→ Notices and warnings

[1. DEPRECATED WARNING]
The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in /home/sharedsi/www/hlm-de-renaud/journaux/articlehtm.inc.php line 18

Où en est Renaud ? - Le kiosque à journaux
Concerts : Compte-rendus et annonces La Presse, le par ca.
Mis en ligne dans le kiosque le 21 janvier 2001.

Où en est Renaud ?

> La Presse, Samedi 20 janvier 2001

Où en est Renaud ?
Jean-Christophe Laurence
Renaud est de retour au Québec après neuf ans d'absence et les retrouvailles ont été chaleureuses jeudi, à Québec

Renaud est de retour au Québec après neuf ans d'absence. Son dernier spectacle en terre nord-américaine remonte, sauf erreur, au 21 juillet 1992, à l'Agora de la Vieille Capitale.

Autant dire que son passage -entamé depuis jeudi à Québec- suscite l'intérêt. Partout en province, les fidèles du chanteur français se sont précipités aux guichets. Résultat: toutes les dates affichent à peu près complet. Pour des raisons d'horaires, et de bassin de population, les seules supplémentaires seront données à Montréal au début de février. Avis aux intéressés: il resterait quelques billets pour les concerts des 5 et 6 février au Spectrum.

Contrairement à ce que certains lecteurs ont pu penser, les «laborieux plumitifs culturels» de La Presse se sont démenés pour obtenir une entrevue avec Renaud. Sauf que voilà: le chanteur ne parle plus aux journalistes.

Fâché contre les médias? Rien à leur dire serait plus juste.

Il faut savoir que Renaud n'a pas sorti de nouveau disque de chansons originales depuis À la belle de Mai, paru en 1994. Son dernier album, un hommage à George Brassens, remonte à 1995. Depuis, pffft... plus rien, si ce n'est un album en concert et un Absolutely Meilleur of Renaud, compilation sortie l'an dernier, en attendant...

Une remise en question artistique et une vie privée en pleine débâcle auraient, dit-on, éteint son inspiration. «Renaud a connu un immense chagrin d'amour», souligne Mauricette Hidalgo, de la revue française Chorus. «Un sérieux passage à vide», résume de son côté Hélène Hazera, productrice de l'émission Chansons dans la nuit, sur les ondes de France Culture.

Paraît que Renaud n'a pondu que deux nouvelles chansons en six ans. C'est pour cette raison, suggère Mme Hidalgo, que le chanteur évite aujourd'hui les micros indiscrets. «Dans la mesure où il n'a pas créé et a peu écrit, il doit estimer qu'il n'a pas grand-chose à raconter», affirme la journaliste, en soulignant que, d'une manière ou d'une autre, le chanteur n'a jamais été trop chaud sur la «promo à gogo».

Outre les déboires personnels et les inévitables angoisses d'un créateur au mi-temps de l'âge, le renouvellement du paysage musical français n'est pas étranger à ce «passage à vide», croit par ailleurs Hélène Hazera. Selon la productrice, ex-spécialiste en chanson au journal Libération, «l'arrivée du rap a changé la donne en France. Du coup, des gens comme Renaud ne pouvaient plus se targuer d'incarner la jeunesse, l'insolence et l'indignation. Parce qu'il ne pouvait plus être le chantre de la révolte en France, cela a provoqué une remise en question de lui-même...»

Ironiquement, c'est peut-être bien une chanson de Renaud (L'Hexagone) qui constitue le point zéro du rap en France. Mais de dire Mme Hazera, «les jeunes rappeurs se feraient torturer plutôt que de le reconnaître. Aussi drôle que cela puisse paraître, je crois qu'ils sont à la fois ses fossoyeurs et ses héritiers.»

Faute de nouveau matériel, Renaud Séchan compte en revanche sur une oeuvre bien solide -qui constitue bien sûr la base de son nouveau tour de chant. Trente ans de carrière, dix albums, quelques désormais classiques de la chanson française, de Laisse Béton à Miss Maggie en passant par Dans mon HLM, It Is Not Because You Are, En Cloque, Dès que le vent soufflera, Morgane de toi, Putain d'camion, on en passe.

Son personnage de teigneux à blouson noir, entre rockeur à santiags et gavroche parisien, à la fois chroniqueur politique, dur au coeur tendre et observateur de la jeunesse urbaine, occupe une place à part dans le grand livre de la chanson française.

Et dans le coeur du grand public qui continue de suivre le «chanteur énervant», malgré son long creux de vague et l'absence de nouveau matériel. «Avec Renaud, c'est l'affectif qui passe avant tout», note Mauricette Hidalgo, en greffant un bémol: «Pour l'instant, le public le suit. Mais il ne faudrait pas qu'il fasse ça trop longtemps. Il ne pourra pas refaire ce même spectacle dans deux ans.»

Le but de cette tournée, entamée en France il y a plus d'un an, est justement de ramener l'artiste de 48 ans vers l'écriture. Le chanteur, qui a déjà acheté une maison à Outremont, entretient une relation chaleureuse avec les Québécois depuis 1984. Les retrouvailles s'annoncent d'ores et déjà chaleureuses. Le seront-elles assez pour libérer la muse?

UNE GUITARE, UN PIANO ET RENAUD: le 20 janvier à Sainte- Thérèse, les 21 et 22 janvier, ainsi que les 2, 3, 5 et 6 février au Spectrum de Montréal, le 25 à Terrebonne, le 26 à Sherbrooke, le 27 à Saint-Jean-sur-Richelieu, le 28 à Shawinigan, le 31 à Jo liette, le 1er février à Hull.

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter !


(ne sera pas publié)