engendrant des massacres tous les jours. C'est un pays qui vient de rétablir la torture sous prétexte de terrorisme. C'est la porte ouverte à toutes les bavures. Enfin, c'est un pays noir et blanc, barbare et géant. Je pourrais faire une chanson sur tout ce que j'aime en Amérique, je pourrais parler d'Hemingway, de Faulkner. Je pourrais parler de la littérature américaine, de scientifiques, de l'art contemporain, bref de milliards de choses, mais là c'était un brûlot que j'écrivais sur le côté noir de ce pays. Einstein disait que c'était le seul pays qui soit passé directement de la barbarie à la décadence, sans connaître la civilisation. Je voulais savoir, Renaud, pourquoi il y avait pour ce dernier disque un album de 17 titres et un autre de 24 ? Parce qu'en général, quand je rentre en studio, j'ai à peu près 10, 12 ou 14 chansons finies. Bizarrement pendant que les musiciens jouent, que les ingénieurs du son règlent la technique pendant des plombes, moi je m'emmerde, donc j'écris... et je compose même parfois. Souvent des chansons naissent en studio comme "Mistral gagnant" ou "Manhattan Kaboul". En l'occurrence, j'avais beaucoup de textes pas tout à fait finis. Bucolo m'avait fait des musiques vierges de mots sur lesquelles j'ai écrit genre "Nos vieux". J'ai écrit et composé la musique de "Danser à Rome" qui n'était pas prévu mais dont j'avais le texte sous le coude. Arrivé à 18 chansons, je me suis dit, allez encore 2 et à la limite je peux faire un double. 2 fois 10 chansons. Je suis parti dans cette idée. Entre l'idée de le faire et le réaliser, il y a un grand pas à franchir ? A l'époque, j'étais 20 heures par jour en communication avec 2 sites de fans dont le HLM et un forum privé que j'ai créé avec les meilleurs du premier. C'est un forum que tu trouveras jamais sur Google parce que l'adresse est privée avec un code pour y accéder. J'ai pris les plus méchants, les plus gentils, les plus drôles, les plus intelligents et littéraires, et j'ai parlé avec ces gens-là pour évoquer mon prochain disque. Je ne confonds pas le grand public et les fans, ce sont deux choses totalement différentes. Les fans sont à la fois les plus amoureux et les plus critiques et chiants comme la mort. En leur demandant leurs envies, car moi j'avais peur que ce soit indigeste, d'une manière générale: 95% m'ont encouragé à le faire. Ce ne sont pas eux qui ont déterminé ma décision mais ils m'ont conforté dans l'idée. Personne n'a essayé de te faire changer d'avis ? Bucolo était totalement opposé à ça, il voulait que je garde les 15 meilleurs dont 10 à lui bien sûr ! Et la maison de disques me disait: des doubles, ça ne marche pas, ça ne se vend pas. Ils m'ont dit aussi (sic) que les journalistes n'écoutent déjà pas attentivement les albums simples, alors imagine un double, et surtout ils vont s'attacher aux chansons les moins réussies. Mais bon chez Mozart ou les Beatles, il y a du très bon, du passable et du meilleur... Euh, je ne me compare pas à eux mais c'est un peu mon album blanc à moi. Avec donc du bon et du moins bon ? Là-dedans, il y a du chef d'oeuvre, du clément et du mauvais. Commercialement, selon les responsables de la maison de disques, c'est très dur à vendre. Ca ne tient pas dans les bacs, ça va être plus cher, le public va être échaudé par le prix prohibitif. Mais pas du tout. Il est franchement pas cher: je crois qu'il est à 22 euros, 25 chansons, 84 pages de livret, c'est moins cher que si tu vas le télécharger. Ce livret, je le trouve magnifique. Je rend hommage à Kiloffer d'ailleurs chaque fois que je le peux. Donc j'ai transigé, je leur ai demandé de faire un double pour au moins les plus acharnés et les plus amoureux de mes chansons en tirage limité et puis le simple pour les médias, le grand public et les journalistes qui ont raté quelques brûlots et je le regrette car cela aurait suscité d'autres polémiques. Les plus fidèles auront pour quasiment le prix d'un simple un double dont l'écrin est magnifique. Le contenu, je ne sais pas si c'est un bijou mais l'écrin est beau. Après un disque de crayons de couleur en fer pour "A la belle de mai", un disque de peinture pour "Boucan d'enfer", se retrouver en personnage de bande dessinée, c'est un chouette projet ? D'une manière générale, ce beau disque me protège du téléchargement. J'apporte un soin jaloux au contenant. Que celui-ci soit aussi beau et agréable à regarder que le contenu à écouter éventuellement. Aujourd'hui, avec le recul, je me dis que je n'aurais dû sortir qu'un double ! Imposer ce disque. Mais bon la maison de disques m'a fait peur, non pas en me disant que cela n'allait pas marcher et ne pas se vendre, mais en me promettant qu'artistiquement ce n'était pas une bonne idée. Je ne saurai jamais si j'ai eu tort ou raison, mais vraisemblablement d'ici une quinzaine de jours, Virgin va annoncer qu'il n'y a plus un seul double sur le marché. Et tu vas voir qu'à Noël, ils vont nous refaire un tirage de 150.000 double albums. Et là, j'aurai ma revanche (rires), je leur dirai que je n'aurais pas dû les écouter, qu'ils sont tous des enfoirés. Je me vois déjà leur dire: "Vous avez tort et le renard a toujours raison car il a du flair et de l'instinct". Quel est ton combat ordinaire, celui de tous les jours ? Mon espoir, toutes les nuits, c'est de me réveiller vivant le matin. Qu'il fasse jour et que l'hiver nucléaire ne soit pas tombé sur l'humanité. Que je sois vivant et en bonne santé. Je vois par contre que, même si tu chantes "Arrêter la clope !", tu n'as pas stoppé totalement ce vice ? C'est un de mes sujets d'inquiétude qui me fait penser que parfois je pourrais ne pas me réveiller. C'était peut être aussi important de diminuer ta consommation de clopes pour ta voix lors de tes concerts ? Je fume encore plus qu'à l'époque de "Boucan d'enfer"! Depuis quelques mois, avec la naissance du môme, la vie quotidienne, la vie amoureuse et la promo, la sortie du disque, je dois être à 3 ou 4 paquets par jour ! J'ai retrouvé ma voix un petit peu même si elle reste toujours aussi pourrie. J'ai lu dans un article que je chantais avant délicieusement faux et qu'aujourd'hui je chante juste faux ! Ces critiques ont l'air de te toucher beaucoup plus pour cet album-là que pour les autres ? Oui ! Tout d'abord car pour les autres, il y en a eu très peu. Les gens qui ont été unanimes, à tresser des louanges sur "Boucan d'enfer" se renient aujourd'hui en disant que c'était de la daube, que je me complais dans l'autodénigrement et l'autosuffisance. Ceux qui criaient au génie expliquent que mes chansons sont tristes, dépressives et alcooliques. Ils me reprochent que "Boucan d'enfer" fut un album nombriliste, où je n'avais plus de colère et perdu mon flingue et ils continuent en démolissant "Rouge sang" avec une férocité, limite de la calomnie. Cette presse bobo de gauche parisienne est tellement excessive que je sens non pas une cabale, mais je sais au moins où sont mes vrais ennemis. Toute la presse populaire m'encense et la presse de gauche bourgeoise bohème, ou plutôt bourgeoise-bourgeoise, dite de gauche parisienne qui ne va pas en province, qui ne touche pas le coeur des gens dans les banlieues ou les cités, me reproche à moi d'avoir perdu toute légitimité populaire. C'est à mourir de rire. Qui de eux ou moi vendent dans les banlieues et les provinces, les campagnes ? Tu crois qu'on lit Libé là-bas ? Non, on lit Charlie, on écoute Bénabar, on écoute des radios à la con mais pas cette presse bourgeoise, conformiste, bien pensante, moralisatrice, politiquement correcte. Mais ce combat dure depuis tes débuts chez Virgin ? Non ! Depuis toujours ! A partir du moment où tu as montré beaucoup plus ta tendresse, on t'est tombé dessus, et c'est peut-être là, où tu t'es retrouvé dans le gris, dans le ni trop, ni pas assez, que les gens se sont sentis trahis ? Depuis 20 ans, j'en ai pris plein la gueule. La majorité des artistes ont le coeur à gauche, expriment des idées de gauche... Cite-moi un artiste de droite qui chante des chansons de droite, à part Sardou ? Mais ces chanteurs qui sont aussi populaires que moi, qui gagnent leur vie aussi bien que moi, n'ont pas un article pour décrire leur patrimoine immobilier dans le Point et leur marque de voiture ! C'est une tentative de destruction avec moi. Surtout qu'ils savent que je n'assume pas bien l'argent, la réussite sociale, économique et le pognon. A cause de mon éducation et des mes convictions fraternelles. Ils me poussent connement à me justifier de comment j'emploie mon argent. Certains placent leurs droits d'auteurs dans des SICAV ou comme d'autres, dans des Boeing de compagnie aérienne, moi je préfère acheter des maisons dans des endroits de la planète où j'aime vivre, où je trouve la culture, l'histoire extraordinaire: en Angleterre, au Maroc, dans le sud de la France... Bruxelles peut-être où se trouve le studio ICP, là où tu as enregistré tes 2 derniers disques, pour moi c'est ton Jaligny-sur-Besbre pour faire encore un clin d'oeil à Fallet ? C'est un peu mon Jaligny à moi mais Romane est pas tout à fait aussi amoureuse que moi de Bruxelles. J'adore cette ville, je la connais depuis 30 ans, depuis 1973 même. Bon, on revient sur "Rouge sang" ? Attends ! J'ai pas fini avec mes rapports aux médias. On me reproche vraiment tout et n'importe quoi. L'autre jour, j'ai entendu une chronique drôle, sympathique et rigolote d'un chroniqueur de chez Stéphane Bern qui conclut par "ouais, mais bon il fait chier, il nous emmerde avec ses dérapages, ses compromissions et ses erreurs de comportements...". Mais ensuite, il cite dans sa réprimande générale d'avoir invité à mon mariage Alain Dominique Perrin le PDG de chez Cartier. D'abord il est PDG du groupe Richemont, mais surtout me reprocher mon mariage qui fut tout sauf people avec 100 personnes dont 3 peoples: Perrin, Drucker qui m'a toujours soutenu proprement, dignement, dont on pense ce qu'on veut mais qui est un amoureux des artistes et qui fait bien son métier même si c'est pas Michel Pollack. Il fait quand même un peu de lèche le Michel ! Ouais, mais moi aussi quand je rencontre quelqu'un que j'admire ! Et le troisième, c'était Hugues Auffray, l'idole de mes 15 ans. Donc on me reproche d'avoir invité un ami dont le seul crime est d'être riche et patron. C'est hallucinant de juger les gens sur leurs fréquentations, leurs amis ? Ils vont être étonnés quand ils vont savoir que j'ai des amis à droite ! Non seulement du patronat mais de droite ! (rires) En plus lui c'est un mec bien, mécène, je n'ai pas connaissance qu'il soit exploiteur de ses milliers d'employés. Il ne fait pas fabriquer ses stylos Mont-Blanc à Taiwan ou en Chine. C'était un ami de Coluche. Renaud: ton disque... Mais on en parle, je te parle que de ça depuis tout à l'heure. Je veux dire qu'on critique l'homme et pas l'artiste et ça m'énerve. Je suis jugé artistiquement par des gens qui n'ont pas qualité à le faire, ils n'ont jamais écrit une ligne de poésie de leur vie et n'y sont pas sensibles, ils me jugent politiquement d'être de gauche et d'avoir voté "oui" à la constitution comme Hollande, alors qu'eux ont voté "non" comme Le Pen, et ils me jugent donc humainement et globalement. La teneur de leurs critiques c'est Renaud: poivrot, alcolo, pochetron. Stop Renaud ! Maintenant parle-moi de la production de ton disque: tu es reparti avec la même fine équipe car tu t'es dit ce sont les meilleurs ? Non, ce ne sont pas les meilleurs. C'est une option de facilité, de flemme. Pour moi une chanson c'est une mélodie et un texte. Tout le reste je m'en fous un peu. J'ai la fainéantise de chercher un arrangeur anglais magnifique. J'ai essayé en écoutant deux, trois disques que l'on me conseillait mais je me suis dit que j'allais reprendre les mêmes que la dernière fois par amitié, par fidélité, parce que Bucolo qui est réalisateur est aussi compositeur et qu'il m'avait fait de jolies musiques sur "Boucan d'enfer" et il m'en a fait sur celui-là aussi. C'est vrai que depuis 2 albums, j'ai peut-être perdu mon identité musicale avec beaucoup moins d'accordéons et des musiques un peu plus pop-rock désuètes des années 80, slide-guitare et tout... Tu peux comprendre qu'on attend toujours Renaud dans des tons proches de "Marchand de cailloux" qui est un chef-d'oeuvre ? Mais ce disque était un album concept. Avec des sonorités irlandaises. "La belle de mai", c'était un album totalement acoustique, sans batterie, sans synthé, fait à la maison. Pour beaucoup, ces 2 disques sont des albums cultes. Là avec "Rouge sang", tout du moins musicalement, je suis loin de la réussite de ces 2 albums. Musicalement, c'est vrai que je suis un peu déçu par Bucolo qui est un peu variété-rock. Je ne sais pas si en 30 ans de carrière, il y a eu un son Renaud, mais je pense que oui, disons qu'on pourrait qualifier ça de rock-musette et effectivement je l'ai un peu perdu depuis ces 2 derniers disques. L'univers musical de "Rouge sang" ne te convainc pas tout à fait ? Ma fille de 26 ans m'a dit qu'elle était très déçue. Elle aimait le Renaud musette qu'elle retrouve plus et semble gaver par les slide-guitare de Bucolo limite californien. Par exemple, une chanson comme "Adieu l'enfance" qui lui est dédiée, je lui ai chanté avant de la soumettre au public (à une époque quand je parlais d'elle, je ne lui soumettais pas mais aujourd'hui je suis obligé (rires)), donc elle a adoré ma version guitare-voix dans ma cuisine mais elle n'aime plus du tout la version finale. Elle me dit souvent de prendre des jeunes gamins, des arrangeurs à Londres, et c'est ce que je vais faire pour le prochain album. Mais malgré tout, je garderai sûrement des mélodies de Lanty et Bucolo. Notamment de Lanty qui sait de par mes textes amener de l'émotion musicale. Personnellement j'y arrive de moins en moins, même si sur ce dernier j'ai retrouvé l'envie de composer. Dont "Elsa" et "Rouge sang". "Elsa", je vais te dire: je suis obligé de la passer tellement elle est touchante cette chanson ? Tu vois, il y a 5 ans, le chorus de guitare au milieu, cela aurait été un chorus d'accordéon. Justement à travers cette chanson, as-tu parfois peur de livrer des histoires vraies au public ? (catégorique) Jamais ! Plus c'est perso, plus ça vient du coeur et des tripes et de l'âme et plus j'ai envie de le livrer. Un artiste, c'est comme une strip-teaseuse: on montre notre cul, notre âme. On les vend même comme une strip vend son cul. C'est un métier totalement impudique et indécent. Etre sur scène, plus haut que les autres, avec un micro quand les autres n'en ont pas, éclairé quand les autres sont dans l'ombre, c'est quelque chose d'incohérent que mon épouse, par exemple, qui démarre ses premières tournées, a beaucoup de mal à assumer. Dans mes chansons, comme dans les interviews, je donne tout et j'y mets jusqu'à ma vie privée car ma vie privée, contrairement à ceux qui pensent qu'elle est sacrée, moi j'adore l'offrir. Ce que je ne supporte pas, c'est qu'on me la vole. Et je n'ai pas envie de la vendre non plus. Je l'ai offerte notamment à Paris-Match. Je leur ai offert moyennant quoi je leur ai demandé de faire un geste sympa envers une association humanitaire quand j'ai cru comprendre, et je ne le savais pas, que ce genre de reportage people d'artistes se monnayait. Je vais pas te citer les noms et les sommes que untel et untel ont touché pour des vacances à l'île Maurice avec leurs enfants, pour les 14 pages du baptême de la fille adoptive et les zéros rajoutés aux sommes dérisoires que moi j'ai touché pour mon mariage, en l'occurrence 15.000 euros. Quand tu sais que ... a pris 1 million de francs pour ses vacances avec ses mômes mineurs sans leur demander leurs avis... Qu'on me fasse le procès ensuite comme dans le Nouvel Obs, d'avoir touché le pactole pour vendre mon mariage. Si on me voit dans Voici, Closer, Public, c'est avec des photos volées et sans mon accord. Je t'ai lu méchant une fois... Ca m'arrive ! C'est lorsque tu déclarais pour expliquer le succès de "Boucan d'enfer" que les gens en avaient peut être marre avant ton retour, de ne pas entendre de bonnes chansons ? J'ai dit ça ? J'ai peut-être dit ça mais sûrement pas comme ça. J'ai seulement dit que les gens étaient peut-être gavés de mielleuses star-académiciennes ou de chanteurs un peu formatés, de hip-hop et de rap poutre apparente. Je voulais dire que peut-être j'avais manqué au public. Je t'avoue en toute humilité que les gens manquaient de bonnes chansons et que "Boucan d'enfer" était un disque de bonnes chansons. Globalement ce que j'écris moi même, c'est ce que j'ai envie d'entendre et je trouve mes chansons belles. Je ne vais pas te dire qu'elles sont moches ? Si ? Ce serait honteux de produire des titres que le créateur en personne trouve moche ! Juste pour le plaisir d'essayer de les vendre. Belles, drôles ou intéressantes. C'est vrai que mes chansons colères sont rarement belles. Elles sont importantes mais ce n'est pas facile de faire de la poésie avec des mots de violence, avec Georges Bush ou Tchernobyl ou Sarko... Faire rimer facho et Sarko, immigration et délinquance, cela fait une moins belle chanson que lorsque tu fais rimer Uranus et Anus et Copernic avec Je te nique. C'est ce qu'on me reproche d'ailleurs dans Libé aujourd'hui. Ha ? Je les cite: "Renaud en est réduit à de la poésie de merde". Ce qui est marrant, c'est qu'il y a quelques années, ils aimaient justement ma manière de malmener la langue française, d'y intégrer de l'argot et de l'enrichir de cette manière. Il y a quelques temps, cela les aurait fait marrer de me voir faire rimer Copernic et Nique. Tu es vraiment très très remonté ? Oui parce que ces cons-là arrivent parfois à me mettre le doute. Je vais être sincère, ce dernier disque n'est pas le meilleur mais pas le moins bon. Pareil ! C'est peut-être le plus riche avec des thèmes assez différents. Contrairement à ce que disent les crétins qui pensent que je ne chante que des chansons d'amour pour mon bonheur retrouvé. Il me semble que les textes sont assez diversifiés. C'est peut être excessif d'avoir fait 6 chansons d'amour pour ma Romane mais c'est ma manière de le dire après des années où j'en manquais. Je souffrais d'un manque d'amour ou plutôt, je ne croyais plus à l'amour ou au couple en tout cas. Quand je lis que je suis mort, que je suis un poète foireux aux musiques indigentes, cela me fait rigoler. De toute façon, le plus important c'est que ce disque fasse pleurer aussi bien les filles que les garçons, ces gens qui retrouvent tout ce qu'ils ont toujours aimé chez moi: la tendresse, la colère, l'enfance, la nostalgie, l'humour, l'érotisme, le jeu avec les mots de la chanson. En fait, je crois que tu ne te rends pas compte du nombre impressionnant des gens qui t'aiment ! Si ! Même si je prétends que je ne souhaite pas que mes chansons plaisent à tout le monde et que je suis fier d'avoir des ennemis. Quand ils m'attaquent, je deviens parano. Et je me demande ce que j'ai bien pu faire pour engendrer autant de haine ! Je me dis que la constance de mes engagements montrent à quel point eux ont renoncé. C'est peut être mégalo de dire ça, mais je le pense. Je suis triste, malheureux mais pas fâché contre eux. J'ai de la compassion et de la pitié pour ces gens dont la haine habite le coeur. Je ne suis pas un curé hein ! (rires) mais je suis assez interloqué. Et le petit Malone il va bien ? Super ! Pourquoi il s'appelle pas Pierrot alors ! Parce que là j'aurais succombé ! Cette chanson a trop été chantée, elle est galvaudée d'une certaine manière. Il aurait pu s'appeler Pierrot mais Malone c'est un prénom mixte, un prénom qui plaisait aussi bien à Romane qu'à moi. Il aurait pu s'appeler Malone-Pierrot Séchan mais je l'ai appellé Malone-Olivier Séchan car mon père est mort quelques jours avant, pour que ma mère se sente pas jalouse de l'amour que je porte à mon père j'ai rajouté Oscar, le nom de son père à elle. Et l'album de ta chérie ? Il est presque terminé. Je lui ai écrit des chansons d'amour et deux ou trois à thème sociétal. Deux sont à mes yeux, et je ne sais pas si je peux avoir un jugement objectif sur mon écriture, mais ces deux-là sont certainement les deux plus belles de ma carrière. Il y en a une, c'est "Pleure pas" sur l'avortement et l'autre c'est "Dylan" sur un gamin qui se viande en sortant de boîte de nuit. Je les mets dans mon panthéon des chansons que j'aime avec "P'tite conne", "La teigne", "La blanche", "Rouge-gorge" et enfin "En cloque". Personnellement, j'ai adoré ta tournée dans tes moments difficiles où tu venais sur scène avec un pianiste et un guitariste, penses-tu retrouver ce genre d'intimité ? Je te réponds oui, j'aimerais le refaire, je vais peut être le refaire, cela dépend de ma vie personnelle et professionnelle, de l'harmonisation de ma vie et de celle de Romane. J'aimerais partir en tournée dans des petits théâtres en laissant du monde à la porte malheureusement. Avec un accordéon, une caisse claire: en petite formation acoustique. Et ton fameux roman, c'est l'arlésienne ? Il paraît que la FNAC l'annonce incessamment sous peu. Il est fou mon éditeur. Ce roman en est à 150 pages et je dois encore en écrire une centaine. Avec tout ce que j'ai eu à faire, j'ai jamais le temps de l'écrire. Je devais déjà lui rendre en juin dernier, puis en septembre, et on ne le verra pas en librairie avant février-mars. Il va parler de quoi ? Des années noires, et éventuellement je ferai un petit chapitre qui résumera les 4 années qui ont suivi, sur ma renaissance, si ce n'est artistique mais au moins humaine... et médicale. J'étais mourant et je suis en parfaite santé... En 2002, j'étais encore un peu dépressif, totalement paranoïaque avec des dépenses de mes droits d'auteurs dans des détectives privés parce que je me sentais suivi, on voulait m'assassiner. J'ai arrêté de boire 8 mois après la sortie du disque, j'ai arrêté en fait quand j'ai décidé de vivre ma vie avec Romane. Tu pètes la forme là ? A l'époque je dormais 12 heures par nuit, j'allais me coucher crevé et je me réveillais fatigué... Depuis 3 ans, je me couche à 2 heures en pleine forme, je m'endors en 15 secondes et je me réveille à 7 heures en pleine forme ! Quand je parle de mon bonheur aujourd'hui, j'ai toujours l'impression que les gens pensent que j'ai vécu toute ma vie malheureux mais non: j'ai vécu 20 ans de bonheur et de passion amoureuse et familiale auprès de mon ex et de ma fille. Je n'ai vécu que 3 années noires sur ma vie. Pour certains, cela s'étale sur 30 ans, moi ça été regroupé sur 3. Globalement, j'ai été comblé par l'amour. Je veux aussi par ce livre, rendre hommage aux gens qui m'ont soutenu pendant cette période qui se termina quand Romane a poussé la porte à tambour de cette Closerie des Lilas où nous nous trouvons. Propos recueillis par Pierre Derensy article original
    • Alain Lanty
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Arrêter la clope !
    • Chanson Danser à Rome
    • Chanson Elsa
    • Chanson Manhattan-Kaboul
    • Chanson Mistral Gagnant
    • Chanson Nos vieux
    • Chanson Rouge sang
    • Chroniques Charlie-Hebdo

11 novembre 2006

Un peu plus d'un mois après sa sortie, le dernier album Rouge-Sang ne fait pas l'unanimité.

Le Mague
  • 8 novembre 2006, Renaud : Rouge Sang, si c'est pas sentimental, mon cul ! Et voici le nouveau Renaud, Rouge Sang. Plus d'alcool, plus de clope, mais plus vieux et ça se ressent. Rouge Sang, avec un titre pareil, on s'attendait à quelque chose de violent, de corrosif. De cet album en rouge et noir et blanc, il ne ressort que des coups de griffes vaguement assénés par un gros matou ronronnan
    • Album Rouge Sang
On a tout essayé
  • 1er novembre 2006, Renaud est-il toujours un grand chanteur ? "Rouge sang", son dernier album, cartonne, certes, mais ses jeux de mots (facho/Sarko), c'est de la brève de comptoir, de la provocation gratuite, estime la journaliste Sophie Delassein. Un commentaire contre lequel Baptiste Vignol, spécialiste de la chanson, s'insurge. Débat à l'Ernest Bar du Lutetia.
    • Album Rouge Sang
    • Baptiste Vignol
    • Chanson Elsa

7 novembre 2006

Pop-Rock.com
  • 30 octobre 2006, Renaud : « Rouge sang ». Quoi ? T'es pas content ? Après s'être fait passé pour le Bob Dylan français avec son précédent album qui abordait ses démons intérieurs, Renaud a retrouvé, je le cite (je n'oserais jamais écrire cela de moi-même), l'encre noire et rouge de la révolte . Tout auréolé de son entrée dans le Petit Larousse, il déclare qu'il va tirer dans le tas, balancer sa rage à tout berzingue. Renaud veut polémiquer ? Il veut provoquer ? Faire réagir ? Force est de constater qu'il y arrive : les gens réagissent, moi le premier. Mais c'est surtout pour dénoncer le simplisme des raisonnements de Renaud et les torrents d'imbécilités qu'il nous déverse.
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Dans la Jungle
    • Chanson Les Bobos
    • Chanson Ma blonde
    • Chanson RS & RS
    • Politique Ségolène Royal
Radio-Canada
  • 31 octobre 2006, Renaud est de retour « Je suis globalement heureux, mais je trouve ça injuste pour les autres. » Renaud est de retour, et ce ne sont pas quelques mauvaises critiques de son dernier album, Rouge sang, lancé simultanément en France et au Québec, qui viendront troubler son bonheur.
    • Album Rouge Sang

15 octobre 2006

Quelques nouveaux articles sur Rouge-Sang qui amène le nombre d'article à un chiffre rond : 700 ! Merci à tous pour votre participation ! Merci !

La Presse
  • 15 octobre 2006, Renaud : baveux sentimental Renaud a dégrisé. Il a stoppé le Ricard et mis son alter ego Mister Renard au rancart. Son séjour au fond du baril laisse toutefois des traces. Lui qui n'a jamais eu beaucoup de voix a désormais le souffle court. Ça ne lui donne pas beaucoup de latitude. Sa voix ne déraille pas aussi souvent que sur Boucan d'enfer ou, pire encore, sur le disque en spectacle Tournée d'enfer, mais provoque encore des grincements de dents. Sa plume, elle, a retrouvé du tonus. Renaud qui semblait totalement désillusionné il y a quelques années et donnait l'impression de vouloir passer le flambeau à la génération de sa fille, a retrouvé sa capacité à s'indigner. «J'ai retrouvé mon flingue», chante-t-il d'ailleurs, faisant un lointain clin d'oeil à l'une des chansons phares de son album Marche à l'ombre. Son romantisme gamin, lorsqu'il parle de sa blonde Romane, fait un peu trop gaga. Malone, dédiée à son fils né en juillet dernier, laisse une impression de déjà-vu. Sa nostalgie fait parfois mal à entendre ( Adieu l'enfance ). L'allégorie astronomique de Je m'appelle Galilée relève de la dérive poétique. Rouge sang n'est pas le meilleur cru de Renaud, mais par amitié pour son oeuvre, on lui pardonne son côté pépère bougon, certains raccourcis ( Arrêter la clope) et même ses coups de gueule les plus faciles. * * * RENAUD ROUGE SANG VIRGIN / EMI + Le tonus de la plume - La voix essoufflé article original
    • Album Rouge Sang
Radio-Canada
  • 13 octobre 2006, Renaud, Rouge sang Renaud a marqué la chanson française à tout jamais. Dans les années 90, il a connu son chemin de croix. Lorsqu'en 2001, il recevait une Victoire de la musique pour l'ensemble de sa carrière, cela sentait la fin. L'année suivante, il ressuscitait avec un Boucan d'enfer qui trouvait 2,2 millions de preneurs: un sommet de popularité pour un chanteur déjà très populaire. Pour ce nouvel album, comme un paysan qui cultive le même chant depuis longtemps, l'auteur-compositeur continue à creuser son sillon. Mais la récolte abondante n'est pas aussi riche. Tireur d'élite Preuve de sa nouvelle vitalité, le chanteur énervant annonce sur un de ses titres: J'ai retrouvé mon flingue! Il s'agit de cette plume acérée qui a fait de lui un chroniqueur mordant de la société. L'artiste qui a le coeur à gauche prend pour cible les bourgeois bohèmes (Les Bobos), la cigarette (Arrêter la clope!), les électeurs du Front National (Elle est facho) ou la tauromachie (Rouge sang). Quoique cela sente la formule, le citoyen Séchan se retrouve sur la place publique à défendre ses propos. Je n'ai pas dit que Sarko égale facho, doit-il expliquer aux journaux. Il est rare que des chansons populaires deviennent ainsi source de discussion dans les médias. C'est le cas avec Renaud, même si ici, il donne l'impression de faire son numéro de chanteur énervant pour épater la galerie. Morgane de Romane Après ses années noires, d'alcool et de désespoir, Renaud a retrouvé l'amour en la personne de la chanteuse Romane Serdan. Elle est devenue sa muse pour 5 chansons. Il grave ses initiales sur un tronc d'arbre (RS & RS), il construit des anagrammes à partir de son nom (Danser à Rome) et il écrit une chanson d'amour charnel pour sa dulcinée (Je m'appelle Galilée). Toujours inspiré par sa famille, il chante Adieu l'enfance pour sa fille Lolita, âgée aujourd'hui de 26 ans, et consacre un titre à son nouveau-né Malone. À côté de ses charges sociales, Mister Renard sait toucher lorsqu'il aborde l'impact du suicide (Elsa) ou qu'il dresse un portrait des personnes âgées (Nos vieux). Par contre, c'est dans ces chansons plus douces qu'on l'en entend sa voix cassée dérailler. Si les musiques n'ont jamais été son argument principal de séduction, celles de Rouge sang sont marquées du sceau des années 80 et 90. Disons diseur Cela fait de celui qui est entré dans Le Petit Larousse en 2006 un diseur plus qu'un chanteur. L'amour lui a donné des ailes. Il a retrouvé sa plume qu'il utilise de façon très prolifique. Presque trop. Il y a une version de Rouge sang, à tirage limité, qui compte 25 titres. Et il a signé les textes du prochain Serdan. Mentionnons le très beau livret illustré par Killofer qui accompagne de sa griffe bédé chacune des chansons. Personnellement, Renaud Séchan avance pour le mieux. Artistiquement, il fait du sur place avec le même talent qui maintient le nombre de ses fidèles à un haut niveau. Renaud Rouge sang (Virgin 3714332) - version 17 titres article original
    • Album Rouge Sang
La Tribune de Genève
France 2
L'Humanité
  • 11 octobre 2006, Le chanteur sort son flingue Album Rouge Sang chez Virgin. Mister Renard n'est plus, vive le Renaud énervé. Le chanteur voit rouge, à l'image du monde Rouge Sang d'où coulent « des torrents de souffrance animale ou humaine ». Renaud est amoureux de la vie, de sa femme, la chanteuse Romane Serda. De quoi donner des ailes à l'auteur de Laisse béton qui a retrouvé une verve caustique qui fait grincer des dents. Il chante J'ai retrouvé mon flingue pour mieux tirer sur tout ce qui bouge. Pan sur les Bobos, qu'il met gentiment en boîte. Sa chanson, plus humoristique que méchante, est une charge contre les « bourgeois-bohèmes » qui « vivent dans les beaux quartiers, lisent Houellebecq, Philippe Djian, les Inrocks ou Télérama ». « Par certains côtés, j'imagine que j'fais aussi partie du lot », chante-il, conscient que son mode de vie peut également paraître aux yeux de beaucoup comme l'archétype bo-bo. Tel est le nouveau Renaud, qui prévient : « Attention, je dégomme, je déglingue... » Portait d'une « facho » de banlieue qui « vote Sarko », conformisme des nantis, barbaries, tyrannie, oppression, consommation, pollution... Sa plume assassine n'épargne rien ni personne. Tout y passe, jusqu'aux religions. Et de s'en prendre aux « évangélistes timbrés, rabbins, ayatollahs, curetons ». « Combien de guerres, combien d'horreurs / Ces imbéciles ont engendrées / Par leurs discours de malheur ? », demande-t-il. Autant de chansons-colères qui succèdent à l'album Boucan d'enfer dans lequel il évoquait son désespoir et l'alcool. Rouge Sang est l'album de la renaissance. Pour Romane sa « blonde » dont les « cheveux sont du miel », il écrit RS & RS, au titre marqué du seau de leurs initiales communes, ou Danser à Rome. Quant à Malone leur fils né cet été, il a droit lui aussi à une chanson-tendresse. Du Renaud pur jus, entre révolte d'une société qu'en bon anar il continue de fustiger, et registre sentimental. Un Renaud définitivement attachant. Il s'apprête maintenant à partir en tournée en France. Avec trois « gros » concerts à Bercy en mars. Une première et un sacré défi pour le chanteur à la voix cassée. Vous avez dit populaire ? Et aussi Rouge Sang, double-album en édition limitée avec magnifique livre-disque de 80 pages, signé du dessinateur Killoffer. La tournée de Renaud commencera par un concert de soutien le 23 février au Zénith de Caen, date marquant le cinquième anniversaire de l'enlèvement en Colombie d'Ingrid Betancourt, pour laquelle le chanteur a écrit l'an dernier Dans la jungle. Paris-Bercy les 27, 28 et 29 mars. article original
    • Album Rouge Sang
  • 11 octobre 2006, Renaud : « Le rouge est le symbole de la gauche et des révolutions » Sa chanson les Bobos a fait couler de l'encre. Alors que Renaud sort l'album Rouge Sang, le chanteur revient sur la presse, la gauche, ses engagements et ses colères.
    • Album Rouge Sang

6 octobre 2006

Quelques nouveaux articles sur Rouge-Sang. Merci à Marie

RFI Musique
  • 6 octobre 2006, Renaud n'est qu'amour - Rouge Sang est son épître Malgré ses imperfections, on s'était réjouit de son précédent album, Boucan d'enfer. Il marquait le retour à la vie de Renaud. Rouge sang ne bénéficiera peut-être pas du même élan de sympathie. Malgré sa pochette originale signée Killofer, l'ensemble des chansons souffrent d'un manque d'allant. Mais si le chanteur déçoit, l'homme en revanche séduit.
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Arrêter la clope !
    • Chanson Danser à Rome
    • Chanson Elle est facho
    • Chanson Elsa
    • Chanson Ma blonde
    • Franck Langloff
    • Romane Serda
    • Vie Fumer
Poésie-amour
  • 3 octobre 2006, Renaud revient avec Rouge Sang Renaud revient avec Rouge Sang et le chanteur a retrouvé son flingue dans son nouvel album riche de dix sept titres en vente dès le 2 octobre 2006.
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Dans la Jungle
    • Chanson Danser à Rome
    • Chanson Elsa
    • Chanson Les Bobos
Figaro
  • 3 octobre 2006, Renaud : « Je ne veux pas plaire à tout le monde » Son nouvel album, Rouge sang, a été précédé d'un peu de polémique. Mais, artistiquement comme dans sa propre vie, il affiche sa bonne santé.
    • Album Rouge Sang
  • 2 octobre 2006, Du bon (et du mauvais) usage du mot «facho» Rouge sang, le nouvel album de Renaud, est aujourd'hui dans les bacs. Déjà, il a fait beaucoup parler; il fera beaucoup écrire. La vedette en est une électrice du « 93 », « aryenne jusqu'au fond des yeux », détestant « les jeunes qui vont à vau l'eau, les pédés, les bicots » et regrettant très fort le temps des colonies. Bref, une « facho ». Pour titre à sa chanson, l'une des sept de l'album, Renaud a d'ailleurs choisi Elle est facho et, comme il lui fallait trouver une rime... riche, il a tout simplement écrit : « elle est facho, elle vote Sarko ». Cette « assimilation » faite, spontanément, mais volontairement, à l'enregistrement, Renaud assure dans une interview au Parisien qu'elle a fait « marrer tout le monde ». Fera-t-elle marrer les millions d'électrices et d'électeurs de Sarko, qui vont inévitablement se sentir assimilés ainsi à des « fachos » ? Ce n'est pas évident. Il est vrai que le bon public paie souvent pour se faire engueuler, fait un triomphe à ceux qui dégradent famille, fric et société, qu'il aime ça et même en redemande, surtout lorsque l'artiste a le talent et la complexité de Renaud. Docteur Renaud et Mister Renard est double, en effet. Il a écrit Où c'est que j'ai mis mon flingue ?, chanson dont son biographe de frère dit qu'il s'agissait d'un « appel au meurtre », mais aussi la nostalgique Banlieue rouge, la vulgaire et médiocre Miss Maggie mais la très belle Morgane de toi... Ses amis s'inquiètent lorsqu'il suit sa pente... en descendant, et, soudain, il rebondit. On le trouve, alors, prenant la tête d'un vaste mouvement en faveur de la libération d'Ingrid Betancourt. Double et complexe Renaud ! Mais avec son « elle est facho, elle vote Sarko », entrant dans la campagne présidentielle, il vise le président de l'UMP dans l'espoir d'ébranler psychologiquement des millions d'électrices et d'électeurs. Et qu'importe la stupidité de l'image ! Dans son interview au Parisien, Renaud a eu cette phrase : « Je n'ai plus 15 ans. Je n'ai plus l'âge des slogans CRS-SS. » Justement ! A quinze ans, lorsque Renaud, comme tant de fils de bourgeois, courait de barricades en barricades et, dans les rues du Quartier latin, criait avec le choeur des copains : « CRS-SS », si le slogan était politiquement redoutable, il était odieusement caricatural. Les CRS de Mai 68 ne ressemblaient nullement, en effet, aux SS de mai 1944. Avec leurs munitions de pavés, les défenseurs des barricades, face aux SS, n'auraient pas tenu trente secondes et les manifs auraient immédiatement tourné à la fuite désespérée ainsi qu'au massacre. Or, à Paris, faut-il le rappeler, il n'y a eu, pendant les violentes journées de Mai 68, aucun mort à déplorer. « CRS-SS » ne rimait donc à rien... mais ce slogan, historiquement ridicule, était une arme, dans la lutte contre de Gaulle, traité d'« assassin », et contre le gouvernement gaulliste. Il en va de même du « facho, sarko » de Renaud Séchan, qui, du fascisme de droite ou de gauche n'a rien connu... S'il avait vécu ce passé criminel et tragique, peut-être - on peut espérer, ou rêver - peut-être se garderait-il, aujourd'hui, d'assimilations blessantes et fausses. Même pour les besoins de la rime ! De l'Institut. article original
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
La Gruyère
  • 5 octobre 2006, Retour du chanteur énervant L'album de son retour, «Boucan d'enfer», avait raflé trois Victoires de la musique en 2003 et lui avait permis de connaître son plus grand succès commercial. Renaud était-il devenu consensuel? Pas tout à fait: avec «Rouge sang», il redevient le «chanteur énervant». L'album distille colères et chansons d'amour pour la nouvelle femme de sa vie. Et Renaud ne plaît plus à tout le monde...
    • Album Rouge Sang
Nouvel Observateur
  • 5 octobre 2006, Les sorties de disques de la semaine Renaud: "Rouge Sang" (Virgin). Tout est dit dans le texte qui donne le nom à l'album. "Ma plume est une arme de poing, mes mots parfois sont des grenades" Il s'en prend, pêle-mêle, à la religion, à George Bush, aux fabricants de cigarettes ("Arrêter la Clope!") ou aux bobos, ces bourgeois bohèmes dont il avoue finalement faire un peu parti. Mais paradoxalement, c'est lorsqu'il les lâche un peu "ses armes" qu'il est le plus juste, le moins "énervant". Dans "RS and RS" comme Renaud Séchant et Romane Serda, il délivre un joli message d'amour à celle qui lui a certainement permis de rester en vie. "Elsa" inspiré du suicide d'un proche figure parmi ses plus beaux textes écrits à ce jour tout comme "Les Cinq sens" porté par des cordes sensibles et sensuelles. On aime aussi le Renaud nostalgique, sur "Adieu l'Enfance" ou sur "Nos vieux". Le Titi parisien qui lançait "Laisse Béton" nous surprend quand il rend un ardent hommage au monde agricole dans "Pas de Dimanches" ou lorsqu'il assène de sa voix chevrotante: "Sentimentale Mon Cul!" article original
    • Album Rouge Sang
Le Monde
  • 30 septembre 2006, Un nouvel album dont la verve tourne à vide En 2002, l'album Boucan d'enfer formait un exercice d'auto-apitoiement (divorce, déprime, pastaga, etc.). L'argumentaire du nouveau disque de Renaud, Rouge sang, dans les bacs lundi 2 octobre, opte pour le parti inverse : requinqué par l'amour, le "chanteur énervant" aurait retrouvé toute sa verve antisociale pour tirer à nouveau à boulets rouges ("J'ai retrouvé mon flingue", assure-t-il) sur ses cibles historiques : les "salauds" et les "blaireaux". Mais aussi Les Bobos. Impossible d'échapper à ce premier extrait, appât matraqué par les radios depuis l'été. En sortant de son repaire de La Closerie des lilas, Renaud Séchan a donc pris connaissance de cette espèce (déjà en voie de disparition), les "bourgeois bohèmes". Il aurait pu aussi bien écrire une chanson sur les zazous. Donc, selon la méthode du "name-dropping", Philippe Djian rime ici avec Cioran et Télérama avec le catalogue Ikea. Cette litanie paresseuse de poncifs kidnappant au passage les disparus ("Ils aiment Desproges sans même savoir que Desproges les détestait") est à peine rattrapée par l'autodérision finale ("Par certains côtés j'imagine que j'fais aussi partie du lot/des bobos"). Un peu en retard pour humer l'air du temps, le quinquagénaire se penche, après ses confrères Sanseverino et Bertrand Louis, sur l'addiction tabagique (Arrêter la clope) et décoche une flèche contre une "Marine Le Pen de banlieue", "la facho qui vote Sarko", rime pauvre qui a provoqué quelque émoi parmi les sympathisants du patron de l'UMP. On relève encore une saillie contre la tauromachie (Rouge sang) mêlant les massacres d'animaux à ceux d'enfants et une charge contre "l'Amérique du grand capital" et les religions (J'ai retrouvé mon flingue). Voilà pour les coups de gueule, qui cohabitent avec une ode à une paysannerie moyenâgeuse (Pas de dimanche) et des bluettes liées à la nouvelle situation - maritale et parentale - de l'intéressé, qui consacre pas moins de six titres à son amour, la chanteuse Romane (de toi) Serda. Misanthrope, réac de gauche, Renaud semble avoir perdu tout sens de l'humour, ce qui rend Rouge sang déplaisant, à l'image de cette voix chevrotante. La musique oscille entre un rock balourd à l'américaine et, pour les moments tendres, des accompagnements dignes des émissions de son ami Pascal Sevran. L'objet renferme toutefois une réussite : les illustrations du livret, signées Killofer. Rouge sang, de Renaud, 1 CD Virgin (une édition limitée est aussi annoncée, avec sept titres supplémentaires). A paraître le 2 octobre. article original
    • Album Rouge Sang
La Dernière Heure

2 octobre 2006

Des articles pour la sortie du nouvel album qui a lieu aujourd'hui. Merci à Marie, Marie-Claire, Stéphane et Vincent.

Le Soir
  • 29 septembre 2006, Renaud à l'amour, à la mort L'amoureux de Romane, a perdu son père cet été, huit jours après la naissance de Malone. Un long entretien avec le chanteur français.
    • Album Rouge Sang
    • La Closerie des Lilas
    • Lolita
    • Malone
    • Relations avec les médias
    • Romane Serda
La Croix
TéléMoustique
  • 27 septembre 2006, Renaud reflingue tous azimuts Il a lâché la bouteille pour revenir, en vainqueur, du côté des vivants. Depuis sa rencontre avec Romane et sa récente paternité, Renaud a retrouvé le goût pour les polémiques et les chansons qui griffent. Haros sur les bobos, non à Sarko... En Belgique aussi, les artistes s'engagent. Une semaine avant les élections communales, ils seront des dizaines à chanter pour la tolérance.
    • Album Rouge Sang
    • La Closerie des Lilas
France 2
  • 2 octobre 2006, Renaud montre les crocs Le chanteur a sorti lundi un nouvel album, "Rouge sang", dans lequel on retrouve tout le mordant du rebelle...
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
    • Chanson Les Bobos
Le Monde
  • 1er octobre 2006, Un nouvel album dont la verve tourne à vide En 2002, l'album Boucan d'enfer formait un exercice d'auto-apitoiement (divorce, déprime, pastaga, etc.). L'argumentaire du nouveau disque de Renaud, Rouge sang, dans les bacs lundi 2 octobre, opte pour le parti inverse : requinqué par l'amour, le "chanteur énervant" aurait retrouvé toute sa verve antisociale pour tirer à nouveau à boulets rouges ("J'ai retrouvé mon flingue", assure-t-il) sur ses cibles historiques : les "salauds" et les "blaireaux". Mais aussi Les Bobos. Impossible d'échapper à ce premier extrait, appât matraqué par les radios depuis l'été. En sortant de son repaire de La Closerie des lilas, Renaud Séchan a donc pris connaissance de cette espèce (déjà en voie de disparition), les "bourgeois bohèmes". Il aurait pu aussi bien écrire une chanson sur les zazous. Donc, selon la méthode du "name-dropping", Philippe Djian rime ici avec Cioran et Télérama avec le catalogue Ikea. Cette litanie paresseuse de poncifs kidnappant au passage les disparus ("Ils aiment Desproges sans même savoir que Desproges les détestait") est à peine rattrapée par l'autodérision finale ("Par certains côtés j'imagine que j'fais aussi partie du lot/des bobos"). Un peu en retard pour humer l'air du temps, le quinquagénaire se penche, après ses confrères Sanseverino et Bertrand Louis, sur l'addiction tabagique (Arrêter la clope) et décoche une flèche contre une "Marine Le Pen de banlieue", "la facho qui vote Sarko", rime pauvre qui a provoqué quelque émoi parmi les sympathisants du patron de l'UMP. On relève encore une saillie contre la tauromachie (Rouge sang) mêlant les massacres d'animaux à ceux d'enfants et une charge contre "l'Amérique du grand capital" et les religions (J'ai retrouvé mon flingue). Voilà pour les coups de gueule, qui cohabitent avec une ode à une paysannerie moyenâgeuse (Pas de dimanche) et des bluettes liées à la nouvelle situation - maritale et parentale - de l'intéressé, qui consacre pas moins de six titres à son amour, la chanteuse Romane (de toi) Serda. Misanthrope, réac de gauche, Renaud semble avoir perdu tout sens de l'humour, ce qui rend Rouge sang déplaisant, à l'image de cette voix chevrotante. La musique oscille entre un rock balourd à l'américaine et, pour les moments tendres, des accompagnements dignes des émissions de son ami Pascal Sevran. L'objet renferme toutefois une réussite : les illustrations du livret, signées Killofer. Rouge sang, de Renaud, 1 CD Virgin (une édition limitée est aussi annoncée, avec sept titres supplémentaires). A paraître le 2 octobre. article original
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
    • Chanson Les Bobos
  • 2 octobre 2006, Renaud : Je n'ai jamais écrit Sarko égale facho Richard Dumas Le chanteur Renaud en juillet 2006. Même table, même clair-obscur : Renaud donne ses rendez-vous à La Closerie des lilas, fief de l'intelligentsia de Montparnasse. Verre d'eau sur la table, guitare dans un coin - la promotion de Rouge sang, le disque qui sort le 2 octobre, continue par la télévision, pour une émission de plateau chez Laurent Ruquier. ¼il en coin, Renaud attaque : Évidemment, vous allez me demander pour qui je vais voter en 2007. Tous les journalistes me le demandent. Comme si j'étais un habitué des concerts de soutien. J'en ai donné un pour Mitterrand à Strasbourg en 1988. Mais l'isoloir a été inventé par cette jolie chose qu'est la démocratie. Je ne fais aucun prosélytisme. J'étais pour la Constitution européenne en 2005, je l'ai dit en passant dans une interview à Ouest-France. Immédiatement, j'ai été taxé de néolibéralisme. Si je vote à l'extrême gauche au premier tour de la présidentielle, on va me dire que je fais le lit d'un 21 avril bis. Moi, je ne suis pas séduit par Ségolène ni par son programme et son populisme, on est dans une élection, pas au resto. Mon candidat idéal n'est pas sur les listes. Bien, mais alors, pour qui allez-vous voter ? J'aurais voté pour le représentant de la gauche altermondialiste, écolo, José Bové. En l'état, je voterai sans doute Dominique Voynet, même si je préfère Yves Cochet. Sarko égale facho ? Je n'ai jamais écrit cela. C'est une polémique montée de toutes pièces par un journaliste du Parisien. Dans la chanson en question, je dépeins une femme de droite, de banlieue, plutôt facho. Et qui votera Sarko. Ce n'est pas incohérent de dire que Sarkozy chasse sur les terres du Front national, de la morale, de la sécurité, etc. Qu'un an de travail et vingt-six chansons soient résumés à cela m'énerve. Après, il y a eu un écrivaillon de banlieue qui a dit dans Voici que j'avais présenté mes excuses à Sarkozy. Ce serait une insulte à mon intelligence. Dans Les Bobos, le titre qui passe à la radio, vous démontez les bourgeois bohèmes. Non, je les décris, c'est la chronique d'un groupe social de plus en plus large, avec ses conformismes, ses codes sociaux. Il y a vingt ans, mes charges contre les beaufs étaient bien plus virulentes. Je constate qu'on a laissé Paris être une ville de bobos, à coups de hausse des loyers, etc. En 1988, j'avais écrit Rouge-gorge ("Paris-la-soumise/Que Doisneau regarde/Et qui agonise"). Vincent Delerm, cité dans Les Bobos, l'a bien pris (une campagne de publicité croisée pour Sous les avalanches de Delerm et Rouge sang de Renaud a débuté, mettant en scène les deux chanteurs). En revanche, l'hebdomadaire Les Inrockuptibles n'a pas apprécié... C'est un honneur que d'être détesté par Les Inrocks, je les déteste, c'est une chapelle sectaire. Ils ont écrit que j'étais un poète foireux qui composait une musique indigente. Pour eux, je suis trop populaire pour être honnête. Libé, n'en parlons pas, cela fait vingt-cinq ans qu'ils me conchient : pour eux je suis clodo-alcoolo-poivrot. Les pages culture de Libé sont indigentes et leurs convictions politiques centristes. Je ne vais pas me réjouir de leurs difficultés actuelles, je suis pour le pluralisme de la presse. Mais sur cet album, du moins dans sa version intégrale, un double, qui ne sortira qu'en série limitée (à 180 000 exemplaires), il y a de plus graves brûlots, et l'administration américaine pourrait m'en vouloir, avec Leonard'Song, dédié à l'Indien Leonard Peltier, en prison depuis trente ans (Ce second tome contient aussi Dans la jungle, écrite pour Ingrid Betancourt, et 26 avril, offerte à Greenpeace pour une compilation à l'occasion de l'anniversaire de Tchernobyl). Qu'est-ce qu'on vous reproche exactement ? On me reproche de ne plus être comme dans Hexagone, de ne plus habiter une chambre de bonne, et de l'ouvrir quand même. On ne pose jamais de questions à Goldman ou à Cabrel sur leurs investissements immobiliers, à moi oui. C'est un procès stalinien qui date de trente ans. Même Jean-Louis Murat a dit ça, lui qui a produit vingt-deux disques pendant que j'en faisais un, et en a vendu vingt-deux exemplaires, tout en ayant vingt-deux couvertures des Inrocks et vingt-deux "unes" de Libé. Moi, à chaque album, j'ai vendu au moins 600 000 exemplaires. Dès que Rouge sang a été annoncé, on a dit, comme Roselyne Bachelot (UMP) : 1) "J'aime beaucoup Renaud", ça c'est pour ne pas choquer les 50 % de Français qui m'aiment. 2) "Mais son nouvel album est nul", ça c'est pour les 50 % qui me haïssent. Elle n'avait pas écouté mon album, mais moi, je connais sa politique. En 2002, vous avez lié votre retour à une descente aux enfers, avec alcoolisme, dépression, etc. En avez-vous joué ? Joué ? J'ai au moins cinq amis qui en sont morts, maladies, suicides. J'ai sorti Boucan d'enfer après sept ans d'absence. Mes chansons ont toujours raconté ma vie, avec de jolies notes, de jolies rimes. Ma sincérité a touché deux millions d'acheteurs qui se sont reconnus dans ma douleur, dans l'alcoolisme, le chagrin d'amour. Je n'ai pas vendu cette douleur. Mais je reconnais une forme d'impudeur, raconter sa vie sur un plateau de télé, c'est comme un strip-tease. Joan Baez a repris Manhattan Kaboul... Ça vaut toutes les Victoires de la musique. Du coup, j'aimerais qu'elle reprenne Chanson dans la jungle, que j'ai écrite pour Ingrid Betancourt et les trois mille otages retenus par les FARC en Colombie. J'ai vendu 25 000 singles de Chanson dans la jungle, qui est pourtant plus belle que Manhattan Kaboul. article original
    • Album Rouge Sang
    • La Closerie des Lilas
    • Politique José Bové
    • Politique Dominique Voynet
20 Minutes
MusicActu

28 septembre 2006

Une critique du nouvel album

L'Hebdo

25 septembre 2006

L'Humanité
Universal Press Agency
InXL6

22 septembre 2006

Musiqueradio.com
  • 22 septembre 2006, Renaud : « Rouge Sang » et « Palais Omnisports » de Paris-Bercy en 2007 Annoncé en avant-première le 25 juillet, après « Boucan D'enfer » en 2002, Renaud, de son vrai nom Renaud Séchan, chanteur de « Mistral Gagnant », « Morgane De Toi », « Marchand De Cailloux » ou « Manhattan-Kaboul » en duo avec Axelle Red, revient avec son nouvel album studio, intitulé « Rouge Sang », à paraître le 2 octobre sur Virgin Music. « Les Bobos » est le premier single extrait de « Rouge Sang », le CD single est disponible. « Rouge Sang » est prévu en deux éditions, une standard avec un livret de 36 pages et une limitée de deux volumes, livre disque de 80 pages. « Rouge Sang » donne suite à « Boucan D'enfer » en 2002, qui avait généré « Docteur Renaud Mister Renard », « Baltique », « Mon Bistrot Préféré » et « Manhattan-Kaboul » en duo avec Axelle Red, cette chanson ayant remporté la récompense de « meilleur duo francophone » en 2003. Dans le cadre de la présentation à son public de « Rouge Sang », Renaud sera en concert les 27, 28 et 29 mars 2007 au « Palais Omnisports » de Paris-Bercy lors d'une nouvelle tournée dans toute la France, ses albums et scènes parisiennes ayant été toujours suivis de longues tournées en France. Mais aussi en Belgique, en Suisse, au Québec, en Espagne, au Portugal, en Allemagne et en Irlande. Du 23 février (« Zénith » de Caen) au 26 juin 2007 (« Le Galaxie » à Amnéville), Renaud sillonnera les routes de l'hexagone. Dans les autres informations, Renaud produit le deuxième album studio de son épouse Romane Serda, pour lequel il écrit tous les textes sur des musiques de cette dernière. Baptisé « Après La Pluie », le nouvel opus studio de Romane Serda est annoncé pour 2007. Voici le tracklisting du nouvel album studio « Rouge Sang » de Renaud : 01 - « Les Bobos » 02 - « RS & RS » 03 - « Arrêter La Clope ! » 04 - « Rouge Sang » 05 - « Ma Blonde » 06 - « Les Cinq Sens » 07 - « Elle Est Facho » 08 - « Nos Vieux » 09 - « J'ai Retrouvé Mon Flingue ! » 10 - « Jusqu'à La Fin Du Monde » 11 - « Adieu L'enfance » 12 - « Elsa » 13 - « Malone » 14 - « Pas De Dimanches » 15 - « Sentimentale Mon Cul ! » 16 - « Danser A Rome » 17 - « Je M'appelle Galilée » Voici toutes dates de la nouvelle tournée 2007 de Renaud : 23/02 : CAEN - « ZENITH » 14/03 : LE HAVRE - « LES DOCKS OCEANES » 16/03 : LAVAL - « PARC EXPO » 20/03 : BEAUVAIS - « ELISPACE » 21/03 : TOURS - « PARC EXPO » 23/03 : LE MANS - « ANTARES » 24/03 : LA ROCHELLE - « PARC EXPO » 27/03 : PARIS- BERCY - « PALAIS OMNISPORTS » 28/03 : PARIS- BERCY - « PALAIS OMNISPORTS » 29/03 : PARIS- BERCY - « PALAIS OMNISPORTS » 03/04 : BOURGES - « CHAPITEAU » 04/04 : LIMOGES - « ZENITH » 05/04 : BORDEAUX - « PATINOIRE » 06/04 : ANGOULEME - « PARC EXPO » 10/04 : STRASBOURG - « RHENUS » 11/04 : BESANCON - « MICROPOLIS » 12/04 : DIJON - « ZENITH » 13/04 : NANCY - « ZENITH » 18/04 : AGEN - « PARC EXPO » 19/04 : TOULOUSE - « ZENITH » 20/04 : PAU - « ZENITH » 21/04 : MONTPELLIER - « ZENITH » 25/04 : ST ETIENNE - « PALAIS DES SPECTACLES » 26/04 : LYON - « LA HALLE TONY GARNIER » 03/05 : BRUXELLES - « FOREST » 04/05 : LILLE - « ZENITH » 09/05 : BREST - « PENFELD » 10/05 : RENNES - « MUSIK HALL » 11/05 : NANTES - « ZENITH » 23/05 : ROUEN - « ZENITH » 24/05 : ORLEANS - « ZENITH » 29/05 : GENEVE - « ARENA » 30/05 : GRENOBLE - « SUMMUM » 31/05 : BOURG EN BRESSE - « PARC EXPO » 01/06 : VALENCE - « HALLE POLYVALENTE » 02/06 : MARSEILLE - « DOME » 03/06 : MARTIGUES - « LA HALLE » 06/06 : TOULON - « ZENITH » 07/06 : ALBERTVILLE - « HALL OLYMPIQUE » 08/06 : CLERMONT FERRAND - « ZENITH » 14/06 : MONTLUCON - « ATHANOR » 16/06 : CHATEAUROUX - « HALL DES EXPO » 19/06 : EPERNAY - « MILLESIUM » 20/06 : DUNKERQUE - « KURSAAL » 22/06 : AMIENS - « MEGACITE » 26/06 : AMNEVILLE - « LE GALAXIE » article original
    • Album Rouge Sang
    • Salle de la Halle Tony Garnier

17 septembre 2006

Quelques articles sortis des archives

RFI Musique
Tageblatt
  • 6 août 2005, Le chanteur Renaud épouse Romane Serda Le chanteur Renaud, 53 ans, a épousé vendredi après-midi sa compagne Romane Serda, à la mairie de Châteauneuf-de-Bordette (Drôme), a indiqué à l'AFP un habitant de cette commune. "C'était un mariage intime qui a réuni une centaine de personnes. Il n'y avait pas tout le gotha", a-t-il déclaré, sans vouloir donner plus de détails. Le village de Châteauneuf-de-Bordette, où vit la famille de Romane Serda, est situé à 10 km au sud-est de Nyons et compte environ une centaine d'habitants. Renaud et Romane Serda se sont rencontrés il y a trois ans. Le chanteur a confié à plusieurs reprises que la jeune femme lui avait permis de remonter la pente, après notamment un divorce difficile en 1999. Fin 2004, Romane Serda a sorti un premier album produit par Renaud qui lui a valu une nomination aux Victoires de la Musique en mars, dans la catégorie "album révélation de l'année". article original
    • Romane Serda
L'Humanité
  • 8 août 1996, Renaud verse le cachet d'un concert à Skoazell Vreizh Le chanteur Renaud a fait parvenir, en fin de semaine dernière, à l'association Skoazell Vreizh, comité de soutien aux familles des détenus politiques bretons, un chèque correspondant au cachet d'un concert donné à Pontivy (Morbihan) le 1er juin. « C'est un gros chèque », a précisé Per Loquet, le président de Skoazell Vreizh, sans préciser la somme versée par le chanteur. « J'aimerais bien que tous les chanteurs bretons dits engagés fassent de même », a-t-il ajouté. Lors du concert, Renaud avait promis de verser son cachet à cette association (« Secours breton »), qui contribue notamment à payer les honoraires des avocats défendant les Bretons accusés d'avoir hébergé des militants basques. Renaud est également président d'honneur du comité de soutien aux inculpés du droit d'asile de Carhaix (Finistère). Pendant l'hiver dernier, une quarantaine de Bretons accusés d'avoir hébergé des militants basques ont été interpellés par la police. Une quinzaine d'entre eux ont été mis en examen par le juge d'instruction parisien Laurence Le Vert. article original
    • Pays Basque
    • Pays Bretagne
  • 9 septembre 1993, Renaud chante ch'ti Après la présentation du film « Germinal » par Claude Berry, Miou Miou et Gérard Depardieu, Renaud interprétera quelques chansons du Nord, dimanche, à 17 heures.
    • Cinéma Germinal
  • 13 septembre 1993, Germinal en cadeau UNE clameur a succédé à la projection de la bande annonce du film « Germinal », dimanche après-midi, sur le grand écran de la Fête. Le réalisateur et ses acteurs, Gérard Depardieu, Judith Henry, Jean-Roger Milaud et Renaud entraient en scène. Claude Berri, face à une foule immense, déclarait : « Je suis très content d'être ici. Emu. Impressionné. Je préfère que ce soit Renaud qui chante plutôt que moi. » Paroles imprudentes, vous le verrez... Le chanteur devenu « comédien débutant » après avoir dit le plaisir de pareille expérience en compagnie de Berri et Depardieu ajoutait : « Des journalistes m'ont demandé si « Germinal » à la Fête de l'Huma, ça n'était pas démago. Mais « Germinal », c'est l'histoire de la classe ouvrière, de ceux qui luttent, qui résistent à l'oppression et à l'injustice. Si à la fin du livre, mon personnage dit avoir semé quelques graines, peu ont germé. Alors on se battait contre l'exploitation, maintenant c'est contre l'exclusion, et j'espère que cette société-là va changer. Lantier est dans la lignée des Spartacus, des Guevara, Angela Davis ou Eloi Machoro. De ceux qui ne veulent pas que notre pays soit gouverné par des notaires. ». Beau succès pour les airs ch'tis interprétés par le « chanteur énervant » qui conviait au débotté toute l'équipe à venir chanter avec lui. Prestigieux choeur... Simple, chaleureux, Gérard Depardieu commentait ensuite sa « prestation vocale » avec Claude Berri et Judith Henry. « C'était complètement improvisé, nous ne nous attendions pas à ce que Renaud nous appelle sur scène. C'est pas facile de chanter. On n'avait pas trop envie de se faire entendre. Mieux vaut écouter Renaud ! », dit-il en riant. « C'est le genre de chose qui ne peut arriver que dans des événements exceptionnels ! » S'adressant à Renaud, l'acteur ajoute : « On va te suivre dans ta tournée ! » Renaud : « Chiche ; dans ce cas, j'assure trois cents galas ! ». « Allez min tchiot, lass'don passer Renaud ! » Ciel de traîne sur la Fête comme au Voreux et voilà l'équipe de « Germinal » s'engouffrant dans le stand de la fédération du Nord puis dans celle du Pas-de-Calais. Alain Bocquet, député communiste du Nord en tête, suivi de Claude Berri le réalisateur, de Judith Henry et de... Renaud. Accordéon d'estaminet, « Pint't'bière », et l'ovation, affectueuse, tape sur l'épaule, l'autographe de rigueur, comme on reçoit un gars du pays. Signe de la main par-ci, chanson par-là, et les bobines réjouies des gens du Nord comme ceux du Pas-de-Calais pour célébrer quelqu'un qu'on aime. article original
    • Cinéma Germinal
  • 9 janvier 1991, Un texte de Renaud Ainsi donc le Rock n'roll est interdit en Arabie Saoudite ? J'entends déjà les mauvaises langues qui affirment qu'Eddy Mitchell aurait donc pu y chanter. Nul doute que ses chansons eussent redonné du coeur au ventre à nos braves pioupious déprimés. Les grands de ce monde sont décidément bien ingrats avec leurs bouffons. J'en parle en connaissance de cause : j'ai chanté naguère pour Tonton. Comment croyez-vous qu'il me remercia d'avoir témoigné ainsi de ma foi dans les valeurs qu'il prônait alors ? En les piétinant aujourd'hui. En engageant mon pays dans une sale guerre de merde à la con ! Pas rancunier, je lui adresse malgré tout ces quelques couplets, si la forme en est désuète c'est que c'est une chanson d'avant-guerre. - Ce texte a été écrit par le chanteur Renaud pour le numéro 43 de « L'Idiot international » et donné à la Jeunesse Communiste pour contribuer à la mobilisation générale antiguerre. article original
    • Politique F.Mittérand
Collectif Bellaciao
  • 22 mars 2006, Ingrid Betancourt, Renaud et les Américains... Depuis quelques semaines, les médias diffusent de nombreux reportages sur l'ex-candidate à la présidence de la Colombie et à la radio, la chanson « Dans la jungle », du chanteur Renaud, progresse dans le hit-parade : Ligotée, bâillonnée / Avec ces porte-flingues / Devenus tes geôliers / Qui te citent Staline / Ou te lisent Mao / À toi qui, j'imagine, / Préférerais Rimbaud... Vraiment touchant, mais voilà un regard quelque peu simpliste, pour une situation fort complexe. Comme suite à cette campagne, pour beaucoup de gens en Europe, le gouvernement colombien, est une `démocratie musclée'qui doit faire face aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), organisation terroriste qui pratique le kidnapping tous azimuts. Qu'est-ce qui est vrai ou faux dans ces affirmations ? Le conflit en Colombie En Colombie sévit un grave conflit social, politique et militaire. L'État colombien, soutenu par les multinationales, les propriétaires fonciers, les industriels et leurs représentants politiques, mène une politique criminelle envers le peuple. Il y a plus de 40 ans que les Farc ont fait leur apparition dans les campagnes, comme un bras du mouvement paysan meurtri par la répression. Dans le cadre de la guerre froide et en prévention d'une extension de la révolution cubaine, les États-Unis sont devenus un acteur fondamental de ce conflit. Malgré une aide militaire faramineuse, le mouvement de guérilla (constitué aussi d'autres organisations que les Farc) n'a pas été éradiqué. Le président colombien Alvaro Uribe Vélez représente l'option de Washington, qui vise à une défaite militaire du mouvement révolutionnaire. Même avec les conseillers militaires étasuniens, les exercices militaires conjoints et des livraisons d'armes considérables, l'armée colombienne n'est pas à même de réaliser cet objectif. Il reste l'internationalisation du conflit, y compris l'intervention massive de troupes américaines. Entre-temps, l'État colombien discrédite la guérilla en la traitant de `bande terroriste'et, bien sûr, ne souhaite pas négocier avec elle. Qui est le véritable narcotrafiquant ? Les États-Unis considèrent l'armée populaire comme une « narco-guérilla », terme cher à Lewis Tambs, ancien ambassadeur américain en Colombie. En 1991, Lewis Tambs a été arrêté à l'aéroport de New York, alors qu'il transportait 3 kilos de cocaïne et 5 millions de dollars.1 Le même fonctionnaire a été identifié dans l'enquête sur le financement des `contras'au Nicaragua par l'administration Reagan. Tambs échangeait de la drogue contre des armes.2 Détention d'Ingrid Betancourt Ingrid Betancourt est entrée en février 2002 dans une zone servant depuis une année aux négociations entre le gouvernement et la guérilla. À ce moment-là, la tension était grande puisque le gouvernement avait suspendu les négociations et s'apprêtait à bombarder la région où se trouvaient les chefs des Farc. Pour cette raison, l'armée populaire avait ordonné la fermeture de l'accès à la zone. Ingrid Betancourt, pourtant au courant de la gravité de la situation, a voulu se rendre sur place et forcer les barrages, mais elle a échoué et a fini par être prise. Son garde du corps, par la suite, a expliqué que Betancourt lui avait demandé de se déguiser en paysan, ce qu'il avait refusé. Pour quelle raison Ingrid Betancourt n'a-t-elle pas été libérée par la suite ? Échange humanitaire En Colombie, il y a des nombreux révolutionnaires en prison, souvent malades ou invalides de guerre. Les Farc souhaitent un échange humanitaire de prisonniers. C'est pourquoi, depuis des années, elles retiennent par la force des militaires, des policiers et des politiciens et demandent de les échanger avec leurs camarades qui sont en prison. Les prisonniers des Farc sont traités de façon humaine et partagent les conditions de vie des guérilleros ; ils ne sont donc pas `ligotés et bâillonnés'comme l'imagine Renaud, influencé peut-être par les films anticommunistes américains. Soit. Dans une déclaration faite le 23 février 2005, M. Delloye, ex-mari d'Ingrid Betancourt, a accusé le Président Uribe d'avoir tout fait pour ruiner les efforts des familles des prisonniers chaque fois qu'il y a eu une possibilité de négocier avec les FARC. Il a ensuite précisé : « Les FARC ne sont pas un groupuscule de terroristes, ce sont des belligérants, ce sont 20.000 hommes qui combattent depuis 40 ans, et à ce titre, selon la Convention de Genève, ils doivent négocier pour parvenir à un accord humanitaire ». Le gouvernement colombien prône la libération par la force des prisonniers, ce qui, dans les faits, ferait de nombreuses victimes parmi eux. La mère d'Ingrid Betancourt déclare en ce début de 2006 : « Nous conjurons le Gouvernement colombien de ne pas tenter de sauvetage `à feu et à sang'; les séquestrés ont droit à la vie et la vie est le premier droit de toute nation. » 3 Efforts des Farc pour parvenir à un accord De nombreuses actions sont entreprises pour demander au gouvernement de procéder à un échange humanitaire. Dans un entretien4, des responsables ont expliqué que le commandant des Farc, Simón Trinidad, était allé à Quito en Équateur pour entrer personnellement en contact avec les représentants de l'ONU et avec l'ex-époux d'Ingrid Betancourt, qui travaillait à l'ambassade de France dans ce pays, afin de relancer la proposition d'échange humanitaire de prisonniers. Malheureusement la CIA, avec le concours des services secrets colombiens et équatoriens, a arrêté Simon Trinidad, qui, quelques mois plus tard, a été extradé vers les États-Unis. Ensuite, le 13 décembre 2004, le Président Uribe ordonne l'enlèvement, au Venezuela, du négociateur international des Farc, Rodrigo Granda. Le sabotage du gouvernement colombien et.... Astrid, la sœur de l'otage5, qui accuse le gouvernement Uribe de « jouer un double jeu », ajoute : « Il y a quelques jours, une solution négociée par l'Église avait été acceptée par les deux parties. Cet accord équilibré prévoyait même pour la première fois et de manière très concrète des garanties pour éviter que les éléments des Farc libérés en échange des otages puissent retourner au combat ». « Le président Uribe avait donné son accord de principe, mais au moment de la rédaction du projet, il a reculé en expliquant que cet accord risquait de démoraliser les troupes engagées contre la guérilla. Une volte-face idéale pour discréditer les négociateurs de l'Église », déclare encore la sœur d'Ingrid Betancourt. La famille de l'ancienne candidate à la présidence de la Colombie, Ingrid Betancourt, a demandé récemment à Paris6, à la communauté internationale, de faire pression sur le Gouvernement du Président Alvaro Uribe et sur la guérilla des Farc pour forcer un accord humanitaire qui rende possible la libération des quelque 3.000 séquestrés du pays, qui se trouvent dans tous les camps. « Nous demandons à la communauté internationale d'exercer une très forte pression pour que le président colombien, Alvaro Uribe, arrive à un accord avec les Farc afin que tous les otages soient libérés ». Pressions des États-Unis Dans son interview, Astrid Betancourt accuse par ailleurs les États-Unis de s'opposer à un « accord humanitaire » permettant de « procéder à un échange de prisonniers de part et d'autre (...), qui peut s'appuyer sur le droit international humanitaire ou sur un accord politique ». « L'ambassadeur des USA en Colombie répète dans tous les dîners que son pays est contre un accord humanitaire. Il a d'ailleurs osé l'exprimer en privé à ma mère en janvier. Comment voulez-vous dans ces conditions que le gouvernement colombien, qui est complètement tenu économiquement par les États-Unis, puisse véritablement s'engager dans cette voie ? », interroge Astrid Betancourt. Choisir le chemin de la paix Il est très important que les citoyens européens ne se laissent pas influencer par la désinformation et la manipulation de certains médias. Soutenir l'échange humanitaire des prisonniers est la meilleure façon de contribuer à la paix en Colombie. Faire le contraire ne reviendrait-il pas à soutenir la politique de Bush et du gouvernement colombien et donc, la poursuite de la guerre ? Publié sur Stop Usa http://www.stopusa.be/scripts/texte.php?section=BUDC&langue=1&id=24410 . Notes 1 http://www.rebelion.org/noticia.php?id=9100 2 http://www.eldiplo.info/mostrar_articulo.php?id=127&numero=36 3 http://www.ingridbetancourt-idf.com/base/article.php3?id_article=74 4 Revue Voz, Bogota, Colombie, décembre 2004. 5 http://www.educweb.org/webnews/Ingrid/NewsFev04.htm 6 http://www.rcn.com.co 7 http://www.rcn.com.co article original
    • Ingrid Betancourt

7 septembre 2006

Quelques articles sortis des archives

Canoë
  • 6 mai 2000, Le nouveau disque de Renaud est arrivé ! Le nouveau disque compilation du chanteur français Renaud est maintenant sur les tablettes des disquaires québécois. Intitulé «Absolutely Meilleur of Renaud», l'album réunit pour la première fois les 30 meilleurs titres du célèbre chanteur contestataire français, dont «Mistral gagnant», «Miss Maggie» et «Je suis un voyou». Renaud a vendu pas moins de dix millions d'albums depuis 1975. Il effectue présentement une tournée de six mois qui le mènera entre autres au Québec. article original
    • Album The Meilleur of Renaud
L'Humanité
  • 6 avril 1995, Renaud entre « Belle de Mai » Le « chanteur énervant » ne l'est plus tellement que ça Renaud entre « Belle de Mai » Le « chanteur énervant » ne l'est plus tellement que ça. Il poursuit son tour de France des cultures populaires attachantes. En attendant de remonter en scène, il nous parle de ses préoccupations actuelles. On ne s'étonnera pas qu'il soit aussi question de politique. Pourquoi avoir appelé votre album « A la Belle de Mai » ?. Chaque fois que j'écris les douze chansons qui composent un album, je me demande toujours quel est le plus joli titre. J'ai trouvé celui-là poétique et mystérieux. Vous êtes allé vous ressourcer à Marseille, vous avez même potassé le « Parler marseillais », de Robert Bouvier... Je vis quatre mois par an à l'Ile-sur-Sorgue, à 70 kilomètres de Marseille. Tous mes copains de la région parlent cette langue-là et m'emmènent souvent à Marseille pour des raisons sportives. C'est donc autant de bistrots où je pénètre, de quartiers de la ville que je découvre. Ça faisait pas mal de temps que je voulais écrire dans cette langue-là. Quand je m'y suis mis, un de mes copains m'a conseillé de lire cet ouvrage. J'y ai découvert des trésors. Avant Marseille, il y a eu un album en ch'ti... Je me suis découvert une passion pour la langue française et toutes ses composantes : le ch'timi, le marseillais, le basque, le corse... Tout ça appartient au patrimoine. Et comme je suis réfractaire au centralisme culturel parisien, je ne veux pas me bâillonner en chantant en une seule langue officielle, académique. J'ai envie d'aller à la découverte des gens à travers leur langue, leurs histoires, leurs cultures... Vous n'avez quand même jamais usé d'un langage académique dans vos chansons ! Non, disons que je chantais dans la langue des banlieues. Aujourd'hui j'ai envie de chanter dans d'autres langues, d'enrichir mon vocabulaire et mes connaissances de ce peuple, riche de tant de composantes. Demain, il y aura peut-être un album en breton... « A la Belle de Mai » sonne comme l'album de la maturité, après les périodes « ado » et « papa ». Vous semblez y prendre du recul par rapport au monde... Ce n'est peut-être pas une démarche volontaire. J'écris les chansons, je les grave et l'ensemble peut donner une impression de recul par rapport aux choses et aux gens, qui reflète profondément ce que je suis aujourd'hui. Mais il n'y a rien de délibéré. On retrouve Julien Clerc sur trois morceaux, en qualité de compositeur. C'est la première fois que vous travaillez ensemble ? J'ai de plus en plus de mal, depuis quelques années, à composer mes propres musiques, parce que je ne travaille pas la guitare et que je suis un flemmard. La source est un peu tarie. Pour la première fois, j'ai eu envie d'offrir des textes à un compositeur. J'ai des relations d'amitié avec Julien Clerc, je lui ai montré trois textes, pensant qu'il en choisirait un seul. Il a écrit la musique pour les trois chansons. Vous êtes en train d'enregistrer un disque de chansons de Brassens... Cela faisait beau temps que l'envie m'en démangeais, mais je n'osais pas. Je craignais la réaction des gardiens du temple. Je pensais que Brassens n'avait pas besoin d'hommage, que ses chansons n'ont pas besoin d'être défendues. Au contraire, ils m'ont encouragé de façon touchante, me disant que j'étais son fils spirituel. J'ai agi dans un esprit de fidélité. Je n'ai pas repris les standards. J'ai tapé dans les vieilles chansons, moins connues... Je me suis vraiment fait plaisir. Chanter Brassens c'est un vrai bonheur, d'autant que j'ai joué sur la guitare de Brassens. Dès qu'on joue dessus, il est là, on sent sa présence. Pour en revenir « A la Belle de Mai », vous dites que le titre est mystérieux. Le mystère est vite éclairci, non ? La Belle de Mai, c'est un quartier dont on me parlait et je trouvais ce nom sublime pour une chanson. Je crois qu'au début du siècle une chanson s'appelait « les Amants de la Belle de Mai ». C'est vrai qu'on sait très bien de qui je parle. Je n'ai jamais été dupe du personnage, les gens non plus je crois. Le Français a de l'indulgence pour celui qui escroque le fisc et ne paye pas ses PV. D'où, peut-être, la bienveillance amusée vis-à-vis de Bernard Tapie, à cause de son côté un peu bandit. Le disque est sorti quand il était dans une situation inconfortable. Comme j'aime pas tirer sur les ambulances... J'ai senti de la part des médias une volonté évidente de me faire dire du mal et me pousser à l'insulter. J'ai eu une attitude un peu sur la réserve. J'ai minimisé la violence de la chanson, en disant qu'il n'était pas si méchant que ça, j'ai accordé un peu de crédit au personnage en disant que je ne le trouvais pas antipathique... Je m'en suis voulu de ne pas être plus cohérent avec mes idées et les propos de ma chanson. La justice est passée par là. Oui, il était temps. Elle n'a rien prouvé, sinon l'évidence, les magouilles, la corruption, la subornation de témoins... Je suis surpris du réveil de la justice, mais je ne suis pas étonné d'apprendre que pas mal d'élus, des chefs d'entreprise et même des ministres sont corrompus. Ce qui m'étonne, c'est le peu de réaction des gens. On fout en taule une mère de famille pour un chèque sans provision et on laisse tranquilles des patrons ou des hommes politiques qui détournent des milliards... Le je-m'en-foutisme des gens, j'avoue que je ne comprends pas. C'est la secrétaire de Mellick qui se fait insulter et Glasmann qui est interdit de foot, alors qu'ils ont été courageux. Les gens confondent Robin des Bois avec l'escroc du coin de la rue sous prétexte qu'il est une personnalité politique. Dans « Adios Zapata ! », vous réhabilitez des héros révolutionnaires, Che Guevara... Il manque le commandant Marcos ! C'est la nostalgie d'une époque, l'idéologie était moins galvaudée, moins rejetée. A travers cet hommage, c'est une mise en accusation des narcotrafiquants. C'est pas la faute du petit paysan colombien : si la Bourse de New York ou de Tokyo ne faisait pas chuter les cours du café ou du cacao, le paysan produirait du café et pas de la coca. Le choix de l'affiche où le Che porte un tee-shirt à l'effigie de Renaud ? C'est une provoc, un désir que l'affiche choque. Elle plaît ou elle déplaît, elle fait parler d'elle ! C'est un clin d'oeil amusant à tous ceux qui comme moi ont toujours admiré cette figure légendaire, son itinéraire. Et afficher le Che sur les murs de Paris à huit jours du retour de la droite, symboliquement... Et au-delà de la symbolique ? Pour moi, ou le commandant Marcos, ses idées nous tiennent toujours à coeur. L'idéal du Che, c'était la défense des petits paysans contre l'oppression, l'exploitation, les grands propriétaires, la dictature militaire, la CIA... C'est magnifique ! Il voulait changer la société... Complètement, pour qu'il y ait plus de justice, de partage, d'égalité, un travail digne, l'éducation pour tous, ce que Castro a un peu fait au début. Vous avez certainement remarqué que pas mal de jeunes s'approprient son image... C'est encourageant, c'est bon signe ! Il n'est pas tombé dans les oubliettes de l'histoire. Fédérer un mouvement, une colère autour d'un symbole, d'un drapeau ou d'un visage, c'est plutôt bien. Je trouve que les manifs, surtout étudiantes, manquent de drapeaux rouges, noirs. Alors reproduire sur une pancarte la gueule du Che... La chanson « Son bleu » rend hommage au monde du travail, avec une pointe de nostalgie. C'est la nostalgie d'une époque où le travail, la classe ouvrière, le bleu et le cambouis, le syndicalisme ou le militantisme étaient des valeurs nobles et respectées. Après la chute du mur de Berlin, on a eu tendance à jeter le bébé avec l'eau du bain. En écrivant cette chanson, j'ai pensé à mon grand-père, ouvrier toute sa vie, qui a toujours cru au marxisme et ne se sentait pas responsable du goulag. Il croyait au message originel du marxisme. Dire aujourd'hui que c'est un salaud, c'est scandaleux. Et les communistes d'aujourd'hui ? Les militants sont des gens courageux, intègres. Pour les dirigeants, ceux qui ont cautionné par le silence ou des prises de position des atteintes à la liberté dans les pays de l'Est, je n'éprouve aucune indulgence. Ceux d'aujourd'hui... J'en ai plus. Ils ont fait leur mea culpa, coupé les ponts avec le stalinisme. Ils me conviennent mieux parce qu'ils sont restés fidèles à l'idée de base du communisme à laquelle moi aussi je suis fidèle. Il y a quinze ans, le goulag nous séparait. Plus maintenant. Vous vous rebellez contre plein de choses, même la vieillesse dans « Cheveux blancs »... Pas vraiment. En fait, je me fous de mes propres inquiétudes pour mieux les exorciser. Y a pire que la vieillesse, c'est la mort prématurée. J'aurais bien aimé que Coluche soit à mes côtés pour comparer nos cheveux blancs. La vieillesse, c'est le meilleur antidote à la mort. Dans les « Y a pire », vous égrenez une longue liste : voter socialiste, regarder TF1, s'abonner à « VSD »... Pour quelqu'un qui a souvent voté socialiste... Trop souvent ! Est-ce qu'il y avait vraiment le choix ? Combien de militants communistes ont-ils voté socialiste ? Qu'il me jette la première pierre celui qui s'est abstenu. Et puis je ne votais pas vraiment socialiste, je votais Mitterrand. Ce qui n'est pas forcément mieux d'ailleurs. Aujourd'hui, il y a le choix ? Non. C'est pour ça que je n'irai pas voter... au second tour. En 81 et en 88, c'était différent. 81, ça m'a valu une des plus grandes joies de ma vie. 88, j'en avais marre de voir les rats quitter le navire. J'étais un déçu du socialisme, mais j'étais surtout écoeuré par deux ans de cohabitation, Ouvéa, Oussékine... Aujourd'hui, Jospin, je ne peux pas. Autant pour des raisons affectives, Mitterrand oui... Bon, si c'est cinquante-cinquante au second tour, pour ne pas laisser passer Chirac... D'accord, mais au premier tour ? Ça va pas vous faire plaisir, mais j'ai apporté mon soutien à une femme, mère de famille, écologiste, Dominique Voynet. Mais je me sens un peu mal à l'aise : je l'ai entendue récemment et dans l'espoir de récupérer les voix de droite de Waechter, elle a affirmé par deux fois qu'elle n'était pas de gauche, qu'il fallait oublier ces clivages... Ça m'énerve au plus haut point, au point que si elle ne change pas d'attitude, je risque de lui retirer mon soutien. Le vote communiste ? J'y ai pensé. J'ai eu de longues discussions avec des camarades, de « Charlie Hebdo » entre autres (1). Je n'ai jamais voté communiste, mais... On a le droit de soutenir deux candidats ? Vous seriez prêt à soutenir Robert Hue ? Pourquoi pas ? Je l'aime bien, incontestablement. Il est d'une grande intégrité, d'une grande probité. Il a un programme, des idées... En tout cas, côté engagement, vous êtes plutôt actif. J'ai en mémoire le « contre-sommet » des sept pays les plus riches... Et plein d'autres, c'est pas les causes qui manquent ! Je trouve bien que Higelin soit rue du Dragon, que tel autre s'investisse sur l'environnement... Moi-même je suis modulable. Tel jour je vais faire un concert à Biarritz contre le tunnel du Somport et le massacre de la vallée d'Aspe. Le lendemain contre la guerre du Golfe, le sommet des pays riches... Je vais où mon coeur me dit d'aller. Comme en Bosnie par exemple ? Exactement. A part quelques intellectuels qui s'y sont rendus escortés par l'ONU et les caméras de TF1, je ne connais pas d'artiste français qui soit allé chanter à Mostar comme j'ai pu le faire avec Philippe Val, sans caméra ni journaliste. Vos impressions ? Je reviens farouchement pro-bosniaque. Quand il y a deux cent mille morts d'un côté et vingt mille de l'autre, il faut choisir son camp. Je suis parti là-bas sans comprendre, sans jugement manichéen, je suis revenu, j'ai compris. « La Mutu » en mai, une tournée en province, la Fête de l'Huma ? J'aimerais bien, d'autant que cette année, ce sera une fête de l'opposition, enfin comme les autres années, mais encore plus ! Quatorze ans de « socialisme » ont anesthésié la gauche, on avait mauvaise conscience de critiquer. Là, j'en ai plus. D'autant qu'il s'agit de lutter contre les lois Pasqua, l'économie Madelin et la justice Méhaignerie ! (1) Dans « Charlie Hebdo » daté du 5 avril, Renaud écrit : « Ah, tu n'es pas de gauche, Dominique ? Ben moi, oui... J'étais déterminé, moi aussi, à voter pour toi, mais finalement je voterai pour un candidat de gauche. Si j'en trouve d'ici là... » article original
    • Album A la Belle de Mai
    • Album Renaud cante el' norte
    • Album Renaud chante Brassens
    • Che Guevara
    • Julien Clerc
    • Politique Communisme
  • 17 février 2003, Renaud triomphe Le " chanteur énervant " remporte trois victoires de la musique
    • Chanson Manhattan-Kaboul
    • Victoires de la Musique
  • 7 juin 2002, Renaud a vu le loup et le renard L'interprète de Laisse béton a retrouvé le chemin de la création après une longue panne d'inspiration. Après plusieurs années marquées par la dépression et l'alcoolisme, le chanteur revient avec un album introspectif qui traduit son chagrin, Boucan d'enfer. Le renard est sorti du bois. Renaud a toujours les yeux bleus délavés et un éternel Perfecto. Histoire de jouer les durs. Une gueule que le navigateur Titouan Lamazou n'a pas manqué d'aquareller pour la pochette de son nouvel album Boucan d'enfer. On y voit un Renaud assis devant un verre, seul dans un bar qu'on suppose être celui de la Closerie des lilas, son QG préféré. Si le chanteur a tenu à être portraituré ainsi, c'est que l'alcool a longtemps hanté son quotidien. Sept ans qu'il n'avait rien fait ou presque - hormis Renaud Cante El'Nord et Renaud chante Brassens, depuis l'enregistrement de la Belle de Mai en 1995. Sept ans qui semblent une éternité, années de galère pour le chanteur, la parano et les idées noires ayant servi de béquille à son spleen. Renaud était mal dans ses santiags. Délire éthylique, morale à zéro soigné à coup d'antidépresseurs et d'une anisette dont nous tairons le nom, il raconte tout cela dans Docteur Renaud, Mister Renard, chanson d'ouverture de son album. Comme il y a eu Gainsbourg-Gainsbarre, il y a un Renaud et son double qui permet au chanteur de dresser un portrait de lui-même en forme de Dr Jekyl et Mister Hyde, " moitié ange, moitié salaud ". D'un côté il y a le " Renaud qui souffre de tous les maux qui accablent ce monde barbare ", de l'autre, le " Renard désabusé qui se marre, se contrefout de ce bazar / le monde peut crever bientôt / Renard s'en réjouirait plutôt ". Tiraillé entre bien et mal, générosité et égoïsme, Renaud pleure parfois un peu trop sur lui, mais nous touche dès qu'il évoque la rupture avec celle dont il a partagé la vie durant plus de vingt ans. D'où le titre du disque qui renvoie au " boucan d'enfer " que fait le bonheur quand il s'en va : " Mon amour a claqué la porte / Mais j'étais pas du bon côté / Me vl'a pareil à une feuille morte sur le pavé ", chante-t-il. Sa " gonzesse " s'est fait la malle et les amours mortes de Renaud sont passées par là. Ça fait mal et son désir de le dire traverse une écriture thérapie : " J'ai plus qu'une envie / c'est mourir / Mais, ça s'fait pas / Pourtant y a bien pire que mourir, y a vivre sans toi. " Renaud, comme on dit, a morflé côté sentiment, devenu blasé, même lorsque, dans un bistrot de banlieue, il aperçoit un jeune couple amoureux s'embrasser : " C'est tout jeune et ça n'sait pas que pour les amoureux / Hélas, la vie est bien dégueulasse / Un beau jour l'amour se lasse, c'est comme ça. " Bref, Renaud fait part de ses états d'âme. Nous sommes loin de celui qui a incarné la France des banlieues des années soixante-dix et quatre-vingt, titi au parler verlan, bien avant que cette façon de s'exprimer à l'envers ne devienne un phénomène de société. Exit le Marchand de cailloux d'avant, c'est le chanteur plein de tendresse à la gouaille douce-amère que l'on retrouve. Vingt-sept ans se sont écoulés depuis ses débuts en 1975, où un jeune homme timide, rongé par le trac, chantait pour la première fois à la télévision : Société tu m'auras pas. L'internationale bourgeoise était mise à mal, et Renaud, au diapason d'une société pleine d'espoir qui s'est vite reconnue dans les chroniques sociales du poulbot chantant Dans mon HLM. C'était aussi le temps des bandes et des Bastons au-delà du périphérique, que Renaud observait, avec un brin de dérision à la manière d'un Coluche, gentil loubard à la Franck Margerin. Il fustigeait tous les " blaireaux " et autres " beaufs " de la terre, sans oublier les dirigeants d'un monde capitaliste symbolisé par une dame de fer, Miss Maggie, qu'il ne pouvait pas voir en peinture. Les temps ont changé, Renaud aussi. C'est le chanteur taciturne qui fait son retour. · cinquante ans, il a perdu ses illusions et tente de trouver son chemin entre chagrin et goût à rien : " J'ai toujours gardé une certaine distance avec le monde. Mais peut-être qu'avant j'avais plus envie d'ouvrir ma gueule ", laisse-t-il entendre au fil de ses interviews pour expliquer le blues qui l'habite. Le résultat de la présidentielle, le score du Front... n'ont fait qu'ajouter à la déception. Ce qui lui a donné envie d'enregistrer un nouvel album ? " Le désir de sortir du trou où je commençais à m'étioler entre séparation conjugale et dépression autour de quarante-cinq balais. " Le chanteur y est moins " énervé " qu'auparavant. Certains le regretteront, les autres apprécieront les strophes sensibles de l'auteur de Laisse béton, qui, dans Manhattan-Kaboul, revient en duo, avec Axelle Red, sur les événements du 11 septembre où un 747 a explosé sur " l'autel de la violence éternelle ". Avec Petit Pédé, il évoque la condition des homos à la façon de Charles Aznavour, mais avec ses mots à lui : " Fais pas bon être pédé / Quand t'es entouré d'enculés (...) qu'on soit tarlouze où hétéro / C'est finalement le même topo / Seul l'amour guérit tous les maux. " L'amour justement, dont il aimerait qu'il soit le plus beau pour sa fille Lolita (Elle a vu le loup). Avec Nain de jardin (" ...si je tenais le gredin qui m'a volé mon nain de jardin... ") Renaud garde un peu d'humour au fond, mais on aura compris que ce n'est pas son album le plus gai. Moins de révoltes, moins d'engagements (" ...j'ai arrêté de croire en tous les idéaux... ", Tout arrêter), moins de sourires aussi, mais peut-être plus d'émotion. Renaud s'est pris au jeu, et miracle... le désir d'écriture est revenu après une longue période marquée par l'abandon des muses. Le chanteur, entre ses cures de désintoxication, a trouvé la force d'écrire quatorze nouvelles chansons, composées, pour l'essentiel, par le fidèle Jean-Pierre Bucolo, lui-même se sentant désormais " limité " de ce côté-là. Comme quoi, rien n'est jamais désespéré pour qui veut s'en sortir. Au finale, le Renaud 2001 est plus humaniste que revendicatif, émouvant quand il parle de ses blessures sentimentales. Le chanteur d'Hexagone avait sans doute besoin de mettre entre parenthèses sa fibre rebelle. En fait, c'est plus la lassitude, voire la mélancolie, que le véritable défaitisme qui l'emporte ici. Son pessimisme l'oblige aujourd'hui à tremper sa plume dans le noir de vers déprimés, façon ego pour mieux exorciser ses démons. Après ? Il promet un roman, " chroniques de mes années noires dans mon enfer quotidien ", et un album (plus combatif ?) qu'il souhaite réaliser dans la foulée de ses prochains concerts. Pour le moment, lui qui avait joué dans Germinal (Claude Berry), va bientôt faire sa rentrée dans le film de Brad Mirman tourné au Canada, Crime Spree, avec Johnny Hallyday, Gérard Depardieu et Harvey Keitel. En attendant son retour sur scène, au Zénith, à la fin de l'année, et une grande tournée. Renaud n'a pas laissé béton. Il a bien fait. Album Boucan d'enfer, Virgin. Concerts au Zénith : du 19 au 25 décembre.
    • Album Boucan d'Enfer
    • Vie Alcool
    • Vie Amour
RFI Musique
  • 1er août 2004, Biographie - Renaud Il ne rappe pas, et pourtant Renaud a été le premier porte-parole d'une jeunesse dont le verlan est la langue principale. Discrètement engagé, tendrement raleur, le chanteur "énervant" atteint, en 2002, des sommets de popularité exceptionnels lors de son retour discographique après les années sombres et alcoolisées.
  • 16 décembre 2005, Renaud s'engage dans la jungle Le chanteur Renaud vient de sortir un CD 4 titres en soutien à Ingrid Bétancourt et à tous les otages détenus en Colombie. Ce maxi s'intitule Dans la jungle, du nom de la chanson qu'a écrit le chanteur pour la candidate écologiste à l'élection présidentielle colombienne de 2002. Elle fût kidnappée en pleine campagne électorale par la guérilla "marxiste", les FARC. Dans cette chanson, Renaud rend aussi un hommage au combat qu'elle entendait mener contre la corruption de la classe politique colombienne, et de sa collusion avec les narco-trafiquants. article original
    • Chanson Dans la Jungle
    • Ingrid Betancourt
  • 21 février 2006, Renaud chante pour Ingrid Betancourt Le 23 février 2006, le chanteur français Renaud organise à Rouen un concert de soutien à Ingrid Betancourt, femme politique franco-colombienne enlevée il y a quatre ans en compagnie de sa directrice de campagne. Hubert-Félix Thiéfaine, Vincent Delerm, Yannick Noah, Tryo participeront aussi à cette manifestation. Depuis plusieurs mois, Renaud s'est fortement impliqué dans la lutte pour la libération de ces otages, un sujet qui lui a inspiré la chanson Dans la jungle. article original
    • Chanson Dans la Jungle
    • Ingrid Betancourt
  • 27 juin 2006, Le meilleur de Renaud ! 1985-2006 : une période de montagnes russes pour Renaud. Entre la sortie en 1985 de l'album Morgane de toi et celle de Boucan d'Enfer, en 2002, il y a eu les tubes, comme Mistral Gagnant, Miss Maggie ou Manhattan Kaboul… et les coups durs, qui ont marqué la vie personnelle du chanteur à gouaille. Le coffret de 5 CD, à paraître début juillet, fait revivre ces années riches en émotions à travers ses 100 plus belles chanson. Un répertoire à réviser avant la parution de son prochain album, actuellement en cours d'écriture ! "Les 100 plus belles chansons: 1985-2006", sortie le 07 juillet article original
    • Album Les 100 plus belles chansons: 1985-2006

6 septembre 2006

D'autres articles en rapport avec la chanson "Elle est Facho"

La Dernière Heure
  • 6 septembre 2006, Renaud crée la polémique L'une des chansons qui figurera sur son prochain album parle d'une "facho qui vote Sarko". Une petite phrase qui fait jaser.
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
    • Johnny Hallyday
    • Politique Nicolas Sarkozy
France 2
  • 5 septembre 2006, Renaud contre Sarkozy : polémique "Elle est facho", une chanson du prochain album de Renaud à paraître le 2 octobre, fait débat.
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Johnny Hallyday
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
La République des Lettres
ActuStar.com
  • 6 septembre 2006, Renaud : Johnny, c'est l'engagement zéro ! Le chanteur engagé qui a ajouté dans sa chanson Elle est facho une petite précision qui a fait mouche en est soufflé. Renaud est ébahi de l'effet politique qu'a eu son petit ajout "qui vote Sarko" dans sa chanson qui n'est même pas encore sortie et qui fait partie de son nouvel album Rouge Sang dans les bacs le mois prochain. Il confie au Parisien : "Je suis plus ironique qu'agressif. Je n'ai plus 15 ans, je n'ai plus l'âge des slogans CRS-SS." Il précise tout de même : "Je ne ferai campagne pour personne. Je sais qu'au deuxième tour j'appliquerai la discipline de la gauche républicaine en votant Ségolène Royal, même si pour moi elle flirte aussi avec les idées de Sarko en voulant mettre les racailles à la caserne." Et à propos de Johnny Hallyday qui s'affiche aux côtés de Nicolas Sarkozy, le chanteur décidément en verve déclare : "J'ai entendu que Johnny ne voulait pas s'exprimer. Il n'a pas d'idées ? Ou il ne sait pas les défendre ? C'est du Johnny classique. Il veut être sur la photo qui fait vendre. C'est le degré zéro de l'engagement." article original
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Johnny Hallyday
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
IZDI
  • 6 septembre 2006, Renaud descent Sarkozy, Johnny Hallyday et Doc Gyneco ! "Pour moi, Sarkozy est un petit Le Pen un peu plus républicain bon teint, dans les habits de la droite classique. Il me fait plus peur parce qu'il sera plus facilement amené à prendre le pouvoir". Voici ce que vient de déclarer Renaud au sujet de l'actuel ministre de l'intérieur dans une interview accordée au Parisien en vue de la sortie de son nouvel album Rouge Sang à paraître le 2 octobre 2006. Dans ce nouvel album, Renaud crée déjà la polémique avec la chanson Elle est facho qui fait le portrait d'une sympathisante FN qui vote Sarkozy. "Comment nier que des électeurs du FN, séduits par les idées de Sarko qui ratisse très large dans l'électorat du FN avec ses propositions nauséabondes et ses provocations, risquent de voter Sarko s'il est présent au second tour, ce que je ne souhaite pas". Au passage, le chanteur s'étonne de l'attitude de Johnny Hallyday et Doc Gynéco envers Nicolas Sarkozy: "Quel casting! Avec ça, il va séduire la jeunesse. Johnny, l'idole des jeunes, un peu l'idole des vieux, et Doc Gynéco, l'idole de rien: magnifique!". Vous l'aurez compris, Renaud est donc bien remonté contre Nicolas Sarkozy mais il ne fera pas pour autant campagne pour un candidat. Il a juste précisé qu'il voterait Ségolène Royale au second tour "par discipline électorale de gauche"... article original
    • Album Rouge Sang
    • Doc Gynéco
    • Johnny Hallyday
    • Politique Jean-Marie Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
Annet
  • 5 septembre 2006, Renaud contre Sarko-facho Le titre 'Elle est facho' du nouvel album de Renaud ironise sur le candidat Sarkozy, lorgnant trop à droite. Alors que le président de l'UMP s'allie Johnny Hallyday et Doc Gynéco pour séduire l'électorat français, la gauche et Ségolène Royal, candidate plus que probable du PS, pourront compter sur le chanteur Renaud, comme il l'a annoncé sur les ondes de RTL: « Je suis vert, quel casting! Avec ça, Nicolas Sarkozy va séduire la jeunesse. Johnny l'idole des jeunes, un peu l'idole des vieux et Doc Gynéco, l'idole de rien: magnifique! » Propositions nauséabondes Dans 'Elle est facho', Renaud dresse le portrait d'une jeune femme à la crinière de cheveux blonds, « aryenne jusqu'au fond des yeux » qui « conchie les politiques, les jeunes qui vont à vau-l’eau et les mœurs pas très catholiques, et les pédés et les bicots. Elle rêve d’un ordre nouveau. Elle est facho. » Elle est facho, et surtout elle vote Sarko, déplore le chanteur, qui se demande « comment nier que des électeurs du FN, séduits par les idées de Sarko qui ratisse très large dans l'électorat du FN avec ses propositions nauséabondes et son programme et ses provocations et autres, risquent de voter Sarko s'il est présent au second tour. » article original
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Johnny Hallyday
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy

4 septembre 2006

Quelques articles en rapport avec la chanson "Elle est Facho"

RTL
  • 4 septembre 2006, Renaud critique Sarkozy en chanson Le chanteur Renaud a attaqué le président de l'UMP Nicolas Sarkozy et ses "propositions nauséabondes", aujourd'hui sur RTL, en défendant le bien fondé d'une de ses nouvelles chansons intitulée "Elle est facho" et se terminant par "elle vote Sarko". J'ai fait le portrait caricatural d'une Marine Le Pen de banlieue (...) il n'y a pas de polémique", a affirmé Renaud, interrogé à propos de la chanson incluse dans son nouvel album qui sortira début octobre. Comment nier que des électeurs du FN, séduits par les idées de Sarko qui ratisse très large dans l'électorat du FN avec ses propositions nauséabondes et son programme et ses provocations et autres, risquent de voter Sarko s'il est présent au second tour, ce que je ne souhaite pas, a déclaré le chanteur. Il n'y a pas d'incohérence, ni d'insulte, ni de calomnie. Si je dois débattre avec Sarko, j'ai d'autres arguments : le traiter de populiste, de démago, d'insulter la jeunesse des banlieues, a poursuivi Renaud. Interrogé sur la présence de Doc Gynéco et de Johnny Hallyday à l'université d'été de l'UMP, il ironise : Je suis vert, quel casting ! Avec ça il (Nicolas Sarkozy) va séduire la jeunesse. Johnny, l'idole des jeunes, un peu l'idole des vieux, et Doc Gynéco, l'idole de rien : magnifique !. A propos du parti socialiste, Renaud juge que Ségolène Royal est populaire et aussi populiste. Mais si elle est au second tour de la présidentielle, je voterai pour elle, par discipline électorale de gauche, ajoute-t-il. article original
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Politique
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
    • Politique Ségolène Royal
LCI
  • 4 septembre 2006, Pourquoi Renaud s'attaque à Sarko Le chanteur Renaud a défendu sur RTL sa chanson "elle est facho", qui s'attaque directement au président de l'UMP. Il a par ailleurs indiqué qu'il voterait Ségolène Royal au second tour de la présidentielle "par discipline électorale de gauche".
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Politique
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
    • Politique Ségolène Royal
AgoraVox
  • 28 août 2006, Sarko facho, Renaud coco ! Je devine déjà la teneur des premiers commentaires qui suivront cette note. On me reprochera de "faire" dans le dérisoire, de m'intéresser à la variété et de consacrer trop de temps à Renaud. On jugera très superficiel le problème que je vais aborder et qui concerne les limites de la liberté d'expression. Peut-être, pour peu que mon texte soit publié par AgoraVox, serai-je même invectivé parce qu'à nouveau je serai amené moins à défendre Nicolas Sarkozy, qui n'a pas besoin de moi, qu'à m'indigner de la nature des attaques déversées contre lui. Nul doute que je serai catalogué par certains et privé de toute légitimité ! Comme je souhaiterais savoir me réfugier dans l'indifférence, pour ne pas réagir au quart de tour chaque fois qu'une information me stimule pour le meilleur et pour le pire ! Toutefois, à nouveau, j'ai succombé en parcourant Le Parisien qui consacre un article dans l'ensemble élogieux au nouvel album de Renaud. J'ai beaucoup aimé Renaud à sa grande époque, les tranches de vie, les fragments de société qu'avec une brutalité souvent tendre il savait offrir. Ce n'était pas de la politique partisane, c'était l'anarchisme d'un esprit libre. Au contraire, dans son nouvel album il y a une chanson dont le titre, "Elle est facho", renvoie au portrait évidemment chargé d'une extrémiste et permet surtout une rime facile avec "Sarko". Le chanteur complète son oeuvre, si j'ose dire, en précisant qu'il avait modifié sa "chute" pour y intégrer Sarko, "le petit caporal de Neuilly, avec ses idées de haine et d'exclusion et ses provocs imbéciles". Fermez le ban et admirez le courage ! Non, la chanson n'est pas un art anodin. On aurait tort de ne pas la prendre au sérieux lorsqu'elle prétend éveiller la conscience politique de ses auditeurs. Si elle veut s'aventurer non plus sur le terrain du divertissement mais sur celui de la polémique brutale et partisane, elle pourra moins que jamais être perçue comme un plaisir flattant l'oreille. Aragon avait déjà dit à juste titre que la chanson était devenue la poésie du 20e siècle. C'est d'autant plus vrai aujourd'hui où les moyens classiques d'information et de dénonciation sont délaissés au profit d'un genre qualifié de mineur mais qui, à cause de sa facilité même et de l'adjonction d'une musique parfois entêtante, devient dominant et majeur. Aussi, comme on n'a pas le droit d'écrire n'importe quoi, on n'a plus le droit, par rectitude personnelle, de chanter n'importe quoi. Ce qui devrait imposer un usage responsable du langage qui n'est pas mis à notre disposition pour, dans une gratuité absolue, nous servir de jouet et, éventuellement, de bombe contre autrui. La meilleure preuve de cet arbitraire est le changement de" la chute" pour y mettre un mot provocant qu'on sait inadéquat, à la place d'un autre sans doute plus conforme à la vérité du portrait, mais moins sulfureux. Cette assimilation intellectuellement absurde, politiquement offensante, de "facho" à Sarko serait du même acabit que celle qui pourrait nous conduire, en raison de ses positions systématiquement contestataires, à taxer Renaud de "coco" - réduction qu'il trouverait certainement choquante et qui porte son lourd poids de tragédies. Ce langage délibérément erratique a pour conséquence plus dangereuse d'aggraver, dans l'esprit populaire, une confusion politique, un embrouillamini civique qui, faisant de Sarko le " facho " qu'il n'est pas, bouleversera les repères et nous habituera à penser et à parler faux. Le mot, comme dans les épopées d'Homère, n'aura plus qu'une fonction d'étiquette infamante parfaitement injustifiée mais peu importe. L'insulte et l'invective auront été lancées. A l'évidence, le langage n'est plus le moyen civilisé pour comprendre, dialoguer, éventuellement combattre les idées par les idées mais il est devenu le combat lui-même. Sarko, facho, la sonorité fait plaisir et comme elle fait mal et qu'elle est fausse, on peut compter sur Renaud pour en être satisfait et sur certains médias pour tresser des couronnes au chanteur. Pourtant, il n'y faut plus aucun courage. Dans la quotidienneté, il est clair que, sur le plan de la bonne conscience et pour assouvir le besoin de se payer, sans risque, de mots insultants, Sarkozy a pris la place de Le Pen. Plus commodément, on prétend qu'il a pris sa place, de sorte qu'on fait d'une attaque deux cibles. D'autres, parfois, ont paru risquer les mêmes assauts scandaleux mais de manière plus ponctuelle, jamais sur ce registre lancinant et lassant. Si tel ou tel s'était trouvé confronté aux mêmes agressions que Nicolas Sarkozy - et je n'oublie pas les paroles de certains rappeurs -, qui sont d'ailleurs moins inquiétantes pour lui que lamentables pour la démocratie, je vous assure que j'aurais réagi de la même manière. Je déteste le langage qui s'octroie des facilités et se désigne des boucs émissaires quand la réflexion pousserait au moins à du scrupule et à de l'hésitation. Enfin, que dire de Renaud lui-même qui a connu des drames intimes, des dépendances difficiles à maîtriser et qui aujourd'hui a la chance d'être "très amoureux de sa nouvelle femme" ? Lui qui aurait pu subir les effets d'une médiatisation dévoyée et les méfaits d'un langage inadapté et vindicatif, comment ne perçoit-il pas ce qu'il y a d'outrancier, d'injuste et de bêtement partisan dans cette chanson au fil d'une inspiration qui a rencontré des thèmes meilleurs ? Tout cela pour ne pas évoquer "ses idées de haine et d'exclusion et ses provocs imbéciles". Bien sûr, personne n'aura le ridicule de donner une importance judiciaire à ces débordements qu'on n'ose qualifier d'artistiques. Sarko, facho, c'est presque rien. Même pas un petit scandale. Une note dans un blog, un article. Un courage confortable. Un artiste ou prétendu tel est toujours protégé, paradoxalement, par ce qui devrait lui être reproché. Renaud coco, Renaud soûlo ? Non, surtout pas. article original
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Politique
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
    • Politique Ségolène Royal
Collectif Bellaciao
  • 31 août 2006, Renaud anti Sarko Renaud fait une chanson sur Sarko La polémique est en train de naître .. et elle va enfler ! Le chanteur Renaud (hic) Séchand (hic), va sortir un album (hic) bientôt. Avec sa chanson phare "Les bobos" il a glissé une bombe radiophonique que l'on entendra sans doute peu ou pas du tout. Cette chanson intitulée "Elle est Facho" taille le petit Sarkozy en pièces, façon puzzle. Nono le bigorneau est classé au rang des gens peu fréquentables et qui sentent moyennement bons. Il faut se souvenir d'un certain nombre de petites manoeuvres qui, il est vrai, laissent subodorer un petit penchant pour la récupération politique de l'électorat d'extrême droite. Avec une pince à linge sur le nez ? Souvenez vous : Sarkozy veut aider les français à reconnaître les bons étrangers - Sarkozy dans les pas de son pair - Sarkozy applique le programme de Le Pen : les preuves En attendant la chanson dans son intégralité et le débat qui va sûrement soulever des arguments de fond (le contraire serait étonnant non ? :o) ), voici quelques paroles bien pesées pour le petit Nicolas Sarkozy, qui à force vouloir ratisser large et au Karcher, va finir brocouille. "La jeune femme est fière de sa crinière blonde . "Aryenne jusqu'au fond des yeux, ça détonne dans sa banlieue" dit l'artiste qui déroule ensuite tous les clichés de l'extreme droite incarnée par sa victime. "Elle conchie les politiques, les jeunes qui vont à vau-l'eau. Et les moeurs pas très catholiques et les pédés et les bicots". Elle "rêve d'un ordre nouveau", "regrette le temps des colonies, d'la peine de mort légalisée, de l'avortement interdit et maudit les jeunes filles voilées".On l'imagine alors soutenir sans état d'âme le Front national. Or, "la facho" de Renaud..."vote Sarko". Renaud a expliqué lors de l'enregistrement, au quotiiden, qu'au départ, il n'avait pas écrit cette chute. Mais il a ajouté ça pour "le petit caporal de Neuilly, avec ses idées de haine et d'exclusion et ses provocs imbéciles"... article original
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Politique
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
    • Politique Ségolène Royal
Figaro
  • 31 août 2006, Les sarkozystes conseillent à Renaud de «marcher à l'ombre» «Si Renaud, cet ancien tonton-maniaque, associe Sarko avec facho, il oublie qu'à une époque, il confondait la francisque avec la République. À sa place, aujourd'hui, je marcherais à l'ombre», a glissé Pierre Charon, conseiller de Paris, en marge de la réunion qui se tenait hier soir, Place Beauvau, pour faire le point avec des professionnels du disque sur les droits d'auteurs et Internet. Une réponse à la chanson de Renaud qui dénonce le «facho» Nicolas Sarkozy. Ce proche du patron de l'UMP, qui tisse autour de lui un réseau informel de stars, fait ainsi allusion à la décoration reçue par François Mitterrand des mains du maréchal Pétain en 1942. Nicolas Sarkozy avait invité hier une quarantaine de personnes. Mais son entourage a tenu à préciser qu'il ne s'agissait pas d'un comité de soutien. Etaient présents la nouvelle présidente de Warner, le président de la Société des auteurs et compositeurs, le président de la Fnac, Denis Olivennes, et Marin Karmitz, le patron des cinémas MK2, tous deux marqués à gauche. Des chanteurs, connus pour leur proximité avec Nicolas Sarkozy, étaient présents, tel Faudel, ou Didier Barbelivien. article original
    • Chanson Elle est facho
    • Doc Gynéco
    • Politique
    • Politique Marine Le Pen
    • Politique Nicolas Sarkozy
    • Politique Ségolène Royal

28 août 2006

20 Minutes
  • 9 décembre 2004, Renaud sauvé par l'amour « Une demi-heure sans elle et je lui envoie un SMS. Une nuit sans elle, c'est inconcevable », avoue le chanteur dans les colonnes de Paris Match. « Elle l'a arraché au désespoir, il veut l'aider à conquérir la célébrité », souligne l'hebdo. « Renaud, l'éternel gavroche, a produit le premier album de Romane Serda, sa compagne, qu'il a décidé d'épouser. » Match nous emmène également du côté du viaduc de Millau, qui enjambe la vallée du Tarn à près de 300 m de hauteur : « Un pont au plus haut des cieux ».
    • Romane Serda
    • Vie Amour

27 août 2006

M La Music
  • 21 juillet 2003, Festival des Vieilles Charrues 2003 Carhaix, les 18-19-20 juillet 2003. Finalement épargnée par le conflits des intermittents du spectacle, l'édition 2003 des Vieilles Charrues, très médiatisée (autant en raison du conflit dont elle fut l'objet que des artistes qui en composaient l'affiche) s'est tenue dans une ambiace familiale.
    • Festival des Vieilles Charrues

1er août 2006

Musiqueradio.com
  • 25 juillet 2006, Renaud « Rouge Sang » : nouvel album studio à paraître le 2 octobre Renaud, de son véritable nom Renaud Séchan, chanteur de « Mistral Gagnant », « Morgane De Toi », « Marchand De Cailloux » ou encore de « Manhattan-Kaboul » en duo avec Axelle Red, revient sur le devant de la scène avec un nouveau single, intitulé « Les Bobos », extrait d'un nouvel album studio à paraître le 2 octobre 2006 sur EMI Music Group, baptisé « Rouge Sang ». Tandis que la date de sortie du CD single de « Les Bobos » n'est pas encore connue, la chanson « Les Bobos » est disponible en avant-première en téléchargement sur les plateformes légales. Dans le cadre de la présentation à son public de « Rouge Sang », Renaud sera en concert les 27, 28 et 29 mars 2007 au « Palais Omnisport » de Paris-Bercy et en tournée dans toute la France. « Rouge Sang » succède à « Boucan D'enfer » en 2002, qui avait généré « Docteur Renaud Mister Renard », « Baltique », « Mon Bistrot Préféré » et « Manhattan-Kaboul » en duo avec Axelle Red, cette chanson ayant remporté la récompense de « meilleur duo francophone » en 2003. Dans les informations de l'artiste belge, Axelle Red revient avec son nouvel et cinquième album studio, mystérieusement intitulé « Jardin Secret », à paraître le 11 septembre 2006 sur Virgin Music. « Changer Ma Vie » est le premier single extrait de « Jardin Secret ». Réalisé par Axelle Red et Daan, ce nouvel opus studio a été concocté tout au long de l'année entre Bruxelles et Memphis, dans les célèbres « Royal Studios » de Willie Mitchell, le producteur de Al Green. Axelle Red s'est entourée de ses musiciens de Stax : Lester Snell (Isaac Hayes, Sam & Dave) aux claviers, Michael Toles (The Bar-Keys, Isaac Hayes) à la guitare, Jeff Anderson (Charles & Eddie) à la basse et Steve Potts (Booker T & the MG's) à la batterie. Le très attendu « Jardin Secret » a été mixé au « South Beach Studios » à Miami, par Patrice Cramer. article original
    • Album Rouge Sang

28 juillet 2006

Merci à Isabelle

TéléPro

27 juillet 2006

Merci à sharette pour avoir communiqué ce "Carnet rose" de qualité !

Musique.com
  • 26 juillet 2006, Renaud ''Rouge Sang'' : nouvel album studio à paraître le 2 octobre Renaud, de son véritable nom Renaud Séchan, chanteur de « Mistral Gagnant », « Morgane De Toi », « Marchand De Cailloux » ou encore de « Manhattan-Kaboul » en duo avec Axelle Red, revient sur le devant de la scène avec un nouveau single, intitulé « Les Bobos », extrait d'un nouvel album studio à paraître le 2 octobre 2006 sur EMI Music Group, baptisé « Rouge Sang ». Tandis que la date de sortie du CD single de « Les Bobos » n'est pas encore connue, la chanson « Les Bobos » est disponible en avant-première en téléchargement sur les plateformes légales. Dans le cadre de la présentation à son public de « Rouge Sang », Renaud sera en concert les 27, 28 et 29 mars 2007 au « Palais Omnisport » de Paris-Bercy et en tournée dans toute la France. « Rouge Sang » succède à « Boucan D'enfer » en 2002, qui avait généré « Docteur Renaud Mister Renard », « Baltique », « Mon Bistrot Préféré » et « Manhattan-Kaboul » en duo avec Axelle Red, cette chanson ayant remporté la récompense de « meilleur duo francophone » en 2003. Dans les informations de l'artiste belge, Axelle Red revient avec son nouvel et cinquième album studio, mystérieusement intitulé « Jardin Secret », à paraître le 11 septembre 2006 sur Virgin Music. article original
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Les Bobos
    • Palais des sports Bercy
La Dépêche du Midi
  • 23 juillet 2006, Carnet Rose Carnet Rose. Le chanteur Renaud et sa compagne Romane Serda -- également chanteuse -- ont eu un petit garçon le 16 juillet. Morgan a désormais un petit frère qui s'appelle Malone. NDK : comptez le nombre d'erreurs dans cet entrefilet !
    • Malone

21 juillet 2006

Merci à Franck pour cet article supplémentaire sur la naissance de Malone

Ramdam
  • 20 juillet 2006, Renaud Papa Jeudi 20 juillet 2006 Renaud et Romane Serda sont parents d'un petit Malone né le 14 juillet dernier à Carpentras. C'est le premier enfant de la jeune chanteuse et le second pour Renaud, déjà père d'une jeune fille de 26 ans. Renaud et Romane Serda s'étaient mariés en août dernier dans la Drôme. Le prénom de l'enfant était arrêté sur Malone, fille ou garçon. Renaud a écrit une chanson portant ce titre en fin d'année dernière où il disait "Pisseuse ou petit con, princesse ou poulbot, tu prendras ce prénom comme un premier cadeau". Cette chanson devrait faire partie du nouvel album de Renaud, Rouge Sang, prévu pour le 2 octobre prochain. Et pour souhaiter la bienvenue à son fils, le chanteur a simplement annoncé Feux d'artifices à vie pour ce nouveau sans-culotte !. article original
    • Album Rouge Sang
    • Malone
    • Romane Serda

19 juillet 2006

Canal Stars
  • 18 juillet 2006, Renaud et Romane parents d'un petit Malone Avec Renaud et Romane Serda, ça s'est passé comme ça : un mariage pour de faux à Las Vegas à l'été 2004 suivi d'un vrai un an plus tard dans la Drôme ; un bébé pour de faux (un duo, Anaïs Nin, produit pour le premier album éponyme de la jeune femme), suivi d'un vrai... ce 14 juillet ! Les deux chanteurs sont en effet depuis vendredi dernier les heureux parents d'un petit garçon : Malone a vu le jour à Carpentras à 15h05 et il pesait 3,5 kilos (Feux d'artifices à vie pour ce nouveau sans-culotte ! annoncent-ils sur le site officiel du chanteur). Rappelons aussi que Renaud, 54 ans, est déjà papa d'une grande fille de bientôt 26 ans, Lolita, née de sa première union à Dominique. article original
    • Malone
    • Romane Serda
7Sur7
  • 18 juillet 2006, Romane Serda a donné un fils à Renaud La nouvelle compagne du chanteur français Renaud (Séchan), Romane Serda, chanteuse de son état également, a donné naissance ce vendredi 14 juillet à un petit garçon baptisé Malone. Le bébé est né à Carpentras et pesait trois kilos et demi. L’auteur de tubes tels que Laisse béton, Dès que le vent soufflera, Mistral Gagnant ou encore Docteur Renaud Mister Renard est déjà le père d’une fille, Lolita, âgée de 26 ans, née de son mariage avec Dominique, pour laquelle il avait écrit la chanson Morgane de toi. article original , , ,
    • Malone
    • Romane Serda
ActuStar.com
  • 19 juillet 2006, Renaud et Romane : Malone est né Le couple qui s'est marié en août dernier vienne d'accueillir un petit garçon dans leur vie et l'a prénommé comme prévu : Malone. Renaud et Romane Serda sont depuis ce vendredi 14 juillet à 15h05 des parents comblés. Le petit garçon est né à Carpentras et pesait 3,5 kilos. C'est le premier enfant de la jeune femme et le deuxième pour le chanteur qui a déjà une fille, Lolita, 26 ans, dont la maman est son ex compagne Dominique. Le chanteur avait déjà prévenu que fille ou garçon, leur enfant allait s'appeler Malone. La chanson du même nom qu'il a écrite en fin d'année dernière annonçait déjà : Pisseuse ou petit con, princesse ou poulbot, tu prendras ce prénom comme un premier cadeau. La chanson qui devrait faire partie de son album Rouge Sang dont la sortie est prévue le 2 octobre raconte : Un prénom irlandais, une mère de partout, Danoise, Catalane, Française malgré tout, Un papa huguenot et citoyen du monde quelques fois parigot aux racines vagabondes... article original
    • Album Rouge Sang
    • Malone
    • Romane Serda
La Dernière Heure
Le Cinéma.ca
  • 19 juillet 2006, Renaud et Romane Serda sont parents (bum) - Renaud et sa femme Romane Serda savourent l'arrivée d'un petit garçon. Le couple de chanteurs a accueilli le vendredi 14 juillet son enfant prénommé Malone. L'enfant est né à Carpentras en Provence et pesait 3,5 kilos. Pour la mère, qui a lancé son premier disque produit par son amoureux en novembre 2004, il s'agit de son premier enfant. Le chanteur est déjà père d'une fille de 26 ans, Lolita. Cette dernière et Renaud se sont mariés à Las Vegas en 2004. L'artiste doit lancer cet automne un nouveau CD intitulé Rouge Sang. article original
    • Malone
    • Romane Serda

25 juin 2006

Merci à Thomas et Patrick pour m'avoir donné ces articles

Journal Inconnu
  • ?-?-02, Le retour de Gérard Lambin Il n'avait pas sorti de disque d'auteur depuis "A la belle de Mai" en 94. Les deux derniers : "Renaud chante Brassens" (96) et "Renaud cante el'nord" (92) étaient plus des hommages filiaux. L'un à la pensée anarchiste et individualiste du bourru moustachu et l'autre à ses racines familiales chtimis. Cossard ? Non pas du tout ! Nous tous qui avions assisté à sa dernière tournée, nous savions l'écorché vif de Montrouge en souffrance. Cette tournée "Un piano, une guitare et Renaud", marathon de près de deux ans (99-2001) et de plus de deux cents dates prenait des allures de psychothérapie. Avec la scène pour divan et des milliers d'oreilles à l'écoute bienveillante dans la salle. A force de le confier chaque soir, c'était devenu en secret de Polichinelle : Dominique, sa gonzesse, ou plutôt sa muse car que de chansons lui auront été dédiées, s'était barrée. L e cœur en lambeaux, la voix pétée de trop de clopes, la chair bouffie de trop de 51 voire de 5100, au bord de l'effondrement éthylique, il reprenait du bout des lèvres ses meilleures chansons. Soutenu avec une indéfectible affection par deux vieux potes musiciens dont Titi, le guitariste Jean Pierre 'Titi' Buccollo ("La mère à Titi"). Chaque soir, il entendait le public tenter de boucher ce gouffre à l'âme en lui criant "On t'aime!!". Après temps de tendresse et d'émotions dites et partagées, le trou est sans doute un peu comblé. En tout cas, Renaud a retrouvé la force de tenir la plume pour, comme à chaque fois, sublimer sa peine, ses colères, sa gêne et ses contradictions en de magnifiques textes. Lors du spectacle, il introduisait sa chanson sur le départ de Dominique avec cet aphorisme "Le bonheur se reconnaît au bruit qu'il fait en s'en allant" ….. "et cela fait un boucan d'enfer" ajoutait-il avec cet humour grinçant qu'il peut avoir parfois. C'est le titre de son nouvel album qui sortira normalement le 28 mai prochain. Une autre chanson, "Elle a vu le loup", entendue en concert et plus drôle, fait partie du disque. Elle raconte une confession de Lolita à son père au sujet de la "première fois" d'une copine. Parmi ses proches, on donne gagnantes deux chansons au potentiel digne d'un "Laisse béton", ou "Mistral gagnant". Ce sont "P'tit pédé" ou la vie d' un homosexuel de province arrivant à Paris, "Docteur Renaud et Mister Renard" en forme d'autocritique (le fameux effet thérapeutique de la tournée?). Une sorte de d'autre "Me jette pas". Et enfin "Entre Manhattan et Kaboul". Devinez sur quel sujet! Un nouveau disque entre intimité, sensibilité aux autres et implication politique. Du Renaud comme avant. A-t-il retrouvé une forme de bonheur silencieux? Pas sûr. Mais en tout cas, ceux qui l'aiment sont redevenus heureux à l'annonce de cette nouvelle. Merci
    • Album Boucan d'Enfer
Le Petit Journal de Mickey 3d
  • ?-?-03, Renaud J'ai toujours été séduit par sa plume, il arrive à exprimer plus de choses intelligentes en une phrase que Raffarin en 6 mois" Mickey
Télérama
Voici
Ici Paris
  • -06-04, Renaud est au poil Renaud est au poil : " C'est pas l'homme qui prend la Belle, c'est la Belle qui prends l'homme ...." Oui, Renaud aurait pu changer les paroles de sa célèbre chanson vu la complicité qui unit notre célèbre chanteur à sa compagne Romane. A moins que ce soit un coup de pub de leurs coiffeurs respectifs ?
Magazine Choc
La Dernière Heure
  • 21 janvier 2006, « J'ai retrouvé l'inspiration ! » Renaud était fatigué mais heureux hier midi. Installé au studio ICP à Ixelles depuis décembre, il est en plein enregistrement de son prochain album. Et ça se passe plutôt bien. «C'est long et ça coûte bonbons parce que là je suis parti pour enregistrer un double album, nous expliqua-t-il, cigarette au bec, dans un sourire. Enfin, j'ai 24 chansons. Après, on verra combien j'en garde. Je n'ai pas envie que la quantité soit au détriment de la qualité.» Vous avez donc retrouvé l'inspiration que vous aviez perdue ces dernières années ? «Oui. J'avais tout perdu: le moral, la joie de vivre, le désir de me battre pour d'autres, l'amour, l'envie de revivre en couple. En perdant ma femme, j'avais perdu aussi un peu ma fille avec qui je vivais 24 h sur 24 h et que, du jour au lendemain, je ne voyais plus qu'une fois par semaine. Et j'avais perdu l'inspiration: j'ai écrit péniblement 14 chansons en 5, 6 ans entre les albums La belle de Mai et Boucan d'enfer. Je suis parti en tournée, encore un peu fragile et dépressif, avec encore une tendance à lever le coude. Puis petit à petit, Romane est entrée dans ma vie et j'ai tout retrouvé décuplé: l'inspiration, la joie de vivre et le bonheur.» Les thèmes de cet album seront positifs donc ? «Les chansons d'amour sont heureuses, contrairement à celles du précédent qui étaient toutes sombres, désabusées. Elles seront beaucoup plus ouvertes sur l'autre que sur mon petit nombril et il y aura des chansons un peu plus coup de poing. Ce qu'on appelle, selon la formule établie, des chansons engagées.» Vous avez aussi retrouvé votre poigne, alors ? «Oui! J'avais du mal à penser aux autres, à me battre pour les autres. Quand on a une rage de dents, on se fout un peu du mal de tête du voisin. Quand on est très heureux, comme je le suis actuellement, on a envie de faire partager ce bonheur et de défendre ceux qui vivent dans l'injustice, l'oppression, la misère... L'album s'appelle Dans la jungle ...» Comme la chanson que vous avez écrite pour Ingrid Betancourt... (1) «Oui. C'est le titre le plus beau, le plus marquant. Il symbolise le mieux le monde dans lequel on vit: la jungle...» Au niveau voix, ça se passe comment ? «Ça s'arrange! Ma voix était pourrie au début de ma carrière, je n'avais pas mué. Ma voix était pourrie sur les deux dernières tournées, à cause de l'abus du tabac, de l'alcool, de fatigue général, du manque d'enthousiasme. Là, ça va mieux. Pourtant, je n'ai pas arrêté de fumer, je suis toujours à 3, 4 paquets par jour, mais je ne bois plus et je dors mieux. Mais peu: 4 h par nuit. Je me lève tôt parce que j'ai envie de vivre. Je suis en pleine forme et ça se ressent dans mes performances vocales.» Vous enregistrez à Bruxelles par habitude ? «Par fidélité aux gens avec lesquels je travaille ici, par fidélité à la qualité du son: c'est techniquement un des meilleurs studios d'Europe. Et qu'on y est nourri, logé, le confort est absolu: il y a un appartement au-dessus, il y a une piscine, 3.000 vidéos, un cuisinier... Et puis, à Bruxelles, j'ai l'impression d'être en vacances. C'est une ville que j'aime. Mais je ne vais pas demander la nationalité belge pour autant. Je suis ravi de payer mes impôts, et d'en payer beaucoup, en France.» (1) Renaud organisera des concerts spéciaux pour Ingrid Betancourt. Il sera notamment le 13 février à l'Aula Magna de Louvain-la-Neuve. ...
    • Album Rouge Sang
MaVille.com
  • 4 mars 2006, Pour Ingrid, le militant Renaud de retour ! Samedi soir (04/03/06), Renaud, vous êtes à Auray (Morbihan) et chantez en soutien à Ingrid Betancourt. Comment a démarré votre engagement ? J'ai été touché par la détermination, l'amour, la dignité de sa fille Mélanie et de sa soeur Astrid. Au début, je ne comprenais pas qui était cette femme. J'ai tendu l'oreille. J'ai lu les journaux. Et j'ai voulu agir en écrivant une chanson (Dans la jungle), comme un témoignage de solidarité et de soutien. On a l'impression que vous êtes né militant... Ma famille est de gauche, militante, manifestante, solidaire, syndicaliste du côté de mon grand-père maternel dans les mines du nord de la France. La politique a accompagné mes repas d'enfant. Il y a aussi eu les chanteurs que j'ai écoutés, de Bob Dylan à Hugues Auffray en passant par Brassens. Je crois avoir toujours été un citoyen impliqué, motivé, solidaire, faisant des manifs, signant des pétitions, concerné par la marche du monde. J'aime pas les gens qui s'en désintéressent, qui ne pensent qu'à leur vie. Il n'était pas plus facile d'être militant il y a 20-30 ans ? C'est vrai que les atteintes aux Droits de l'Homme à l'autre bout de la planète faisaient descendre dans les rues de Paris des milliers de jeunes. Peut-être qu'il y a moins d'internationalisme dans les manifestations. Mais la vie est de plus en plus difficile. Quand t'as pas de quoi bouffer ou payer ton loyer, que tu vis une vie de merde dans une banlieue à la con, tu te fous un peu des bidonvilles de Bogota. Je ne leur jette pas la pierre. Il y aura plusieurs chansons militantes dans votre prochain album, à sortir en mai ou septembre ? Oui. Des chansons qui parlent de manière générale de la barbarie de ce monde, des intégrismes, des guerres, du terrorisme. Une chanson résume bien ça. Elle s'appelle J'ai retrouvé mon flingue. Il y a aussi Quelle galère, sur la misère des pays et des peuples en guerre. Et Chanson pour Léonard, dédiée à un Indien d'Amérique, accusé à tort, depuis trente ans en prison aux États-Unis, malgré le soutien de nombreuses personnalités à travers le monde. La hargne est bel et bien revenue... Elle m'avait quitté un moment où je désespérais du monde, de moi-même. Comment aimer les autres quand on ne s'aime pas soi-même, s'intéresser au monde quand le sien s'écroule ? C'est revenu. J'essaye de mettre mes actes en harmonie avec mes convictions, faire en sorte que ma vie d'être humain et mon travail d'artiste soient cohérents.
    • Album Rouge Sang
    • Ingrid Betancourt
France Inter
  • 15 avril 2006, CO²... Rencontré dans son chez lui ! Renaud tendresse, Renaud coup de gueule Renaud nature à la sensibilité écologique (...) et on n'est pas toujours exemplaire, pleins de contradictions mais on se pose des questions, on agit, on a envie d'un Monde à la fois plus sobre et plus humain. Alors, c'est Renaud, sans vérités assénées mais aussi avec ses convictions, qui se pose des questions.
Le Pays de l'Ours

10 juin 2006

Nouvel Observateur

7 avril 2006

Parti du Travail de Belgique

19 février 2006

Pipole.net
  • 6 août 2005, Renaud a épousé Romane Serda Le chanteur Renaud, 53 ans, a épousé vendredi après-midi sa compagne Romane Serda, à la mairie de Châteauneuf-de-Bordette (Drôme). "C'était un mariage intime qui a réuni une centaine de personnes. Il n'y avait pas tout le gotha", a-t-il déclaré, sans vouloir donner plus de détails.
    • Romane Serda

16 février 2006

Ramdam
  • 16 février 2006, Concert en soutien à Ingrid Betancourt Ce n'est pas une première, mais il faut le souligner: la sensibilisation continue pour que personne n'oublie qu'Ingrid Betancourt est toujours retenue par les FARCS. A l'occasion du triste anniversaire de la quatrième année de son emprisonnement en Colombie, un concert de soutien sera organisé ce 23 février au Zénith de Rouen, avec le soutien de Renaud, qui pour rappel a composé le single Dans la jungle en hommage à Ingrid Betancourt. Cet événement parrainé par le chanteur rassemblera également des artistes comme Aldebert, Carla Bruni, Hubert-Félix Thiéfaine, Hugues Aufray, Jeanne Cherhal, Les Têtes Raides, Paul Personne, Raphaël Mezrahi, Stephan Eicher, Tryo et Vincent Delerm. Florence Aubenas, l'ex-otage en Irak, et la famille d'Ingrid Betancourt seront également de la partie. article original
    • Ingrid Betancourt
    • Zénith

31 janvier 2006

Merci à Beer et SVPat pour cet article

TV Magazine
  • 31 janvier 2006, Lolita Séchan se livre Ça faisait des années qu'on en entendait parler, mais on ne l'avait jamais vraiment vu. Lolita Séchan, fille du chanteur Renaud, sort un livre pour enfants (Éd. Les 400 Coups). «Les Cendres de Maman» racontent l'histoire de Mia, abandonnée par sa mère et qui décide de partir à sa recherche. «L'idée était de faire peur aux enfants», a-t-elle confié à une radio de Montréal, ville où elle suit des études de littérature. Le 7 février, à 19 h 10, elle sera chez Michel Denisot l'invitée du «Grand journal» sur Canal+. article original
    • Lolita
La Nouvelle République du Centre-Ouest
  • 12 avril 2003, L'ovation faite à Renaud Qu'importent les kilos en trop et la voix patinée au Ricard. Jeudi soir, les 5000 spectateurs de la bulle de Belle-Isle ont fait un véritable triomphe au renard redevenu Renaud.
    • Vie Alcool
    • Vie Fumer

21 janvier 2006

Merci à Cédric, à Ju et SVPat pour cet effort commun pour l'article du Parisien sur le futur album

Le Parisien
  • 16 janvier 2006, Une journée en studio Confidences. RENAUD est en grande forme. Il accueille ses visiteurs d'un jour avec un sourire convivial et un rapide tour du propriétaire. Nous sommes au studio ICP à Bruxelles, vendredi. C'est là que le chanteur a élu domicile cinq jours par semaine depuis début décembre, pour plancher sur son prochain album. Sur les murs sont accrochés de multiples trophées - disque d'or, de platine voire de diamant -, traces triomphales de nombreux enregistrements nés ici, ceux de Mano Negra, Noir Désir, Indochine ou The Cure. Et voilà mon petit musée personnel, lance Renaud face aux disques de diamant de son dernier CD, Boucan d'enfer, vendu à plus de deux millions d'exemplaires depuis sa sortie, en 2002. J'ai eu envie de revenir ici parce que, techniquement, c'est exceptionnel, et qu'en plus il y a tout le confort. On habite ici pendant la semaine. Il y a même une piscine, c'est important pour les futures mamans, plaisante l'artiste. A quelques mètres de là, son épouse Romane Serda, enceinte de trois mois, affiche un ventre légèrement rebondi. La naissance est prévue pour le 17 juillet, explique-t-elle. On ne sait pas encore si c'est une fille ou un garçon, on préfère ne pas savoir. Le prénom est déjà choisi : Ce sera Malone. C'est irlandais et ça va aussi bien à une fille qu'à un garçon. Sur son nouvel album, Renaud a prévu une chanson baptisée comme le bébé. Pisseuse ou petit con, princesse ou poulbot, tu prendras ce prénom comme un premier cadeau, disent les paroles. Le morceau, comme quelques autres, n'est pas encore complètement fini. Le chanteur est à mi-parcours de son disque, qu'il compte sortir en mai, pour ses 54 ans. J'ai fait 23 chansons, que j'aurai enregistrées d'ici à fin février. Si la quantité ne nuit pas à la qualité, je suis prêt à toutes les garder et à faire un double album. Pourquoi pas ? Renaud a déjà le titre du CD, Dans la jungle, et du single, les Bobos, un futur tube. Bourgeois bohèmes pour les intimes, dans les chansons d'Vincent Delerm on les retrouve dans chaque rime, écrit l'auteur d'une plume qui virevolte. Sur une mélodie enlevée, il croque ceux qui mangent japonais et aiment le cinéma coréen, mettent leurs enfants dans des écoles privées, privées de racaille, j'me comprends, écoutent Bashung ou Françoise Hardy. Bashung est justement dans le studio d'à côté, en train de commencer son nouvel album. Je vais lui demander de venir faire des choeurs sur ce titre... Je ne supporte plus de dormir Renaud tourne les pages d'un cahier et dévoile quelques-uns de ses textes. Il y est question de l'Amérique de Bush (J'ai retrouvé mon flingue), des bimbos de la téléréalité (Filles de joie), des paysans d'aujourd'hui (Pas de dimanche) et, bien sûr, de la nouvelle femme de sa vie déclinée en anagramme (Danser à Rome). Le chanteur a récemment eu un autre coup de coeur, pour Benoît Dorémus*, un jeune auteur-compositeur-interprète. Il écrit magnifiquement et j'ai craqué pour l'une de ses chansons, Rien à te mettre. Du coup, je vais la prendre sur mon album. J'espère ensuite le faire signer par la maison de disques Virgin et le produire. Bref, Renaud n'arrête pas. Il pense déjà à son retour sur scène, en fin d'année, et prépare le deuxième album de sa douce à Londres. Je ne supporte plus de dormir, reconnaît-il. Je me réveille à 6 heures du matin en pleine forme. Il me faudrait 48 heures par jour pour faire tout ce que je veux. Benoît Dorémus sera en concert demain au Forum Léo-Ferré, à Ivry-sur-Seine, et jeudi à l'Espace Jemmapes, à Paris.
    • Alain Bashung
    • Album Rouge Sang
    • Benoît Dorémus
    • Chanson Danser à Rome
    • Chanson Filles de joie
    • Chanson J'ai retrouvé mon flingue
    • Chanson Les Bobos
    • Chanson Pas de dimanche
    • Chanson Rien à te mettre
    • Malone

18 janvier 2006

Quelques articles quasiment identiques sur le futur album, notamment.

Advalvas.be
  • 18 janvier 2006, Renaud plus inspiré que jamais Après des années de souffrances et de galères, la vie semble sourire à nouveau au chanteur Renaud. Grâce à qui, à quoi? L'amooooour tout simplement. Renaud est fou amoureux de Romane Serda, un joli brin de fille qu'il a épousé en août dernier. De plus, les tourtereaux attendent pour le mois de juillet un bébé qu'ils prénommeront Malone. Cet amas de bonheur a fait de lui un compositeur très prolifique. «Entre 'A la Belle de Mai' et 'Boucan d'enfer', j'ai écrit péniblement quatorze chansons en sept ans. Là, en six mois, j'en ai fait vingt-trois pour moi et dix-huit pour le prochain disque de Romane. Depuis que j'ai retrouvé l'amour, la santé et la joie de vivre, j'ai retrouvé l'inspiration.» Le nouvel opus de Renaud sera composé de 23 titres et s'intitulera 'Dans la jungle'. Il a même dédié un titre à son futur bébé. Cet album devrait sortir en mai prochain. article original
    • Album Rouge Sang
    • Chanson Dans la Jungle
    • Malone
    • Romane Serda
24 heures
  • 18 janvier 2006, Renaud plus prolifique que jamais Renaud, le futur papa, follement amoureux de Romane Serda qu'il a épousée en août, compose comme jamais. Le chanteur confie: "Entre À la Belle de Mai et Boucan d'enfer, j'ai écrit péniblement 14 chansons en sept ans. Là, en six mois, j'en ai fait 23 pour moi, et 18 pour le prochain disque de Romane. Depuis que j'ai retrouvé l'amour, la santé et la joie de vivre, j'ai retrouvé l'inspiration." Renaud sera bientôt le père d'un petit garçon ou d'une petite fille qui doit naître le 17 juillet. Le couple prénommera leur enfant Malone. Ce nom sera ainsi le titre d'une des 23 chansons de l'album du chanteur qui devrait sortir en mai et s'intituler Dans la jungle. La chanson s'annonce ainsi: "Pisseuse ou petit con, princesse ou poulbot, tu prendras ce prénom comme un premier cadeau." article original
    • Album Rouge Sang
    • Malone
ActuStar.com
  • 18 janvier 2006, Renaud n'aura jamais été aussi prolifique Le futur papa, follement amoureux grâce à Romane Serda qu'il a épousée en août, compose comme jamais. Renaud confie au Parisien : Entre A la Belle de Mai et Boucan d'enfer (vendu à plus de 2 millions d'exemplaires depuis sa sortie en 2002, NDLR), j'ai écrit péniblement quatorze chansons en sept ans. Là, en six mois, j'en ai fait vingt-trois pour moi et dix-huit pour le prochain disque de Romane. Depuis que j'ai retrouvé l'amour, la santé et la joie de vivre, j'ai retrouvé l'inspiration. Son bébé s'appellera Malone et doit naître vers le 17 juillet. Renaud et Romane ne savent pas si ce sera une fille ou un garçon et ne préfèrent pas savoir. Malone sera ainsi le titre d'une des 23 chansons de l'album du chanteur qui devrait sortir en mai et s'intituler Dans la jungle. La chanson annonce déjà : Pisseuse ou petit con, princesse ou poulbot, tu prendras ce prénom comme un premier cadeau. article original
    • Album Rouge Sang
    • Malone
    • Romane Serda

Voir les archives des articles publiés dans le kiosque les années précédentes :