Ses actions Non Stop People, le par fr.
Mis en ligne dans le kiosque le 1er mai 2016.

Elections présidentielles 2017 : Renaud encense François Fillon et dézingue Marine Le Pen !

Avec la franchise qu'on lui connait, Renaud s?est confié sur la classe politique actuelle. Réputé de gauche, le chanteur tient des propos étonnants sur son choix pour les élections présidentielles de 2017. Dans une interview au Journal du Dimanche, le chanteur n'a pas hésité à dézinguer Marine Le Pen, présidente du Front national. En revanche, il ne tarit pas d'éloges à l'égard de François Fillon, candidat à la primaire de la droite.

Alors que la primaire de la droite se profile et que les élections présidentielles de 2017 approchent à grands pas, Renaud semble avoir fait son choix. Et contre toute attente, celui-ci ne se portera pas du côté de la gauche. Certain que les socialistes n'atteindront pas le deuxième tour, le chanteur fait déjà ses premiers pronostics. "On aura Juppé ou Fillon contre Le Pen, forcément. Je ne vois pas de joker pour le moment. Même mon assistant, qui est communiste pur et dur, a du mal avec Mélenchon ! Un qui est bien, c'est Hulot. Il ne présente pas mais il m'aurait plu. Lui et Arthus-Bertrand me paraissent éblouissants d'intelligence, d'amour de la planète de l'environnement, de la condition animale, minérale, végétale? Et ils paient leur taxe carbone", dénonce-t-il dans les pages du "Journal du Dimanche".

Renaud : "Marine Le Pen, c'est la peste brune"

Concernant l'extrême-droite, Renaud, de retour sur scène après quelques années d'absence, a un avis bien tranché. A L'Isle-sur-la-Sorgue, je connais un bistrot corse tenu par une femme fan de moi mais qui vote et qui aime Marine Le Pen. Je suis sûr que j'ai d'autres lepénistes dans mon public. Cela ne me dérange pas plus que ça, je me demande juste ce que je pourrais faire pour les faire évoluer. Mais c'est prêter bien du pouvoir aux chansonnettes, a-t-il ajouté.

Son choix est donc fait. Contre toute attente, celui qui ne cache pas son admiration pour l'ancien président François Mitterand ne soutiendra pas la gauche. C'est compliqué quand même. Je veux peut-être voter pour un François Fillon que je pense être un parfait honnête homme, un vrai républicain. Mélenchon, c'est le gauchisme, l'aventurisme, un idéalisme désuet. Le Pen, c'est la peste brune. Ces politiciens pensent surtout à changer leur réalité avant celle du pays, a-t-il encore précisé.

Article original

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter !


(ne sera pas publié)